Albert Delpit, Le Crime de Bernardin, 1883

Le Crime de Bernardin est un roman qui a été écrit par Albert Delpit et publié en 1883. L’intrigue se déroule principalement autour du personnage Bernardin Morel qui a tué l’amant de sa femme à coups de barre de fer. Il se déroule après que le crime ait été commis et la Seine est évoquée comme une scène de crime dans laquelle le corps de la victime de ce crime a été jeté. Dans ces deux textes, le personnage principal est pris par un sentiment de culpabilité et rêve à plusieurs reprises du moment où il a commis ce crime. Il en devient hanté par ses propres souvenirs et, dans le deuxième extrait, la Seine est représentée comme le réceptacle du corps de la victime et lui rappelle l’acte qu’il a commis lorsqu’il emprunte un pont qui arpente le fleuve.

 

<< Aussitôt, un cauchemar épouvantable le prit. Il rêva le crime, exactement comme il s’était passé. Il dînait chez le père Virgile, avec son frère et sa belle-sœur, puis il montait dans le train de Rueil; puis on guettait le malheureux. On le tuait à coups de barre de fer; on traînait le corps dans une petite voiture jusqu’à la Seine, et là, on jetait à l’eau le cadavre. Toute la nuit, ce même cauchemar chevaucha le cerveau du malheureux. Au matin, il s’éveilla baigné de sueur, les membres rompus, secoué par la fièvre. Le grand soleil le calma peu à peu. Il sortit et s’en alla du côté du bois de Boulogne. Il avait besoin de la verdure, de l’air frais, de l’odeur pénétrante des branches mouillées. >>

(…)

<< Une superbe nuit de juin : des langueurs délicieuses couraient dans l’air. Une de ces nuits où les amoureux enlacés vont rêver sous les feuillées épaisses. L’eau du fleuve coulait, joyeuse, reflétant un ciel exquis. Bernardin, accoudé au pont, sentait ses terreurs augmenter. Une hallucination épouvantable le hantait. Il ne voyait ni les splendeurs de la nuit ni les gaîtés de l’eau courante. Il lui semblait, au contraire, que la Seine s’entr’ouvrait, et qu’un cadavre en sortait, montrant sa face livide. L’infortuné ne se tenait plus debout. Ses dents claquaient; il avait peur, il avait effroyablement peur. Il lui fallut une énergie suprême pour ramasser toute sa force et s’enfuir comme un fou, sans retourner la tête.

A minuit, il rentrait chez lui, il se couchait et s’endormait lourdement comme la veille. Comme la veille, le même cauchemar venait le hanter. Il rêvait le crime pendant son sommeil, comme il l’avait revécu pendant la soirée. Ce fut la même chose le lendemain et la nuit suivante. Et tous les soirs, à quelque endroit de Paris qu’il se trouvât, il recommençait la sinistre promenade. Il allait au restaurant du père « Virgile, il prenait le train, il descendait à Rueil, il rôdait autour de la maison. Quand il s’accoudait au pont, la Seine s’entr’ouvrait pour lui offrir le cadavre de sa victime. Ensuite, la nuit, il rêvait le crime, après l’avoir vécu pendant la soirée. Les hommes avaient pu l’acquitter : sa conscience ne l’acquittait pas. C’était le remords sous sa forme la plus aiguë : le remords hantant une cervelle, sans trêve, ni repos. Une espèce de désarticulation psychologique dédoublait l’âme de ce malheureux; pour le punir de son crime, que n’avaient point puni les hommes, elle le lui faisait recommencer tous les soirs et toutes les nuits ! >>

Albert Delpit, Le Crime de Bernardin, Revue des Deux Mondes, 3ème période, tome 58, 1883, p.646-648

AUTEUR  :  Albert Delpit
ŒUVRE  : Le Crime de Bernardin
GENRE  : Roman
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Paris

STRATE  : DANS

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

-meurtre


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.