Comtesse Mathieu de Noailles, Les éblouissements, 1907

Les éblouissements est un recueil de poésie qui a été écrit par la Comtesse Mathieu de Noailles et publié en 1907. Le poème Les bords de la Seine se situe dans ce recueil et porte sur la vision des bords de la Seine au printemps, pendant une matinée ensoleillée. Le fleuve est décrit par la lenteur de l’écoulement de son eau ainsi que son emplacement et forme, dans ce poème, une atmosphère de plénitude.
 
 
 
 

LES BORDS DE LA SEINE

Calme matin de mai, détendu dans la joie !
Le jour est vert et bleu par l’arbre et par le ciel,
Le pré délicieux fait lui-même son miel,
Tout l’univers s’élance et c’est l’azur qui ploie…

La Seine illustre coule, eau douce qui sourit
Par tous ses lents frissons charmants comme des lèvres,
Eau qui tend un miroir aux collines de Sèvres
Et baigne mollement Saint-Cloud près de Paris.

Ah ! que le jour est beau ! Je crois que je peux prendre
Tout ce bonheur sur moi d’un geste immense et rond.
Comme le jour est doux ! Et l’odeur du goudron
Luit comme une aile noire au-dessus du flot tendre…

Comtesse Mathieu de Noailles, Les éblouissements, éditeurs Calmann-Lévy, 1907, p.201

AUTEUR  : Comtesse Mathieu de Noailles  (Anna da Noailles)
ŒUVRE  : Les éblouissements
GENRE  : Poésie
ÉPOQUE  : XXe
LIEU  : Hors lieux

STRATE  : AU BORD

THÉMATIQUE 4  : HORS-LIEUX

-Le fleuve


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.