Archives par mot-clé : trafic

Xavier de Montépin, Les Pirates de la Seine, 1866

L’auteur rapporte dans ce roman deux histoires qui s’entrecroisent, celle des pirates de la Seine, trafiquants, pourchassés par les soldats de la maréchaussée et celle de Pauline, marquise d’Hérouville, malheureuse en son mariage : le fleuve coule, se faisant le complice malicieux de ces destins entremêlés. 

Les bandits, au nombre de quatorze (y compris le
capitaine et le lieutenant) prirent place dans trois
bateaux plats peints en noir. Les avirons, enveloppés
de linges afin de ne produire aucun bruit en frappant
les eaux, furent bordés, Lascars donna le signal et
les embarcations glissèrent, invisibles et muettes, sur
la surface sombre du fleuve. La nuit semblait prêter
au crime résolu sa discrète complicité. Jamais obscurité plus profonde n’avait pesé sur la terre endormie
des ténèbres compactes, impénétrables, –enveloppaient la Seine et ses rives, et nulle lueur phosphorescente ne brillait dans le faible sillage dos trois barques. Lascars fut obligé de se rendre compte par induction du chemin parcouru, et lorsqu’il crut avoir franchi
la distance qui le séparait du château de Port-Marly, il
donna l’ordre d’atterrir et d’amarrer les embarcations.

 

Xavier de Montépin, Les Pirates de la Seine,  Marseille : Roman, Journal des feuilletons illustres, 1866 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5559838k/f5.image.r=la%20Seine%20roman

 

AUTEUR : Xavier de Montépin

EPOQUE : XIX

GENRE : Roman

LIEU : Paris

STRATE : DANS / SUR / SOUS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– nager

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– transporter

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– canoter

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– noyade

– trafic

– la Seine putride

Clepsydre sur Seine, Bertrand Puard, 2019

Alors qu’Ewan Lahuppe découvre sur ses écrans radars un microscopique village nommé Heurteauville aux abords de l’abbaye de Jumièges, son père décide d’aller s’y installer avec toute sa famille. Perdu au milieu de nulle part, une communauté scientifique et de nombreux milliardaires s’y cachent, ils découvrent alors un gisement de cristaux de temps piégé dans des dépôts alluvionnaires de la Seine. Son père Antoine tente de convaincre son fils :

 

— Nous en avons déjà discuté des dizaines de fois, Ewan, dit Claude en s’agenouillant devant son fils. Tu me parles toujours du négatif, sans voir tout ce que nous allons gagner à vivre là-bas. Et toi qui aimes tant les mystères et les légendes, tu seras servi avec l’abbaye de Jumièges qui se situe de l’autre côté de la Seine… Fais-moi confiance, fils, je t’assure que tu seras heureux là-bas… Si je pensais le contraire, je ne vous aurais pas fait venir, Marie, Chloris et toi, et nous aurions continué à vivre séparés, même si cette situation nous rendait tous tristes. Et pour ce qui est de tes copains parisiens que tu vas laisser derrière toi, eh bien ils viendront chez nous prendre le bon air normand le week-end…

 

Bertrand Puard, Clepsydre sur Seine, Editions du Rocher, 2019, p.2