Archives par mot-clé : XIX

Guy de Maupassant, Un Normand, 1882

La promenade du narrateur et de son compagnon dans cette nouvelle introduit une vision du paysage normand avec, face à nous, la Seine et sa vie portuaire.

Nous venions de sortir de Rouen et nous suivions au grand trot la route de Jumièges. La légère voiture filait, traversant les prairies ; puis le cheval se mit au pas pour monter la côte de Canteleu. C’est là un des horizons les plus magnifiques qui soient au monde. Derrière nous Rouen, la ville aux églises, aux clochers gothiques, travaillés comme des bibelots d’ivoire ; en face, Saint-Sever, le faubourg aux manufactures qui dresse ses mille cheminées fumantes sur le grand ciel vis-à-vis des mille clochetons sacrés de la vieille cité.
Ici la flèche de la cathédrale, le plus haut sommet des monuments humains ; et là-bas, la « Pompe à feu » de la « Foudre », sa rivale presque aussi démesurée, et qui passe d’un mètre la plus géante des pyramides d’Égypte.
Devant nous la Seine se déroulait, ondulante, semée d’îles, bordée à droite de blanches falaises que couronnait une forêt, à gauche de prairies immenses qu’une autre forêt limitait, là-bas, tout là-bas. De place en place, des grands navires à l’ancre le long des berges du large fleuve. Trois énormes vapeurs s’en allaient, à la queue leu leu, vers le Havre ; et un chapelet de bâtiments, formé d’un trois-mâts, de deux goélettes et d’un brick, remontait vers Rouen, traîné par un petit remorqueur vomissant un nuage de fumée noire.

MAUPASSANT, Guy de, « Un Normand » [1882], Contes de la bécasse [1883], citation extraite de la Bibliothèque électronique du Québec, collection A tous les vents, volume 123 : version 1,02, p. 127.

AUTEUR : Guy de MAUPASSANT

EPOQUE : XIX

GENRE : Nouvelle

LIEU : Entre Rouen et St-Severs

STRATE : Au bord


THEMATIQUE : SE MOUVOIR

– Se promener

Goncourt, Renée Mauperin, 1864

La Seine se situe dans l’espace mixte de la banlieue, entre la ville et la campagne, où le paysage industrialisé prévaut sur la nature. Elle est décrite en s’inspirant d’un tableau d’Hervier dont la référence picturale est exprimée par le narrateur et le personnage principal, Renée. Goncourt encourage ainsi le lecteur à comparer le paysage en prose au paysage peint.

Et d’un regard elle indiqua la Seine, les deux rives, le ciel.
De petits nuages jouaient et roulaient à l’horizon, violets, gris, argentés, avec des éclairs de blanc à leur cime qui semblaient mettre au bas du ciel l’écume du bord des mers. De là se levait le ciel, infini et bleu, profond et clair, splendide et déjà pâlissant, comme à l’heure où les étoiles commencent à s’allumer derrière le jour. Tout en haut, deux ou trois nuages planaient, solides, immobiles, suspendus. Une immense lumière coulait sur l’eau, dormait ici, étincelait là, faisait trembler des moires d’argent dans l’ombre des bateaux, touchait un mât, la tête d’un gouvernail, accrochait au passage le madras orange ou la casaque rose d’une laveuse. (…).
La campagne, le faubourg et la banlieue se mêlaient sur les deux rives. […] Il y avait des masures basses, des enclos de planches, des jardins, des volets verts, des commerces de vins peints en rouge, des acacias devant des portes, de vieilles tonnelles affaissées d’un côté, des bouts de mur blanc qui aveuglaient ; puis des lignes sèches de fabriques, des architectures de brique, des toits de tuile, des couvertures de zinc, des cloches d’ateliers. Des fumées montaient tout droit des usines, et leurs ombres tombaient dans l’eau comme des ombres de colonnes. […] Au-dessus d’un canal encombré de chalands, un pont tournant dressait en l’air ses deux bras noirs. Des pêcheurs jetaient et retiraient leurs lignes. Des roues criaient, des charrettes allaient et venaient. Des cordes de halage rasaient le chemin rouillé, durci, noirci, teint de toutes couleurs, par les décharges de charbon, les résidus de minerais, les dépôts de produits chimiques. Des fabriques de bougies, des fabriques de glucose, de féculeries, des raffineries semées sur le quai, au milieu de maigres verdures, il sortait une vague odeur de graisse et de sucre, qu’emportaient les émanations de l’eau et les senteurs du goudron. Des tapages de fonderies, des sifflets de machines à vapeur déchiraient à tout instant le silence de la rivière. C’était à la fois Asnières, Saardam et Puteaux, un de ces paysages parisiens des bords de la Seine, tels que les peint Hervier, sales et rayonnants, misérables et gais, populaires et vivants, où la Nature passe çà et là, entre la bâtisse, le travail et l’industrie, comme un brin d’herbe entre les doigts d’un homme.

GAUCOURT, Renée Mauperin, Paris: P.-A. Bourdier. 1864, p.7. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57190779/f19.item.r=Seine.texteImage

AUTEUR: Goncourt Jules

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Paris

STRATE: Sur / Au bord

Maurice de Fleury, Hydrargyre, 1887

Cette nouvelle est un récit fantastique qui raconte la mort de deux amants intoxiqués par une Seine brusquement métamorphosée en fleuve de mercure. La représentation de la Seine s’inscrit dans la mouvance symbolique et décadente et est décrite dans un style aussi savant et technique que lyrique.


(…)
Alors, comme folle subitement, la femme fit sur sa gauche un prodigieux bond, enjamba le parapet, et, levant les bras au ciel, se lança dans le fleuve. Lui, sans penser, derrière elle se rua.
Si brève que dut être la tournoyante évolution de sa culbute, il eut encore le temps de s’ébahir du reflet étrangement intense de la Seine, resplendissante à l’égal d’un métal en fusion… Une gifle géante au niveau des reins le cingla. Sans enfoncer, il rebondit, se retrouva sur ses talons, et d’une glissade formidable rejoignit sa maîtresse, près de laquelle il s’étala ; elle aussi, sans l’aide d’un mouvement surnageait : un courant terrible les emporta.
Un moment stupide de terreur nocturne et d’étrangeté, il se tint raide, sans un geste ; il se sentait bercé par un flot doux, caressant et souple, aux ondulations médiates d’un matelas d’eau : une invincible curiosité lui fit entr’ouvrir les paupières, il osa regarder.
Tout au ras de sa vue, ainsi qu’un lit de géant, le fleuve en nappe indéfinie s’étalait, plat, sans une ride, plus poli qu’un miroir, glissant d’une homogène coulée de lave ; des plaques, ça et là, semblaient saupoudrées de poussière, et tout le reste, d’un luisant bleu de lame neuve, répercutait avec une pureté froide et la plus absolue netteté, aux bords, le pan noir de quais démesurés, au milieu, le disque lunaire, tout rond, non pourvu du panache flabellaire qu’il laisse traîner sur les eaux, si précisément redit, si brillant, qu’à le regarder il louchait, le voyait double ; autour, myriadaient les gouttelettes diamantées des étoiles.

– La Seine s’est changée en fleuve de mercure ! (…)

 

Maurice de Fleury, Hydrargyre dans La Revue indépendante n°6 Tome III, 1887. P. 263. Disponible sur: http://visualiseur.bnf.fr/CadresFenetre?O=NUMM-16488&I=268&M=tdm

AUTEUR: DE FLEURY Maurice

EPOQUE: XIX

GENRE: Nouvelle

STRATE: Dans

THEMATIQUE 4: HORS-LIEU

  • Le fleuve
  • L’eau