L’inconnue de la Seine, Vladimir NABOKOV, 1934

Dans le poème intitulé « L’inconnue de la Seine », Nabokov insiste sur le masque énigmatique de l’inconnue de la Seine.  L’inconnue est enchanteresse, mystérieuse et « ensorcelante« .

« Hâtant de cette vie le dénouement,
N’aimant rien sur terre,
Toujours je regarde le masque blanc
De ton visage sans vie.

Dans les cordes se mourant à l’infini
J’entends la voix de ta beauté.
Dans les foules blêmes des jeunes noyées
Tu es plus blême et ensorcelante que toutes.

Au moins dans les sons reste avec moi!
Ton sort fut avare en bonheur,
Alors réponds d’un posthume sourire moqueur
De tes lèvres de gypse enchantées. »

 

NABOKOV, Vladimir, « L’inconnue de la Seine », Berlin, 1934


Une réflexion sur « L’inconnue de la Seine, Vladimir NABOKOV, 1934 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.