Archives par mot-clé : Les tropes

Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, L’Arcadie [1781]

Dans son roman épique L’Arcadie, Bernardin de Saint-Pierre retrace le récit mythique de la transformation de la nymphe Seine en fleuve, à l’embouchure de l’océan. Il associe la Seine à la nymphe Héva, amie de la Seine, dont la falaise de La Hève, au Havre serait le tombeau.

La Seine, fille de Bacchus et nymphe de Cérès, avait suivi dans les Gaules la déesse des blés, lorsqu’elle cherchait sa fille Proserpine par toute la terre. Quand Cérès eut mis fin à ses courses, la Seine la pria de lui donner, en récompense de ses services, ces prairies que vous voyez là-bas. La déesse y consentit, et accorda de plus à la fille de Bacchus de faire croître des blés partout où elle porterait ses pas. Elle laissa donc la Seine sur ces rivages, et lui donna pour compagne et pour suivante la nymphe Héva, qui devait veiller près d’elle, de peur qu’elle ne fût enlevée par quelque dieu de la mer, comme sa fille Proserpine l’avait été par celui des enfers. Un jour que la Seine s’amusait à courir sur ces sables en cherchant des coquilles, et qu’elle fuyait, en jetant de grands cris, devant les flots de la mer qui quelquefois lui mouillaient la plante des pieds, et quelques fois l’atteignaient jusqu’aux genoux, Héva sa compagne aperçut sous les ondes les cheveux blancs, le visage empourpré et la robe bleue de Neptune. Ce dieu venait des Orcades après un grand tremblement de terre, et il parcourait les rivages de l’Océan, examinant, avec son trident, si leurs fondements n’avaient point été ébranlés. À sa vue, Héva jeta un grand cri, et avertit la Seine, qui s’enfuit aussitôt vers les prairies. Mais le dieu des mers avait aperçu la nymphe de Cérès, et, touché de sa bonne grâce et de sa légèreté, il poussa sur le rivage ses chevaux marins après elle. Déjà il était près de l’atteindre, lorsqu’elle invoqua Bacchus son père et Cérès sa maîtresse. L’un et l’autre l’exaucèrent : dans le temps que Neptune tendait les bras pour la saisir, tout le corps de la Seine se fondit en eau ; son voile et ses vêtements verts, que les vents poussaient devant elle, devinrent des flots couleur d’émeraude ; elle fut changée en un fleuve de cette couleur, qui se plaît encore à parcourir les lieux qu’elle a aimés étant nymphe. Ce qu’il y a de plus remarquable, c’est que Neptune, malgré sa métamorphose, n’a cessé d’en être amoureux, comme on dit que le fleuve Alphée l’est encore en Sicile de la fontaine Aréthuse. Mais si le dieu des mers a conservé son amour pour la Seine, la Seine garde encore son aversion pour lui. Deux fois par jour, il la poursuit avec de grands mugissements, et chaque fois la Seine s’enfuit dans les prairies en remontant vers sa source, contre le cours naturel des fleuves. En tout temps, elle sépare ses eaux vertes des eaux azurées de Neptune.

Héva mourut du regret de la perte de sa maîtresse. Mais les Néréides, pour la récompenser de sa fidélité, lui élevèrent sur le rivage un tombeau de pierres blanches et noires, qu’on aperçoit de fort loin. Par un art céleste, elles y enfermèrent même un écho, afin qu’Héva, après sa mort, prévint par l’ouïe et par la vue les marins des dangers de la terre, comme, pendant sa vie, elle avait averti la nymphe de Cérès des dangers de la mer. Vous voyez d’ici son tombeau. C’est cette montagne escarpée, formée de couches funèbres de pierres blanches et noires. Elle porte toujours le nom de Héva (Il y a en effet, à l’embouchure de la Seine, sur la rive gauche, une montagne formée de couches de pierres noires et blanches qui s’appelle la Hève [Note de l’auteur]) […] Pour Amphitrite, touchée du malheur de la Seine, elle pria les Néréides de creuser cette petite baie que vous voyez sur votre gauche, à l’embouchure du fleuve ; et elle voulut qu’elle fût en tout temps un havre assuré contre les fureurs de son époux. Entrez-y donc maintenant, si vous m’en croyez, pendant qu’il fait jour. Je puis vous certifier que j’ai vu souvent le dieu des mers poursuivre la Seine avant dans les campagnes, et renverses tout ce qui se rencontrait sur son passage.

Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, L’Arcadie [1781], Œuvres complètes, tome I, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2014.

Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, [1772]

Louis-Sébastien MERCIER, dans l’œuvre qu’il consacre à dresser le Tableau de Paris (1772) de son temps, évoque ce qu’il considère comme la vertu « purgative » de l’eau de Seine. Si l’action se situe à Paris, il est question de l’eau du fleuve de façon beaucoup générale, et le lieu n’est pas l’élément essentiel ici. Ce texte rappelle la préoccupation hygiéniste qui se développe au XVIIIe, que l’on retrouvera aussi dans l’article SEINE de L’Encyclopédie.

Quand la rivière est trouble, on boit l’eau trouble. On ne sait trop ce qu’on avale ; mais on boit toujours. L’eau de la Seine relâche l’estomac, pour quiconque n’y est pas accoutumé. Les étrangers ne manquent presque jamais l’incommodité d’une petite diarrhée ; mais ils l’éviteraient, s’ils avaient la précaution de mettre une cuillerée de bon vinaigre blanc dans chaque chopine d’eau.

Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, [1772], Paris, Le Mercure de France, 1994, p. 35.

Poète… VOS PAPIERS !, Léo Ferré, 1957

Léo Ferré est de ces noms qui résonnent familièrement aux oreilles des francophones, aussi familièrement que sa voix qui continue de résonner plus de 25 ans après sa disparition. Ferré était une force de la nature et un poète de la dureté humaine, un anarchiste jusqu’à dans son art, et cette métaphore qu’il nous offre dans son recueil au nom d’injonction : Poète… VOS PAPIERS, publié en 1957, en conclusion de« La muse en carte » n’en est que le reflet : un fleuve qui dévalant la France de la capitale à la mer dans un chant puissant finit par s’échouer dans la réalité.

“[…]

Je suis le fleuve doux le mors aux dents sans brides
Qui s’en vas vers Le Havre en couleur de chansons
Je me prends pour la Seine et me retrouve humide
Au creux d’un lit crasseux parmi des rêves de cons”

FERRE Léo, Poète… VOS PAPIERS !, Points, 2013, p. 23

À la Seine, Marceline Desbordes-Valmore, 1813

     Dans ce court poème issu de Romances, originellement publié en 1819, Marceline Desbordes-Valmore s’adresse sans égard au fleuve normand fleuri de mythologie. Les accents profondément romantiques de la marraine maudite de la modernité, cette plainte face à l’eau sont aujourd’hui un pont entre Lamartine et Apollinaire. Cette Seine est celle de Paris autant qu’elle est celle de Rouen ou du Havre : une étendue d’eau en perpétuel mouvement symbolisant l’image d’un temps fatalement inarrêtable que l’on supplie pour qu’il emporte nos souffrances et non notre félicité.

“Rive enchantée,
Berceau de mes amours ;
Onde argentée,
Image des beaux jours ;
Que ton cours est limpide !
Que ta fuite est rapide !
Ah ! pour mon cœur,
C’est l’adieu du bonheur.

Déjà ma lyre
Gémit dans les roseaux,
Et mon délire
A fait frémir tes eaux.
La naïade plaintive
Se penche sur la rive
Pour m’écouter,
Me plaindre, et m’arrêter.

Cette eau si belle
T’abandonne en courant ;
Moi, plus fidèle,
Je m’éloigne en pleurant.
Demain celui que j’aime
M’appellera lui-même !…
Vœux superflus !
Je ne l’entendrai plus.

Ah ! dans ta course,
Emporte mes tourments !
Mais, à ta source,
Retiens tous mes serments !
Si l’objet que j’adore
Vient m’y chercher encore,
Dis-lui qu’Amour
T’a promis mon retour.”

Marceline Desbordes-Valmore, Elégies, Marie et romances, François Louis, 1819, p. 25