Archives par mot-clé : XXe

Guillaume APOLLINAIRE, Il y a [1915]

L’île des impressionnistes de Croissy est célèbre pour avoir abrité le cabaret flottant La Grenouillère, lieu de loisirs célébré par de nombreux peintres et écrivains de la seconde moitié du XIXe.

Dans Calligrammes (1918), Guillaume Apollinaire, auteur du célèbre poème sur la Seine « Le Pont Mirabeau », fait revivre le temps passé de façon mélancolique.

Au bord de l’île on voit

Les canots vides qui s’entre-cognent

Et maintenant

Ni le dimanche ni les jours de la semaine

Ni les peintres ni Maupassant ne se promènent

Bras nus sur leurs canots avec des femmes à grosses poitrines

Et bêtes comme chou

Petits bateaux vous me faites bien de la peine

Au bord de l’île

Guillaume APOLLINAIRE, Il y a [1915], Œuvres poétiques, Paris, Gallimard, 1965, p. 352.

Souvenirs d’une morte vivante, Victorine Brocher, 1909

 

C’est en 1909 qu’est publié pour la première fois Souvenirs d’une morte vivante, un des seuls témoignages direct d’une femme du peuple entièrement impliquée dans la Commune de Paris. Fille de militants, elle a participé comme ambulancière à toutes les victoires et les défaites des fédérés, partageant tous leurs espoirs et toutes leurs souffrances. La Seine, dans ce décor d’un Paris insurrectionnel, est toujours présente en toile de fond, et souvent comparée par l’auteure aux rives de sa Loire natale qui, elle, coule loin de la violence subit au quotidien par les insurgés.

“La Seine, ce tombeau des désespérés, ne rends pas toujours ceux qu’elle engloutit dans son sein.”

BROCHER Victorine, Souvenirs d’une morte vivante, Libertalia, 2017, p. 81

Poète… VOS PAPIERS !, Léo Ferré, 1957

Léo Ferré est de ces noms qui résonnent familièrement aux oreilles des francophones, aussi familièrement que sa voix qui continue de résonner plus de 25 ans après sa disparition. Ferré était une force de la nature et un poète de la dureté humaine, un anarchiste jusqu’à dans son art, et cette métaphore qu’il nous offre dans son recueil au nom d’injonction : Poète… VOS PAPIERS, publié en 1957, en conclusion de« La muse en carte » n’en est que le reflet : un fleuve qui dévalant la France de la capitale à la mer dans un chant puissant finit par s’échouer dans la réalité.

“[…]

Je suis le fleuve doux le mors aux dents sans brides
Qui s’en vas vers Le Havre en couleur de chansons
Je me prends pour la Seine et me retrouve humide
Au creux d’un lit crasseux parmi des rêves de cons”

FERRE Léo, Poète… VOS PAPIERS !, Points, 2013, p. 23

Au Fil de l’Eau, Paul-Louis Couchoud, 1905

Au fil de l’eau est souvent considéré comme le premier recueil de haïkus français. Cette brochure de 72 poèmes, publiée à l’époque à 30 exemplaires, est l’oeuvre de trois étudiants héritiers du japonisme du 19ème siècle : Paul-Louis Couchoud, André Faure, Albert Poncin. Initié par le premier à cette sensibilité poétique propre aux Japonais, les trois amis se lancent dans une croisière fluviale sur les canaux de France, parcourant le Centre, mais partant de Paris. Le premier haïku, lui qui ouvre le recueil, évoque la Seine sans la citer et transmet à son lecteur tout le glissement du bateau qui les emmène dans un voyage dont ils reviendront les poches pleines de poésie.

Le convoi glisse déjà.
Adieu Notre-Dame !…
Oh !… la gare de Lyon.

COUCHOUD Paul-Louis, FAURE André, PONCIN Albert et LOZANO Rafael, Au fil de l’eau suivi de HAIKAIS, Milles et une nuits, 2004, p. 20

Le Testament Français, Andreï Makine, 1995

Entre réminiscences d’une vie entière, questionnement de l’identité, et retour à la source d’une vocation, Le Testament Français est un voyage intense entre la Russie natale et la France d’accueil de son auteur, Andreï Makine. L’oeuvre se verra même récompensée du Goncourt 1995, année de sa parution au Mercure de France.  Dans cet extrait deux enfants se perdent en attention, avant de voir apparaître telle une rêverie les souvenirs que leur grand-mère leur conte. Le souvenir en question est celui de la crue de la Seine de 1910, où Paris  fut inondé au point de cacher l’épaule du zouave du pont de l’Alma, et que les députés se rendirent à l’assemblée en barque.

« Cependant, elle semblait ne pas même remarquer notre présence tendue. Ses mains restaient toujours immobiles sur ses genoux, son regard fondait dans la transparence du ciel. Un reflet de sourire éclairait ses lèvres…
Peu à peu nous nous abandonnâmes à ce silence. Penchés par-dessus la rampe, nous écarquillions les yeux en essayant de voir le plus de ciel possible. Le balcon tanguait légèrement, se dérobant sous nos pieds, se mettant à planer. L’horizon se rapprocha comme si nous nous élancions à travers le souffle de la nuit.
C’est au-dessus de sa ligne que nous discernâmes ce miroitement pâle – on eut dit des paillettes de petites vagues sur la surface d’une rivière. Incrédules, nous scrutâmes l’obscurité qui déferlait sur notre balcon volant. Oui, une étendue d’eau sombre scintillait au fond des steppes, montait, répandant la fraîcheur âpre des grandes pluies. Sa nappe semblait s’éclaircir progressivement – d’une lumière mate, hivernale.
Nous voyions maintenant sortir de cette marée fantastique les conglomérats noirs des immeubles, les flèches des cathédrales, les poteaux des réverbères – une ville ! Géant, harmonieuse malgré les eaux qui inondaient ses avenues, une ville fantôme émergeait sous notre regard.
Soudain, nous nus rendîmes compte que quelqu’un nous parlait depuis déjà un moment. Notre grand-mère nous parlait !
-Je devais avoir à l’époque presque le même âge que vous. C’était en hiver 1910, La Seine s’était transformée en une vraie mer. Les Parisiens naviguaient en barque. Les rues ressemblaient à des rivières, les places – des grands lacs. Et ce qui m’étonnait le plus, c’était le silence…
Sur notre balcon, nous entendions ce silence sommeillant de Paris inondé. Quelques clapotis de vagues au passage d’une barque, une voix assourdie au bout d’une avenue noyée.
La France de notre grand-mère, telle une Atlantide brumeuse, sortait des flots. »

MAKINE Andreï, Le testament français, Gallimard 2007, p. 28

D’une fenêtre sur la Seine, Lucie Delarue-Mardrus, 1908

 

     Fille d’Honfleur, Lucie Delarue-Mardrus est restée toute sa vie profondément attachée à sa région natale malgré de très nombreux voyages et une vie avant tout parisienne. Dans son recueil La Figure de Proue, publié en 1908 et nourrit de ses voyages en orient, elle évoque dans une courte partie le retour en France. D’une fenêtre sur la seine c’est un triptyque inégal, où le fil de l’eau et la vision de la Seine renvoient douloureusement celle surnommée Princesse Amande à ses souvenirs de voyages pleins de vie, de couleurs et de différences, et font éclatés le tiraillement entre l’ici et l’ailleurs. Cette Seine est encore celle du souvenir mais seulement car son spectacle habituel ravive l’envie du renouveau.

I

Je pense seule à ma fenêtre de Paris,
Devant le Louvre noir dans le temps glauque et gris,
Devant la Seine entre ses quais de pierre dure,
Ses ponts, ses deux ou trois peupliers sans verdure.

Je pense au cher pays d’Afrique tout doré
Qui, dans un pli profond de ma mémoire, brille ;
À ce Paris qui fut et demeure ma ville ;
À des pays encore inconnus où j’irai ;
À ma tendresse au fond de moi comme un sourire,
À des choses aussi que l’on ne peut pas dire
Et qui brûlent mes yeux de domination.

[…]

III

Le cri des bateaux sur la Seine
M’entre en plein cœur comme un poignard.
Mais je suis seule. Nul n’est là pour mon regard,
Pour mon âme et ce qui la mène.

Mon cœur s’est éteint dans le gris,
Mon cœur où flamboyait l’Afrique…
Repose dans mes mains, mon cœur mélancolique,
Voici ce que t’a fait Paris.

[…]

DELARUE-MARDRUS Lucie, La Figure de proue, E. Fasquelle, 1908, p.135

La Seine, Louis Aragon, 1915

Dans le poème La Seine publié en 1915, l’auteur Louis Aragon décrit le paysage qui borde la Seine, un paysage industriel… 

LA SEINE

La Seine…Les pontons s’en vont vers la colline
Qui borne l’horizon d’un profit bleuissant.
Le fleuve tourne au pied du coteau frémissant
De l’Avril qui renait au sein de l’aubépine

Dans le rouge reflet du soleil qui descend,
Monte, noire, fumeuse et vivante, l’usine.
La fumée et le ciel se teintent de sanguine ;
Une maison se dresse et sourit au passant.
Comme de ce vallon monte la vie, et comme
L’oeuvre de la nature et le travail de l’homme
S’unissent, dans un ton de rouille vespéral !

On devine, parmi la paix et le silence,
La chanson des oiseaux qui sortira du val
Pour apporter l’amour à l’humaine souffrance.

Louis Aragon, La Seine, 1915. 

Claude Monet, La Seine au Petit Gennevilliers. Tous droits réservés. ®

Gaieté parisienne – Benoît Duteurtre

Dans Gaieté parisienne, Benoît Duteurtre peint le Paris à la veille des années 2000. La Seine et ses bords sont non seulement une bordure géographique mais aussi un lieu de drague gay.

® Tous droits réservés 

Benoît Duteurtre, Gaieté parisienne, Gallimard, 1998

Extrait 1 (p.11-12)

“Nicolas marche sur les berges de la Seine. 

Les anciennes péniches sont transformées en théâtres flottants, pianos-bars, musées des mariniers. Deux pêcheurs silencieux lancent leurs lignes dans l’eau trouble. Rien, à première vue, ne les distingue du traditionnel pêcheur à la ligne ; sauf ce détail : l’un des hommes porte, sous sa casquette, une longue natte grise tressée de vieux hippie. 
Nicolas se remet en marche, quand son oreille est attirée par une musique au loin. Il reconnaît une cornemuse, les accents d’une bourrée paysanne. Il marche encore, passe le pont de la Tournelle et découvre au bord de l’eau une foule de campagnards de tous âges, buvant, dansant, s’activant autour d’une machine agricole. 
[…]
Des bateaux-mouches glissent sur l’eau, diffusant leurs commentaires touristiques en multiples langues. Sur le quai, indifférents, les paysans charrient des bottes de foin parmi les jets de fumée. Le moteur gronde. L’engin mécanique, surgi du fond du temps, égrène les céréales, divise les épis de blé, souffle une poussière dorée dans le ciel de Paris. […]
Nicolas suppose qu’il s’agit du tournage d’un film. Il cherche les projecteurs, les caméras, l’équipe de production… Rien. Promeneurs, joggers, hommes, femmes et chiens s’arrêtent comme lui devant la batteuse à vapeur et observent l’antique tribu, établie sur la rive gauche du fleuve. “

Extrait 2 (p.22)

“Sur les graviers du jardin des Tuileries, il a observé les dragueurs qui se suivent, se flairent à distance, à la recherche d’une sauvagerie moderne. Nicolas s’est senti mal à l’aise parmi ces hommes s’épiant entre eux, tous revêtus des mêmes jeans moulants, harnachés des mêmes sacs à dos. Sur les berges de la Seine, d’autres homosexuels assis sous les arbres s’alignaient en longues rangées, prenant le soleil.”

Extrait 3 (p. 45)

“Seul dans son appartement, Nicolas déprime. Il feuillette un livre de peintures sur Paris, l’hiver. La Seine était encombrée de glaçons ; des chevaux trottaient sur les quais enneigés où brûlaient des feux de bois ; il faisait froid…” 

Extrait 4 (p. 117-118)

“Un soleil d’automne baignait les corps qui entraient et sortaient par les deux portails. Quelques-uns s’attardaient sur le pont, regardaient passer les bateaux-mouches, dont les enceintes acoustiques racontaient l’histoire de la Cité; Le troupeau d’autocars ronronnait au loin, protecteur. 
Sur la place, des acrobates, dessinateurs de rues, animaient une petite foire. Juché sur une borne de circulation, un homme grimé en personnage du XVIIIe siècle imitait les mouvements lents et décomposés d’un vieil automate. Assis sur des tabourets devant leurs chevalets, des peintres peignaient Notre-Dame et son bras de fleuve, dans un style impressionniste.” 

Extrait 5 (p. 141)

“Pour donner du piquant à leur sortie, Michel entraînait parfois ses amis au quai d’Austerlitz. Derrière la gare brillait, en contrebas, l’eau noire de la Seine. Michel descendait sur la berge déserte, franchissait les barrières d’un chantier, suivi par Julien, lui-même suivi par Nicolas, qui les suivait tout en affirmant qu’il ne voulait pas les suivre. […] Sur l’autre rive du fleuve se dressaient les bureaux de banques et de compagnies d’assurances ; minibuildings en verre fumée dont les lumières se reflétaient sur la rivière morte. 
Avançant dans ce paysage glauque au bord de l’eau, Michel s’exclamait : 
– Êtes-vous sensibles à cette magie ? On se croirait à Manhattan.” 

Extrait 6 (p. 185)

“Le Boeing 747 tournait au-dessus de la capitale, avant d’atterrir sur la piste d’Orly. Paris brillait sous le soleil comme un petit théâtre, traversé par le ruban argenté de la Seine. On discernait nettement, depuis cette altitude, la ville légendaire : ce scintillement de pierre blanche et de toits de zinc, cette unité variée du style, cet équilibre des rues et des boulevards, des jardins et du fleuve baignant dans le bleu du ciel.” 

Extrait 7 (p. 186-187)

“L’après-midi était suave. Le Pont-Neuf, les immeubles de la pointe de l’île de la Cité scintillaient au-dessus de l’eau dans une poudre de lumière. Des feuillages printaniers prêtaient au fleuve les reflets vert calme d’une rivière de campagne. Nicolas contempla les murs chauds et silencieux des vieilles pierres, l’exacte proportion des hauteurs. Le centre de Paris semblait recouvert d’un voile de beauté ancienne. […]
Retournant vers la rive droite, il changea brutalement de registre. Le soleil brillait sur les embouteillages. Les moteurs grondaient ; des gardiens de paix tentaient de canaliser la circulation dans les rues trop étroites  ; des coups de klaxon éclataient par grandes déflagrations, comme des crises nerveuses. “

 

Extrait 8 (p. 190-191)

“Quelques semaines après son retour, Nicolas reçut une invitation pour une fête à la piscine Deligny. […] Quelques mots clés jetés sur le carton, dans une langue franco-aéricaine, donnaient le ton de la soirée : “House garage”, “Disco 70’s”, “Sexy fun”. Cette nuit était organisée, pour fêter les beaux jours, par plusieurs associations de jeunesse homosexuelle : Adolescence gaie, Sœurs lesbiennes, Jeunes gays du Val-de-Marne. 

[…]

Vers onze heurs du soir, il arriva à pied devant la vieille piscine parisienne flottant sur la Seine, amarrée près de la Concorde. Construits à la fin du XIXe siècle sur une couple de péniches, les Bains Deligny furent l’une des plus jolies inventions de cette ville ; l’une des rares qui, un siècle plus tard, n’avaient pas été transformées en musées, mais assuraient toujours leur fonction vitale : offrir aux citadins les plaisirs du bain dans un décor de théâtre. “

Extrait 9 (p. 202)

“Nicolas aime accomplir des promenades au bord de la Seine, marcher sur les berges, aller d’un pars rapide à contre-courant. […] L’hivers, sur les mêmes massifs nus, piaillent des colonies d’oiseaux qui s’envolent ensemble d’un coup, accomplissent un grand cercle au-dessus du fleuve pour se réchauffer, puis reviennent se poser sur les branchages. 

Extrait 10 (p. 203)


“La nuit tombe. La semaine dernière, la piscine Deligny a coulé au fond de la Seine. En pleine nuit, le vieux théâtre s’est enfoncé et fracassé dans l’eau sale. Les bois peints et les colonnes sculptées ont éclaté en morceaux sous le fleuve. Certains journaux parlent d’accident ; d’autres d’usure ; à moins que les propriétaires n’aient fait couler eux-mêmes ce vieux bibelot trop couteux… Assis sur un banc au bord de la Seine, Nicolas chantonne ce refrain : Sometimes I’m happy. “

Extrait 11 (p. 204)

“Soudain des voix hurlent dans des micros. Des torches jaunes, vertes, éblouissantes, glissent sur l’eau. Un monstre s’est engagé sur cet étroit bras de fleuve, entre la rive gauche et l’île de la Cité. Un gros insecte s’avance, chargé de centaines de touristes hilares hurlants. Le bateau-mouche amiral, entreprise flottante de dépoétisation, éclaire de ses millions de watts chaque recoin du quai. Édith Piaf (c’est le nom du bateau, peint en grosses lettres noires) déshabille Notre-Dame.” 

 

« T’en souviens-tu la Seine ? », Anne Sylvestre, 1964

T’en souviens-tu la Seine ? est un titre d’Anne Sylvestre parus dans l’album homonyme en 1964.  C’est une chanson qui dévoile son amour pour une Seine salvatrice et nostalgique.


SYLVESTRE Anne, « T’en souviens-tu la Seine ? », 1964
vidéo tirée de l’émission “Viens de paraître”, 1965

Tous droits réservés ©

Lien vers la vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=7az9xNTqHCc

« La Seine » Guy Lafarge, Flavien Monod, 1948

« La Seine est aventureuse
De Châtillon à Méry,
Et son humeur voyageuse
Flâne à travers le pays
Elle se fait langoureuse
De Juvisy à Choisy
Pour aborder, l’âme heureuse,
L’amoureux qu’elle a choisi !

 Elle roucoule, coule, coule
Dès qu’elle entre dans Paris !
Elle s’enroule, roule, roule
Autour de ses quais fleuris !
Elle chante, chante, chante, chante,
Chant’ le jour et la nuit,
Car la Seine est une amante
Et son amant c’est Paris !

 Elle traîne d’île en île,
Caressant le Vieux Paris,
Elle ouvre ses bras dociles
Au sourire du roi Henri…
Indifférente aux édiles
De la mairie de Paris,
Elle court vers les idylles
Des amants des Tuileries !

 Elle roucoule, coule, coule
Du Pont-Neuf jusqu’à Passy
Elle est soûle, soûle, soûle
Au souvenir de Bercy !
Elle chante, chante, chante, chante,
Chant’ le jour et la nuit…
Si sa marche est zigzagante
C’est qu’elle est grise à Paris !

 Mais la Seine est paresseuse,
En passant près de Neuilly,
Ah ! Comme elle est malheureuse
De quitter son bel ami !
Dans une étreinte amoureuse
Elle enlace encore Paris,
Pour lui laisser, généreuse,
Une boucle à Saint-Denis !

 Elle roucoule, coule, coule
Sa complainte dans la nuit…
Elle roule, roule, roule
Vers la mer où tout finit…
Elle chante, chante, chante, chante,
Chant’ l’amour de Paris !
Car la Seine est une amante,
Et Paris dort dans son lit ! »

 

LAFARGE Guy, MONOD Flavien, « La Seine », 1948
Tous droits réservés ©

Plusieurs artistes ont pu interpréter cette chanson, comme Jacqueline François en 1948.


FRANÇOIS Jacqueline, « La Seine » Paroles de MONOD Flavien et LAFARGE Guy, musique de LAFARGE Guy, 1948, Tous droits réservés ©
Lien vers la vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=qzKDEFNiTUQ

« À Paris » Francis Lemarque, 1946

 

Extrait de la chanson “À Paris” écrite, composée par Francis Lemarque en 1946, interprétée par ce dernier en 1949 mais c’est principalement l’interprétation d’Yves Montand qui en fera un grand standard de la chanson française. Si le texte chante l’ amour pour Paris, il n’en oublie pas la Seine dans plusieurs passages ;

[…]

« Y a la Seine
A n’importe quelle heure
Elle a ses visiteurs
Qui la regardent dans les yeux
Ce sont ses amoureux
A la Seine

Et y a ceux
Ceux qui ont fait leur nid
Près du lit de la Seine
Et qui se lavent à midi
Tous les jours de la semaine
Dans la Seine

Et les autres
Ceux qui en ont assez
Parce qu’ils en ont vu de trop
Et qui veulent oublier
Alors y se jettent à l’eau
Mais la Seine

Elle préfère
Voir les jolis bateaux
Se promener sur elle
Et au fil de son eau
Jouer aux caravelles
Sur la Seine »

[…]

LEMARQUE Francis, “À Paris” ©, 1946.

 


Yves Montand, “À Paris“, 1948. Tous droits réservés ©
Lien vers la vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=XNVt3e6vHHM

 

 

“La chanson de la Seine”, Martin Pénet

Sociétés & Représentations
image prise sur le site Cairn.info
Tous droits réservés ©

 

Martin PÉNET, “La chanson de la Seine”,  Sociétés & Représentations, 2004, 17, p. 51-66.

Dans cet article, l’auteur Martin Pénet observe le développement d’un genre particulier : l’imaginaire parisien, qui se développe à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Dans une première analyse, le journaliste et historien spécialisé dans la chanson d’expression française compose sur quelques cent vingt-trois chansons et poèmes qui sont inspirés de la Seine et composés à Paris depuis 1860 à nos jours. Ces derniers sont analysés et structurés en différentes catégories : on repère les structures et thématiques récurrentes ou les particularités de certaines œuvres.

« […] le motif de la Seine est présent de façon régulière sur l’ensemble de la période et permet d’opposer les notions de circulation et d’immobilité, de fuite du temps et de durée, de décrire les paysages et les pensées qui se reflètent dans les ondoiements du fleuve, les fonctions qu’il assume, les habitants et les passants qui le hantent, les itinéraires que ces derniers privilégient. »

 

Lien vers l’article : https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2004-1-page-51.htm

 

« Chanson de la Seine », Jacques Prévert, 1945

Jacques Prévert décrit le fleuve dans sa “Chanson de la Seine”, qui apparaît dans le court métrage “AUBERVILLIERS” réalisé en 1945 et distribué en complément de programme de “LA BATAILLE DU RAIL” de René Clément.
Le poème s’inscrit dans cette tradition de représenter dans la poésie la Seine comme une figure féminine courtisée par les parisiens et les touristes.

Chanson de la Seine.

« La Seine a de la chance
Elle n’a pas de souci
Elle se la coule douce
Le jour comme la nuit
Et elle sort de sa source
Tout doucement, sans bruit,
Et sans se faire de mousse
Sans sortir de son lit
Elle s’en va vers la mer
En passant par Paris

La Seine a de la chance
Elle n’a pas de soucis
Et quand elle se promène
Tout le long de ses quais
Avec sa belle robe verte
Et ses lumières dorées
Notre-Dame jalouse
Immobile et sévère
Du haut de toutes ses pierres
La regarde de travers
Mais la Seine s’en balance
Elle n’a pas de soucis
Elle se la coule douce
Le jour comme la nuit
Et s’en va vers le Havre
Et s’en va vers la mer
En passant comme un rêve
Au milieu des mystères
Des misères de Paris. »

 

PRÉVERT Jacques, « Chanson de la Seine » ( poème mis en chanson en 1945 dans le court métrage “AUBERVILLIERS”), Spectacles (recueil), Gallimard, 1951. Tous droits réservés ©

 

 

 

La crue extraordinaire de la Seine en janvier 1910

Annales de Géographie, t. 19, n°104, 1910. Tous droits réservés ©

 

Edmond MAILLET et F. NOUAILHAC-PIOCH, “La crue extraordinaire de la Seine en janvier 1910”, [article], Annales de Géographie, 1910, 104, p113-119.

« La Seine vient d’avoir à Paris une crue absolument exceptionnelle, on peut dire une crue séculaire. Le niveau maximum atteint au pont de la Tournelle, le vendredi 28 janvier 1910, de midi à minuit, 8m42, est le plus élevé depuis celui de 1658 (8m81). »

Cet article permet de saisir toute l’ampleur de la crue de 1910, en la replaçant dans des mesures statistiques précises. Des comparaisons sont effectuées avec d’autres crues des principaux affluents et sous-affluents de la Seine (comme la Marne, l’Oise,l’Aisne etc.). Cet article est rédigé par le service hydrométrique du bassin de la Seine le 7 mars 1910.

Lien vers l’article :
https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1910_num_19_104_7888

Voici quelques clichés  de Paris au moment de la catastrophe naturelle, suivis d’une carte des zones inondées à Paris en Janvier 1910.

Rue du Haut Pavé, dans le 5e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Rue Saint-André des Arts, dans le 6e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Quai Debilly, dans le 7e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

La fontaine de Mars, rue Saint-Dominique, dans le 7e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Avenue Montaigne, dans le 8e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Rue de Bercy, dans le 12e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Quai de la gare, dans le 12e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Carte des zones inondées à Paris en 1910.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Marguerite Duras, L’Eté 80, 1980

Dans L’été 80 de Marguerite Duras, une petite fille contemple, depuis la plage de Trouville, trois pieux noirs à marée basse, trois arbres respectivement orientés vers la mer, le fleuve et le Havre. La marée monte, et, peu à peu, la Seine et la mer se mêlent dans l’embouchure du fleuve.

« La jeune fille et l’enfant ont traversé les sables découverts et ils ont allés dans la baie, du côté des pieux noirs, vers le chenal. […] Déjà la lumière s’allongeait vers la surface de la mer, elle était plus dorée, plus lente. […] Les voici, trois arbres hauts comme des mâts, à quelques mètres les uns des autres, au bord du fleuve. […] Leurs têtes sont sculptées de cannelures verticales coupées d’entailles régulières et profondes, cela pour que les cordages adhèrent mieux au bois. […] ils sont tournés vers trois directions différentes, celle de la haute mer, celle du fleuve, celle du Havre. […] Puis la mer petit à petit s’est ancrée de vert. La longue file des pétroliers d’Antifer est devenue plus épaisse, plus sombre. C’était le soir qui venait. Et ce léger brouillement de la lumière, ces souffles qui passaient, ces montées de brume, cet air mouillé tout à coup, c’était la marée. Et les eaux de la Seine ont commencé à être envahies par celles de la mer » (p. 83)

DURAS Marguerite, L’Été 80, Paris, ©Les Editions de Minuit, 1980, p. 83