Archives par mot-clé : Poésie

En bateau-mouche, François Coppée, 1892

François Coppée fût toujours un poète entre deux mondes, cherchant à révéler dans un style naturel l’émotion derrière les choses. La simplicité de sa plume ne l’empêcha ni d’être salué par les parnassiens que d’être inlassablement moqué par Verlaine ou Rimbaud, notamment dans l’Album Zutique, qui lui reprochait entre autres l’expression d’un confort bourgeois. Dans le Cahier Rouge, recueil de 1892, le lecteur découvre la pièce “En Bateau-Mouche”, qui dans un dizain nous emmène goûter à l’atmosphère d’une promenade dominicale sur la Seine comme sur ses rives.

“Je pris le bateau-mouche au bas du Pont-Royal ;
Et sur un banc devant le public trivial ;
– Ô naïve impudeur ! ô candide indécence ! –
Je vis un ouvrier avec sa connaissance,
Qui se tenaient les mains, malgré les curieux,
Et qui se regardaient longuement dans les yeux.
Ils restèrent ainsi tout le long de la Seine,
Sans faire attention au petit rire obscène
Des gens qui se poussaient du coude, l’air moqueur
– Et je les enviais dans le fond de mon cœur.”

COPPEE François, Œuvres complètes, Librairie L. Hébert, 1892, Poésies, tome II p.67

Les Déliquescences D’Adoré Floupette, Henri Beauclair, 1885

Henri Beauclair, caché aux côtés de son acolyte de plume derrière le pseudonyme d’Adoré Floupette, publia en 1885 un recueil satirique nommé Les Déliquescences. Ici y sont tournés en dérision le symbolisme et le décadentisme, courants majeurs de ce siècle. Ainsi Sergio Cigada, grand critique et essayiste, qualifiera Les Déliquescences de “Brillante parodie du maniérisme décadent-symboliste.” dans Études sur le symbolisme.  Un poème parmi les autres se détache car y est mis en scène, sur ce ton parodique propre au recueil, la légende des énervés de Jumièges dérivant posément sur la Seine.

“L’Horizon s’emplit
De lueurs flambantes,
Aux lignes tombantes
Comme un Ciel de Lit.

L’Horizon s’envole,
Rose, Orange et Vert,
Comme un cœur ouvert
Qu’un relent désole.

Autour du bateau
Un remous clapote ;
La brise tapote
Son petit manteau,

Et, lente, très lente
En sa pâmoison
La frêle prison
Va sur l’eau dolente.

Ô Doux énervés,
Que je vous envie
Le soupçon de vie
Que vous conservez !

Pas de clameur vaine,
Pas un mouvement !
Un susurrement
Qui bruit à peine !

Vous avez le flou
Des choses fanées,
Âmes très vannées,
Allant Dieu sait où !

Comme sur la grève,
Le vent des remords,
Passe, en vos yeux morts,
Une fleur de rêve !

Et, toujours hanté
D’un ancien Corrège,
Je dis : Quand aurai-je
Votre Exquisité ?”

BEAUCLAIR Henri & VICAIRE Gabriel, Les Déliquescences : poèmes décadents d’Adoré Floupette avec sa vie par Marius Tapora, Lion Vanné, 1885, p. 53

D’une fenêtre sur la Seine, Lucie Delarue-Mardrus, 1908

 

     Fille d’Honfleur, Lucie Delarue-Mardrus est restée toute sa vie profondément attachée à sa région natale malgré de très nombreux voyages et une vie avant tout parisienne. Dans son recueil La Figure de Proue, publié en 1908 et nourrit de ses voyages en orient, elle évoque dans une courte partie le retour en France. D’une fenêtre sur la seine c’est un triptyque inégal, où le fil de l’eau et la vision de la Seine renvoient douloureusement celle surnommée Princesse Amande à ses souvenirs de voyages pleins de vie, de couleurs et de différences, et font éclatés le tiraillement entre l’ici et l’ailleurs. Cette Seine est encore celle du souvenir mais seulement car son spectacle habituel ravive l’envie du renouveau.

I

Je pense seule à ma fenêtre de Paris,
Devant le Louvre noir dans le temps glauque et gris,
Devant la Seine entre ses quais de pierre dure,
Ses ponts, ses deux ou trois peupliers sans verdure.

Je pense au cher pays d’Afrique tout doré
Qui, dans un pli profond de ma mémoire, brille ;
À ce Paris qui fut et demeure ma ville ;
À des pays encore inconnus où j’irai ;
À ma tendresse au fond de moi comme un sourire,
À des choses aussi que l’on ne peut pas dire
Et qui brûlent mes yeux de domination.

[…]

III

Le cri des bateaux sur la Seine
M’entre en plein cœur comme un poignard.
Mais je suis seule. Nul n’est là pour mon regard,
Pour mon âme et ce qui la mène.

Mon cœur s’est éteint dans le gris,
Mon cœur où flamboyait l’Afrique…
Repose dans mes mains, mon cœur mélancolique,
Voici ce que t’a fait Paris.

[…]

DELARUE-MARDRUS Lucie, La Figure de proue, E. Fasquelle, 1908, p.135

La Franciade, Pierre de Ronsard, 1572

 

     La Franciade devait être le Magnus opus du grand auteur du XVIème. Mais le soudain décès de son commanditaire, Henri II, poussa son auteur, Pierre de Ronsard a cessé son œuvre, puis, de disgrâce, l’écriture. Dans cet extrait du quatrième et dernier livre, Ronsard évoque un épisode de la vie de Clovis II : celui de la tentative de renversement, orchestrée par ses fils, ancrée dans l’imaginaire collectif,  notamment grâce au tableau des Énervés de Jumièges d’Évariste-Vital Luminais. Les fils, remis par leur mère à la Seine comme à la providence après la brûlure de leurs nerfs, dérivèrent jusqu’à l’Abbaye de Jumièges où ils furent reconnus et accueillis par son fondateur Saint-Philibert. De cet épisode légendaire Ronsard tire une leçon pour les enfants, ne pas aller à l’encontre de ses géniteurs, où la Seine est le lieu de l’abandon, d’une épreuve mais aussi de la preuve d’une miséricorde divine.

     “Outre la mer bien loin de sa patrie
Tiendra des juifs l’heureuse seigneurie,
Et son ost brave et luy brave à la main
Boiront sept ans les ondes du Jourdain :
Puis retourné pour quelque trouble en France,
De ses enfants punira l’arrogance,
Qui par flateurs par jeunes gens deceus
Vers celle ingrats qui les avoit conceus
De tout honneur degraderont leur mere,
Et donneront la bataille à leur père.
     Leur mere adonc, ah ! mere sans merci,
Fera bouillir leurs jambes, et ainsi
Tous mehaignez les doit jetter en Seine.
Sans guide iront où le fleuve les meine
A l’abandon des vagues et des vens :
Grave supplice ! à fin que les enfans
Par tel exemple apprennent à ne faire
Chose qui soit à leurs parens contraire.”

Pierre de Ronsard, Œuvres Complètes vol. I, La bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1993, p. 1143 (v1417-1434)

La Seine, Louis Aragon, 1915

Dans le poème La Seine publié en 1915, l’auteur Louis Aragon décrit le paysage qui borde la Seine, un paysage industriel… 

LA SEINE

La Seine…Les pontons s’en vont vers la colline
Qui borne l’horizon d’un profit bleuissant.
Le fleuve tourne au pied du coteau frémissant
De l’Avril qui renait au sein de l’aubépine

Dans le rouge reflet du soleil qui descend,
Monte, noire, fumeuse et vivante, l’usine.
La fumée et le ciel se teintent de sanguine ;
Une maison se dresse et sourit au passant.
Comme de ce vallon monte la vie, et comme
L’oeuvre de la nature et le travail de l’homme
S’unissent, dans un ton de rouille vespéral !

On devine, parmi la paix et le silence,
La chanson des oiseaux qui sortira du val
Pour apporter l’amour à l’humaine souffrance.

Louis Aragon, La Seine, 1915. 

Claude Monet, La Seine au Petit Gennevilliers. Tous droits réservés. ®

À la Seine, Marceline Desbordes-Valmore, 1813

     Dans ce court poème issu de Romances, originellement publié en 1819, Marceline Desbordes-Valmore s’adresse sans égard au fleuve normand fleuri de mythologie. Les accents profondément romantiques de la marraine maudite de la modernité, cette plainte face à l’eau sont aujourd’hui un pont entre Lamartine et Apollinaire. Cette Seine est celle de Paris autant qu’elle est celle de Rouen ou du Havre : une étendue d’eau en perpétuel mouvement symbolisant l’image d’un temps fatalement inarrêtable que l’on supplie pour qu’il emporte nos souffrances et non notre félicité.

“Rive enchantée,
Berceau de mes amours ;
Onde argentée,
Image des beaux jours ;
Que ton cours est limpide !
Que ta fuite est rapide !
Ah ! pour mon cœur,
C’est l’adieu du bonheur.

Déjà ma lyre
Gémit dans les roseaux,
Et mon délire
A fait frémir tes eaux.
La naïade plaintive
Se penche sur la rive
Pour m’écouter,
Me plaindre, et m’arrêter.

Cette eau si belle
T’abandonne en courant ;
Moi, plus fidèle,
Je m’éloigne en pleurant.
Demain celui que j’aime
M’appellera lui-même !…
Vœux superflus !
Je ne l’entendrai plus.

Ah ! dans ta course,
Emporte mes tourments !
Mais, à ta source,
Retiens tous mes serments !
Si l’objet que j’adore
Vient m’y chercher encore,
Dis-lui qu’Amour
T’a promis mon retour.”

Marceline Desbordes-Valmore, Elégies, Marie et romances, François Louis, 1819, p. 25

« Chanson de la Seine », Jacques Prévert, 1945

Jacques Prévert décrit le fleuve dans sa “Chanson de la Seine”, qui apparaît dans le court métrage “AUBERVILLIERS” réalisé en 1945 et distribué en complément de programme de “LA BATAILLE DU RAIL” de René Clément.
Le poème s’inscrit dans cette tradition de représenter dans la poésie la Seine comme une figure féminine courtisée par les parisiens et les touristes.

Chanson de la Seine.

« La Seine a de la chance
Elle n’a pas de souci
Elle se la coule douce
Le jour comme la nuit
Et elle sort de sa source
Tout doucement, sans bruit,
Et sans se faire de mousse
Sans sortir de son lit
Elle s’en va vers la mer
En passant par Paris

La Seine a de la chance
Elle n’a pas de soucis
Et quand elle se promène
Tout le long de ses quais
Avec sa belle robe verte
Et ses lumières dorées
Notre-Dame jalouse
Immobile et sévère
Du haut de toutes ses pierres
La regarde de travers
Mais la Seine s’en balance
Elle n’a pas de soucis
Elle se la coule douce
Le jour comme la nuit
Et s’en va vers le Havre
Et s’en va vers la mer
En passant comme un rêve
Au milieu des mystères
Des misères de Paris. »

 

PRÉVERT Jacques, « Chanson de la Seine » ( poème mis en chanson en 1945 dans le court métrage “AUBERVILLIERS”), Spectacles (recueil), Gallimard, 1951. Tous droits réservés ©

 

 

 

“Nocturne parisien”, Paul VERLAINE, 1866

Dans la première partie de “Nocturne parisien”, Verlaine se réfère à plusieurs fleuves, avant de revenir à la Seine :

Roule, roule ton flot indolent, morne Seine. —
Sur tes ponts qu’environne une vapeur malsaine
Bien des corps ont passé, morts, horribles, pourris,
Dont les âmes avaient pour meurtrier Paris.
Mais tu n’en traînes pas, en tes ondes glacées,
Autant que ton aspect m’inspire de pensées !

[…]

— Toi, Seine, tu n’as rien. Deux quais, et voilà tout,
Deux quais crasseux, semés de l’un à l’autre bout
D’affreux bouquins moisis et d’une foule insigne
Qui fait dans l’eau des ronds et qui pêche à la ligne.

[…]

— Et tu coules toujours, Seine, et, tout en rampant,
Tu traînes dans Paris ton cours de vieux serpent,
De vieux serpent boueux, emportant vers tes havres
Tes cargaisons de bois, de houille et de cadavres !”

VERLAINE, Paul, “Nocturne parisien”, Poèmes Saturniens, 1866

Le Rhin dans “La Loreleï”, Heinrich HEINE, 1824

Je ne sais dire d’où me vient
La tristesse que je ressens
Un conte des siècles anciens
hante mon esprit et mes sens

L’air frais et sombre est le ciel,
Le Rhin coule paisiblement
Les sommets sont couleur de miel
Aux rayons du soleil couchant.

Là-haut assisse est la plus belle
Des jeunes filles, une merveille .
Sa parure d’or étincelle,
Sa chevelure qu’elle peigne

Avec un peigne d’or, est pareille
Au blond peigne d’or du soleil,
Et l’étrange chant qu’elle chante
Est une mélodie puissante.

Le batelier sur son esquif
Est saisi de vives douleurs,
Il ne regarde pas le récif,
Il a les yeux vers les hauteurs.

Et la vague engloutit bientôt
La batelier et son bateau
C’est ce qu’a fait au soir couchant


“La Lorelei, avec son chant”, 
HEINE, Heinrich, “La Loreleï”, 1824
Traduction de YVELDIR, Mishakal.
i

L’inconnue de la Seine, Vladimir NABOKOV, 1934

Dans le poème intitulé “L’inconnue de la Seine”, Nabokov insiste sur le masque énigmatique de l’inconnue de la Seine.  L’inconnue est enchanteresse, mystérieuse et “ensorcelante“.

Hâtant de cette vie le dénouement,
N’aimant rien sur terre,
Toujours je regarde le masque blanc
De ton visage sans vie.

Dans les cordes se mourant à l’infini
J’entends la voix de ta beauté.
Dans les foules blêmes des jeunes noyées
Tu es plus blême et ensorcelante que toutes.

Au moins dans les sons reste avec moi!
Ton sort fut avare en bonheur,
Alors réponds d’un posthume sourire moqueur
De tes lèvres de gypse enchantées.”

 

NABOKOV, Vladimir, “L’inconnue de la Seine”, Berlin, 1934

Extraits de “La Seine a rencontré Paris”, Jacques PRÉVERT, 1972

[…]

« La Seine
dit un manœuvre
un homme de peine de rêves de muscles et de sueur
La Seine c’est une usine
La Seine c’est le labeur
En amont en aval toujours la même manivelle
des fortunes de pinard de charbon et de blé
qui remontent et descendent le fleuve
en suivant le cours de la Bourse
des fortunes de bouteilles et de verre brisé
des trésors de ferraille rouillée
de vieux lits-cages abandonnés
récupérés
La Seine
c’est une usine
même quand c’est la fraicheur
c’est toujours le labeur
c’est une chanson qui coule de source
Elle a la voix de la jeunesse
dit une amoureuse en souriant
une amoureuse du Vert-Galant
Une amoureuse de l’ile des cygnes
se dit la même chose en rêvant

[…]


quand dessous le Pont-Neuf le vent du dernier jour
soufflera ma bougie
quand je me retirerai des affaires de la vie
quand je serai définitivement à mon aise
au grand palace des allongés
à Bagneux au Père-Lachaise
je sourirai et me dirai

Il était une fois la Seine
il était une fois
il était une fois l’amour
il était une fois le malheur
et une autre fois l’oubli

Il était une fois la Seine
il était une fois la vie»

PRÉVERT, Jacques, “La Seine a rencontré Paris”, Choses et autres, Gallimard, 1972 ©

 

En 1957, Joris Ivens réalisera un court métrage documentaire de 30 minutes intitulé ” La Seine a rencontré Paris ” dans lequel il reprend le poème de Jacques Prévert en quasi intégralité, apportant illustrations et témoignages d’époques à l’œuvre. Serge Reggiani prête sa voix pour inter interpréter le poème.


La Seine a Rencontre Paris. Joris Ivens, 1957
Tous droits réservés ©
Lien de la vidéo : https://vimeo.com/46416685

“Rhénanes”, Alcools, Guillaume APOLLINAIRE, 1913

“Mai”

“Le mai le joli mai en barque sur le Rhin
Des dames regardaient du haut de la montagne
Vous êtes si jolies mais la barque s’éloigne
Qui donc a fait pleurer les saules riverains ?

Or des vergers fleuris se figeaient en arrière
Les pétales tombés des cerisiers de mai
Sont les ongles de celle que j’ai tant aimée
Les pétales flétris sont comme ses paupières

Sur le chemin du bord du fleuve lentement
Un ours un singe un chien menés par des tziganes
Suivaient une roulotte traînée par un âne
Tandis que s’éloignait dans les vignes rhénanes 
Sur un fifre lointain un air de régiment

Le mai le joli mai a paré les ruines
De lierre de vigne vierge et de rosiers
Le vent du Rhin secoue sur le bord les osiers
Et les roseaux jaseurs et les fleurs nues des vignes”

APOLLINAIRE, Guillaume, “Mai”, Alcools, 1913.

“Nuit Rhénane”

“Mon verre est plein d’un vin trembleur comme une flamme
Écoutez la chanson lente d’un batelier
Qui raconte avoir vu sous la lune sept femmes
Tordre leurs cheveux verts et longs jusqu’à leurs pieds

Debout chantez plus haut en dansant une ronde
Que je n’entende plus le chant du batelier
Et mettez près de moi toutes les filles blondes
Au regard immobile aux nattes repliées

Le Rhin le Rhin est ivre où les vignes se mirent
Tout l’or des nuits tombe en tremblant s’y refléter
La voix chante toujours à en râle-mourir
Ces fées aux cheveux verts qui incantent l’été

Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire”

APOLLINAIRE, Guillaume ,  “Nuit Rhénane”, Alcools, 1913.

“La Synagogue”

“Ottomar Scholem et Abraham Loeweren
Coiffés de feutres verts le matin du sabbat
Vont à la synagogue en longeant le Rhin
Et les coteaux où les vignes rougissent là-bas

Ils se disputent et crient des choses qu’on ose à peine traduire
Bâtard conçu pendant les règles ou Que le diable entre dans ton père
Le vieux Rhin soulève sa face ruisselante et se détourne pour sourire
Ottomar Scholem et Abraham Loeweren sont en colère

Parce que pendant le sabbat on ne doit pas fumer
Tandis que les chrétiens passent avec des cigares allumés
Et parce qu’Ottomar et Abraham aiment tous deux
Lia aux yeux de brebis et dont le ventre avance un peu

Pourtant tout à l’heure dans la synagogue l’un après l’autre
Ils baiseront la thora en soulevant leur beau chapeau
Parmi les feuillards de la fête des cabanes Ottomar en chantant sourira à Abraham

Ils déchanteront sans mesure et les voix graves des hommes
Feront gémir un Léviathan au fond du Rhin comme une voix d’automne Et dans la synagogue pleine de chapeaux on agitera les loulabim Hanoten ne Kamoth bagoim tholahoth baleoumim

APOLLINAIRE, Guillaume ,  “La Synagogue”, Alcools, 1913.

“La Loreley”

“À Bacharach il y avait une sorcière blonde
Qui laissait mourir d’amour tous les hommes à la ronde

Devant son tribunal l’évêque la fit citer
D’avance il l’absolvit à cause de sa beauté

Ô belle Loreley aux yeux pleins de pierreries
De quel magicien tiens-tu ta sorcellerie

Je suis lasse de vivre et mes yeux sont maudits
Ceux qui m’ont regardé évêque en ont péri

Mes yeux ce sont des flammes et non des pierreries
Jetez jetez aux flammes cette sorcellerie

Je flambe dans ces flammes ô belle Loreley 
Qu’un autre te condamne tu m’as ensorcelé

À Bacharach il y avait une sorcière blonde
Qui laissait mourir d’amour tous les hommes à la ronde

Devant son tribunal l’évêque la fit citer
D’avance il l’absolvit à cause de sa beauté

Ô belle Loreley aux yeux pleins de pierreries
De quel magicien tiens-tu ta sorcellerie

Je suis lasse de vivre et mes yeux sont maudits
Ceux qui m’ont regardé évêque en ont péri

Mes yeux ce sont des flammes et non des pierreries
Jetez jetez aux flammes cette sorcellerie

Je flambe dans ces flammes ô belle Loreley 
Qu’un autre te condamne tu m’as ensorcelé

Évêque vous riez Priez plutôt pour moi la Vierge
Faites-moi donc mourir et que Dieu vous protège

Mon amant est parti pour un pays lointain
Faites-moi donc mourir puisque je n’aime rien

Mon cœur me fait si mal il faut bien que je meure
Si je me regardais il faudrait que j’en meure

Mon cœur me fait si mal depuis qu’il n’est plus là
Mon cœur me fit si mal du jour où il s’en alla

L’évêque fit venir trois chevaliers avec leurs lances
Menez jusqu’au couvent cette femme en démence

Va-t’en Lore en folie va Lore aux yeux tremblants
Tu seras une nonne vêtue de noir et blanc

Puis ils s’en allèrent sur la route tous les quatre
La Loreley les implorait et ses yeux brillaient comme des astres

Chevaliers laissez-moi monter sur ce rocher si haut
Pour voir une fois encore mon beau château

Pour me mirer une fois encore dans le fleuve
Puis j’irai au couvent des vierges et des veuves

Là-haut le vent tordait ses cheveux déroulés
Les chevaliers criaient Loreley Loreley

Tout là-bas sur le Rhin s’en vient une nacelle
Et mon amant s’y tient il m’a vue il m’appelle

Mon cœur devient si doux c’est mon amant qui vient
Elle se penche alors et tombe dans le Rhin

Pour avoir vu dans l’eau la belle Loreley
Ses yeux couleur du Rhin ses cheveux de soleil”

APOLLINAIRE, Guillaume ,  “La Loreley”, Alcools, 1913.

“Le Pont mirabeau”, de Guillaume APOLLINAIRE, 1913

“Le pont Mirabeau”

“Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu’il m’en souvienne
La joie venait toujours après la peine

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l’onde si lasse

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

L’amour s’en va comme cette eau courante
L’amour s’en va
Comme la vie est lente
Et comme l’Espérance est violente

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure”

Marie

“Vous y dansiez petite fille
Y danserez-vous mère-grand
C’est la maclotte qui sautille
Toute les cloches sonneront
Quand donc reviendrez-vous Marie

Les masques sont silencieux
 Et la musique est si lointaine
Qu’elle semble venir des cieux
Oui je veux vous aimer mais vous aimer à peine
Et mon mal est délicieux

Les brebis s’en vont dans la neige
Flocons de laine et ceux d’argent
Des soldats passent et que n’ai-je
Un cœur à moi ce cœur changeant
Changeant et puis encor que sais-je

Sais-je où s’en iront tes cheveux
Crépus comme mer qui moutonne
Sais-je où s’en iront tes cheveux
Et tes mains feuilles de l’automne
Que jonchent aussi nos aveux

Je passais au bord de la Seine
Un livre ancien sous le bras
Le fleuve est pareil à ma peine
Il s’écoule et ne tarit pas
Quand donc finira la semaine “

“Vendémiaire”

“[…]
Un soir passant le long des quais déserts et sombres
En rentrant à Auteuil j’entendis une voix
Qui chantait gravement se taisant quelquefois
Pour que parvînt aussi sur les bords de la Seine
La plainte d’autres voix limpides et lointaines

Et j’écoutai longtemps tous ces chants et ces cris
Qu’éveillait dans la nuit la chanson de Paris

[…]

Je suis ivre d’avoir bu tout l’univers
Sur le quai d’où je voyais l’onde couler et dormir les bélandres

Écoutez-moi je suis le gosier de Paris
Et je boirai encore s’il me plaît l’univers

Écoutez mes chants d’universelle ivrognerie

Et la nuit de septembre s’achevait lentement
Les feux rouges des ponts s’éteignaient dans la Seine
Les étoiles mouraient le jour naissait à peine.”

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913, Poésie-Gallimard, 1997(r)