Archives par mot-clé : Seine putride

Mac-Nab (Maurice Mac-Nab), Chansons du Chat noir, XIX

Chanson de cabaret, écrite par Maurice Mac-Nab durant la fin du 19ème siècle, probablement pour se produire au cabaret du Chat Noir à Paris. Elle utilise la saleté de la Seine comme ressort comique à une histoire. La Seine nous est présentée sous toutes ses couleurs face au chanteur qui la remonte patiemment en quête d’une eau claire pour pouvoir nager mais finit par se rendre compte qu’un cadavre de chien se trouve dans les eaux de Billancourt le forçant à abandonner sa quête.

 

La s’maine et surtout l’ dimanche,

Ça devrait pas êt’ permis

De nager et d’ fair’ la planche

Dans l’eau qui coule à Paris.

 

À Paris, la Seine est trouble

Et ça n’est pas drôl’ du tout,

D’ barboter dans du gras double :

J’ m’en vas m’ baigner à Chatou.

 

À Chatou, près d’ la rivière,

Je me transporte aussitôt ;

Mais j’ me dis : « L’eau n’est pas claire,

Allons nous baigner plus haut. »

 

Je marche et j’arrive en face

Du dépotoir de Saint-Ouen ;

Alors je fais un’ grimace,

La Seine est jaun’ comme un coing.

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Plus haut, près du pont d’Asnières,

J’ m’apprête à faire un plongeon ;

Mais le fleuv’, chos’ singulière.

Est plus noir que du charbon !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Au détour de Courbevoie

Je m’écri’ : « C’est là, parbleu,

Que j’ me baign’rais avec joie,

Mais le liquide est tout bleu ! »

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Bientôt j’arrive à Suresnes

Près d’un site ravissant ;

Mais soudain je vois la Seine

Qui devient couleur de sang !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Plein d’une ardeur opiniâtre,

Je pousse jusqu’à Meudon ;

Mais là le fleuve est blanchâtre

Et roul’ des flots d’amidon !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Enfin, trouvant l’eau moins grasse,

Je m’ décide à Billancourt :

J’ pique un’ têt’ dans la carcasse

D’un chien crevé d’puis quinz’ jours !

 

Depuis c’ jour-là je m’ méfie

Et, chaqu’ soir, de huit à neuf,

J’ m’en vais sans cérémonie

Tirer ma coup’ sous l’ Pont-Neuf !

 

Mac-Nab (Maurice Mac-Nab), Chansons du Chat noir, Henri Heugel, s.d. (p. 99-108).

 

 

AUTEUR : MAC NAB, Maurice

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Chanson

LIEU : Paris et région parisienne (Chatou, Billancourt, Meudon, Courbevoie, Asnières, Saint-Ouen, Suresnes)

STRATE : DANS / AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-nager

-se promener

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-se baigner

 

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

-la Seine putride

Stanislas de Guaita, Rosa Mystica, 1885

Stanislas de Guaita se pose, par ce poème, écrit en 1885, en défenseur de la Seine face aux Parisiens, qui la critiquent alors qu’ils l’enlaidissent par leurs actions.

 

Je me suis dit, (voyant la Seine

Rouler sous les ponts ses flots verts,

Calme, à travers

Tes détritus, cité malsaine,)

Que les poètes, en leurs chants,

Sont bien méchants !

 

Laisse gronder la calomnie,

Ô fleuve ! Si, dans ton miroir

On a pu voir

Les hideurs et la vilenie

Que reflète, avec un sanglot,

Ton triste flot ;

 

Ô tombe errante, es-tu complice,

Quand, sous un ciel noir, l’assassin

Rougit ton sein,

Et, narguant l’affre du supplice,

Jette sa victime au courant

Qui fuit, pleurant ?…

 

Moi, je te sais innocent, Fleuve !

Prolonge ton murmure amer

Jusqu’à la mer !

À ton cours un peuple s’abreuve…

Mais l’enfant mord le sein maigri

Qui l’a nourri !

 

Paris ingrat qui te bafoue

Ne songe point — le gueux pervers —

Que tes flots verts

Lavent son front taché de boue,

Et daignent blanchir, en passant,

Ses mains de sang !

 

Novembre 1883.

 

Stanislas de Guaita, Rosa Mystica, Alphonse Lemerre, éditeur, 1885 (p. 247-249).

 

 

AUTEUR : DE GUAITA, Stanislas

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poème

LIEU : Paris

STRATE : DANS / AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

– se baigner

 

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

-meurtre

-la Seine putride

Jules Claretie, Le Petit Jacques, 1873

Noël Rambert et son fils, le petit Jacques, vivent dans une grande pauvreté jusqu’à ce que l’ouvrier perde son travail suite à un accident. Afin de sauver son fils de la misère, Rambert se laisse accuser d’un meurtre, le coupable ayant promis de donner une solide éducation à son fils. Cet extrait livre une vision de la Seine et de la ville de Paris particulièrement mauvaise, amère et étrange.

Le soir, il se sentit lassé. Il se trouva justement sur ce pont, le pont d’Austerlitz (…) Machinalement Arthez regarda.

Le crépuscule tombait. La Seine roulait livide, avec des remous tristes, éclairée par les derniers reflets du jour, tandis qu’à l’horizon le ciel, où se heurtaient les nuages, s’assombrissait, roux en bas, en haut d’un bleu livide. Une bande brune où rien n’apparaissait parfait du quai, droite et comme tirée au cordeau le long de la rive, tandis qu’elle se découpait de façon bizarre sur le ciel troublé. (…)

A vos pieds le fleuve roule, perdu lui-même, vers Notre-Dame, dans on ne sait quelle ombre noire piquée de scintillements, et coule avec des aspects de mercure, des flots de vif-argent. De grands bateaux s’avancent lentement noirs, avec leur pilote en avant, debout, et dont la silhouette se détache sur l’eau grise, tandis qu’un bateau à vapeur arrive lançant son sillon de fumée cotonneuse, avec deux lumières rouges et une prunelle verte et fixe qui grandit, fantastique.

– C’est Paris, cela ! pensait Arthez. Paris qui ne se doute pas de ses plaies, de ses misères, de ses hontes, de ses crimes : Paris qui danse, qui rit, Paris qui aime, Paris qui oublie, Paris qui chante, Paris qui jouit, Paris qui va s’incendier de mille feux, ouvrir ses théâtres, ses bals, ses cafés, ses gouffres chauds, ses antres de plaisir ; Paris qui ne sait pas que l’injustice veille, que la pauvreté frappe et fauche, que la mort décime, qu’on a faim, qu’on a soif, qu’on est malade, abattu, vaincu, courbé, qu’on appelle, qu’on râle et qu’on meurt, dans cette Babel, Paris qui ne se sent pas inondé comme moi du sang versé hier sur l’échafaud, c’est Paris cela !

Jules Claretie, Le Petit-Jacques, Le Roman : journal des feuilletons marseillais, Marseille : J.-F. Raynaud, 1873

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5552695r/f7.image.r=roman%20la%20Seine?rk=42918;4

 

AUTEUR : Jules Claretie

EPOQUE : XIX

GENRE : Roman

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– se promener

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– métiers

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– canoter

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– la Seine putride

Marie-Joseph de Chenier, La Promenade à Auteuil, 1817

Cette poésie, mêlant lyrisme et politique, dépeint la Seine comme la confidente des déboires du poète qui dans la période troublée de la Restauration, avoue au fleuve son profond désespoir.

Roule avec majesté tes ondes fugitives,

Seine ; j’aime à rêver sur tes paisibles rives,

En laissant comme toi la Reine des Cités.

Ah ! lorsque la Nature, à mes yeux attristés,

Le front orné de fleurs, brille en vain renaissante,

Lorsque du renouveau l’haleine caressante

Rafraîchit l’Univers de jeunesse paré,

Sans ranimer mon front pâle et décoloré,

Du moins, auprès de toi que je retrouve encore

Ce calme inspirateur que le poète implore,

Et la mélancolie errante au bord des eaux !

Jadis, il m’en souvient, du fond de leurs roseaux

Tes Nymphes répétaient le chant plaintif et tendre,

Qu’aux échos de Passi ma voix faisait entendre.

Jours heureux ! Temps lointain, mais jamais oublié !

Où les Arts consolants, où la douce Amitié,

Et tout ce dont le charme intéresse à la vie,

Égayaient mes destins ignorés de l’envie. (…)

Là, Racine évoquait Andromaque et Pyrrhus ;

Contre Néron puissant faisait tonner Burrhus,

Peignait de Phèdre en pleurs le tragique délire :

Ces pleurs harmonieux que modulait sa lyre,

Ont mouillé le rivage, et de ses vers sacrés

La flamme anime encore les échos inspirés. (…)

Et cet astre plus doux, qui luit au haut des cieux,

Argente mollement les flots silencieux.

Ce feu qui me brûlait, a besoin de s’éteindre ;

Ce qui m’en reste encore n’est qu’un morne flambeau,

Éclairant à mes yeux le chemin du tombeau.

Que je repose en paix sous le gazon rustique,

Sur les bords du ruisseau pur et mélancolique ! (…)

 

Marie-Joseph de Chénier, La promenade à Auteuil, élégie composée sous le régime impérial, et trouvée dans un bosquet de cette campagne classique de la poésie française, par un auteur qui se fait reconnaître comme les grands peintres, Paris : Delaunay et Nepveu, 1817 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5450690t?rk=21459;2

 

AUTEUR : Marie-Joseph de Chénier

EPOQUE : XIX

GENRE : Poésie

LIEU : Auteuil

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– se promener

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

– la Seine putride