Archives par mot-clé : Jean Cocteau

Jean Cocteau, Paris [1921], Grasset, 2013

Les textes de Jean Cocteau qui composent Paris  proviennent tous de sources différentes et ont été recueillis par Grasset pour le présent volume. Le plus ancien des textes “Le Théâtre nouveau” est extrait d’une Introduction à la vie de Paris publiée en 1921. Les textes issus de cette Introduction étaient adressés à des étrangers cultivés. Il s’agit avant tout de petits guides en prose. La Seine définit, dans cet extrait, par analogie, le boulevard, caractéristique de la capitale. 

Paris a deux fleuves. L’autre est le boulevard. Ce fleuve coule dans un grand désordre, il arrive même qu’il stagne ou remonte vers sa source. Le théâtre dit “théâtre du Boulevard” et qui, maintenant, ne peut plus se localiser sur le boulevard même, se trouve en mauvaise posture. 

Tant de marches à reculons, de stérilité, d’eau croupie, de paludisme, découragent les navigateurs. De temps en temps, un succès de boulevard remue la boue, réveille les crocodiles.  […]

*

À Paris, sur la rive gauche et la rive droite du fleuve Boulevard, deux hommes creusent des citernes d’eau potable. L’un est Jacques Copeau, l’autre son aîné. 

JEAN COCTEAU, PARIS [1921], GRASSET, 2013, p. 45/51

 

 

Jean COCTEAU, La Difficulté d’être [1947]

Dans son récit La Difficulté d’être (1947), Jean COCTEAU évoque son lieu de naissance Maisons-Laffitte. La Seine fait partie du décor de l’enfance, à l’aurore du XXe siècle, sublimé par le souvenir.

Je suis né le 5 juillet 1889, place Sully, à Maisons-Laffitte.

Maisons-Laffitte est une manière de parc d’entraîneurs semé de villas, de jardins, d’avenues de tilleuls, de pelouses, de plates-bandes, de jets d’eau sur les places. Le cheval de course et la bicyclette y régnaient en maîtres. On y jouait au tennis les uns chez les autres, dans un monde bourgeois que l’affaire Dreyfus divisait. La Seine, l’allée d’entraînement, le mur de la forêt de Saint-Germain où l’on pénètre par une petite porte, des coins à l’abandon où jouer aux détectives, le camp en contrebas, les guinguettes à tonnelles, la foire du village, le feu d’artifice, les prouesses des pompiers, le château de Mansart, ses herbes folles et ses bustes d’empereurs romains, tout composait pour l’enfance un domaine propre à flatter cette illusion qu’elle a de vivre dans des lieux uniques au monde.

Jean COCTEAU, La Difficulté d’être [1947], ??