Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, 2006

Dans son roman policier Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Michel Bussi imagine que les romans de Maurice Leblanc dissimuleraient un code secret, donnant accès à un trésor caché en Normandie. Le professeur Roland Bergton, assisté de Paloma, mène l’enquête et parcourt les lieux des boucles de la Seine chers à Arsène Lupin.

La clé de l’énigme se trouve peut-être dans les hauteurs de Caudebec-en-Caux, plus précisément dans la chapelle La Barre-y-va…

Victor Hugo, Maurice Leblanc, Michel Bussi: trois écrivains convoqués autour d’un même lieu.

« -La clé de l’énigme, c’est le fameux phénomène de la Barre-y-va. On l’appelle aujourd’hui plus souvent le mascaret. C’est la marée qui remontait la Seine, jusqu’à Rouen jadis. Jusqu’aux années 1960, lors des grandes marées, le mascaret, ou la Barre-y-va si vous préférez, était un véritable petit raz-de-marée, particulièrement dangereux, inondant les rives, renversant les bateliers imprudents, mouillant les badauds…

-Je me souviens. C’est ainsi que Léopoldine, la fille de Victor Hugo, trouva la mort en face de leur propriété de Villequier.

-Et c’est pour elle qu’il composera son émouvant poème, qui raconte sa marche aveugle sur les rives de la Seine, « demain dès l’aube… ». Mais tous les bateliers craignaient la Barre-y-va. C’est également le nom d’un hameau juste en aval de Caudebec-en-Caux, en face du pilotage de la Seine, où est érigée la fameuse et adorable petite chapelle dont je vous ai parlé tout à l’heure… Et avant elle, sur le même site au-dessus de la Seine, les bateliers priaient la vierge dans une étrange chapelle bleue, qui existe encore…

-Encore des mystères ? »

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Rouen, Editions PTC, 2006, p. 116


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.