Victor HUGO, Lettre à Adèle Foucher, 13 août 1837

À l’occasion d’un voyage en France et en Belgique, qui le conduit à traverser la Normandie en 1835, Victor Hugo écrit à son épouse Adèle pour lui faire part de son émerveillement devant la beauté des paysages qu’il parcourt.

Dans cette lettre, le poète est arrivé à Rouen, et évoque les villes traversées en bord de Seine, notamment Caudebec-en-Caux, « qui n’est qu’une dentelle de pierres ».

Rouen, 13 août

[…]

Je t’écris avant d’avoir rien vu de Rouen, où je suis arrivé hier à onze heures du soir, par un clair de lune qui, du haut de la côte, m’a fait des ombres de la ville et des clartés de la Seine un admirable paysage.

J’ai vu d’ailleurs, depuis que je t’ai écrit, de magnifiques choses, le clocher roman de Montivilliers, la forêt de mâts du Havre, l’aiguille évidée d’Harfleur; Lillebonne, où il y a trois monuments de trois idées, une église gothique, un donjon féodal, un cirque romain, Tancarville, dont le château ruiné est plus beau qu’un palais debout; Caudebec, qui n’est qu’une dentelle de pierre, Saint-Wandrille, auge magnifique où s’ébat un hideux pourceau dévastateur nommé Lenoir; Jumièges, qui est encore plus beau que Tournus; et, à travers tout cela, la Seine, serpentant sur le tout.

Aujourd’hui je vais voir Rouen.

Tu vois, mon Adèle, qu’aucune de ces belles et bonnes choses ne m’empêche de songer à toi, pauvre amie. Tu es la plus belle des choses qui sont belles, tu es la meilleure des choses qui sont bonnes.- Avec quelle joie je te reverrai ! 

Victor HUGO, Lettre à Adèle Foucher, 13 août 1837, Correspondance. France et Belgique, Alpes et Pyrénées : Voyages et excursions, Œuvres complètes : En voyage vol. II, Paris, Ollendorff, 1910, p. 38.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.