Archives par mot-clé : Poésie

Marie-Joseph de Chenier, La Promenade à Auteuil, 1817

Cette poésie, mêlant lyrisme et politique, dépeint la Seine comme la confidente des déboires du poète qui dans la période troublée de la Restauration, avoue au fleuve son profond désespoir.

Roule avec majesté tes ondes fugitives,

Seine ; j’aime à rêver sur tes paisibles rives,

En laissant comme toi la Reine des Cités.

Ah ! lorsque la Nature, à mes yeux attristés,

Le front orné de fleurs, brille en vain renaissante,

Lorsque du renouveau l’haleine caressante

Rafraîchit l’Univers de jeunesse paré,

Sans ranimer mon front pâle et décoloré,

Du moins, auprès de toi que je retrouve encore

Ce calme inspirateur que le poète implore,

Et la mélancolie errante au bord des eaux !

Jadis, il m’en souvient, du fond de leurs roseaux

Tes Nymphes répétaient le chant plaintif et tendre,

Qu’aux échos de Passi ma voix faisait entendre.

Jours heureux ! Temps lointain, mais jamais oublié !

Où les Arts consolants, où la douce Amitié,

Et tout ce dont le charme intéresse à la vie,

Égayaient mes destins ignorés de l’envie. (…)

Là, Racine évoquait Andromaque et Pyrrhus ;

Contre Néron puissant faisait tonner Burrhus,

Peignait de Phèdre en pleurs le tragique délire :

Ces pleurs harmonieux que modulait sa lyre,

Ont mouillé le rivage, et de ses vers sacrés

La flamme anime encore les échos inspirés. (…)

Et cet astre plus doux, qui luit au haut des cieux,

Argente mollement les flots silencieux.

Ce feu qui me brûlait, a besoin de s’éteindre ;

Ce qui m’en reste encore n’est qu’un morne flambeau,

Éclairant à mes yeux le chemin du tombeau.

Que je repose en paix sous le gazon rustique,

Sur les bords du ruisseau pur et mélancolique ! (…)

 

Marie-Joseph de Chénier, La promenade à Auteuil, élégie composée sous le régime impérial, et trouvée dans un bosquet de cette campagne classique de la poésie française, par un auteur qui se fait reconnaître comme les grands peintres, Paris : Delaunay et Nepveu, 1817 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5450690t?rk=21459;2

 

AUTEUR : Marie-Joseph de Chénier

EPOQUE : XIX

GENRE : Poésie

LIEU : Auteuil

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– se promener

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

– la Seine putride

 

Cassan, La Nymphe de Chanceaux, 1699

Ce poème prête vie à la Seine en nous décrivant de manière détaillée et presque cartographique le cheminement de son cours d’eau, depuis sa source jusqu’à son arrivée à Paris. Après le détail de son parcours dans la capitale, la Seine incarnée sous les traits de la Nymphe, est alors maltraitée par les travaux d’endiguement de la ville.

Du fond d’un petit bois l’on voit sortir la Seine,

Qui d’abord jaillissant par de petits bouillons,

S’en va de quelques champs arroser les sillons, (…)

La Nymphe qui réside au fond de cette source, (…)

Elle sort à l’instant et sous l’ombre des Saules,

Tresse les longs Cheveux flottants sur ses épaules,

Mets sa Robe, et de fruits prends en bouquet en main,

Et quitte son séjour pour se mettre en chemin. (…)

Elle vient à Bagneux, où dans une vallée

Son Canal s’élargit et déjà sur ses Eaux

L’aviron fit voguer quelques légers Bateaux.

Alors de quelques flots élevant la surface,

La Nymphe en un instant se forme un char de glace,

Et Montant sur son siège elle va lentement

Suivre le fil de l’eau par un doux mouvement. (…)

Ainsi tranquillement elle fait son voyage,

Et remarque les lieux, qui bordent son rivage ; (…)

Enfin à la faveur de l’Onde qui la mène

Elle entre dans Paris sans détour ni sans peine, (…)

 

Ainsi se voit de loin la Machine effroyable

Ouvrage de nos jours qui parait incroyable,

Avec tout l’attirail de son corps hérissé

De rouages et de Ponts l’un sur l’autre exhaussé,

Dont les bras s’étendant vers le haut de la Cote

Meuvent les Balanciers comme on voit une Flotte,

Que la Vague entretient dans le balancement,

Incliner tous les Mâts à chaque mouvement :

Quoi dit-elle, en voyant la Machine étonnante,

Serai-je contrainte à poursuivre ma pente,

Et de me faire rouer parmi tous les ressorts,

Que je vois remuer par de si grands efforts ! (…)

Alors par ces efforts, elle sent qu’elle monte

Vers le haut du Coteau dans des tuyaux de fonte,

Qui vont la revomir au prochain réservoir,

Où cent autres Tuyaux viennent la recevoir. (…)

Enfin elle descend par des tuyaux de fer

Dans un long réservoir appelé trou d’Enfer (…)

Cassan, La Nymphe de Chanceaux ou l’arrivée de la Seine au château de Marly, Paris : A. Chrétien, 1699 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54292141.r=la%20nymphe%20de%20chanceaux?rk=21459;2

 

AUTEUR : M. Cassan

EPOQUE : XVII

GENRE : Poésie

LIEU 1 : Chanceaux

LIEU 2 : Bagneux

LIEU 3 : Paris

Etc

STRATE : DANS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– se promener

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– usine / industrie

– transporter

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

-se promener

-plaisirs

La Chute du Pont de bois, Poème en II Chants, 1710

Un auteur anonyme, signant Le Br. écrit un poème de deux chants, mêlant l’épique au burlesque, racontant comment un bateau marchand transportant du vin sur la Seine se fracasse sur un pont en arrivant à Paris. Les hommes à bord, hargneux, somment le dieu Bacchus de venir leur rendre justice : ce dernier convoquant la fureur des vents et de la Seine détruit le pont.

Où la Seine étonnée, arrosant de son onde

Une Ville superbe en merveilles féconde,

Étends deux vastes bras, et par un long détour

Dans ces lieux enchantés prolonge son séjour ;

S’élève un pont formé d’une antique structure :

Dans son industrieuse, et rare architecture,

Qui semble commander à l’humide élément (…)

 

Mille forts Pilotis dans le sable enfoncés

Bravent l’onde écumante, et les vents courroucés. (…)

Ses larges flancs ouverts, comme autant de canaux,

Donnent libre passage aux plus vastes bateaux.

L’un porte dans son sein la liqueur sans pareille,

Par qui l’ennui s’endort, et le plaisir s’éveille,

Et l’autre renfermant de précieux trésors,

Des présents de Cérès vient enrichir nos ports.

 

La Seine dans un lieu si digne de lui plaire

Promène lentement une onde pure, et claire ;

Sur ce rivage orné de verdure, et de fleurs,

Ses eaux n’exhalent point de nuisibles vapeurs. (…)

 

Le bateau heurte une arche, et le brise en éclats.

Les tonneaux dispersés suivant l’eau qui les guide

Flottent au gré des vents sur la plaine liquide (…)

L’un maudissant la Seine, et son cruel rivage,

Fait éclater son zèle et se jette à la nage,

Et l’autre sur les bords content de soupirer,

Regrette tant de biens qu’on ne peut recouvrer.

 

Va, cours, sans différer, sur les bords de la Seine,

Signaler les transports de ta rage inhumaine,

Et secondant l’ardeur de mes ressentiments,

De ce pont que tu vois frappe les fondements (…)

De la Seine bientôt l’onde écume, bouillonne,

Tout frémit d’épouvante, et d’effroi tout frissonne : (…)

Quel désastre fatal ! les Naïades timides

En sentirent trembler leurs cavernes humides.

 

Quand on vit sur les eaux flotter de toutes parts

Les débris de ce pont confusément épars.

De Pilotis brisés la rive était couverte (…)

 

Apprends, nouveau Léandre, apprends vite à nager.

Abrège ton chemin par ce moyen facile,

De la Seine pour toi l’eau deviendra docile. (…)

Le Br., La Chute du Pont de bois, poème en II chants, Paris : G. Lamesle, 1710 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54551482/f2.image.r=pont%20la%20Seine

 

AUTEUR : Anonyme (Le Br.)

EPOQUE : XVIII

GENRE : Poésie

LIEU : Paris

STRATES : SUR / DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– nager

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– commercer

– transporter

– métiers

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– accident

– noyade

Jean Racine, La Nymphe de la Seine, 1660

Dans cette célébration de la reine Marie-Thérèse d’Autriche, l’auteur présente la Seine personnifiée en une créature merveilleuse, une Nymphe, qui se lamente et dépérit car la guerre à rendue ses eaux troubles et mauvaises. Amour descend des cieux pour mieux lui apprendre que la reine Thérèse et le roi Louis XIV pacifient tous ses bords par leur amour, le fleuve ici deviens le lieu d’accueil de l’amour royal.

Je suis la nymphe de la Seine ;

C’est moi dont les illustres bords

Doivent posséder les trésors

Qui rendoient l’Espagne si vaine.

Ils sont des plus grands rois l’agréable séjour ;

Ils le sont des plaisirs, ils le sont de l’amour ;

Il n’est rien de si doux que l’air qu’on y respire ;

Je reçois les tributs de cent fleuves divers ;

Mais de couler sous votre empire,

C’est plus que de régner sur l’empire des mers. (…)

 

De tant de malheurs affligée,

Je parus un jour sur mes bords,

Pensant aux funestes discords

Qui m’ont si longtemps outragée ;

Lorsque d’un vol soudain je vis fondre des cieux

Amour, qui me flattant de la voix et des yeux :

Triste nymphe, dit-il, ne te mets plus en peine ;

Je te préparer un sort si charmant et si doux,

Que bientôt je veux que la Seine

Rende tout l’univers de sa gloire jaloux. (…)

 

Les dieux mêmes viendront passer ici leurs jours.

Ton repos en durée égalera ton cours.

Mars de ses cruautés n’y fera plus d’épreuves ;

La gloire de ton nom remplira l’univers :

Et la Seine sur tous les fleuves

Sera ce que Thétis est sur toutes les mers.

Jean Racine, La Nymphe de la Seine à la Reyne, ode, Paris : A. Courbé, 1660

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5529720q/f314.image.r=nymphe%20de%20la%20Seine?rk=21459;2

 

AUTEUR : Jean Racine

EPOQUE : XVII

GENRE : Poésie

LIEU : Inconnu (bord de Seine)

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– guerroyer

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– plaisirs

– amours

Remy BELLEAU, Épithalame chanté par les Nymphes de Seine, 1559

 

L’auteur de la Pléiade compose ce chant poétique en invoquant la Nymphe de la Seine, personnification merveilleuse du fleuve, lui permettant par l’entremise de son évocation, de célébrer la fille du roi Henri II, Madame Claude, pour son mariage à venir avec le duc de Lorraine. L’heureux poème offre une Seine enchantée, propice à la fête, aux amours et à la musique.

 Nymphes qui vos tresses blondes

Mignotez dessus les bords,

Des claires et belles ondes,

De la Seine au plis retors,

Si quelque flamme amoureuse

Vous échauffe sous les eaux,

Chantez les chastes flambeaux,

De cette nuit bienheureuse. (…)

 

Serre ta robe ondoyante

D’un long repli blanchissant,

Et d’une agrafe mordante

Ton brodequin jaunissant, (…)

 

Et toi Ciel, que l’on répande

Par l’air un fleuve d’odeurs,

Une moisson de lavande,

De lys, de roses, de fleurs,

Tant que la terre enivrée

Du nectar de ces présents,

Toujours grosse d’un printemps,

Fasse une saison d’orée.

 

Nymphe des eaux citoyennes,

Nymphettes aux beaux talons,

Aux gorges musiciennes,

Dansez dessus vos sablons (…)

 

Autant les Nymphes sacrées,

Les Nymphettes aux yeux vers,

De leur bouchettes sucrées,

Au lit chantèrent ces vers,

Prenant la boucle fatale

De leur belle, et blanche main,

La bouclèrent sous le sein

De cette Nymphe Royale.

 

BELLEAU Rémy, Épithalame sur le mariage de Monseigneur le duc de Lorraine et de Madame Claude Fille du Roy, chanté par les Nymphes de Seine et de Meuse, Paris : A. Wechel, 1559 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k713025.r=epithalame%20lorraine%20madame%20claude?rk=42918;4

 

AUTEUR : Rémy Belleau

 

EPOQUE : XVI

 

GENRE : Poésie

 

LIEU : Inconnu

 

STRATE : AU BORD / DANS

 

THEMATIQUE 3 : SEINE à LOISIRS

– se baigner

– plaisirs

– amours

 

THEMATIQUE 5 : HORS LIEUX 

  • tropes 
  • le fleuve

 

Alice BAUDE, Les Eaux mauvaises (collectif), 2019

Les Eaux mauvaises est un recueil de textes composés par de jeunes écrivains à l’occasion d’un séminaire d’écriture au Moulin d’Andé, pendant l’automne 2018. Il s’agissait d’explorer le thème des « fluidités », et d’écrire sur la Seine depuis les rives du fleuve. Alice Baude a immergé ses feuilles dans la Seine. Son texte rend compte d’un fleuve « noir » et d’eaux menacées.

J’ai coulé mon eau d’aquarelle dans le marasme âcre de la Seine après Paris. Ce n’est qu’un peu de pus de plus. Je glisse mes mots ces écailles sous la bruine sur ma feuille l’encre s’efface. J’écris sous l’eau, l’encre perle, l’encre coagule. Il y a rouge il y a vert il y a gris il y a tache. Un cygne plisse la surface.

Par ce brouillard bruineux je t’écris la poiscaille mordue par l’acide.

La goulée petite goulée d’eau de la langue à la glotte je la bois elle claque l’eau saine. Je guette ce qu’elle me dit. Et elle me dit les cagouilles les bétonnades les pisses en continu dans son vivier le passage malin dans les turbines les refroidissements électriques et les synapses nucléaires. Elle me dit la calfeutre dans du plastique la calfeutre dans des berges, des étreintes à l’empoumonade et des dégueulis à même la molécule.

Tu parles d’une vase. […]

Elles ont dû en brasser les eaux, des bouillons de miasmes, des vapeurs méphitiques aux souvenances métropoles. Elles ont dû en brasser, colporter sarcler emmener pétrir, des semelles et des boîtes, des bacs et des plastiques. Les eaux souillées, les eaux mordues à l’acier, pourries à l’intime. 

Alice BAUDE, Les Eaux mauvaises (collectif), Le Havre, Editions de l’ESADHaR, 2019.

Jacques ROUBAUD, Je suis un crabe ponctuel, Anthologie personnelle, 2016

Le poète contemporain Jacques Roubaud consacre ici un texte à Raymond Queneau, qu’il imagine marchant en bord de Seine à Paris, plongé dans la composition d’un poème combinatoire, fait de lettres et de chiffres. Les feuilles d’automne et les feuilles du carnet à poème prennent pareillement l’eau de novembre et du fleuve.

Queneau en novembre

Je le vois au bord de la Seine

Couleur d’un ciel couleur de l’eau

Il rêve d’un monde rêvé

Où les nombres succombent mieux

Aux manigances du poème

Je vois, les feuilles sont tombées

Aux flaques de basse lumière

Est-ce décembre ou bien novembre ?

Dès que les feuilles sont tombées

On sort son carnet à poèmes

On marche sur le bord de Seine

C’est le soir : la pauvre lumière

Solaire faiblit. Il vaut mieux

Laisser son ombre prendre l’eau

Sous les averses de novembre

En rêvant du nombre rêvé

Notre ombre en automne prend l’eau

Nos pompes ne valent pas mieux

Gluantes des feuilles tombées

Dans les caniveaux de novembre

Le soir dirige sa lumière

Vers le calepin à poème

Où s’inscrit le nombre rêvé

En marchant sur les bords de Seine

[…]

Etait-ce décembre ou novembre

Je le vois sur le bord de Seine

Levant sa page à la lumière

Noircie de chiffres, molle d’eau

Il va sur les feuilles tombées

Il rêve du monde rêvé

Où nombres et mots du poème

Se plaisent et s’accordent mieux

[…]

Envoi

Tombe d’un rêve de novembre

J’ai mis ce poème à l’eau de Seine

Du mieux que j’ai pu, en lumière

Jacques ROUBAUD, Je suis un crabe ponctuel, Anthologie personnelle, Paris, Gallimard, 2016, p. 95.

Guillaume APOLLINAIRE, Le Flâneur des deux rives, 1918

Dans Le Flâneur des deux rives (1918), qui narre la promenade rêveuse du poète à Paris, figure cette mention nostalgique des berges à Auteuil, autrefois habitées de bouges et de guinguettes. Apollinaire rappelle combien il a aimé chanter la Seine et évoque le Pont Mirabeau.

Mais descendons vers la Seine. C’est un fleuve adorable. On ne se lasse point de le regarder. Je l’ai chantée bien souvent en ses aspects diurnes et nocturnes. Après le pont Mirabeau la promenade n’attire que les poètes, les gens du quartier et les ouvriers endimanchés.

Peu de Parisiens connaissent le nouveau quai d’Auteuil. En 1909 il n’existait pas encore. Les berges aux bouges crapuleux qu’aimait Jean Lorrain ont disparu. « Grand Neptune », « Petit Neptune », guinguettes du bord de l’eau, qu’êtes-vous devenus ? Le quai s’est élevé à la hauteur du premier étage. Les rez-de-chaussée sont enterrés et l’on entre maintenant par les fenêtres.

Guillaume APOLLINAIRE, Le Flâneur des deux rives, Paris, Editions de la Sirène, 1918, p. 20.

Guillaume APOLLINAIRE, Il y a [1915]

L’île des impressionnistes de Croissy est célèbre pour avoir abrité le cabaret flottant La Grenouillère, lieu de loisirs célébré par de nombreux peintres et écrivains de la seconde moitié du XIXe.

Dans Calligrammes (1918), Guillaume Apollinaire, auteur du célèbre poème sur la Seine « Le Pont Mirabeau », fait revivre le temps passé de façon mélancolique.

Au bord de l’île on voit

Les canots vides qui s’entre-cognent

Et maintenant

Ni le dimanche ni les jours de la semaine

Ni les peintres ni Maupassant ne se promènent

Bras nus sur leurs canots avec des femmes à grosses poitrines

Et bêtes comme chou

Petits bateaux vous me faites bien de la peine

Au bord de l’île

Guillaume APOLLINAIRE, Il y a [1915], Œuvres poétiques, Paris, Gallimard, 1965, p. 352.

Lord BYRON, « Âge de bronze » dans Œuvres complètes de Lord Byron

Dans L’Âge de bronze (1823), satire en vers de la politique européenne, le poète romantique anglais Lord Byron se réfère aux guerres napoléoniennes. La Seine incarne ici la France, dont les soldats ont déserté les rives pour aller verser leur sang dans les batailles.

Thou other Element! as strong and stern,

To teach a lesson conquerors will not learn!—

Whose icy wing flapped o’er the faltering foe,

Till fell a hero with each flake of snow;

How did thy numbing beak and silent fang,

Pierce, till hosts perished with a single pang!

In vain shall Seine look up along his banks

For the gay thousands of his dashing ranks!

In vain shall France recall beneath her vines

Her Youth—their blood flows faster than her wines;

Lord BYRON, “Age of Bronze” in The Works of Lord Byron [1823], A new, revised, and enlarged edition, with illustrations, V, Ed. Ernest Hartley Coleridge, Londres, 1910, p. 552

Seul tu restes sans rivaux jusqu’aux feux à venir

Dans lequel doivent finir tous les empires !

Et toi, antagoniste du feu ! Indomptable et rude puissance qui

Donnas aux conquérants des leçons dont ils n’ont point profité !…

Ton aile de glace s’étendit sur l’ennemi chancelant,

Et pour chaque flocon de ta neige, il tomba un héros ;

Sous les coups stupéfiants de ton bec et de tes serres silencieuses, des bataillons expirèrent À la fois en une seule palpitation d’agonie !

En vain la Seine cherchera sur ses rives ses milliers de braves si brillants et si gais

En vain la France rappellera ses jeunes hommes sous l’abri de ses treilles ;

Leur sang coule à flots plus pressés que ses vins ;

Lord BYRON, « Âge de bronze » dans Œuvres complètes de Lord Byron / traduction de Louis Barré, Paris, Ed. Bry Ainé, 1856, p. 109

Jean de la Fontaine, “L’enfant et le Maître d’école”

Dans la fable « L’enfant et le maître d’école », Jean de La Fontaine prête sa voix à un écolier qui, « badinant sur les bords de Seine », tombe dans l’eau du fleuve. Le Maître d’école passe en cet endroit fort heureusement, mais il ne faudrait pas que ses remontrances durent trop longtemps…

Dans ce récit je prétends faire voir

D’un certain sot la remontrance vaine.

Un jeune enfant dans l’eau se laissa choir,

En badinant sur les bords de la Seine.

Le Ciel permit qu’un saule se trouva

Dont le branchage, après Dieu, le sauva.

S’étant pris, dis-je, aux branches de ce saule ;

Par cet endroit passe un Maître d’école.

L’Enfant lui crie : Au secours, je péris.

Le Magister se tournant à ses cris,

D’un ton fort grave à contre-temps s’avise

De le tancer. Ah le petit babouin !

Voyez, dit-il, où l’a mis sa sotise !

Et puis prenez de tels fripons le soin.

Que les parents sont malheureux, qu’il faille

Toujours veiller à semblable canaille !

Qu’ils ont de maux, et que je plains leur sort !

Ayant tout dit, il mit l’enfant à bord.

Je blâme ici plus de gens qu’on ne pense.

Tout babillard, tout censeur, tout pédant,

Se peut connaître au discours que j’avance :

Chacun des trois fait un peuple fort grand ;

Le Créateur en a béni l’engeance.

En toute affaire ils ne font que songer

Aux moyens d’exercer leur langue.

Hé, mon ami, tire-moi de danger :

Tu feras après ta harangue.

Jean DE LA FONTAINE, « L’Enfant et le Maître d’école », Fables, Livre I[1668], FOLIO, 1986, p. 56.

Nicolas Boileau, “épître VI”

En 1667, le poète classique Nicolas BOILEAU (1636-1711) passa une partie de l’été à la campagne, dans le village d’Haute-Isle. Il y reçut une lettre d’un ami, M. de Lamoignon, qui se plaignait de son absence et l’engageait à revenir à Paris.

Boileau lui répond par une épître, « La campagne et la ville » dans laquelle il décrit les plaisirs de la vie champêtre en bord de Seine et le village enchanteur où il séjourne.

Oui, Lamoignon, je fuis les chagrins de la ville,

Et contre eux la campagne est mon unique asile.

Du lieu qui m’y retient veux-tu voir le tableau ?

C’est un petit village ou plutôt un hameau,

Bâti sur le penchant d’un long rang de collines,

D’où l’œil s’égare au loin dans les plaines voisines.

La Seine, au pied des monts que son flot vient laver,

Voit du sein de ses eaux vingt îles s’élever,

Qui, partageant son cours en diverses manières,

D’une rivière seule y forment vingt rivières.

Tous ses bords sont couverts de saules non plantés,

Et de noyers souvent du passant insultés.

Le village au-dessus forme un amphithéâtre :

[…]

C’est là, cher Lamoignon, que mon esprit tranquille

Met à profit les jours que la Parque me file.

Ici, dans un vallon bornant tous mes désirs,

J’achète à peu de frais de solides plaisirs.

Tantôt, un livre en main, errant dans les prairies,

J’occupe ma raison d’utiles rêveries :

Tantôt, cherchant la fin d’un vers que je construi,

Je trouve au coin d’un bois le mot qui m’avoit fui ;

Quelquefois, aux appas d’un hameçon perfide,

J’amorce en badinant le poisson trop avide ;

Ou d’un plomb qui suit l’œil, et part avec l’éclair,

Je vais faire la guerre aux habitans de l’air.

[…]

Nicolas BOILEAU, « Epître VI » [1676], Œuvres poétiques, Paris, Imprimerie générale, 1872, p. 37.

Pierre de Ronsard, La Franciade

Pierre de RONSARD écrit la Franciade (1572), poème épique inachevé qui conte la fondation de la monarchie française par Francus, fils d’Hector. Paris est le « siège royal » de France, pourtant, ce n’est pas sans épreuves et combats sanglants que Francus devra conquérir la ville bordée par la Seine.

Tout flamboyant en l’esclair du harnois,

Descampera du rivage gaulois ;

Comme un torrent qui s’enfle et renouvelle,

Viendra couvrir les champs de la Mozelle

Puis, en l’honneur de son oncle Pâris,

Aux bords de Seine ira fonder Paris,

Siege royal d’un sceptre si superbe.

Or, ce Paris, qui maintenant n’est qu’herbe,

Isle serrée entre deux flots tortuz,

Dedans le ciel envoirra ses vertuz

Et ses maisons en marbre elabourées

Voisineront les estoiles dorées.

Devant le mur maint combat se fera ;

Seine de meurtre à bouillons s’enflera,

Tournant sanglante, à courses vagabondes

Hommes, chevaux et armes sous ses ondes.

Pierre de Ronsard, Œuvres complètes de P. de Ronsard (Nouvelle édition, publiée sur les textes les plus anciens avec les variantes et des notes), Gallica, BNF, 1857-1867, p. 50

Poète… VOS PAPIERS !, Léo Ferré, 1957

Léo Ferré est de ces noms qui résonnent familièrement aux oreilles des francophones, aussi familièrement que sa voix qui continue de résonner plus de 25 ans après sa disparition. Ferré était une force de la nature et un poète de la dureté humaine, un anarchiste jusqu’à dans son art, et cette métaphore qu’il nous offre dans son recueil au nom d’injonction : Poète… VOS PAPIERS, publié en 1957, en conclusion de« La muse en carte » n’en est que le reflet : un fleuve qui dévalant la France de la capitale à la mer dans un chant puissant finit par s’échouer dans la réalité.

“[…]

Je suis le fleuve doux le mors aux dents sans brides
Qui s’en vas vers Le Havre en couleur de chansons
Je me prends pour la Seine et me retrouve humide
Au creux d’un lit crasseux parmi des rêves de cons”

FERRE Léo, Poète… VOS PAPIERS !, Points, 2013, p. 23

Au Fil de l’Eau, Paul-Louis Couchoud, 1905

Au fil de l’eau est souvent considéré comme le premier recueil de haïkus français. Cette brochure de 72 poèmes, publiée à l’époque à 30 exemplaires, est l’oeuvre de trois étudiants héritiers du japonisme du 19ème siècle : Paul-Louis Couchoud, André Faure, Albert Poncin. Initié par le premier à cette sensibilité poétique propre aux Japonais, les trois amis se lancent dans une croisière fluviale sur les canaux de France, parcourant le Centre, mais partant de Paris. Le premier haïku, lui qui ouvre le recueil, évoque la Seine sans la citer et transmet à son lecteur tout le glissement du bateau qui les emmène dans un voyage dont ils reviendront les poches pleines de poésie.

Le convoi glisse déjà.
Adieu Notre-Dame !…
Oh !… la gare de Lyon.

COUCHOUD Paul-Louis, FAURE André, PONCIN Albert et LOZANO Rafael, Au fil de l’eau suivi de HAIKAIS, Milles et une nuits, 2004, p. 20