Archives par mot-clé : Seine sale

Les Parisiens – Olivier Py

 

       Tous droits réservés ®

« Il voit sur la Seine les miroitements éparpillés des grandes maisons luxueuses, et il rêve aux tréfonds du fleuve sale, ses cadavres, ses ordures, ses secrets, ses charognes que la brigade fluviale qui passe sur un bateau d’argent a pour mission de recueillir ; l’un vaut par l’autre, l’or et l’ordure sont l’Alpha et l’Oméga des villes. La splendeur haussmannienne est construite sur le charnier de la colonisation, et on peut toujours, par les soupiraux de la Préfecture, entendre les plaintes des Africains en détention par-dessus le râle de la ville tout entière qui jouit de sa supériorité culturelle. L’or et la pourriture brodés chez Lesage et jetés à la gueule effarée du monde, Paris est la capitale de l’élégance parce qu’elle sait que le monde est un charnier, Paris est la capitale de l’élégance parce que rien n’y a de sens et qu’elle sait faire de ce non-sens la splendide affirmation que les poèmes et les systèmes hésitent à prononcer. L’homme n’est rien, rien n’est rien, la mort est la seule connaissance et il faut vivre dans les applaudissements du soir, dans les victoires éphémères, dans cette écume faite de rien, de renoncement, de haute conscience  et de frivolité, une seule tache sur le gilet rose et c’est déjà l’apocalypse.

Et Paris traverse le temps et broie les âmes, la ville se nourrit des espoirs et des extravagances de ses peuples.  »

Olivier PY, Les Parisiens, Actes Sud, Paris, 2016, p. 11

« Et Aurélien s’assoit dans un café des bords de Seine, entre l’épave fantastique de la Samaritaine et la colonnade du Louvre, le café est splendidement dévoré de miroirs et de lumière angulaire, c’est idéal pour prendre une décision qui engage son destin.

Mais il faut tout d’abord qu’il réfléchisse encore à cette idée : Paris c’est nier la mort, Paris c’est oublier, ignorer, la mort, c’est donc que le Christ est impuissant et que Paris, dans sa crasse divine, a recouvert toute Miséricorde. Le Christ ou Paris ? Au fond, le plus sage serait peut-être de tirer aux dés. Et Aurélien a presque un fou rire en pensant à cette idée, du Christ ou de Paris, qui est le plus grand ? Cela ne se décide pas intellectuellement, cela ne ferait pas l’objet d’une dispute sérieuse à la Sorbonne entre un néomarxiste et un catholique de gauche. »

Olivier PY, Les Parisiens, Actes Sud, Paris, 2016, p. 12

 

« — Je veux tout. J’aurai tout. Si je n’ai pas tout dans un an, je me tuerai, je me jetterai dans la Seine avec les mains menottées, j’aurai annulé la philosophie et la religion. Je ne suis pas un professeur de philosophie, je suis un aventurier, dit Aurélien à la ville qui devant lui entre dans l’ombre. »

Olivier PY, Les Parisiens, Actes Sud, Paris, 2016, p. 15

 

« — Peut-être que nous devrions quitter cet endroit, il fait froid ici, et les lumières se rallument, toute la crasse va nous ensevelir. Viens, fuyons, viens, fuyons jusqu’à L’Étoile, ils ne ferment pas avant le jour, nous pourrons boire un verre. Comme si la jeunesse n’avait pas de fin.

— Et demain, je t’anéantirai, dit calmement Touraine.

— Si tu veux, comme tu veux, mais je te le demande, allons boire un verre tous les deux, pendant que Paris dort, allons voir les lumières qui filent dans l’eau de la Seine, allons à L’Étoile, j’ai soif. J’ai soif et j’ai mal à ma jeunesse.

Sarazac a dit tout cela avec une presque joie qui l’étonne lui-même.

— Boire ton foutre, ça ne me gêne pas, c’est même agréable, mais ta sentimentalité, je ne la supporterai pas, je me sens jeune depuis que je suis en rémission, et je ne suis pas d’humeur nostalgique. Allons boire un verre à L’Étoile, j’ai toujours détesté ce bar, encore une bonne raison d’y aller.

En remontant des Enfers, ils voient les trois présidents endormis les uns contre les autres à la manière d’enfants. Après des jeux d’adolescents ils ont achevé leur régression jusqu’au sommeil des innocents. Déjà les lumières se rallument et, comme promis, toute l’ordure, tout l’abject, toute la crasse éblouissante leur sautent au visage et, sans doute pour presser le pas et échapper à la lucidité blafarde des néons, Sarazac prend la main de Touraine. […]

Tout autour d’eux la nuit est devenue transparente, les étoiles se sont levées, le couvercle de pollution jauni par l’irradiation de la ville a été dissous par une légère brise. Parfois au point du jour Paris se souvient de la nature, du ciel et du fleuve. C’est comme un moment d’innocence que la ville par temps clair offre aux mendiants et aux insomniaques, mais le matin lancera dans ce moment de vérité toutes les guerres et tous les désirs qui l’enivrent. 

Il y a peu de circulation et les derniers touristes sont allés s’effondrer dans leur lit. Un peu avant cinq heures, on entend une rumeur qui est proprement la respiration de la ville, son souffle est grave et, harmoniques propagées par le fleuve ou lointaines fuites des camions de la périphérie, la résonance profonde est comme une musique ensorcelante. C’est l’heure où on ne peut échapper à la Vérité, et les deux amants qui marchent vers le bar nocturne de leur jeunesse y vont, le pas solennel, comme au procès de leur destin. »

Olivier PY, Les Parisiens, Actes Sud, Paris, 2016, p. 300-301

 

« — Tout à l’heure quand nous marcherons sur les bords de Seine, je te dirai pourquoi je ne suis pas venu, dit Sarazac. Pourquoi je t’ai abandonné. Je te le dirai, il faut que tu le saches, cela jettera un soleil noir de plus dans notre ciel, mais tu dois tout savoir… 

[…]

Ils marchent dans les rues de Paris, entre les façades haussmanniennes et jusqu’à la Seine agrandie par l’automne, un grand coup de pinceau noir où quelques étoiles tombent, vertes et rouges, et s’en vont en passant sous les ponts. Les berges sont éclairées d’halogènes orange, et le son du fleuve, presque inaudible dans la journée, tombe de l’éternité dans le temps, fait de la ville au-dessus des berges un paradis de tristesse. Ils marchent très silencieusement pour aller jusqu’à ce lieu où Sarazac dira enfin sa lâcheté et son remords. Il a essayé plusieurs fois déjà mais l’humour moqueur de son interlocuteur a retardé la scène. Et maintenant le fleuve les unit dans la cruauté du temps, dans l’impossibilité de dire l’amour et dans la nuit qui sauve.

[…]

Il y a un silence d’environ une demi-heure entre les deux hommes, celui qui est assis et celui qui est debout, celui qui demande et celui qui refuse. Et Touraine finit par dire :

— Crève ! Crève ! Crève ! Maintenant ! Devant moi. Crève en gémissant, souffre toutes les souffrances de l’enfer, je ne te pardonnerai jamais, jamais !

Et le coup de poing part, horizontal comme un alexandrin classique, et casse le nez de Sarazac avec un bruit ridicule. Au sol, Sarazac crie un long cri monotone et Touraine immobile s’apprête à recommencer. Le sang gicle sur le pavé des berges et, dans la lumière orange, le sang a une couleur artificielle sur les chaussures vernies de Touraine. »

Olivier PY, Les Parisiens, Actes Sud, Paris, 2016, p. 305-309

Gaieté parisienne – Benoît Duteurtre

Dans Gaieté parisienne, Benoît Duteurtre peint le Paris à la veille des années 2000. La Seine et ses bords sont non seulement une bordure géographique mais aussi un lieu de drague gay.

® Tous droits réservés 

Benoît Duteurtre, Gaieté parisienne, Gallimard, 1998

Extrait 1 (p.11-12)

« Nicolas marche sur les berges de la Seine. 

Les anciennes péniches sont transformées en théâtres flottants, pianos-bars, musées des mariniers. Deux pêcheurs silencieux lancent leurs lignes dans l’eau trouble. Rien, à première vue, ne les distingue du traditionnel pêcheur à la ligne ; sauf ce détail : l’un des hommes porte, sous sa casquette, une longue natte grise tressée de vieux hippie. 
Nicolas se remet en marche, quand son oreille est attirée par une musique au loin. Il reconnaît une cornemuse, les accents d’une bourrée paysanne. Il marche encore, passe le pont de la Tournelle et découvre au bord de l’eau une foule de campagnards de tous âges, buvant, dansant, s’activant autour d’une machine agricole. 
[…]
Des bateaux-mouches glissent sur l’eau, diffusant leurs commentaires touristiques en multiples langues. Sur le quai, indifférents, les paysans charrient des bottes de foin parmi les jets de fumée. Le moteur gronde. L’engin mécanique, surgi du fond du temps, égrène les céréales, divise les épis de blé, souffle une poussière dorée dans le ciel de Paris. […]
Nicolas suppose qu’il s’agit du tournage d’un film. Il cherche les projecteurs, les caméras, l’équipe de production… Rien. Promeneurs, joggers, hommes, femmes et chiens s’arrêtent comme lui devant la batteuse à vapeur et observent l’antique tribu, établie sur la rive gauche du fleuve. « 

Extrait 2 (p.22)

« Sur les graviers du jardin des Tuileries, il a observé les dragueurs qui se suivent, se flairent à distance, à la recherche d’une sauvagerie moderne. Nicolas s’est senti mal à l’aise parmi ces hommes s’épiant entre eux, tous revêtus des mêmes jeans moulants, harnachés des mêmes sacs à dos. Sur les berges de la Seine, d’autres homosexuels assis sous les arbres s’alignaient en longues rangées, prenant le soleil. »

Extrait 3 (p. 45)

« Seul dans son appartement, Nicolas déprime. Il feuillette un livre de peintures sur Paris, l’hiver. La Seine était encombrée de glaçons ; des chevaux trottaient sur les quais enneigés où brûlaient des feux de bois ; il faisait froid… » 

Extrait 4 (p. 117-118)

« Un soleil d’automne baignait les corps qui entraient et sortaient par les deux portails. Quelques-uns s’attardaient sur le pont, regardaient passer les bateaux-mouches, dont les enceintes acoustiques racontaient l’histoire de la Cité; Le troupeau d’autocars ronronnait au loin, protecteur. 
Sur la place, des acrobates, dessinateurs de rues, animaient une petite foire. Juché sur une borne de circulation, un homme grimé en personnage du XVIIIe siècle imitait les mouvements lents et décomposés d’un vieil automate. Assis sur des tabourets devant leurs chevalets, des peintres peignaient Notre-Dame et son bras de fleuve, dans un style impressionniste. » 

Extrait 5 (p. 141)

« Pour donner du piquant à leur sortie, Michel entraînait parfois ses amis au quai d’Austerlitz. Derrière la gare brillait, en contrebas, l’eau noire de la Seine. Michel descendait sur la berge déserte, franchissait les barrières d’un chantier, suivi par Julien, lui-même suivi par Nicolas, qui les suivait tout en affirmant qu’il ne voulait pas les suivre. […] Sur l’autre rive du fleuve se dressaient les bureaux de banques et de compagnies d’assurances ; minibuildings en verre fumée dont les lumières se reflétaient sur la rivière morte. 
Avançant dans ce paysage glauque au bord de l’eau, Michel s’exclamait : 
– Êtes-vous sensibles à cette magie ? On se croirait à Manhattan. » 

Extrait 6 (p. 185)

« Le Boeing 747 tournait au-dessus de la capitale, avant d’atterrir sur la piste d’Orly. Paris brillait sous le soleil comme un petit théâtre, traversé par le ruban argenté de la Seine. On discernait nettement, depuis cette altitude, la ville légendaire : ce scintillement de pierre blanche et de toits de zinc, cette unité variée du style, cet équilibre des rues et des boulevards, des jardins et du fleuve baignant dans le bleu du ciel. » 

Extrait 7 (p. 186-187)

« L’après-midi était suave. Le Pont-Neuf, les immeubles de la pointe de l’île de la Cité scintillaient au-dessus de l’eau dans une poudre de lumière. Des feuillages printaniers prêtaient au fleuve les reflets vert calme d’une rivière de campagne. Nicolas contempla les murs chauds et silencieux des vieilles pierres, l’exacte proportion des hauteurs. Le centre de Paris semblait recouvert d’un voile de beauté ancienne. […]
Retournant vers la rive droite, il changea brutalement de registre. Le soleil brillait sur les embouteillages. Les moteurs grondaient ; des gardiens de paix tentaient de canaliser la circulation dans les rues trop étroites  ; des coups de klaxon éclataient par grandes déflagrations, comme des crises nerveuses. « 

 

Extrait 8 (p. 190-191)

« Quelques semaines après son retour, Nicolas reçut une invitation pour une fête à la piscine Deligny. […] Quelques mots clés jetés sur le carton, dans une langue franco-aéricaine, donnaient le ton de la soirée : « House garage », « Disco 70’s », « Sexy fun ». Cette nuit était organisée, pour fêter les beaux jours, par plusieurs associations de jeunesse homosexuelle : Adolescence gaie, Sœurs lesbiennes, Jeunes gays du Val-de-Marne. 

[…]

Vers onze heurs du soir, il arriva à pied devant la vieille piscine parisienne flottant sur la Seine, amarrée près de la Concorde. Construits à la fin du XIXe siècle sur une couple de péniches, les Bains Deligny furent l’une des plus jolies inventions de cette ville ; l’une des rares qui, un siècle plus tard, n’avaient pas été transformées en musées, mais assuraient toujours leur fonction vitale : offrir aux citadins les plaisirs du bain dans un décor de théâtre. « 

Extrait 9 (p. 202)

« Nicolas aime accomplir des promenades au bord de la Seine, marcher sur les berges, aller d’un pars rapide à contre-courant. […] L’hivers, sur les mêmes massifs nus, piaillent des colonies d’oiseaux qui s’envolent ensemble d’un coup, accomplissent un grand cercle au-dessus du fleuve pour se réchauffer, puis reviennent se poser sur les branchages. 

Extrait 10 (p. 203)


« La nuit tombe. La semaine dernière, la piscine Deligny a coulé au fond de la Seine. En pleine nuit, le vieux théâtre s’est enfoncé et fracassé dans l’eau sale. Les bois peints et les colonnes sculptées ont éclaté en morceaux sous le fleuve. Certains journaux parlent d’accident ; d’autres d’usure ; à moins que les propriétaires n’aient fait couler eux-mêmes ce vieux bibelot trop couteux… Assis sur un banc au bord de la Seine, Nicolas chantonne ce refrain : Sometimes I’m happy. « 

Extrait 11 (p. 204)

« Soudain des voix hurlent dans des micros. Des torches jaunes, vertes, éblouissantes, glissent sur l’eau. Un monstre s’est engagé sur cet étroit bras de fleuve, entre la rive gauche et l’île de la Cité. Un gros insecte s’avance, chargé de centaines de touristes hilares hurlants. Le bateau-mouche amiral, entreprise flottante de dépoétisation, éclaire de ses millions de watts chaque recoin du quai. Édith Piaf (c’est le nom du bateau, peint en grosses lettres noires) déshabille Notre-Dame. »