Louis-Laurent Simonin, Les Grands Ports de commerce de la France, 1878

Les Grands Ports de commerce de la France a été écrit par Louis-Laurent Simonin et publié en 1878. Cet ouvrage, qui porte sur les différents ports commerciaux français est divisé en quatre parties ; la première partie concerne Marseille et le golfe de Lyon, la deuxième partie concerne Bordeaux et le bassin de la Gironde, la troisième partie porte sur Nantes et la bassin de la Loire et la dernière partie porte sur Le Havre et le bassin de la Seine. L’extrait, qui est issu de la quatrième partie aborde la construction du port du Havre qui est situé à l’embouchure de la Seine, le choix de ce lieu et de ses avantages ainsi que le début des échanges commerciaux qui avaient lieu sur le fleuve.

<< En 1516, il y avait à l’embouchure de la Seine, sur la rive droite, une humble chapelle dédiée à Notre-Dame-de-Grâce ; à côté, un hameau de pêcheurs et un petit port appelé l’Eure (ora, rivage), où avaient jadis existé des salines. Les apports du fleuve ensablaient ces parages et les exhaussaient peu à peu. Cependant on y voyait une sorte de crique qui pénétrait dans l’intérieur des terres. François Ier eut l’idée de tirer parti de cette passe naturelle et de construire là un port « pour y recueillir, loger et maréer les grands navires tant du royaume que aultres des alliés. » Le lieu était plus à proximité, beaucoup plus accessible de Paris que les ports de Saint-Malo, de Dieppe, de Dunkerque, que la France occupait ou avec lesquels elle commerçait dans la Manche. L’endroit semblait aussi mieux choisi, l’atterrissage plus sûr et plus profond qu’à Harfleur et Honfleur, deux havres très anciens que les sables de la Seine menaçaient de combler, mais qui avaient eu et avaient même encore leurs jours de gloire. Le premier, « port souverain de Normandie, » était situé sur la rive droite, le second sur la rive gauche du fleuve, et ils semblaient en garder tous les deux l’embouchure, de part et d’autre du vaste estuaire qu’il forme en arrivant à la mer. Quant au port de Rouen, il manquait aussi de profondeur, et il était situé beaucoup trop avant sur la Seine. De tout temps, toutes ces localités avaient été adonnées au trafic de la mer. Harfleur existait dès l’époque romaine, peut-être dès l’époque gauloise. Il était très florissant au temps de Guillaume le Conquérant, qui préféra cependant partir de Dieppe pour sa descente en Angleterre. Sous les premiers Capétiens, les Castillans, les Pisans, venaient y trafiquer. Le cap de la Hève, que l’on éclairait la nuit, leur signalait l’embouchure de la Seine. Les Castillans apportaient à Harfleur du vin et du blé d’Espagne, de la cire, du sel (les salines de l’Eure avaient disparu), du cuir de Cordoue, — les Pisans les soies et les draps de Florence. Ces marchands rapportaient entre autres choses des laines et des toiles. Au commencement du XVIe siècle, ce commerce s’agrandit singulièrement, […]. >>


Louis-Laurent Simonin, Les Grands Ports de commerce de la France, Revue des Deux Mondes, 3e période, tome 25, 1878, p.834.

AUTEUR  : LOUIS-LAURENT SIMONIN
ŒUVRE  : Les Grands Ports de commerce de la France
GENRE  : Géographie
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Le Havre

STRATE  :
SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 2  : FAIRE EN SEINE
-Commercer
-Transporter


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.