Archives par mot-clé : Rafael Chirbes

PARIS-AUTERLITZ DE RAFAEL CHIRBES

Dans le roman de l’auteur contemporain Raphael CHIRBES, Paris-Austerlitz (2015), des trajets en train servent de décor à l’intrigue, qui narre un amour passionnel. La Seine se donne à voir à travers l’espace mobile du train, qui réunit ou éloigne les amants, notamment à Ivry, dans une double mobilité ferroviaire et fluviale. La Seine devient « propriété sentimentale ». Ce sont également d’autres d’autres, d’autres trains, d’autres villes qui affleurent, dans la figuration d’une « Seine-monde ».

Tous droits réservés ®

Pendant que le train de nuit traversait une Castille Glacée, j’écrivis sur le capricieux (et généreux) fleuve de la vie qui nous avait unis, et sur les deux rails luisants sur lesquels avançait le train qui allait nous réunir. J’écrivis aussi sur cet autre fleuve, la Seine, que nous rencontrions continuellement dans nos parcours : suburbains aux abords d’Ivry ; triste blessure entre deux jachères en chantier – les monstrueux édifices publics voulus par Mitterrand – à la sortie de la gare d’Austerlitz et, de l’autre côté, sur le quai de Bercy ; le plus beau fleuve du monde dans son avancée entre les vieilles pierres de la ville que je trouvais encore la plus belle de toutes les villes. Je décrivis dans les pages de mon cahier les voies du train comme un fleuve qui nous réunissait : elles sont notre fleuve, elles vont toujours de toi à moi, solides rubans d’acier de gare à gare : Madrid-Chamartin/ Paris-Austerlitz.

[…]

Avec les premières lumières du jour, la Seine apparut juste un instant entre les arbres qui couraient parallèles à la voie. C’était Ivry, où travaillait Michel. Le train arrivait dans quelques petites minutes à Paris. De l’eau montait de la brume qui faisait comme un nuage de fumée. Je reconnus dans le paysage quelque chose qui m’appartenait, une propriété sentimentale.

Rafael CHIRBES, Paris-Austerlitz [2015], Payot & Rivages, Paris, 2017, p. 89-95