Archives par mot-clé : Paysage industriel

Goncourt, Renée Mauperin, 1864

La Seine se situe dans l’espace mixte de la banlieue, entre la ville et la campagne, où le paysage industrialisé prévaut sur la nature. Elle est décrite en s’inspirant d’un tableau d’Hervier dont la référence picturale est exprimée par le narrateur et le personnage principal, Renée. Goncourt encourage ainsi le lecteur à comparer le paysage en prose au paysage peint.

Et d’un regard elle indiqua la Seine, les deux rives, le ciel.
De petits nuages jouaient et roulaient à l’horizon, violets, gris, argentés, avec des éclairs de blanc à leur cime qui semblaient mettre au bas du ciel l’écume du bord des mers. De là se levait le ciel, infini et bleu, profond et clair, splendide et déjà pâlissant, comme à l’heure où les étoiles commencent à s’allumer derrière le jour. Tout en haut, deux ou trois nuages planaient, solides, immobiles, suspendus. Une immense lumière coulait sur l’eau, dormait ici, étincelait là, faisait trembler des moires d’argent dans l’ombre des bateaux, touchait un mât, la tête d’un gouvernail, accrochait au passage le madras orange ou la casaque rose d’une laveuse. (…).
La campagne, le faubourg et la banlieue se mêlaient sur les deux rives. […] Il y avait des masures basses, des enclos de planches, des jardins, des volets verts, des commerces de vins peints en rouge, des acacias devant des portes, de vieilles tonnelles affaissées d’un côté, des bouts de mur blanc qui aveuglaient ; puis des lignes sèches de fabriques, des architectures de brique, des toits de tuile, des couvertures de zinc, des cloches d’ateliers. Des fumées montaient tout droit des usines, et leurs ombres tombaient dans l’eau comme des ombres de colonnes. […] Au-dessus d’un canal encombré de chalands, un pont tournant dressait en l’air ses deux bras noirs. Des pêcheurs jetaient et retiraient leurs lignes. Des roues criaient, des charrettes allaient et venaient. Des cordes de halage rasaient le chemin rouillé, durci, noirci, teint de toutes couleurs, par les décharges de charbon, les résidus de minerais, les dépôts de produits chimiques. Des fabriques de bougies, des fabriques de glucose, de féculeries, des raffineries semées sur le quai, au milieu de maigres verdures, il sortait une vague odeur de graisse et de sucre, qu’emportaient les émanations de l’eau et les senteurs du goudron. Des tapages de fonderies, des sifflets de machines à vapeur déchiraient à tout instant le silence de la rivière. C’était à la fois Asnières, Saardam et Puteaux, un de ces paysages parisiens des bords de la Seine, tels que les peint Hervier, sales et rayonnants, misérables et gais, populaires et vivants, où la Nature passe çà et là, entre la bâtisse, le travail et l’industrie, comme un brin d’herbe entre les doigts d’un homme.

GAUCOURT, Renée Mauperin, Paris: P.-A. Bourdier. 1864, p.7. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57190779/f19.item.r=Seine.texteImage

AUTEUR: Goncourt Jules

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Paris

STRATE: Sur / Au bord