Guy de Maupassant, Le Horla

Première de couverture pour Le Horla
de la collection Flammarion en 1942
Image du site https://booknode.com/le_horla_01277/covers
Tous droits réservés ©

 

Dans cette courte nouvelle, Guy de Maupassant fait référence à la Seine principalement au début et à la fin de son œuvre. On peut assister à une transformation dans la perception de la rivière, qui est d’abord un paysage apprécié par le protagoniste, pour se révéler être celle qui apportera le terrifiant Horla.

«J’aime ma maison où j’ai grandi. De mes fenêtres, je vois la Seine qui coule, le long de mon jardin, derrière la route, presque chez moi, la grande et large Seine qui va de Rouen au Havre, couverte de bateaux qui passent.»

[…]

«Vers onze heures, un long convoi de navires, traînés par un remorqueur, gros comme une mouche, et qui râlait de peine en vomissant une fumée épaisse, défila devant ma grille. Après deux goélettes anglaises, dont le pavillon rouge ondoyait sur le ciel, venait un superbe trois mâts brésilien, tout blanc, admirablement propre et luisant. Je le saluai, je ne sais pourquoi, tant ce navire me fit plaisir à voir.»

[…]

«Ah ! Ah ! Je me rappelle, je me rappelle le beau trois-mâts brésilien qui passa sous mes fenêtres en remontant la Seine, le 8 mai dernier ! Je le trouvais si joli, si blanc, si gai ! L’Être était dessus, venant de là-bas, où sa race est née ! Et il m’a vu ! Il a vu ma demeure blanche aussi ; et il a sauté du navire sur la rive. Oh ! Mon Dieu ! À présent, je sais, je devine. Le règne de l’homme est fini.»

 

GUY DE MAUPASSANT, Le Horla, Paris,1887.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.