Archives par mot-clé : Sur

La Franciade, Pierre de Ronsard, 1572

 

     La Franciade devait être le Magnus opus du grand auteur du XVIème. Mais le soudain décès de son commanditaire, Henri II, poussa son auteur, Pierre de Ronsard a cessé son œuvre, puis, de disgrâce, l’écriture. Dans cet extrait du quatrième et dernier livre, Ronsard évoque un épisode de la vie de Clovis II : celui de la tentative de renversement, orchestrée par ses fils, ancrée dans l’imaginaire collectif,  notamment grâce au tableau des Énervés de Jumièges d’Évariste-Vital Luminais. Les fils, remis par leur mère à la Seine comme à la providence après la brûlure de leurs nerfs, dérivèrent jusqu’à l’Abbaye de Jumièges où ils furent reconnus et accueillis par son fondateur Saint-Philibert. De cet épisode légendaire Ronsard tire une leçon pour les enfants, ne pas aller à l’encontre de ses géniteurs, où la Seine est le lieu de l’abandon, d’une épreuve mais aussi de la preuve d’une miséricorde divine.

     “Outre la mer bien loin de sa patrie
Tiendra des juifs l’heureuse seigneurie,
Et son ost brave et luy brave à la main
Boiront sept ans les ondes du Jourdain :
Puis retourné pour quelque trouble en France,
De ses enfants punira l’arrogance,
Qui par flateurs par jeunes gens deceus
Vers celle ingrats qui les avoit conceus
De tout honneur degraderont leur mere,
Et donneront la bataille à leur père.
     Leur mere adonc, ah ! mere sans merci,
Fera bouillir leurs jambes, et ainsi
Tous mehaignez les doit jetter en Seine.
Sans guide iront où le fleuve les meine
A l’abandon des vagues et des vens :
Grave supplice ! à fin que les enfans
Par tel exemple apprennent à ne faire
Chose qui soit à leurs parens contraire.”

Pierre de Ronsard, Œuvres Complètes vol. I, La bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1993, p. 1143 (v1417-1434)

Guy de Maupassant, La Maison Tellier

 

Auguste Renoir, Bain à la Grenouillère, 1869    La Bibliothèque électronique du Québec
Collection À tous les vents
Volume 192 : version 1.01.                                    Tous droits réservés ©

 

 

Plusieurs passages évoquent la Seine dans la nouvelle de Guy de Maupassant “La maison Tellier”. En voici quelques extraits :

« J’avais loué, l’été dernier, une petite maison de campagne au bord de la Seine, à plusieurs lieues de Paris, et j’allais y coucher tous les soirs. Je fis, au bout de quelques jours, la connaissance d’un de mes voisins, un homme de trente à quarante ans, qui était bien le type le plus curieux que j’eusse jamais vu. C’était un vieux canotier, mais un canotier enragé, toujours près de l’eau, toujours sur l’eau, toujours dans l’eau. Il devait être né dans un canot, et il mourra bien certainement dans le canotage final. Un soir que nous nous promenions au bord de la Seine, je lui demandai de me raconter quelques anecdotes de sa vie nautique. Voilà immédiatement mon bonhomme qui s’anime, se transfigure, devient éloquent, presque poète. Il avait dans le cœur une grande passion, une passion dévorante, irrésistible : la rivière.

– Ah ! me dit-il, combien j’ai de souvenirs sur cette rivière que vous voyez couler là près de nous ! Vous autres, habitants des rues, vous ne savez pas ce qu’est la rivière. Mais écoutez un pêcheur prononcer ce mot. Pour lui, c’est la chose mystérieuse, profonde, inconnue, le pays des mirages et des fantasmagories, où l’on voit, la nuit, des choses qui ne sont pas, où l’on entend des bruits que l’on ne connaît point, où l’on tremble sans savoir pourquoi, comme en traversant un cimetière : et c’est en effet le plus sinistre des cimetières, celui où l’on n’a point de tombeau. La terre est bornée pour le pêcheur, et dans l’ombre, quand il n’y a pas de lune, la rivière est illimitée. Un marin n’éprouve point la même chose pour la mer. Elle est souvent dure et méchante, c’est vrai, mais elle crie, elle hurle, elle est loyale, la grande mer ; tandis que la rivière est silencieuse et perfide. Elle ne gronde pas, elle coule toujours sans bruit, et ce mouvement éternel de l’eau qui coule est plus effrayant pour moi que les hautes vagues de l’Océan. »

[…]

« Des rêveurs prétendent que la mer cache dans son sein d’immenses pays bleuâtres, où les noyés roulent parmi les grands poissons, au milieu d’étranges forêts et dans des grottes de cristal. La rivière n’a que des profondeurs noires où l’on pourrit dans la vase. Elle est belle pourtant quand elle brille au soleil levant et qu’elle clapote doucement entre ses berges couvertes de roseaux qui murmurent. »

[…]

« Enfin, on avait traversé la Seine une seconde fois, et, sur le pont, ç’avait été un ravissement. La rivière éclatait de lumière ; une buée s’en élevait, pompée par le soleil, et l’on éprouvait une quiétude douce, un rafraîchissement bienfaisant à respirer enfin un air plus pur qui n’avait point balayé la fumée noire des usines ou les miasmes des dépotoirs. »

Dans un passage intitulé “Sur l’eau”, une reprise d’une courte nouvelle de 1876 nommée “En canot”, Maupassant utilise l’expérience effrayante d’un pécheur qui raconte l’une de ses mésaventures sur la Seine, entre la paranoïa et l’épouvante :

«Pendant quelque temps, je demeurai tranquille, mais bientôt les légers mouvements de la barque m’inquiétèrent. Il me sembla qu’elle faisait des embardées gigantesques, touchant tour à tour les deux berges du fleuve ; puis je crus qu’un être ou qu’une force invisible l’attirait doucement au fond de l’eau et la soulevait ensuite pour la laisser retomber. J’étais ballotté comme au milieu d’une tempête ; j’entendis des bruits autour de moi ; je me dressai d’un bond : l’eau brillait, tout était calme.»

[…]

«Cependant, la rivière s’était peu à peu couverte d’un brouillard blanc très épais qui rampait sur l’eau fort bas, de sorte que, en me dressant debout, je ne voyais plus le fleuve, ni mes pieds, ni mon bateau, mais j’apercevais seulement les pointes des roseaux, puis, plus loin, la plaine toute pâle de la lumière de la lune, avec de grandes taches noires qui montaient dans le ciel, formées par des groupes de peupliers d’Italie. J’étais comme enseveli jusqu’à la ceinture dans une nappe de coton d’une blancheur singulière, et il me venait des imaginations fantastiques. Je me figurais qu’on essayait de monter dans ma barque que je ne pouvais plus distinguer, et que la rivière, cachée par ce brouillard opaque, devait être pleine d’être étranges qui nageaient autour de moi. J’éprouvais un malaise horrible, j’avais les tempes serrées, mon cœur battait à m’étouffer ; et, perdant la tête, je pensai à me sauver à la nage ; puis aussitôt cette idée me fit frissonner d’épouvante. Je me vis, perdu, allant à l’aventure dans cette brume épaisse, me débattant au milieu des herbes et des roseaux que je ne pourrais éviter, râlant de peur, ne voyant pas la berge, ne retrouvant plus mon bateau, et il me semblait que je me sentirais tiré par les pieds tout au fond de cette eau noire.»

[…]

«alors, peu à peu, l’ancre céda. Elle montait, mais doucement, doucement, et chargée d’un poids considérable. Enfin nous aperçûmes une masse noire, et nous la tirâmes à mon bord :
C’était le cadavre d’une vieille femme qui avait une grosse pierre au cou.»

 

 

 

GUY DE MAUPASSANT, La maison Tellier, recueil de nouvelles homonyme, 1881, A tous les vents (col), 192e réédition, p. 82 à 94 et p. 213.

Marguerite Duras, L’Eté 80, 1980

Dans L’été 80 de Marguerite Duras, une petite fille contemple, depuis la plage de Trouville, trois pieux noirs à marée basse, trois arbres respectivement orientés vers la mer, le fleuve et le Havre. La marée monte, et, peu à peu, la Seine et la mer se mêlent dans l’embouchure du fleuve.

« La jeune fille et l’enfant ont traversé les sables découverts et ils ont allés dans la baie, du côté des pieux noirs, vers le chenal. […] Déjà la lumière s’allongeait vers la surface de la mer, elle était plus dorée, plus lente. […] Les voici, trois arbres hauts comme des mâts, à quelques mètres les uns des autres, au bord du fleuve. […] Leurs têtes sont sculptées de cannelures verticales coupées d’entailles régulières et profondes, cela pour que les cordages adhèrent mieux au bois. […] ils sont tournés vers trois directions différentes, celle de la haute mer, celle du fleuve, celle du Havre. […] Puis la mer petit à petit s’est ancrée de vert. La longue file des pétroliers d’Antifer est devenue plus épaisse, plus sombre. C’était le soir qui venait. Et ce léger brouillement de la lumière, ces souffles qui passaient, ces montées de brume, cet air mouillé tout à coup, c’était la marée. Et les eaux de la Seine ont commencé à être envahies par celles de la mer » (p. 83)

DURAS Marguerite, L’Été 80, Paris, ©Les Editions de Minuit, 1980, p. 83

“Nocturne parisien”, Paul VERLAINE, 1866

Dans la première partie de “Nocturne parisien”, Verlaine se réfère à plusieurs fleuves, avant de revenir à la Seine :

Roule, roule ton flot indolent, morne Seine. —
Sur tes ponts qu’environne une vapeur malsaine
Bien des corps ont passé, morts, horribles, pourris,
Dont les âmes avaient pour meurtrier Paris.
Mais tu n’en traînes pas, en tes ondes glacées,
Autant que ton aspect m’inspire de pensées !

[…]

— Toi, Seine, tu n’as rien. Deux quais, et voilà tout,
Deux quais crasseux, semés de l’un à l’autre bout
D’affreux bouquins moisis et d’une foule insigne
Qui fait dans l’eau des ronds et qui pêche à la ligne.

[…]

— Et tu coules toujours, Seine, et, tout en rampant,
Tu traînes dans Paris ton cours de vieux serpent,
De vieux serpent boueux, emportant vers tes havres
Tes cargaisons de bois, de houille et de cadavres !”

VERLAINE, Paul, “Nocturne parisien”, Poèmes Saturniens, 1866

Charles NODIER, La Seine et ses bords [1836]

 

Dans son récit de voyage pittoresque La Seine et ses bords (1836), Charles Nodier suit le cours du fleuve, dont il s’attache à retracer l’histoire et la morphologie, tout en célébrant sa beauté, dans le style en vogue à l’époque romantique.

À ce stade du voyage, la Seine va bientôt rejoindre la mer. Il est question notamment de Tancarville.

La Seine fléchit pour la première fois sous le poids des vaisseaux. Elle s’enfle d’orgueil, elle accélère sa course, elle est impatiente de sentir les eaux de la mer se confondre avec les siennes. Rien ne peut la retenir, ni les jardins délicieux de la Meilleraie, ni les ruines pittoresques de Tancarville, ni les doux paysages aux frondes verdoyantes qui se pressent sur ses bords. Elle a entendu la grande voix du flux qui l’appelle et qui la repousse. Elle s’élance, elle bondit, elle lutte, elle triomphe, elle se perd dans le reflux qui l’emporte.

Tel est l’aspect sous lequel la Seine se présente à la poésie, spectacle toujours nouveau, toujours divers, qui se modifie pour s’embellir à tous les détours du fleuve, et qui réunit toutes les grâces à toutes les magnificences, comme ce tableau qu’Apelles suspendit aux rivages de Neptune.

Charles NODIER, La Seine et ses bords [1836], Les Éditions de Paris, coll. « Paris insolite », Paris, 1992, p. 8

Émile ZOLA, Thérèse Raquin [1867]

Émile ZOLA a aimé séjourner en bord de Seine. En 1878, il fit l’acquisition d’une maison à Médan, où il vécut et écrivit jusqu’en 1902.

Dans le roman Thérèse Raquin, Thérèse et Laurent, qui sont amants, décident d’assassiner Camille, devenu un époux encombrant. Ils profitent d’un dîner dans une guinguette sur les rives de Saint-Ouen pour proposer une promenade en canotier. Laurent va noyer Camille. La scène du meurtre est précédée par une évocation oppressante et crépusculaire eu fleuve.

Laurent prit les rames. Le canot quitta la rive, se dirigeant vers les îles avec lenteur. Le crépuscule venait. De grandes ombres tombaient des arbres, et les eaux étaient noires sur les bords. Au milieu de la rivière, il y avait de larges traînées d’argent pâle. La barque fut bientôt en pleine Seine. Là, tous les bruits des quais s’adoucissaient; les chants, les cris arrivaient, vagues et mélancoliques, avec des langueurs tristes. On ne sentait plus l’odeur de friture et de poussière. Des fraîcheurs traînaient. Il faisait froid. Laurent cessa de ramer et laissa descendre le canot au fil du courant. En face, se dressait le grand massif rougeâtre des îles. Les deux rives, d’un brun sombre taché de gris, étaient comme deux larges bandes qui allaient se rejoindre à l’horizon. L’eau et le ciel semblaient coupés dans la même étoffe blanchâtre. Rien n’est plus douloureusement calme qu’un crépuscule d’automne. Les rayons pâlissent dans l’air frissonnant, les arbres vieillis jettent leurs feuilles. La campagne, brûlée par les rayons ardents de l’été, sent la mort venir avec les premiers vents froids. Et il y a, dans les cieux, des souffles plaintifs de désespérance. La nuit descend de haut, apportant des linceuls dans son ombre. Les promeneurs se taisaient. Assis au fond de la barque qui coulait avec l’eau, ils regardaient les dernières lueurs quitter les hautes branches. Ils approchaient des îles. Les grandes masses rougeâtres devenaient sombres; tout le paysage se simplifiait dans le crépuscule; la Seine, le ciel, les îles, les coteaux n’étaient plus que des taches brunes et grises qui s’effaçaient au milieu d’un brouillard laiteux.

Camille, qui avait fini par se coucher à plat ventre, la tête au-dessus de l’eau, trempa ses mains dans la rivière.

–Fichtre! que c’est froid! s’écria-t-il. Il ne ferait pas bon de piquer une tête dans ce bouillon-là.

Laurent ne répondit pas. Depuis un instant il regardait les deux rives avec inquiétude ; il avançait ses grosses mains sur ses genoux, enserrant les lèvres. Thérèse, roide, immobile, la tête un peu renversée, attendait. »

Émile ZOLA, Thérèse Raquin [1867], citation extraite du « Livre de poche », 1984, p. 87