Archives par mot-clé : Quais

Ça raconte Sarah, Pauline Delabroy-Allard 2018

Tous droits réservés aux Éditions de Minuit ©http://www.leseditionsdeminuit.fr/livre-Ca_raconte_Sarah-3272-1-1-0-1.html

Pauline DELABROY-ALLARD, Ça raconte Sarah, Les Éditions de Minuit, Paris, 2018

Ça raconte Sarah, l’histoire d’une rencontre, d’un amour passionnel, d’une relation amoureuse déchirante, prenante et exclusive aux Lilas, aux quatre coins du monde et à Paris où la Seine fait office de décor, de cadre spatial et de repères.

Voici quelques extraits où le fleuve apparaît :

“Dans le RER, je m’endors vite. Ça fait plusieurs jours que je marche dans Paris pour qu’on ne me retrouve pas, que je m’abrite dans les librairies pour échapper aux averses glaciales qui contrastent avec les nuits brûlantes que je passe sur les quais de Seine, à somnoler près de l’eau qui gigote comme si elle se débattait dans un combat avec un ennemi obscur.” (p. 109)

“Et tant pis si la vie est bizarre, tant pis si rive droite rive gauche on ne sait plus très bien où on est, tant pis si on passe la Seine comme on enjambe un caniveau, tant pis si elle comme moi, nous sommes parfois maussades, souvent mélancoliques.” (p. 149-150)

Léon-Paul FARGUE, Le piéton de Paris, 1932

Poète piéton, Léon-Paul Fargue (1876-1947) se promène dans le Paris de l’entre-deux guerres. Il nous raconte sa ville, ses quartiers, ses lieux favoris dont les quais de la capitale qui ont inspiré de nombreux artistes et guidé ses « talons ».

Chef-d’œuvre poétique de Paris, les quais ont enchanté la plupart des poètes, touristes, photographes et flâneurs du monde. C’est un pays unique, tout en longueur, sorte de ruban courbe, de presqu’île imaginaire qui semble être sortie de l’imagination d’un être ravissant. Je connais tellement, pour l’avoir faite cent fois, la promenade qui berce le marcheur du quai du Pont-du-Jour au quai des carrières à Charenton, ou celle qui, tout jeune, me poussait du quai d’Ivry au quai d’Issy-les-Moulineaux, que j’ai l’impression d’avoir un sérieux tour du monde sous mes talons. Ces seuls noms : Orsay, Mégisserie, Voltaire, Malaquais, Gesvres, aux Fleurs, Conti, Grands-Augustins, Horloge, Orfèvres, Béthune et place Mazas me suffisent comme Histoire et Géographie.

[…]

Et cependant, rien n’est plus de Paris qu’un quai de Seine, rien n’est plus à sa place, dans son décor. Léon Daudet, dans son Paris Vécu, consacre plus de cinquante pages aux seuls quais, à ses bouquinistes et à ses librairies d’occasion.

Léon-Paul FARGUE, Le piéton de Paris, Paris, Gallimard, 1932.

(r) Gallimard / L’imaginaire, 2007, p. 72.