Archives par mot-clé : Octave Mirbeau

Octave MIRBEAU, Dans le ciel

Octave MIRBEAU (1848-1917) venait d’acheter Les Tournesols et les Iris de Vincent VAN GOGH (1853-1890) lorsqu’il écrit Dans le ciel où Lucien, un des deux personnages principaux du roman, est librement inspiré de ce dernier. Lucien envoie cette lettre à son ami Georges pour lui décrire à la fois ses nouvelles inspirations pour la peinture et ses états d’âmes.

Depuis que je t’ai quitté, j’ai beaucoup marché, et j’ai rencontré des motifs inouïs, des paysages épatants, un entre autres, mazette ! Figure-toi dans une vallée resserrée, entre des coteaux, moitié craie rose, moitié pins, et d’une merveilleuse ondulation, la Seine très large. Parmi les eaux laiteuses, sous le ciel doux, des quantités de petites îles plantées de peupliers. De loin, à mi-côte, cela ressemble à de vagabondes cathédrales, à de gigantesques escadres, ou plutôt à des Atlantides, victorieuses de leur engloutissement séculaire, et resurgies, des fonds noirs de fucus, dans l’éclatant soleil de la vie. Oui, mais va donc rendre la majesté de ça !

Octave MIRBEAU, Dans le ciel, Les Éditions du Boucher, Société Octave Mirbeau, 2003, p. 108

Octave MIRBEAU, La Vache tachetée [1890]

La Bouille fut au XIXe siècle un lieu de villégiature prisée des Rouennais et des Parisiens. Hector Malot, qui en est originaire, y consacre notamment de magnifiques pages dans son roman Sans Famille.

Dans la nouvelle « La vache tachetée », l’écrivain et polémiste Octave Mirbeau, se moque avec truculence du goût des Rouennais pour la Bouille, pour fustiger notamment le théâtre social de la bourgeoisie.

La Bouille est, sur la Basse-Seine, un petit village, fréquenté des Rouennais et des gens d’Elbeuf. Il n’a de particulier que cette faveur qui, on ne sait pourquoi, le désigne à la passion des excursionnistes et villégiaturistes départementaux. Par un phénomène inexpliqué, La Bouille leur procure, paraît-il, l’illusion d’une plage et le rêve d’une mer. De Rouen ou d’Elbeuf, on assiste à cette folie des familles partant pour La Bouille, les petits avec des haveneaux et des paniers où le mot « crevettes » est brodé en laine rouge ; les grands coiffés de chapeaux à la Stanley, armés de lorgnettes formidables, et tout pleins de cette religieuse attention que donne la promesse des grands horizons maritimes et des bonnes brises salées. Or, à La Bouille, la Seine n’est pas plus large qu’à Vernon ou au Pont-de-l’Arche. En revanche, elle y est moins accidentée. Elle coule, lente et coutumière, entre deux berges expressément fluviales, que hantent les gardons et les chevennes, poissons terriens s’il en fut. Et cependant, pour peu que vous causiez cinq minutes avec un Rouennais de Rouen ou un Elbeuvien d’Elbeuf, il vous dira « Comment, vous ne connaissez pas La Bouille !… Mais il faut aller à La Bouille, il faut déjeuner à La Bouille ! La Bouille ! La Bouille ! » Quand il a dit : La Bouille ! il a tout dit. Quand il est allé à La Bouille, il a tout fait. Dans l’arrière-boutique, emplie de la poussière du coton, dans l’asphyxiante odeur de l’usine, La Bouille se présente à son esprit comme une sorte de Nice normande, de Sorrente occidentale, d’île lointaine et féerique, ceinturée de plages d’or et frangée d’écume rose, où sont des fleurs, des poissons et des oiseaux, comme il n’en existe dans aucun coin équatorial..

Octave MIRBEAU, La Vache tachetée [1890], Paris, Flammarion, 1921, p. 59