Archives par mot-clé : Louis-Ferdinand Céline

Louis-Ferdinand CELINE, D’un château l’autre, Paris, Gallimard, 1957 (2)

Dans son roman D’un château l’autre, l’écrivain-narrateur évoque le spectacle de la Seine depuis la maison du haut- Meudon où il vit et écrit. Le spectacle est aussi très beau depuis le domicile de sa vieille voisine Mme Niçois. Céline rappelle combien il a toujours été « sensible aux mouvements des fleuves ».

« Oh, le trafic du fleuve demeure… tout le mouvement !… remorqueurs et leurs ribambelles, haut-bords, ras de l’eau, charbons, sables, décombres… queue leu leu leu… aval… amont… de chez Mme Niçois vous pouvez tout voir… elle est pas intéressée… cela dépend évidemment de la sensibilité que vous êtes ?… les mouvements des fleuves touchent… touchent pas !… les façons des convois des arches… cache-cache… là, de chez Mme Niçois, de sa fenêtre, vous les voyez s’engager… presque de l’île des Cygnes !… et de l’autre côté… passé Saint-Cloud… pensez ce bief ! du pont Mirabeau à Suresnes !… la vue des dîneurs !… »

Louis-Ferdinand CELINE, D’un château l’autre, Paris, Gallimard, 1957. Citation extraite de Romans, III, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1990, p. 59

Louis-Ferdinand CELINE, D’un château l’autre, 1957

Dans son roman D’un château l’autre, l’écrivain-narrateur évoque le spectacle de la Seine depuis la maison du haut- Meudon où il vit et écrit. Il se remémore le restaurant « La pêche miraculeuse », en bord de Seine, dans les premières décennies du XXe siècle, et le « tir aux pigeons » de l’Ile Seguin à Boulogne-Billancourt, qu’il a fréquenté enfant

Le temps de la « Pêche miraculeuse » c’était le moment de la vogue des yoles et des grands tricots à rayures, des rameurs à dardantes moustaches… je vois mon père, en dardantes moustaches !… je vois l’Achille en yole, calot, tricot, biscotos !… je vois tous les dabes…clientes gloussantes pour embarquer ! le tour de « l’île aux pigeons » !… putt ! putt ! le Tir ! mille petits cris, froufrous, frayeurs !… bas de soie, fleurs, fritures, monocles, duels !… la « Pêche », les balcons, là, maintenant à foutre à la Seine !… vermoulue la « Pêche »

« Je m’en souviens comme si j’y étais du « tir au pigeons »… de ces peupliers ! les cimes au vent ! pensez, j’ai pris assez de gifles, que j’étais pas sage, sur le bateau-mouche « Pont-Royal-Suresnes !… » le vrai bateau-mouche ! pas les simili d’à présent !… »

Louis-Ferdinand CELINE, D’un château l’autre, Paris, Gallimard, 1957. Citation extraite de Romans, III, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1990, p.

L.-F. CELINE, Féerie pour une autre fois II, 1952



Le spectacle de la Seine depuis Montmartre, pendant les bombardements de 1944. La Seine qui bouillonne sous l’effet des bombes.

« on voit bien les coteaux d’Enghien !… et la trouée vers Mantes, Meulan, l’argent, les voltes de la Seine… maintenant par l’effet des bombes le Seine bouillonne !… jugez l’effet »

CELINE, Louis Ferdinand, Féerie pour une autre fois II, 1952, Folio(c) Gallimard, p. 25