Archives par mot-clé : Recit de Campagne

Jules César, La guerre des Gaules, Antiquité

Dans cet extrait de la guerre des Gaules de Jules César écrit durant le milieu du 1er siècle avant JC, César nous décrit la bataille de Lutèce qui est une bataille pour le contrôle de la région de Lutèce : Les Gaulois et leur chef Camulogène sachant que les Romains excellent dans l’art des sièges, choisissent de mettre en œuvre une stratégie de la terre brûlée et de redoubler les escarmouches sur les légions, mais cela les oblige à se disperser afin de pouvoir réagir ; Cette stratégie fonctionne dans un premier temps, mais un orage empêche de voir l’avancée romaine par la Seine. Face à l’armée romaine concentrée et disciplinée, les Gaulois sont vaincus et sont forcés à fuir.

 

57. Tandis que ces événements se déroulent du côté de César, Labiénus, laissant à Agédincum, pour garder les bagages, les troupes de renfort qu’il venait de recevoir d’Italie part vers Lutèce avec quatre légions. C’est la ville des Parisii, située dans une île de la Seine. Quand l’ennemi sut qu’il approchait, d’importants contingents venus des cités voisines se rassemblèrent. On donne le commandement en chef à l’Aulerque Camulogène; il était presque épuisé par l’âge, mais sa particulière connaissance de l’art militaire lui valut cet honneur. Ayant observé l’existence d’un marais continu qui déversait ses eaux dans la Seine et rendait l’accès de toute la région fort difficile, il s’y établit et entreprit de nous interdire le passage. (…)

61. Là, les éclaireurs ennemis – on en avait disposé tout le long du fleuve – sont surpris par notre arrivée, car un orage avait éclaté soudain, et ils périssent sous nos coups ; l’infanterie et la cavalerie, sous la direction des chevaliers romains à qui Labiénus avait confié cette tâche, sont transportées rapidement sur l’autre rive. A l’aube, l’ennemi apprend presque simultanément qu’une agitation inaccoutumée règne dans le camp romain, qu’une importante colonne remonte le fleuve, que du même côté on entend le bruit des rames, et qu’un peu en aval il y a des navires qui transportent des soldats d’une rive à l’autre. A cette nouvelle, pensant que les légions franchissaient le fleuve en trois endroits et qu’effrayés par la défection des Héduens les Romains préparaient une fuite générale, ils divisèrent, eux aussi, leurs troupes en trois corps. Laissant un poste en face du camp et envoyant un petit détachement dans la direction de Metlosédum, avec mission de n’avancer qu’autant que l’auraient fait les embarcations, ils menèrent le reste de leurs forces à la rencontre de Labiénus.

62. Au lever du jour, tous les nôtres avaient franchi le fleuve, et on voyait en face la ligne ennemie. Labiénus, adressant la parole à ses soldats, les exhorte à se souvenir de leur valeur, si souvent éprouvée et de tant de glorieuses victoires, enfin à se conduire comme si César en personne, lui qui maintes fois les avaient menés à la victoire, assistait à la bataille ; puis il donne le signal du combat. Au premier choc, à l’aile droite, où avait pris position la septième légion, l’ennemi est enfoncé et mis en déroute ; à gauche, où était la douzième, les premiers rangs ennemis avaient été abattus par les javelots ; mais le reste opposait une résistance farouche, et pas un n’eût pu être soupçonné de songer à fuir. Le chef ennemi, Camulogène, était là auprès des siens, et les encourageait. Mais, tandis que la victoire était encore incertaine, les tribuns de la septième légion, ayant appris ce qui se passait à l’aile gauche, firent paraître leur légion sur les derrières de l’ennemi et la portèrent à l’attaque. Même alors, personne ne lâcha pied, mais ils furent tous enveloppés et massacrés. Camulogène partagea le sort commun. Quant à ceux qui avaient été laissés en face du camp de Labiénus, ayant appris que l’on se battait, ils allèrent au secours des leurs et s’emparèrent d’une colline ; mais ils ne purent soutenir le choc de nos soldats victorieux. Ils se mêlèrent donc aux autres Gaulois qui fuyaient, et ceux que les bois et les collines ne dérobèrent pas à notre poursuite furent tués par nos cavaliers. Cette action terminée, Labiénus retourne à Agédincum, où avaient été laissés les bagages de toute l’armée ; puis, avec toutes ses troupes, il rejoint César.

 

Jules César, La guerre des Gaules, traduction par L.-A. Constans en 1926

 

AUTEUR : Jules César

ÉPOQUE : Antiquité

GENRE : Récit de Campagne

LIEU : Région de Lutèce (entre Sens et Paris)

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-naviguer

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Guerroyer