Archives par mot-clé : Suicide

SE NOYER dans la Seine: Suicide ou malchance

La Seine est un fleuve où de nombreuses tragédies se sont produites. . Ici, nous nous intéresserons au suicide de personne connue telle que des artistes, des écrivains ou même des hommes de loi qui se sont donné la mort en se jetant des bords de la Seine.

La liste commence au XIXème siècle, nous mentionnerons Antoine-Jean Gros, mort en 1835. Il était peintre néoclassique français et préromantique; comme écrivain nous pouvons citer Louis-Simon Auger, qui s’est suicidé en 1829. Il était journaliste, critique littéraire et dramaturge français. Plus récemment, Boris Fraenkel, homme politique s’est donné la mort en 2006.

Un exemple représentatif cependant, des noyés en littérature, est celui de la fille de Victor Hugo, Léopoldine. Elle s’est noyé dans la Seine avec son mari Charles Vacquerie en 1843. Le drame s’est passé lorsque leur canot chavira. Selon des témoignages de paysans, Charles plongea six fois pour récupérer Léopoldine, qui, sous l’eau, se cramponnait désespérément au canot renversé. Charles était un excellent nageur, mais Léopoldine s’accrochait comme le font les noyés, avec l’énergie du désespoir. Les efforts désespérés de Charles restèrent sans succès. Alors, voyant qu’il ne la ramènerait pas avec lui dans la vie, il plongea une dernière fois et se noya avec elle.

La liste n’est évidemment pas exhaustive et nous ne comptons pas en faire une. Beaucoup d’artistes, de gens de lettres ou de hauts fonctionnaires se sont suicidés dans la Seine. Mais les noyades ne sont pas toujours volontaires et d’autres phénomènes macabres font de la Seine un cimetière. 

 

  • Henri GourdinLéopoldine, l’enfant-muse de Victor Hugo, Presses de la Renaissance, 2007.
  • Pierre GeorgelLéopoldine Hugo, une jeune fille romantique, MVH, Paris, 1967.
  • Louis-Gabriel MichaudBiographie universelle ancienne et moderne : ou histoire par ordre alphabétique, de la vie privée et publique de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, t. 22, Paris, Charles Delagrave , 1870, p. 423-6.
  • Notice biographique de l’Académie française

Mac-Nab, Poèmes mobiles ; Monologues, 1890

Mac-Nab a écrit un recueil intitulé Poèmes mobiles ; Monologues qui a été publié en 1890. Ce recueil est divisé en trois parties qui regroupent trois types de récits : la première partie se nomme Poèmes mobiles, la deuxième partie se nomme Monologues en prose et la dernière partie se nomme Simples chansons. La Mort du Poète est une chanson qui se situe à la fin de la dernière partie du livre. Le suicide d’un poète qui se jette dans la Seine depuis le pont des Saint-Pères, à Paris y est mis en scène et la Seine y est décrite comme celle qui lui donne la mort.

 

Simples chansons ;

La Mort du Poète.

A Eugène Mesplès.

C’était un homme long, déhanché, sec et blême,

Vêtu d’un habit vieux autant que l’univers ;

Sa vie était un mythe et sa bourse un problème :

Chacun le croyait fou, car il chantait des vers !

 

Or cet homme, songeant à des jours plus prospères,

S’en allait à pas lents sur le pont des Saint-Pères :

(Ce pont que fait trembler le poids des omnibus

Ainsi qu’un régiment sous le choc des obus !…)

 

Il regardait la Seine, infâme pourvoyeuse

De la mort ! cette Seine à la chanson joyeuse,

Plus perfide que les sirènes de jadis,

Dont le murmure lent n’est qu’un De profundis !

—————————————————————-

Je ne connaissais pas ce malheureux bohème.

Et, pourtant, j’ai pleuré, quand j’ai su le soir même

Qu’on avait retrouvé son cadavre à Puteaux.

<< Homo sum, et nihil humani a me alienum puto ! >>

Mac-Nab, Poèmes mobiles ; Monologue, éditeur des Modernes, édité par Léon Vanier, 1880, p139

 

AUTEUR  : MAC-NAB

ŒUVRE  : Poèmes mobiles ; Monologue

GENRE  : POÉSIE

ÉPOQUE  : XIX

LIEU  : Paris

STRATE  : SUR

 

THÉMATIQUE 4  : LA SEINE INTERLOPE

-Noyade

Denis Diderot, Lettres à Sophie Volland, 1759

De son vivant, Denis Diderot avait échangé de nombreuses lettres avec Sophie Volland. Sophie Volland, qui se nommait auparavant Louise-Henriette Volland, avait fait la rencontre de Diderot en 1754 et ils ont par la suite entretenu une liaison.

Dans cet extrait, Diderot évoque les anglais ainsi que le suicide et cite des faits où un homme s’est ôté la vie en se tirant sur la tête et où un autre s’est jeté dans la Seine. La Tamise, qui est un fleuve qui se situe dans le sud de l’Angleterre est également évoqué dans le texte et est, tout comme la Seine, présenté comme un fleuve où des suicides ont également lieu.

<< L’Anglais est joueur ; il joue des sommes effroyables. Il joue sans parler, il perd sans se plaindre, il use en un moment toutes les ressources de la vie ; rien n’est plus commun que d’y trouver un homme de trente ans devenu insensible à la richesse, à la table, aux femmes, à l’étude, même à la bienfaisance. L’ennui les saisit au milieu des délices, et les conduit dans la Tamise, à moins qu’ils ne préfèrent de prendre le bout d’un pistolet entre leurs dents. Il y a, dans un endroit écarté du parc de Saint-James, un étang dont les femmes ont le privilège exclusif : c’est là qu’elles vont se noyer. Écoutez un fait bien capable de remplir de tristesse une âme sensible. Le Baron est conduit chez un homme charmant, plein de douceur et de politesse, affable, instruit, opulent et honoré ; cet homme lui paraît selon son cœur ; l’amitié la plus étroite se lie entre eux ; ils vivent ensemble et se séparent avec douleur. Le Baron revient en France ; son soin le plus empressé, c’est de remercier cet Anglais de l’accueil qu’il en a reçu et de lui renouveler les sentiments d’attachement et d’estime qu’il lui a voués. Sa lettre était à moitié écrite lorsqu’on lui apprend que, deux jours après son départ de Londres, cet homme s’était brûlé la cervelle d’un coup de pistolet. Mais ce qu’il y a de singulier, c’est que ce dégoût de la vie, qui les promène de contrée en contrée, ne les quitte pas ; et qu’un Anglais qui voyage n’est souvent qu’un homme qui sort de son pays pour s’aller tuer ailleurs. N’en voilà-t-il pas un qui vient tout à l’heure de se jeter dans la Seine ? On l’a péché vivant ; on l’a conduit au Grand-Châtelet, et il a fallu que l’ambassadeur interposât toute son autorité pour empêcher qu’on n’en fît justice. M. Hume nous disait, il y a quelques jours, qu’aucune négociation politique ne l’avait autant intrigué que cette affaire, et qu’il avait été obligé d’aller vingt fois chez le premier président avant que d’avoir pu lui faire entendre qu’il n’y avait dans aucun des traités de la France et de l’Angleterre aucun article qui stipulât défense à un Anglais de se noyer dans la Seine sous peine d’être pendu ; et il ajoutait que, si son compatriote avait été malheureusement écroué, il aurait risqué de perdre la vie ignominieusement, pour s’être ou ne s’être pas noyé. Si les Anglais sont bien insensés, vous conviendrez que les Français sont bien ridicules. >>

Denis Diderot, Lettres à Sophie Volland, Texte établi par J. Assézat et M. Tourneux, Garnier, XIX, p.183-184

AUTEUR  : DENIS DIDEROT

ŒUVRE  : Lettres à Sophie Volland

GENRE  : ECRITS PERSONNELS

ÉPOQUE  : XVIII

LIEU  : Paris (Châtelet)

STRATE : DANS

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

-Noyade

THÉMATIQUE 5 : HORS-LIEUX

-Fleuve

Xavier de Montépin, Les Pirates de la Seine, 1866

L’auteur rapporte dans ce roman deux histoires qui s’entrecroisent, celle des pirates de la Seine, trafiquants, pourchassés par les soldats de la maréchaussée et celle de Pauline, marquise d’Hérouville, malheureuse en son mariage : le fleuve coule, se faisant le complice malicieux de ces destins entremêlés. 

Les bandits, au nombre de quatorze (y compris le
capitaine et le lieutenant) prirent place dans trois
bateaux plats peints en noir. Les avirons, enveloppés
de linges afin de ne produire aucun bruit en frappant
les eaux, furent bordés, Lascars donna le signal et
les embarcations glissèrent, invisibles et muettes, sur
la surface sombre du fleuve. La nuit semblait prêter
au crime résolu sa discrète complicité. Jamais obscurité plus profonde n’avait pesé sur la terre endormie
des ténèbres compactes, impénétrables, –enveloppaient la Seine et ses rives, et nulle lueur phosphorescente ne brillait dans le faible sillage dos trois barques. Lascars fut obligé de se rendre compte par induction du chemin parcouru, et lorsqu’il crut avoir franchi
la distance qui le séparait du château de Port-Marly, il
donna l’ordre d’atterrir et d’amarrer les embarcations.

 

Xavier de Montépin, Les Pirates de la Seine,  Marseille : Roman, Journal des feuilletons illustres, 1866 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5559838k/f5.image.r=la%20Seine%20roman

 

AUTEUR : Xavier de Montépin

EPOQUE : XIX

GENRE : Roman

LIEU : Paris

STRATE : DANS / SUR / SOUS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– nager

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– transporter

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– canoter

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– noyade

– trafic

– la Seine putride

Julio CORTAZAR, El Rio, 1964

XX-CORTÁZAR-El RíO

Dans ce court conte, Julio Cortázar met en scène un couple malheureux. Le monologue du mari dévoile leurs violentes disputes inextricablement mêlées à leur désir sexuel, une routine morbide dans laquelle le couple est enfermé. Le cœur du texte s’attache à unir le corps de l’épouse qui se noie dans la réalité au désir sexuel de son mari, rêvant d’elle dans leur lit. L’auteur par l’intermédiaire du fleuve fusionne à la perfection le moment de la mort et celui de l’amour.

Y sí, parece que es así, que te has ido diciendo no sé qué cosa, que te ibas a tirar al Sena, algo por el estilo, una de esas frases de plena noche, mezcladas de sábana y boca pastosa, casi siempre en la oscuridad o con algo de mano o de pie rozando el cuerpo del que apenas escucha, porque hace tanto que apenas te escucho cuando dices cosas así, eso viene del otro lado de mis ojos cerrados, del sueño que otra vez me tira hacia abajo. Entonces está bien, qué me importa si te has ido, si te has ahogado o todavía andas por los muelles mirando el agua, y además no es cierto porque estás aquí dormida y respirando entrecortadamente, pero entonces no te has ido cuando te fuiste en algún momento de la noche antes de que yo me perdiera en el sueño, porque te habías ido diciendo alguna cosa, que te ibas a ahogar en el Sena, o sea que has tenido miedo, has renunciado y de golpe estás ahí casi tocándome, y te mueves ondulando como si algo trabajara suavemente en tu sueño, como si de verdad soñaras que has salido y que después de todo llegaste a los muelles y te tiraste al agua. (…)
         Pero si es así me pregunto qué estás haciendo en esta cama que habías decidido abandonar por la otra más vasta y más huyente. Ahora resulta que duermes, que de cuando en cuando mueves una pierna que va cambiando el dibujo de la sábana, pareces enojada por alguna cosa, no demasiado enojada, es como un cansancio amargo, tus labios esbozan una mueca de desprecio, dejan escapar el aire entrecortadamente, lo recogen a bocanadas breves, y creo que si no estaría tan exasperado por tus falsas amenazas admitiría que eres otra vez hermosa, como si el sueño te devolviera un poco de mi lado donde el deseo es posible y hasta reconciliación o nuevo plazo, algo menos turbio que este amanecer donde empiezan a rodar los primeros carros y los gallos abominablemente desnudan su horrenda servidumbre. (…) De la sábana que apenas te cubría alcanzo a entrever la ráfaga instantánea que surca el aire para perderse en la sombra y ahora estamos desnudos, el amanecer nos envuelve y reconcilia en una sola materia temblorosa, pero te obstinas en luchar, encogiéndote, lanzando los brazos por sobre mi cabeza, abriendo como en un relámpago los muslos para volver a cerrar sus tenazas monstruosas que quisieran separarme de mí mismo. Tengo que dominarte lentamente (y eso, lo sabes, lo he hecho siempre con una gracia ceremonial), sin hacerte daño voy doblando los juncos de tus brazos, me ciño a tu placer de manos crispadas, de ojos enormemente abiertos, ahora tu ritmo al fin se ahonda en movimientos lentos de muaré, de profundas burbujas ascendiendo hasta mi cara, vagamente acaricio tu pelo derramado en la almohada, en la penumbra verde miro con sorpresa mi mano que chorrea, y antes de resbalar a tu lado sé que acaban de sacarte del agua, demasiado tarde, naturalmente, y que yaces sobre las piedras del muelle rodeada de zapatos y de voces, desnuda boca arriba con tu pelo empapado y tus ojos abiertos.

Julio Cortázar, Final del Juego (El río)Sudamericana, 1964, p. 19

 

AUTEUR : Cortázar, Julio

ÉPOQUE : XX

GENRE : Conte

LIEU : Inconnu (bord de Seine)

STRATE : DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– Suicide par noyade

– Activités sexuelles

George SAND, Indiana [1832]

Elle descendit le quai depuis l’Institut jusqu’au Corps Législatif ; mais elle oublia de traverser le pont, et continua à longer la rivière, absorbée dans une rêverie stupide, dans une méditation sans idées, et poursuivant l’action sans but de marcher devant elle.

Insensiblement elle se trouva au bord de l’eau, qui charriait des glaçons à ses pieds et les brisait avec un bruit sec et froid sur les pierres de la rive. Cette eau verdâtre exerçait une force attractive sur les sens d’Indiana. On s’accoutume aux idées terribles ; à force de les admettre, on s’y plaît. Il y avait si longtemps que l’exemple du suicide de Noun apaisait les heures de son désespoir, qu’elle s’était fait du suicide une sorte de volupté tentatrice. Une seule pensée, une pensée religieuse, l’avait empêchée de s’y arrêter définitivement ; mais dans cet instant aucune pensée complète ne gouvernait plus son cerveau épuisé. […] et elle marchait, se rapprochant toujours de la rive, obéissant à l’instinct du malheur et au magnétisme de la souffrance.

Quand elle sentit le froid cuisant de l’eau qui baignait déjà sa chaussure, elle s’éveilla comme d’un état de somnambulisme, et, cherchant des yeux où elle était, elle vit Paris derrière elle, et la Seine qui fuyait sous ses pieds, emportant dans sa masse huileuse le reflet blanc des maisons et le bleu grisâtre du ciel. Ce mouvement continu de l’eau et l’immobilité du sol se confondirent dans ses perceptions troublées, et il lui sembla que l’eau dormait et que la terre fuyait. […] Alors un homme qui accourait, guidé par la voix du chien, la saisit par le corps, l’entraîna, et la déposa sur les débris d’un bateau abandonné à la rive.

George SAND, Indiana [1832], Michel-Lévy Frères Éditeurs, Paris, 1861, p. 209-210