Archives par mot-clé : Jules Claretie

Jules Claretie, Le Petit Jacques, 1873

Noël Rambert et son fils, le petit Jacques, vivent dans une grande pauvreté jusqu’à ce que l’ouvrier perde son travail suite à un accident. Afin de sauver son fils de la misère, Rambert se laisse accuser d’un meurtre, le coupable ayant promis de donner une solide éducation à son fils. Cet extrait livre une vision de la Seine et de la ville de Paris particulièrement mauvaise, amère et étrange.

Le soir, il se sentit lassé. Il se trouva justement sur ce pont, le pont d’Austerlitz (…) Machinalement Arthez regarda.

Le crépuscule tombait. La Seine roulait livide, avec des remous tristes, éclairée par les derniers reflets du jour, tandis qu’à l’horizon le ciel, où se heurtaient les nuages, s’assombrissait, roux en bas, en haut d’un bleu livide. Une bande brune où rien n’apparaissait parfait du quai, droite et comme tirée au cordeau le long de la rive, tandis qu’elle se découpait de façon bizarre sur le ciel troublé. (…)

A vos pieds le fleuve roule, perdu lui-même, vers Notre-Dame, dans on ne sait quelle ombre noire piquée de scintillements, et coule avec des aspects de mercure, des flots de vif-argent. De grands bateaux s’avancent lentement noirs, avec leur pilote en avant, debout, et dont la silhouette se détache sur l’eau grise, tandis qu’un bateau à vapeur arrive lançant son sillon de fumée cotonneuse, avec deux lumières rouges et une prunelle verte et fixe qui grandit, fantastique.

– C’est Paris, cela ! pensait Arthez. Paris qui ne se doute pas de ses plaies, de ses misères, de ses hontes, de ses crimes : Paris qui danse, qui rit, Paris qui aime, Paris qui oublie, Paris qui chante, Paris qui jouit, Paris qui va s’incendier de mille feux, ouvrir ses théâtres, ses bals, ses cafés, ses gouffres chauds, ses antres de plaisir ; Paris qui ne sait pas que l’injustice veille, que la pauvreté frappe et fauche, que la mort décime, qu’on a faim, qu’on a soif, qu’on est malade, abattu, vaincu, courbé, qu’on appelle, qu’on râle et qu’on meurt, dans cette Babel, Paris qui ne se sent pas inondé comme moi du sang versé hier sur l’échafaud, c’est Paris cela !

Jules Claretie, Le Petit-Jacques, Le Roman : journal des feuilletons marseillais, Marseille : J.-F. Raynaud, 1873

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5552695r/f7.image.r=roman%20la%20Seine?rk=42918;4

 

AUTEUR : Jules Claretie

EPOQUE : XIX

GENRE : Roman

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– se promener

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– métiers

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– canoter

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– la Seine putride