Archives par mot-clé : Mantes

Alfred Capus, Qui perd gagne, 1900

Qui perd gagne est un récit d’aventure qui a été écrit par Alfred Capus et publié en 1900. Dans cet extrait, un couple parisien décide d’emménager dans une maison située à la campagne, non loin de Mantes et en aval de la Seine. La vie au bord du fleuve attire ainsi ces personnages qui viennent s’installer près de la Seine et qui pourront profiter du paysage ainsi que de plusieurs activités comme le canotage.

<<— Si ça marche encore un peu, lui dit-elle, nous louerons quelque chose sur le bord de la Seine, pendant les grandes chaleurs. Il n’y a rien à faire à Paris, à ce moment-là, et la vie sera plus économique. >>

[…]

<< On leur indiqua, à quatre kilomètres de Mantes, en aval de la Seine, une maison de campagne qui était en location. Ils allèrent la visiter le dimanche suivant. On l’appelait la Maison Verte ; elle appartenait à un peintre qui, ayant été décoré au dernier Salon, devait passer l’été dans des villes d’eaux. Le propriétaire la louait toute meublée. Il y avait, en bas, la cuisine, la salle à manger et une autre petite pièce ; en haut, trois chambres et l’atelier, éclairé par une large baie d’où l’on apercevait la Seine. Le jardin s’étendait jusqu’aux bords du fleuve et contenait un verger, un potager et une tonnelle sous laquelle on pouvait déjeuner. Farjolle déclara que le paysage était beau. En leur montrant la tonnelle, le jardinier leur dit :

— Monsieur l’a mise dans le tableau qui lui a valu la croix de la Légion d’honneur.

Il insista sur les légumes.

— Il y en a pour toute la saison. Monsieur n’en achetait jamais à la ville.

— Ce sera une rude économie, fit observer Farjolle à sa femme.

Emma admira un grand carré de salades. La vue d’un cerisier où plusieurs cerises commençaient à mûrir, les décida. Farjolle accepta le prix : quinze cents francs pour la saison. De plus, les gages du jardinier qu’ils gardèrent à leur service.

— Voici l’adresse de Monsieur, à Paris.

— J’irai le voir demain et nous emménagerons dans huit jours.

Ils visitèrent encore la maison, puis descendirent le jardin jusqu’à la Seine. Au bout de l’allée un ponton servait à amarrer deux canots, compris dans la location, un gros, ventru et court, où l’on était très à son aise, et un plus mince pour la course.

Farjolle n’osa pas monter avec Emma dans celui-ci, « parce que, dit-il, les costumes de ville ne sont pas commodes pour ramer ». Le jardinier leur fit faire une petite promenade dans l’autre. Emma se mouilla en embarquant, ce qui lui causa une véritable joie. >>

Alfred Capus, Qui perd gagne, Librairie Paul Ollendorff, 1900, p.55 et p.141-143

AUTEUR  :  Alfred Capus
ŒUVRE  : Qui perd gagne
GENRE  : Récit d’aventure
ÉPOQUE  : XXe
LIEU  : Mantes

STRATE  : SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 1  : SE MOUVOIR

-Se promener

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Loisirs

THÉMATIQUE 3  : SEINE A LOISIRS

-Canoter

“L’inconnue de la Seine”, Jules SUPERVIELLE, 1929

Tous droits réservés©

Jules SUPERVIELLE (1884-1960) a consacré une nouvelle à la figure emblématique de « L’inconnue de la Seine ». Dans les premières années du XXe siècle, des reproductions du masque mortuaire d’une jeune femme circulent dans les milieux parisiens. On raconte que, sur le Quai de la Râpée, l’employé de la morgue qui a repêché le corps serait tombé amoureux de sa troublante beauté et aurait réalisé le masque. On ne connaîtra jamais l’identité de cette femme, qui inspirera de nombreux écrivains dont Aragon (Aurélien) et Céline (…) 

« Elle allait sans savoir que sur son visage brillait un sourire tremblant mais plus résistant qu’un sourire de vivante, toujours à la merci de n’importe quoi.

Atteindre la mer, ces trois mots lui tenaient maintenant compagnie dans le fleuve.

Les paupières closes, les pieds joints, les bras au gré de l’eau, agacée par les plis que formait un de ses bas au-dessous du genou, la gorge cherchant encore quelque force du côté de la vie, elle avançait, humble et flottant fait divers, sans connaître d’autre démarche que celle du vieux fleuve de France, qui, passant toujours par les mêmes méandres, allait aveuglément à la mer.

Dans la traversée d’une ville (« suis-je à Mantes, suis-à à Rouen ») elle fut maintenue quelques instants par des remous contre l’arche d’un pont et il fallut qu’un remorqueur passât tout près et brouillât l’eau pour qu’elle pût reprendre la route. »

Jules SUPERVIELLE, « L’Inconnue de la Seine », dans L’Enfant de la haute mer, Paris, Gallimard, 1931. Citation extraite de Folio, 1989, p. 66.