Archives par mot-clé : Saint-Ouen

Auguste de châtillon, promenade à l’île saint-ouen-saint-denis (partant des batignolles), 1857

L’ouvrage << Promenade à l’île de Saint-Ouen-Saint-Denis partant des Batignolles >>, Auguste de Châtillon regroupe plusieurs textes à travers lesquels le lecteur peut se promener sur l’île Saint-Ouen-Saint-Denis.

III

<< À la Maison Blanche on s’arrête.
En descendant de la banquette
À gauche on traverse Saint-Ouen ;
On suit un parc qui s’étend loin
Et jusque vers l’eau se projette.

Lors, c’est un beau spectacle a voir ;
Cette île, ainsi qu’en un miroir,
Dans la Seine au loin se reflète,
Et, comme fait une coquette,
Se mire du matin au soir.

Tout scintille sous la lumière,
Tout retentit sur la rivière,
Tout est musique avec l’écho ;
Le bruit de la rame sur l’eau,
Le battoir de la lavandière.

Malgré l’éclat du pont nouveau,
Je préfère l’ancien bateau
Là, chaque coup de rame berce,
Pendant le temps que l’on traverse
On laisse aller sa main dans l’eau.

Cette île semble un coin de terre
Pour l’amour et pour le mystère…
On doit visiter avec soin
Cette île Saint-Denis-Saint-Ouen !
C’est comme une île de Cythère

Où vont s’éparpiller, nombreux,
De belles grappes d’amoureux
En plein soleil de la jeunesse !
Le temps mûrit, le temps nous presse…
— Aimons pour trois plus que pour deux. >>

Auguste de Châtillon, Promenade à l’île Saint-Ouen-Saint-Denis, imp. de Pilloy, 1875, p.5-6

 

AUTEUR  : AUGUSTE DE CHÂTILLON

ŒUVRE  : Promenade à l’île Saint-Ouen-Saint-Denis (partant des Batignolles)

GENRE  : POESIE

ÉPOQUE  : XIX

LIEU  : SAINT-OUEN-SAINT-DENIS

STRATE  :

AU BORD

THÉMATIQUE 1  : SE MOUVOIR

-Se promener

THÉMATIQUE 3  : LOISIRS EN SEINE

-Amours

Émile ZOLA, Thérèse Raquin [1867]

Émile ZOLA a aimé séjourner en bord de Seine. En 1878, il fit l’acquisition d’une maison à Médan, où il vécut et écrivit jusqu’en 1902.

Dans le roman Thérèse Raquin, Thérèse et Laurent, qui sont amants, décident d’assassiner Camille, devenu un époux encombrant. Ils profitent d’un dîner dans une guinguette sur les rives de Saint-Ouen pour proposer une promenade en canotier. Laurent va noyer Camille. La scène du meurtre est précédée par une évocation oppressante et crépusculaire eu fleuve.

Laurent prit les rames. Le canot quitta la rive, se dirigeant vers les îles avec lenteur. Le crépuscule venait. De grandes ombres tombaient des arbres, et les eaux étaient noires sur les bords. Au milieu de la rivière, il y avait de larges traînées d’argent pâle. La barque fut bientôt en pleine Seine. Là, tous les bruits des quais s’adoucissaient; les chants, les cris arrivaient, vagues et mélancoliques, avec des langueurs tristes. On ne sentait plus l’odeur de friture et de poussière. Des fraîcheurs traînaient. Il faisait froid. Laurent cessa de ramer et laissa descendre le canot au fil du courant. En face, se dressait le grand massif rougeâtre des îles. Les deux rives, d’un brun sombre taché de gris, étaient comme deux larges bandes qui allaient se rejoindre à l’horizon. L’eau et le ciel semblaient coupés dans la même étoffe blanchâtre. Rien n’est plus douloureusement calme qu’un crépuscule d’automne. Les rayons pâlissent dans l’air frissonnant, les arbres vieillis jettent leurs feuilles. La campagne, brûlée par les rayons ardents de l’été, sent la mort venir avec les premiers vents froids. Et il y a, dans les cieux, des souffles plaintifs de désespérance. La nuit descend de haut, apportant des linceuls dans son ombre. Les promeneurs se taisaient. Assis au fond de la barque qui coulait avec l’eau, ils regardaient les dernières lueurs quitter les hautes branches. Ils approchaient des îles. Les grandes masses rougeâtres devenaient sombres; tout le paysage se simplifiait dans le crépuscule; la Seine, le ciel, les îles, les coteaux n’étaient plus que des taches brunes et grises qui s’effaçaient au milieu d’un brouillard laiteux.

Camille, qui avait fini par se coucher à plat ventre, la tête au-dessus de l’eau, trempa ses mains dans la rivière.

–Fichtre! que c’est froid! s’écria-t-il. Il ne ferait pas bon de piquer une tête dans ce bouillon-là.

Laurent ne répondit pas. Depuis un instant il regardait les deux rives avec inquiétude ; il avançait ses grosses mains sur ses genoux, enserrant les lèvres. Thérèse, roide, immobile, la tête un peu renversée, attendait. »

Émile ZOLA, Thérèse Raquin [1867], citation extraite du « Livre de poche », 1984, p. 87