Gaston BACHELARD, Poétique de la rêverie

Il est des mots où le féminin imprègne toutes les syllabes. De tels mots sont des mots à rêverie. Ils appartiennent au langage d’anima. […]

Je passais aux noms de choses où j’étais sûr de bien rêver. J’aimais savoir qu’en français les noms des fleuves sont généralement au féminin. C’est si naturel ! L’Aube et la Seine, la Moselle et la Loire sont mes seuls rivières. Le Rhône et le Rhin sont, pour moi, des monstres linguistiques. Ils charrient l’eau des glaciers. Ne faut-il pas des nomes féminins pour respecter la féminité de l’eau véritable ?

Ce n’est là qu’un premier exemple de mes rêveries de mots.

Gaston BACHELARD, Poétique de la rêverie, Paris, PUF, 1960, p. 26.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.