Archives par mot-clé : projet

Léa DU HAMEL

Léa Du Hamel, étudiante de Design graphique à l’ESADHaR a réalisé le travail suivant dans le cadre du Workshop Fluidités de 2018 :

© Léa du Hamel
© Léa du Hamel
© Léa du Hamel
© Léa du Hamel
© Léa du Hamel
© Léa du Hamel
© Léa du Hamel
© Léa du Hamel
© Léa du Hamel
© Léa du Hamel
© Léa du Hamel
© Léa du Hamel
© Léa du Hamel
© Léa du Hamel

Le Balc

Banc À Lire Connecté

Le BALC proposera une autre façon de penser les espaces connectés ouverts, auquel il propose un contenu poétique. Il a pour but de valoriser l’espace normand ainsi que son patrimoine en installant un objet d’art, un mobilier urbain, un lieu connecté et poétique

______________________________

Le projet propose de poursuivre l’exploration initiée au Havre de la Promenade Littéraire. Le BALC souhaite continuer la « mise en espace » du littéraire, en élargissant la réflexion au-delà de la ville du Havre. Il expérimente une autre forme d’inscription des textes dans l’espace sensible. L’Escale Littéraire de la Seine sera un espace pérenne où l’on peut s’asseoir, seul ou à plusieurs, pour lire, par immersion sonore, et entendre une sélection de textes littéraires mentionnant la Seine.


Le BALC sera conçu comme un objet artistique urbain, pensé par un artiste et / ou un architecte et / ou un designer. Il proposera une autre façon de penser les espaces connectés ouverts, auquel il propose un contenu, ici poétique. Il a pour but de valoriser l’espace patrimonial normand via un dispositif alliant trois caractéristiques : l’objet d’art, le mobilier urbain, le lieu numérique connecté.


Le BALC sera conçu comme un objet artistique urbain, pensé par un artiste et / ou un architecte et / ou un designer. Il proposera une autre façon de penser les espaces connectés ouverts, auquel il propose un contenu, ici poétique. Il a pour but de valoriser l’espace patrimonial normand via un dispositif alliant trois caractéristiques : l’objet d’art, le mobilier urbain, le lieu numérique connecté.

emplacement prévu du BALC. Tous droits réservés © .
emplacement prévu du BALC. Tous droits réservés © .
Eemplacement prévu du BALC. Tous droits réservés © .

WaterShare, WS des 12 et 13 décembre 2018

Workshop Watershare

« Water Share »  explore les mobilités plurielles, sous la direction de Stéphane TROIS-CARRES (ESaDHAR).

Le premier WS s’est déroulé les 12 et 13 décembre 2018 dans des trains reliant Paris au Havre.

Argument : « Water Share » questionne la mobilité sur et le long de la Seine / le geste de création en condition de mobilité / l’expérience de l’espace du train, dans un croisement entre les pratiques de création.

Contexte : Dans le cadre de réflexions sur les projets futurs du territoire, l’équipe de l’ESADHaR a proposé ces dernières années un certain nombre de projets artistiques permettant de produire des récits et d’en faire l’expérience ou d’en réaliser les images. Cet enseignement s’est réalisé sous la forme de plusieurs ateliers, tous concernés par le rôle du Havre dans l’axe Seine et sur le territoire de la Manche, intégrant sa frontière avec l’Angleterre.

Adossé à GéoSeine, le programme « Water Share» se poursuit autour de l’axe Seine entre Paris et Le Havre. Il est question plus particulièrement d’expérimenter l’espace mobile, à travers des dispositifs de création exploitant plusieurs formes de mobilités associées à la Seine. L’artiste jessica Label nous accompagnera durant ce périple pendulaire sur l’axe de la Seine avec Carte et GPS, accompagnant vos travaux et vos propositions.

Au cours des allers et retour entre le Havre et Paris, les étudiants doivent imaginer des oeuvres mobiles avec le déplacement et le paysage et ses propriétés spécifiques, croisement, circulations , passagers et cheminement. certains travaux pourront ensuite documenter une base de données Google Earth.

“Fluidités”, photographies, Morgane THOMAS

Dans le cadre du WS “Fluidités”, Morgane Thomas, étudiante de design graphique à l’ESADHaR a fait le choix de mêler photographies et textes pour rendre compte de la fluidité dans tous ses états, à la fois physique, mobile et textuelle tout en la figeant dans ses instants sur papier.

© Morgane Thomas
© Morgane Thomas
© Morgane Thomas
© Morgane Thomas
© Morgane Thomas
© Morgane Thomas
© Morgane Thomas
© Morgane Thomas
© Morgane Thomas
© Morgane Thomas
© Morgane Thomas
© Morgane Thomas
© Morgane Thomas
© Morgane Thomas
© Morgane Thomas
© Morgane Thomas

“Fluidités”, photographies, Solène LANGLAIS

Solène Langlais

Les étudiants du workshop “Fluidités” ont réalisé des travaux autour du thème. Voici ceux de Solène Langlais :

 

© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais
© Solène Langlais