Archives par mot-clé : Jules François Félix HUSSON

CHAMPFLEURY, FANTAISIES D’HIVER, « LA MORGUE », 1846.

Cette nouvelle est une critique ironique de la mise en vitrine des cadavres à la morgue de Paris au XIXe siècle.
La Seine et la Morgue sont personnifiées  en deux figures féminines fatales, caractérisées par leur gourmandise dévorante, sexuellement connotée, et surtout par leur impudeur : exposer les cadavres en vitrine.


Un bâtiment bourgeois et carré qui baigne ses pieds dans la Seine, – voilà la Morgue au dehors.
Huit lits de pierre, huit cavaliers dessus, voilà la Morgue au dedans.
La Morgue aime la Seine, car la Seine lui fournit des épaves humaines.
Ce qu’elles consomment à elles deux, ces terribles recéleuses, on l’ignore ; mais le nombre en est grand.
Elles ne tiennent pas à avoir des amants beaux et coquets, roses et blonds. Ouich ! Elles veulent la quantité.
Aussi la Morgue s’entend-elle avec la Seine pour défigurer les hommes, afin de les garder le plus longtemps possible.
Ce n’est pas dans Paris que la Seine est une gaie rivière, et il faut marcher loin pour retrouver les bords fleuris de madame Deshoulières.
La Seine de Paris est une rivière fétide, verte l’été, jaune l’hiver, obscure comme une chambre noire.
Quand la Seine empoigne un homme, elle vous le prend au collet comme un sergent de ville et l’emmène dans son lit. Les matelas de ce lit sont rembourrés de tessons de bouteilles, de bottes moisies, de clous rouillés, de chiens et de chats sans poils, enfin la quintessence des immondices de Paris, la ville aux immondices.
La Seine est capricieuse comme une femme ; elle a des fantaisies. Elle garde son nouvel amant quelquefois un jour, quelquefois une semaine, quelquefois un mois, selon que le cavalier lui plaît. Puis, fatiguée, elle le lâche en le parant de ses couleurs. Il revient vert ou jaune.
Alors la Morgue ouvre ses grands bras et s’empare des restes de la Seine. Elle commence par ôter au cavalier ses habits qui pleurent.
Elle l’étend sur un lit de pierre après l’avoir bien nettoyé, bien lavé, bien ficelé, disent quelques-uns.
Et tous les jours la Morgue ouvre ses portes au public. Elle ne craint pas, l’impudique, d’accuser le nombre de ses amants.
La foule, gourmande d’émotions, y court ; surtout les femmes. Par hasard j’entrai un jour.
Sur un lit était étendu un vieillard que la Seine avait teinté de rose. Les cheveux étaient blancs, rares et hérissés. Sur la poitrine se dressaient quelques poils, blancs et rares aussi. Le ventre était gonflé sous le masque de cuir, -qui est la feuille de vigne de la Morgue.
Parmi les curieux se trouvait une femme portant dans ses bras un enfant. La femme aurait voulu avoir dix yeux pour voir. L’enfant sommeillait. – Eh ! petit, dit la mère en montrant du doigt le vieillard plus terrible que la plus terrible toile espagnole, regarde donc, vois tu le beau monsieur ?

Champfleury, Fantaisies d’hiver, “La Morgue”, Paris: La librairie pittoresque de Martinon, 1847, pp. 116. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63633617/f18.item.r=Seinechien%20caillou%20Seine%20chien%20caillou

AUTEUR : HUSSON, Jules François Félix (dit Champfleury)
Epoque : XIX
GENRE : NOUVELLE
LIEU : PARIS
STRATE : DANS/ AU BORD

THEMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE
-la Seine putride
-Seine noire