Pierre Corneille, Poésies Diverses, XVIIème

Poésies diverses est un recueil qui regroupe des inscriptions latines traduites par Pierre Corneille au cours du XVIIème siècle. Cet ouvrage a été publié en 1862 par Charles Marty-Laveaux, un historien littéraire qui a regroupé les textes. Le poème ci-dessous présente une éloge du Louvre, dont la vue est si spectaculaire que les Nymphes de Seine, (qui sont des divinités issues de la mythologie grecque et romaine vivant dans l’eau) voudraient l’apercevoir.

POEME LXXVII


POUR LA FONTAINE DES QUATRE-NATIONS, VIS-À-VIS LE LOUVRE.


TRADUCTION PAR PIERRE CORNEILLE.

<< C’est trop gémir, Nymphes de Seine,
Sous le poids des bateaux qui cachent votre lit,
Et qui ne vous laissoient entrevoir qu’avec peine
Ce chef-d’oeuvre étonnant dont Paris s’embellit,
Dont la France s’enorgueillit.
Par une route aisée, aussi bien qu’imprévue,
Plus haut que le rivage un roi vous fait monter :
Qu’avez-vous plus à souhaiter ?
Nymphes, ouvrez les yeux, tout le Louvre est en vue. >>

INSCRIPTION DE SANTEUL.
<< Sequanides flebant imo sub gurgite Nymphæ,
Cum premerent densæ pigra fluenta rates ;
Ingentem Luparam nec jam aspectare potestas,
Tarpeii cedat cui domus alta Jovis.
Hue alacres, Rex ipse vocat, succedite, Nymphæ :
Hinc Lupara adverso litlore tota patet. >>

Poésies diverses, texte établi par Charles Marty-Laveaux en 1862, page 244.

AUTEUR  : PIERRE CORNEILLE

ŒUVRE  : Poésies diverses

GENRE  : POESIE

ÉPOQUE  : XVII

LIEU  : Paris

STRATE  : DANS / AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-Naviguer

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

-Se promener


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.