LA FÊTE DE PARIS-HEMINGWAY-1964

La Fête de Paris (A moveable feast) est un récit autobiographique d’Ernest Hemingway. écrit entre 1957 et 1960, l’auteur témoigne de sa première année d’écrivain  à Paris dans les années 1920, un jeune journaliste qui abandonne son travail et tente d’écrire pour gagner sa vie. Lui et sa charmante épouse Hadley Richardson en arrivant dans la capitale française

Les gens de la Seine

À la pointe de l’île de la Cité, au-dessous du Pont-Neuf, où se trouvait la statue d’Henry IV, l’île finissait en pointe comme l’étrave aiguisée d’un navire, et il y avait là un petit parc, au bord de l’eau […] et dans les trous et les remous qu’engendrait le mouvement de l’eau contre les rives, il y avait d’excellents coins pour la pêche. […]

Les endroits poissonneux changeaient selon le niveau du fleuve, et les pêcheurs utilisaient de longues cannes mises bout à bout […] Ils attrapaient toujours quelque chose et faisaient souvent de forts bonnes pêches de goujons. Ceux-ci se mangent frits, tout entiers, et je pouvais en dévorer des platées. Leur chair était tendre et douce, avec un parfum meilleur encore que celui de la sardine fraîche, et pas du tout huileuse, et nous les mangions avec les arêtes, sans rien en laisser.
L’un des meilleurs endroits, pour en manger, était un restaurant en plein air, construit au-dessus du fleuve, dans le Bas-Meudon. Nous y allions quand nous avions de quoi nous payer un petit voyage hors du quartier. On l’appelait « La Pêche miraculeuse » et l’on y buvait un délicieux vin blanc qui ressemblait à un muscadet. Le cadre était digne d’un conte de Maupassant, et l’on y avait une vue sur le fleuve, comme Sisley en a peint. 

People of the Seine

At the head of the Ile de la cité below the Pont Neuf where there was the statue of Henri Quatre, the island ended in a point like the sharp bow of a ship and there, huge and spreading, and in the currents and backwaters that the Seine made flowing past, there were excellent places to fish.

You went down a stairway to the park and watched the fishermen there and under the great bridge. The good spots to fish changed with the height of the river and the fishermen used long,  jointed, cane poles but fished with very fine leaders and light gear and quill floats and experty baited the piece of water that they fished. They alway caught some fish, and often they made excellent catches of the dace-like fish that were called goujons. They ware delicious fried whole and I could eat a plateful. They were plomp and sweaet-fleshed with a finer flavour than bones and all. And were not at all oily, and we ate them bones and all. One of the best places to eat them was at an open-air restaurant built out over the river at Bas Meudon where we would go when we had money for a trip away from our quarter. It was called La Pêche Miraculeuse and has a spendid white wine that was a sort of muscadet. It was a place out of a Maupassant story with the view over the river as Sisley had painted it.

Ernest HEMINGWAY, Paris est une fête, Traduit par Marc Saporta, Paris, Gallimard, 1964. Citation extraite du volume Folio, 1993, p. 58

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.