Pierre Corneille, Poésies diverses, XVII

Ensemble de traductions d’inscriptions latines, composé pour les fontaines de Paris inspiré par des textes anciens et plusieurs fois traduite notamment par Corneille, Périer ou encore Charpentier durant le 17ème siècle. Ces inscriptions semblent faire l’éloge du dieu/déesse de la Seine et expliquent que les fontaines ne sont qu’une extension de celle-ci.

 

LXXVI

 

Sur la pompe du pont Notre-Dame.

Traduction par Pierre Corneille.

 

Que le dieu de la Seine a d’amour pour Paris !

Dès qu’il en peut baiser les rivages chéris,

De ses flots suspendus la descente plus douce

Laisse douter aux yeux s’il avance ou rebrousse :

Lui-même à son canal il dérobe ses eaux,

 

Qu’il y fait rejaillir par de secrètes veines,

Et le plaisir qu’il prend à voir des lieux si beaux,

De grand fleuve qu’il est, le[1] transforme en fontaines.

 

In Sequanæ fontes ex ipso fluvio eductos.

 

Sequana cum primum reginæ[2] allabitur urbi,

Tardat præcipites ambitiosus aquas.

Captus amore loci, cursum obliviscitur, anceps

Quo fluat, et dulces nectit in urbe moras.

Hinc varios implens fluctu subeunte canales,

Fons fieri gaudet, qui modo flumen erat.

 

Traduction par du Périer.

 

Éprise d’un lieu si charmant

Je coule bien plus lentement ;

Je m’arrête partout, et mon onde incertaine

Semble même oublier son cours :

Ainsi ces longs canaux, où je coule sans peine,

Font qu’après mille détours,

De fleuve que j’étois, je me change en fontaine.

 

Autre par Charpentier de l’Académie Française.

 

Aussitôt que la Seine en sa course tranquille

Joint les superbes murs de la royale ville,

Pour ces lieux fortunés elle brûle d’amour :

Elle arrête ses flots, elle avance avec peine,

Et par mille canaux se transforme en fontaine,

Pour ne sortir jamais d’un si charmant séjour.

 

Autre.

 

Aussitôt que la Seine, après ses longs détours,

Baigne enfin de Paris le superbe rivage,

Fière du beau séjour qui lui tombe en partage,

De son onde rapide elle suspend le cours :

L’éclat du lieu l’enchante et la rend incertaine

Où pour n’en point sortir doivent couler ses eaux ;

Enfin s’ouvrant le sein de cent vastes canaux,

Elle y coule, et de fleuve elle devient fontaine.

 

Pierre Corneille, Poésies diverses, Texte établi par Charles Marty-Laveaux, 1862, 10 (p. 242-243).

 

 

AUTEUR : DE SANTEUL, Jean / CORNEILLE, Pierre / Charpentier, François

ÉPOQUE : XVII

GENRE : Transcription latine

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.