Archives par mot-clé : Seine interlope

La Franciade, Pierre de Ronsard, 1572

 

     La Franciade devait être le Magnus opus du grand auteur du XVIème. Mais le soudain décès de son commanditaire, Henri II, poussa son auteur, Pierre de Ronsard a cessé son œuvre, puis, de disgrâce, l’écriture. Dans cet extrait du quatrième et dernier livre, Ronsard évoque un épisode de la vie de Clovis II : celui de la tentative de renversement, orchestrée par ses fils, ancrée dans l’imaginaire collectif,  notamment grâce au tableau des Énervés de Jumièges d’Évariste-Vital Luminais. Les fils, remis par leur mère à la Seine comme à la providence après la brûlure de leurs nerfs, dérivèrent jusqu’à l’Abbaye de Jumièges où ils furent reconnus et accueillis par son fondateur Saint-Philibert. De cet épisode légendaire Ronsard tire une leçon pour les enfants, ne pas aller à l’encontre de ses géniteurs, où la Seine est le lieu de l’abandon, d’une épreuve mais aussi de la preuve d’une miséricorde divine.

     “Outre la mer bien loin de sa patrie
Tiendra des juifs l’heureuse seigneurie,
Et son ost brave et luy brave à la main
Boiront sept ans les ondes du Jourdain :
Puis retourné pour quelque trouble en France,
De ses enfants punira l’arrogance,
Qui par flateurs par jeunes gens deceus
Vers celle ingrats qui les avoit conceus
De tout honneur degraderont leur mere,
Et donneront la bataille à leur père.
     Leur mere adonc, ah ! mere sans merci,
Fera bouillir leurs jambes, et ainsi
Tous mehaignez les doit jetter en Seine.
Sans guide iront où le fleuve les meine
A l’abandon des vagues et des vens :
Grave supplice ! à fin que les enfans
Par tel exemple apprennent à ne faire
Chose qui soit à leurs parens contraire.”

Pierre de Ronsard, Œuvres Complètes vol. I, La bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1993, p. 1143 (v1417-1434)

Guy de Maupassant, « Mademoiselle Cocotte » [1883], Clair de lune et autres nouvelles

GUY DE MAUPASSANT, clair de lune
E. Monnier, Paris, 1884
Tous droits réservés ©

 

La Normandie a souvent servi de décor aux récits de Guy de Maupassant. La fascination de l’écrivain pour l’eau, incarnée par exemple par son goût du canotage, est très palpable dans les descriptions, noires ou lumineuses, qu’il consacre à la Seine.

Les villes bordant le fleuve sont si très nombreuses dans l’œuvre, qu’il est possible de dessiner un fil rouge reliant Paris au Havre en naviguant d’un récit à un autre.

La nouvelle « Mademoiselle Cocotte » (1883) narre la noyade de la chienne Cocotte. Le cocher François est très attaché à Cocotte, même si elle devient embarrassante pour ses maîtres lorsqu’elle met au monde une multitude de chiots envahissant la propriété parisienne. À l’occasion d’un séjour dans la maison que ses maîtres possèdent à Biessard, dans la commune de Canteleu, François, en se baignant dans la Seine, découvre la charogne de sa chienne assassinée.

C’était une charogne énorme, gonflée, pelée, qui s’en venait, les pattes en l’air en suivant le courant.

François s’en approcha en faisant des brasses ; et, continuant ses plaisanteries :

– Cristi ! elle n’est pas fraîche. Quelle prise ! mon vieux. Elle n’est pas maigre non plus.

Et il tournait autour, se maintenant à distance de l’énorme bête en putréfaction.

Puis, soudain, il se tut et il la regarda avec une attention singulière ; puis il s’approcha encore comme pour la toucher, cette fois. Il examinait fixement le collier, puis il avança le bras, saisit le cou, fit pivoter la charogne, l’attira tout près de lui, et lut sur le cuivre verdi qui restait adhérent au cuir décoloré : “Mademoiselle Cocotte, au cocher François.”

La chienne morte avait retrouvé son maître à soixante lieues de leur maison !

Il poussa un cri épouvantable et il se mit à nager de toute sa force vers la berge, en continuant à hurler ; et, dès qu’il eut atteint la terre, il se sauva éperdu, tout nu, par la campagne. Il était fou !

MAUPASSANT, Guy de « Mademoiselle Cocotte » [1883], Clair de lune et autres nouvelles, Citation extraite du volume Folio, 1998, p. 96

“L’inconnue de la Seine”, Jules SUPERVIELLE, 1929

Tous droits réservés©

Jules SUPERVIELLE (1884-1960) a consacré une nouvelle à la figure emblématique de « L’inconnue de la Seine ». Dans les premières années du XXe siècle, des reproductions du masque mortuaire d’une jeune femme circulent dans les milieux parisiens. On raconte que, sur le Quai de la Râpée, l’employé de la morgue qui a repêché le corps serait tombé amoureux de sa troublante beauté et aurait réalisé le masque. On ne connaîtra jamais l’identité de cette femme, qui inspirera de nombreux écrivains dont Aragon (Aurélien) et Céline (…) 

« Elle allait sans savoir que sur son visage brillait un sourire tremblant mais plus résistant qu’un sourire de vivante, toujours à la merci de n’importe quoi.

Atteindre la mer, ces trois mots lui tenaient maintenant compagnie dans le fleuve.

Les paupières closes, les pieds joints, les bras au gré de l’eau, agacée par les plis que formait un de ses bas au-dessous du genou, la gorge cherchant encore quelque force du côté de la vie, elle avançait, humble et flottant fait divers, sans connaître d’autre démarche que celle du vieux fleuve de France, qui, passant toujours par les mêmes méandres, allait aveuglément à la mer.

Dans la traversée d’une ville (« suis-je à Mantes, suis-à à Rouen ») elle fut maintenue quelques instants par des remous contre l’arche d’un pont et il fallut qu’un remorqueur passât tout près et brouillât l’eau pour qu’elle pût reprendre la route. »

Jules SUPERVIELLE, « L’Inconnue de la Seine », dans L’Enfant de la haute mer, Paris, Gallimard, 1931. Citation extraite de Folio, 1989, p. 66.

“Les chiens d’Asnières”, Raymond QUENEAU, 1943

Dans son recueil Les Ziaux, Raymond QUENEAU consacre un poème au cimetière des animaux d’Asnières. Et c’est vers Le Havre, où finit le fleuve, qui représente aussi le lieu de l’origine (la poète y est né), que chemine la rêverie mélancolique sur la Seine.

On enterre les chiens on enterre les chats

on enterre les chevaux on enterre les hommes

on enterre l’espoir on enterre la vie

on enterre l’amour — les amours

on enterre les amours — l’amour

on enterre en silence le silence

on enterre en paix — la paix

la paix — la paix la plus profonde

sous une couche de petits graviers multicolores

de coquilles Saint-Jacques et de fleurs multicolores

il y a une tombe pour tout

à condition d’attendre

il fait nuit il fait jour

à condition d’attendre

la Seine descend vers la mer

l’île immobile ne descend pas

la Seine remontera vers sa source

à condition d’attendre

et l’île naviguera vers le Havre de Grâce

à condition d’attendre

on enterre les chiens on enterre les chats

deux espèces qui ne s’aiment pas

Raymond QUENEAU, Les Ziaux, Paris, Gallimard, 1948. Citation extraite de L’instant fatal, précédé de Les Ziaux, Paris, Gallimard, « Poésie / Gallimard », 1992, p. 53.