Gustave FLAUBERT, Correspondance

Dans sa maison de Croisset, Gustave Flaubert aimait s’adonner à la baignade. Dans sa correspondance, il explique à ses destinataires combien nager dans la Seine le console et l’apaise, dans les moments de solitude ou pendant les périodes d’intense travail d’écriture, où il scandait, à voix haute, ses textes. C’est le cas notamment pendant l’été 1876, alors qu’il rédige ce qui va devenir Les trois contes.

À sa nièce Caroline

Il est temps d’aller me plonger dans la Seine. Si ça pouvait me faire dormir ! Mais j’ai le bourrichon monté. La nuit, les périodes qui roulent dans ma cervelle, comme des chars d’empereur romain, me réveillent en sursaut – par leurs cahots et leur grondement continu.

À son ami Adèle Husson

Tous les jours je nage dans les ondes de la Seine comme un jeune homme. C’est ma seule distraction. Le reste du temps je travaille comme un frénétique, et je gueule dans le silence du cabinet, à me décrocher la poitrine (ce qui lui fait du bien). Chaque nuit, ou plutôt chaque matin je vois se lever l’aurore. Bref, j’ai le diable au corps !

À l’écrivain russe Yvan Tourgueniev

Moi, mon bon, je vais très bien ! Je continue à gueuler comme un gorille dans le silence du cabinet. – et même, aujourd’hui, j’en ai une douleur aux poumons. – Avant une quinzaine j’aurai fini l’Histoire d’un cœur simple et je me mettrai à Hérodias.

Ma nièce et son mari sont aux Eaux-Bonnes et n’en reviendront que dans les premiers jours de septembre. – Ma solitude est complète. Comme distraction, j’allonge ma coupe, tous les soirs, dans la Seine. »

Gustave FLAUBERT, Correspondance, Édition électronique de la correspondance de Flaubert, Centre Flaubert de l’université Rouen Normandie, www.flaubert.univ-rouen.fr, 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.