Archives par mot-clé : Trouville

Alexandre DUMAS, Pauline, [1838]

Au Havre, l’estuaire de la Seine est parfois évoqué en tant qu’il sépare la Seine-Maritime du Calvados. Alors, ce sont aussi Trouville, Deauville et Honfleur qui sont évoqués.

Dans le roman d’Alexandre Dumas, Pauline (1838), le narrateur arrive au Havre où il doit embarquer pour l’Amérique. Apprenant que deux de ses amis de trouvent à Trouville, « de l’autre côté de la Seine », il décide de les y rejoindre pour leur faire ses adieux.

Au Havre j’appris que Dauzats et Jadin étaient de l’autre côté de la Seine, dans un petit village nommé Trouville : je ne voulus pas quitter la France sans serrer la main à deux camarades d’atelier. Je pris le paquebot ; deux heures après j’étais à Honfleur et le lendemain matin à Trouville : malheureusement ils étaient partis depuis la veille.

Tu connais ce petit port avec sa population de pêcheurs ; c’est un des plus pittoresques de la Normandie. J’y restai quelques jours, que j’employai à visiter les environs ; puis, le soir, assis au coin du feu de ma respectable hôtesse, Mme Oseraie, j’écoutais le récit d’aventures assez étranges, dont, depuis trois mois, les départements du Calvados, du Loiret et de la Manche étaient le théâtre.

Alexandre DUMAS, Pauline, [1838], La Bibliothèque électronique du Québec, Collection Littérature québécoise, Volume 1363: version 1.0, Édition de référence Michel Lévy Frères, 1863, p. 20-21

Marguerite Duras, L’Eté 80, 1980

Dans L’été 80 de Marguerite Duras, une petite fille contemple, depuis la plage de Trouville, trois pieux noirs à marée basse, trois arbres respectivement orientés vers la mer, le fleuve et le Havre. La marée monte, et, peu à peu, la Seine et la mer se mêlent dans l’embouchure du fleuve.

« La jeune fille et l’enfant ont traversé les sables découverts et ils ont allés dans la baie, du côté des pieux noirs, vers le chenal. […] Déjà la lumière s’allongeait vers la surface de la mer, elle était plus dorée, plus lente. […] Les voici, trois arbres hauts comme des mâts, à quelques mètres les uns des autres, au bord du fleuve. […] Leurs têtes sont sculptées de cannelures verticales coupées d’entailles régulières et profondes, cela pour que les cordages adhèrent mieux au bois. […] ils sont tournés vers trois directions différentes, celle de la haute mer, celle du fleuve, celle du Havre. […] Puis la mer petit à petit s’est ancrée de vert. La longue file des pétroliers d’Antifer est devenue plus épaisse, plus sombre. C’était le soir qui venait. Et ce léger brouillement de la lumière, ces souffles qui passaient, ces montées de brume, cet air mouillé tout à coup, c’était la marée. Et les eaux de la Seine ont commencé à être envahies par celles de la mer » (p. 83)

DURAS Marguerite, L’Été 80, Paris, ©Les Editions de Minuit, 1980, p. 83