Archives par mot-clé : La Seine au XIXe

Jean Fleury, La Question des égouts, 1892

La Question des égouts a été écrit par Jean Fleury et publié en 1892. Ce récit s’intéresse aux égouts en France et, dans les deux extraits, la Seine est présentée comme un fleuve qui est directement pollué par le déversement des égouts. L’auteur aborde cette idée comme un problème et évoque les différentes causes de cette pollution qu’il dénonce dans  son texte.

<< Amenées dans la ville par les magnifiques aqueducs de la Dhuis, de la Vanne et bientôt de l’Avre, et consacrées aux usages multiples de l’habitation, ou bien pompées dans la Seine pour le service de la voie publique et les emplois industriels, toutes ces eaux se sont promptement souillées. Il faut les éloigner en toute hâte. Leur volume annuel n’est pas moindre, en ce moment, de 162 millions de mètres cubes. C’est une moyenne journalière de 455,000 mètres cubes ; plus de 5 mètres 1/2 par seconde. Beaucoup de rivières n’ont pas en tout temps un pareil débit, et nous avons vu qu’une très prochaine augmentation s’imposait. Il faut aussi se débarrasser de la pluie. L’eau du ciel, en ruisselant sur nos toits et nos pavés, perd bien vite sa pureté. Le climat de Paris est essentiellement incertain. Tous les quartiers ne reçoivent pas la même quantité de pluie. La Monnaie en a plus que Ménilmontant ou Vaugirard. Les mois d’été en fournissent plus que ceux d’hiver, quoique le nombre de jours de mauvais temps soit à peu près le même dans les deux saisons. En résumé, la quantité de pluie tombée sur Paris en un an équivaut à peu près à une couche d’eau de 489 millimètres d’épaisseur, épandue sur les 7,802 hectares de la superficie de la ville, supposée pour un instant parfaitement horizontale. C’est un volume de 38 millions de mètres cubes. Si la pluie tombait régulièrement chaque jour, on en aurait un volume quotidien de 104,000 mètres. Mais il n’y a en moyenne que 120 jours de pluie par an, et qui sont loin de se ressembler. >>

(…)

<<Une aération forcément insuffisante, la concentration, et surtout la stagnation y sont favorables à la pullulation des fermens morbides, dangereuses semences des plus redoutables contagions. Les tuyaux d’évent les répandent dans l’atmosphère en vivantes poussières, souvent avec d’insupportables odeurs. Par les inévitables fissures d’une maçonnerie qui est rarement étanche, quoi qu’on fasse, ils pénètrent dans le sol environnant, s’y propagent, réserves toujours mobilisables de l’invasion épidémique. Les procédés d’extraction et de transport ont été perfectionnés autant que possible ; ils n’en restent pas moins des opérations tout au moins désagréables, souvent et à bon droit suspectes d’insalubrité. L’industrie enfin ne peut travailler ces hideux produits qu’en incommodant le voisinage dans un rayon assez étendu ; elle n’en traite d’ailleurs économiquement que la partie la plus riche en ammoniaque : et ses dépotoirs, souvent combles, envoient leur superflu se perdre dans la Seine.

Le maintien de ce système arriéré est pour tous les hygiénistes l’une des principales causes de la fréquence et de l’intensité à Paris de certaines maladies dues aux fermens, et pour cela appelées zymotiques : telles sont la fièvre typhoïde et la diphtérie qui font chaque année chez nous plus de victimes que partout ailleurs.

On demande la suppression de ce procédé répugnant et inhumain. Suivant une formule qu’il ne faut pas se lasser de répéter, on pose comme condition nécessaire de tout assainissement, l’écoulement sans stagnation possible et le rejet au loin, avant toute fermentation, des matières impures et des eaux usées de la vie et de l’industrie. C’est le tout à l’égout. >>

Jean Fleury, La Question des égouts, Revue des Deux Mondes, 3ème période, tome 114, 1892, p.137-138 et 139-140

AUTEUR  :  Jean Fleury
ŒUVRE  : La Question des égouts
GENRE  : Géographie
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Paris

STRATE  : DANS

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTELROPE 

-La Seine putride

Alphonse Allais, Pour cause de fin de bail, 1899

Le livre Pour cause de fin de bail a été écrit par Alphonse Allais et publié en 1899. Dans cet ouvrage, le texte Légère modification à apporter dans le cours de la Seine aborde le principal problème lié à la Seine qui est l’hygiène du fait que le fleuve soit contaminé par les égouts et impacte également la propreté de la ville de Paris. Dans ce texte, l’auteur décrit plusieurs solutions qui pourraient être mises en place pour résoudre le problème posé au début de l’extrait ainsi que les réactions que ses propositions ont pu susciter.

LÉGÈRE MODIFICATION À APPORTER DANS LE COURS DE LA SEINE

<< L’hygiène de notre capitale au cours des hautes températures, provoquées par l’été, est, au dire des meilleurs connaisseurs, déplorable en tous points, déplorable, déplorable…

Un des facteurs les plus importants de cet affligeant état de choses consiste en la traversée de Paris par la Seine (la malseine, comme dit notre vaillant maître Aurélien Scholl).

Contaminée par les égouts, dès son entrée dans Paris, la rivière charrie les miasmes les plus putrides, les brouillards les plus pernicieux avec, brochant sur le tout, un petit fumet de bouillon de culture peu piqué des hannetons.

Il y a longtemps que j’ai proposé la suppression radicale de cet inconvénient, et combien simple !

1º Établir à Charenton un barrage qui prohibe à la Seine son entrée dans Paris ;

2º Diviser le fleuve en deux courants qu’on canalisera dans les fossés des fortifications (élargis au besoin) ;

3º Réunir au Point-du-Jour ces deux courants qui, à partir de ce moment, reprendront en commun leur ancien cours.

Les avantages que présenterait la réalisation de ce projet sont innombrables et, peut-être même, incalculables.

D’abord, assainissement de Paris.

Ensuite, importance énorme et plus-value données à toute cette zone inutile, ridicule et périphérique qui enserre les fortifs.

Et puis (c’est là le clou charmant de l’entreprise), quel parc miraculeux, unique au monde, ce serait pour Paris que celui qu’on pourrait ainsi créer dans le lit abandonné de la Seine, depuis Charenton jusqu’à Auteuil !

Sans compter qu’en cas de siège, ce parc servirait à la culture de mille céréales et autres légumes nutritifs, ainsi qu’à la pâture de toutes sortes de bestiaux alimentaires.

Je vous entends d’ici, les gros malins, ricaner et me foudroyer de votre objection :

— Et les égouts ? Les ferez-vous couler dans votre magnifique parc, cher monsieur Allais ? Eh bien, alors, il sera chouette, votre magnifique parc, et parfumé !

Calmez-vous, bonnes gens, calmez-vous.

Rien de ce qui est humain ne saurait me demeurer étranger, même la question des égouts.

Loin d’être une nuisance, les égouts de Paris, dans mon nouveau projet, joueront un rôle décoratif, d’agrément et de charme.

Connaissez-vous ces filtres au charbon qui transforment le barbotage le plus nauséeux en onde cristalline ?

Voilà ce que j’utiliserai (en plus grand, naturellement).

Je filtrerai les égouts et j’amènerai l’eau claire ainsi obtenue dans de gracieux ruisselets au doux murmure, émaillés de coquettes rocailles.

Si ces messieurs des ponts et chaussées veulent se mettre, dès lundi prochain, à l’ouvrage, le travail pourra se trouver terminé au jour de l’ouverture de l’Exposition, en 1900.

Oui, mais voilà, la routine, les bureaux !… >>

Alphonse Allais, Pour cause de fin de bail, édition de la Revue Blance, 1899, p.279-282

 

AUTEUR  : Alphonse Allais
ŒUVRE  : Pour cause de fin de bail
GENRE  : Recueil de nouvelles
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Paris

STRATE  : AU BORD / DANS

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Industrie

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

-La Seine putride

CHAMPFLEURY, FANTAISIES D’HIVER, « LA MORGUE », 1846.

Cette nouvelle est une critique ironique de la mise en vitrine des cadavres à la morgue de Paris au XIXe siècle.
La Seine et la Morgue sont personnifiées  en deux figures féminines fatales, caractérisées par leur gourmandise dévorante, sexuellement connotée, et surtout par leur impudeur : exposer les cadavres en vitrine.


Un bâtiment bourgeois et carré qui baigne ses pieds dans la Seine, – voilà la Morgue au dehors.
Huit lits de pierre, huit cavaliers dessus, voilà la Morgue au dedans.
La Morgue aime la Seine, car la Seine lui fournit des épaves humaines.
Ce qu’elles consomment à elles deux, ces terribles recéleuses, on l’ignore ; mais le nombre en est grand.
Elles ne tiennent pas à avoir des amants beaux et coquets, roses et blonds. Ouich ! Elles veulent la quantité.
Aussi la Morgue s’entend-elle avec la Seine pour défigurer les hommes, afin de les garder le plus longtemps possible.
Ce n’est pas dans Paris que la Seine est une gaie rivière, et il faut marcher loin pour retrouver les bords fleuris de madame Deshoulières.
La Seine de Paris est une rivière fétide, verte l’été, jaune l’hiver, obscure comme une chambre noire.
Quand la Seine empoigne un homme, elle vous le prend au collet comme un sergent de ville et l’emmène dans son lit. Les matelas de ce lit sont rembourrés de tessons de bouteilles, de bottes moisies, de clous rouillés, de chiens et de chats sans poils, enfin la quintessence des immondices de Paris, la ville aux immondices.
La Seine est capricieuse comme une femme ; elle a des fantaisies. Elle garde son nouvel amant quelquefois un jour, quelquefois une semaine, quelquefois un mois, selon que le cavalier lui plaît. Puis, fatiguée, elle le lâche en le parant de ses couleurs. Il revient vert ou jaune.
Alors la Morgue ouvre ses grands bras et s’empare des restes de la Seine. Elle commence par ôter au cavalier ses habits qui pleurent.
Elle l’étend sur un lit de pierre après l’avoir bien nettoyé, bien lavé, bien ficelé, disent quelques-uns.
Et tous les jours la Morgue ouvre ses portes au public. Elle ne craint pas, l’impudique, d’accuser le nombre de ses amants.
La foule, gourmande d’émotions, y court ; surtout les femmes. Par hasard j’entrai un jour.
Sur un lit était étendu un vieillard que la Seine avait teinté de rose. Les cheveux étaient blancs, rares et hérissés. Sur la poitrine se dressaient quelques poils, blancs et rares aussi. Le ventre était gonflé sous le masque de cuir, -qui est la feuille de vigne de la Morgue.
Parmi les curieux se trouvait une femme portant dans ses bras un enfant. La femme aurait voulu avoir dix yeux pour voir. L’enfant sommeillait. – Eh ! petit, dit la mère en montrant du doigt le vieillard plus terrible que la plus terrible toile espagnole, regarde donc, vois tu le beau monsieur ?

Champfleury, Fantaisies d’hiver, “La Morgue”, Paris: La librairie pittoresque de Martinon, 1847, pp. 116. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63633617/f18.item.r=Seinechien%20caillou%20Seine%20chien%20caillou

AUTEUR : HUSSON, Jules François Félix (dit Champfleury)
Epoque : XIX
GENRE : NOUVELLE
LIEU : PARIS
STRATE : DANS/ AU BORD

THEMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE
-la Seine putride
-Seine noire