« Chanson de la Seine », Jacques Prévert, 1945

Jacques Prévert décrit le fleuve dans sa “Chanson de la Seine”, qui apparaît dans le court métrage “AUBERVILLIERS” réalisé en 1945 et distribué en complément de programme de “LA BATAILLE DU RAIL” de René Clément.
Le poème s’inscrit dans cette tradition de représenter dans la poésie la Seine comme une figure féminine courtisée par les parisiens et les touristes.

Chanson de la Seine.

« La Seine a de la chance
Elle n’a pas de souci
Elle se la coule douce
Le jour comme la nuit
Et elle sort de sa source
Tout doucement, sans bruit,
Et sans se faire de mousse
Sans sortir de son lit
Elle s’en va vers la mer
En passant par Paris

La Seine a de la chance
Elle n’a pas de soucis
Et quand elle se promène
Tout le long de ses quais
Avec sa belle robe verte
Et ses lumières dorées
Notre-Dame jalouse
Immobile et sévère
Du haut de toutes ses pierres
La regarde de travers
Mais la Seine s’en balance
Elle n’a pas de soucis
Elle se la coule douce
Le jour comme la nuit
Et s’en va vers le Havre
Et s’en va vers la mer
En passant comme un rêve
Au milieu des mystères
Des misères de Paris. »

 

PRÉVERT Jacques, « Chanson de la Seine » ( poème mis en chanson en 1945 dans le court métrage “AUBERVILLIERS”), Spectacles (recueil), Gallimard, 1951. Tous droits réservés ©

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.