Archives par mot-clé : meurtres

Stanislas de Guaita, Rosa Mystica, 1885

Stanislas de Guaita se pose, par ce poème, écrit en 1885, en défenseur de la Seine face aux Parisiens, qui la critiquent alors qu’ils l’enlaidissent par leurs actions.

 

Je me suis dit, (voyant la Seine

Rouler sous les ponts ses flots verts,

Calme, à travers

Tes détritus, cité malsaine,)

Que les poètes, en leurs chants,

Sont bien méchants !

 

Laisse gronder la calomnie,

Ô fleuve ! Si, dans ton miroir

On a pu voir

Les hideurs et la vilenie

Que reflète, avec un sanglot,

Ton triste flot ;

 

Ô tombe errante, es-tu complice,

Quand, sous un ciel noir, l’assassin

Rougit ton sein,

Et, narguant l’affre du supplice,

Jette sa victime au courant

Qui fuit, pleurant ?…

 

Moi, je te sais innocent, Fleuve !

Prolonge ton murmure amer

Jusqu’à la mer !

À ton cours un peuple s’abreuve…

Mais l’enfant mord le sein maigri

Qui l’a nourri !

 

Paris ingrat qui te bafoue

Ne songe point — le gueux pervers —

Que tes flots verts

Lavent son front taché de boue,

Et daignent blanchir, en passant,

Ses mains de sang !

 

Novembre 1883.

 

Stanislas de Guaita, Rosa Mystica, Alphonse Lemerre, éditeur, 1885 (p. 247-249).

 

 

AUTEUR : DE GUAITA, Stanislas

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poème

LIEU : Paris

STRATE : DANS / AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

– se baigner

 

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

-meurtre

-la Seine putride

Le Miracle de Sainte Bautheuch (3)

L’Abbaye de Jumièges abrite une légende diffusée à partir du XIIe siècle. Elle raconte le châtiment que le roi Clovis II et son épouse Bathilde, future sainte, ont infligé à leurs deux fils pour avoir tenté d’accaparer le trône : ils leur font brûler les tendons, et, depuis Paris, les laissent dériver sur une barque sur la Seine. La barque finit sa course à Jumièges, où le fondateur de l’abbaye les recueille.

Cette légende a fait l’objet de nombreuses représentations picturales, elle a aussi inspiré les écrivains, et est évoqué par Ronsard (La Franciade), Proust (À la Recherche du temps perdu), Maurice Leblanc (La Comtesse de Cagliostro), Guy de Maupassant (Fort comme la mort), Dominique Noguez (Dandy de l’an 2000), entre autres.

Au Moyen Âge, plusieurs versions du récit ont été composées. Au XIVe siècle, le Miracle de Sainte Bautheuch propose une version une version théâtralisée de la légende. Dans le texte qui suit, le fils aîné racontent leur histoire, et leur pénible sur la Seine (« l’iaue de Saine ») à Saint-Philibert, fondateur de l’abbaye de Jumièges.

L’AINSNÉ

Pére, nostre estat vous veuil dire :

C’est voir que nous deux jounes hommes

Enfans du roy de France sommes,

Qui si orgueilleux devenismes

Qu’a tort guerroier le voulsismes

Et jetter de son regne hors,

Et en la guerre nous prist lors.

Or devez vous, sire, savoir,

De nous venjance voult avoir ;

Mais nulz ne nous osoit jugier,

Quant nostre mére, pour purgier

Ce qu’avions envers eulx mespris,

Nous jugea, qui estions pris,

Que jamais ne tendrions terre ;

Oultre, pour le fait de la guerre,

Que perdrions les vertuz des corps :

Si nous cuit on les jarrez lors ;

Et après elle a ordené

Qu’en ce batel fumes mené,

Puis nous laissa, a brief parler,

Aval l’iaue de Saine aler

Sanz perche et sanz gouvernement,

Fors que de Dieu tant seulement,

Qui nous a saux amenez ci.

Sire, si vous requier merci,

Qu’a l’onneur Dieu premiérement,

Et au salut secondement

De noz ames vous nous veilliez

Adviser, et nous conseilliez

Que pourrons faire.

Miracle de Sainte Bautheuch dans Les Miracles de Nostre Dame par personnages, édition de Gaston Paris et Ulysse Robert, F. Didot pour la Société des Anciens Textes Français, 1881, t. 6, p. 163-164, v. 2504-2534

LE MIRACLE DE SAINTE BAUTHEUCH (2)

L’Abbaye de Jumièges abrite une légende diffusée à partir du XIIe siècle. Elle raconte le châtiment que le roi Clovis II et son épouse Bathilde, future sainte, ont infligé à leurs deux fils pour avoir tenté d’accaparer le trône : ils leur font brûler les tendons, et, depuis Paris, les laissent dériver sur une barque sur la Seine. La barque finit sa course à Jumièges, où le fondateur de l’abbaye les recueille.

Cette légende a fait l’objet de nombreuses représentations picturales, elle a aussi inspiré les écrivains, et est évoqué par Ronsard (La Franciade), Proust (A la Recherche du temps perdu), Maurice Leblanc (La Comtesse de Cagliostro), Guy de Maupassant (Fort comme la mort), Dominique Noguez (Dandy de l’an 2000), entre autres.

Au Moyen Âge, plusieurs versions du récit ont été composées. Au XIVe siècle, le Miracle de Sainte Bautheuch propose une version théâtralisée de la légende. Dans le texte qui suit, la Reine Bathilde demande à un valet d’accompagner ses fils jusqu’à la Seine (« l’iaue de Saine »), et de leur laisser des vivres, pour qu’ils puissent survivre s’ils trouvent un asile et le salut.

BAUTHEUCH

Je veuil qu’avec mes filz alez

En l’aventure ou il iront.

Je ne scé s’il y fineront,

Mais n’aront que vous seulement ;

Si que servez les bonnement,

Ainsi comme a euls appartient.

Et toutesvoies s’ils avient

Que Dieu par my l’iaue de Saine

A port de salut les amaine,

Que tantost le me veignés dire.

Alons veoir noz enfans, sire,

Et savoir comment partiront,

Ne se jamais il nous verront

Après ce jour.

Miracle de Sainte Bautheuch dans Les Miracles de Nostre Dame par personnages, édition de Gaston Paris et Ulysse Robert, F. Didot p