Archives par mot-clé : Pascal Quignard

Pascal QUIGNARD, « L’Estuaire », Une enfance havraise, 2013

Pascal QUIGNARD, dans un texte appelé « l’Estuaire » (2013) où il raconte son enfance havraise, évoque la traversée de la Seine à bord d’un bac avant la construction du pont de Tancarville.

Quand on arrive aux enfers la rive des vivants est toujours trop étroite. C’est un ponton de bois. C’est un quai. J’ai quatre ans. On prend le bac pour traverser la Seine déjà mêlée de mer. J’aimais beaucoup monter sur ce bac en bois qui franchissait beaucoup plus lentement l’estuaire. Tout est pâques en ce monde, passage, barque à nocher, bac de rive à rive. Étrange lac crevé que les reflux et les marées meuvent, que les barques et les voilent sillonnent. Ostie. Il est une porte que l’âge ouvre davantage sur l’océan infini parce que la mort, insensiblement, prend le même visage. J’avais quatre ans, j’avais cinq ans, j’aimais être sur le pont de bois du bac avec les vaches, avec les Juvaquatre, les Quatre-chevaux, les chevaux de trait, les poules qui cognaient de la tête dans leur panier d’osier, les porcs qui hurlaient. J’évoque un temps qui se passait avant que le pont de Tancarville fût édifié sur la baie entre Saint-Nicolas-de-la-Taille et le Marais-Vernier. C’était en 1952, en 1953.

Pascal QUIGNARD, « L’Estuaire », Une enfance havraise, Rouen, L’Echo des vagues, 2013.

Sur l’idée d’une communauté de solitaires, Pascal QUIGNARD, 2015

Tous droits réservés ©.

« Je vais chanter ce qui est en ruines. Tout ce qui est ruines est en moi comme un premier visage. Voici exactement ce que les naturalistes nomment l’empreinte chez les animaux. J’ai passé mon enfance dans un port qui a sauté en l’air au bout de l’estuaire. Là où la Seine s’élargissait, là où elle se jetait dans la Manche, là furent larguées les bombes. »

QUIGNARD Pascal, Sur l’idée d’une communauté de solitaires, Arléa, 2015 (r), p. 56

La Barque silencieuse, Pascal QUIGNARD, 2009

La Seine est parfois le théâtre de meurtres sordides, comme nous pouvons le voir dans La Barque silencieuse de Quignard :

Tous droits réservés ©.

« Bernon le suit sans hésiter. Marcellin l’entraine au bas du talus de la Seine. Une fois les deux enfants dissimulés par les joncs, le Palaiseau perce l’Enfant d’un coup de couteau. Il lui coupe la tête, pèle la peau de son visage, le rend méconnaissable. Il jette le corps dans l’eau de la Seine qui coule en direction du port du Havre de Grâce. Il cache le visage tout défiguré sous les pierres de la rive. »

QUIGNARD, Pascal, La barque silencieuse, Seuil, 2009 [Folio, p.142](r)

Tous droits réservés ©.

La leçon de musique, Pascal QUIGNARD, 1987

Tous droits réservés ©.

« Il voit le fleuve qu’il nomme alors encore une rivière couler vers le Havre de Grâce et se mêler aux eaux du petit bras de mer qui ronge les falaises, les prés des Normands inclinés vers la mer.

il a perdu sa voix. Il a suivi la rue de l’Arbre-Sec. Il longe la berge de la Seine. Il est abandonné de l’enfance.
« 



QUIGNARD, Pascal, La leçon de Musique, Hachette, 1987, (Folio, p.21)

Tous droits réservés ©.