Jean Fleury, La Question des égouts, 1892

La Question des égouts a été écrit par Jean Fleury et publié en 1892. Ce récit s’intéresse aux égouts en France et, dans les deux extraits, la Seine est présentée comme un fleuve qui est directement pollué par le déversement des égouts. L’auteur aborde cette idée comme un problème et évoque les différentes causes de cette pollution qu’il dénonce dans  son texte.

<< Amenées dans la ville par les magnifiques aqueducs de la Dhuis, de la Vanne et bientôt de l’Avre, et consacrées aux usages multiples de l’habitation, ou bien pompées dans la Seine pour le service de la voie publique et les emplois industriels, toutes ces eaux se sont promptement souillées. Il faut les éloigner en toute hâte. Leur volume annuel n’est pas moindre, en ce moment, de 162 millions de mètres cubes. C’est une moyenne journalière de 455,000 mètres cubes ; plus de 5 mètres 1/2 par seconde. Beaucoup de rivières n’ont pas en tout temps un pareil débit, et nous avons vu qu’une très prochaine augmentation s’imposait. Il faut aussi se débarrasser de la pluie. L’eau du ciel, en ruisselant sur nos toits et nos pavés, perd bien vite sa pureté. Le climat de Paris est essentiellement incertain. Tous les quartiers ne reçoivent pas la même quantité de pluie. La Monnaie en a plus que Ménilmontant ou Vaugirard. Les mois d’été en fournissent plus que ceux d’hiver, quoique le nombre de jours de mauvais temps soit à peu près le même dans les deux saisons. En résumé, la quantité de pluie tombée sur Paris en un an équivaut à peu près à une couche d’eau de 489 millimètres d’épaisseur, épandue sur les 7,802 hectares de la superficie de la ville, supposée pour un instant parfaitement horizontale. C’est un volume de 38 millions de mètres cubes. Si la pluie tombait régulièrement chaque jour, on en aurait un volume quotidien de 104,000 mètres. Mais il n’y a en moyenne que 120 jours de pluie par an, et qui sont loin de se ressembler. >>

(…)

<<Une aération forcément insuffisante, la concentration, et surtout la stagnation y sont favorables à la pullulation des fermens morbides, dangereuses semences des plus redoutables contagions. Les tuyaux d’évent les répandent dans l’atmosphère en vivantes poussières, souvent avec d’insupportables odeurs. Par les inévitables fissures d’une maçonnerie qui est rarement étanche, quoi qu’on fasse, ils pénètrent dans le sol environnant, s’y propagent, réserves toujours mobilisables de l’invasion épidémique. Les procédés d’extraction et de transport ont été perfectionnés autant que possible ; ils n’en restent pas moins des opérations tout au moins désagréables, souvent et à bon droit suspectes d’insalubrité. L’industrie enfin ne peut travailler ces hideux produits qu’en incommodant le voisinage dans un rayon assez étendu ; elle n’en traite d’ailleurs économiquement que la partie la plus riche en ammoniaque : et ses dépotoirs, souvent combles, envoient leur superflu se perdre dans la Seine.

Le maintien de ce système arriéré est pour tous les hygiénistes l’une des principales causes de la fréquence et de l’intensité à Paris de certaines maladies dues aux fermens, et pour cela appelées zymotiques : telles sont la fièvre typhoïde et la diphtérie qui font chaque année chez nous plus de victimes que partout ailleurs.

On demande la suppression de ce procédé répugnant et inhumain. Suivant une formule qu’il ne faut pas se lasser de répéter, on pose comme condition nécessaire de tout assainissement, l’écoulement sans stagnation possible et le rejet au loin, avant toute fermentation, des matières impures et des eaux usées de la vie et de l’industrie. C’est le tout à l’égout. >>

Jean Fleury, La Question des égouts, Revue des Deux Mondes, 3ème période, tome 114, 1892, p.137-138 et 139-140

AUTEUR  :  Jean Fleury
ŒUVRE  : La Question des égouts
GENRE  : Géographie
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Paris

STRATE  : DANS

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTELROPE 

-La Seine putride


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.