Tous les articles par Alexandra Seha

Bateaux-Mouches, Eddy de Pretto, 2021

Eddy de Pretto est un auteur-compositeur-interprète et acteur français qui s’est découvert notamment par son album Cure (2018). 

Pour la sortie de son nouvel album À tous les bâtards (2021), il publie « Bateaux-Mouche ». Il revient sur ses petits jobs avant son envol musical, où il chantait sur les bateaux-mouches, le long de balades sur la Seine. 

 

 

 

[Couplet 1]

Quand j’étais gars trop moche, chantant sur bateaux-mouches

Avec rien dans les poches, j’faisais moins la fine bouche

J’prenais toutes les avances, de sourires pas très cash

Fallait bien que je mange pour apaiser ma soif

Entrée, plat et dessert, je reculais l’attente

Des gros ventres a remplir avec chansons badantes

Sur mon estrade en toc que je prenais pour scène

J’me sеntais comme un coq mais j’flottais que sur la Seinе

Maquillé au pinceau, un solo pour mariage, avec costume Celio et l’odeur du fromage

Je posais comme il faut et j’en menais pas large

J’me sentais parfois d’trop entre rêves et noyade

J’étais lui qu’on ne voit pas, qui s’glisse entre les tables

Chantant du Rihanna avec un accent grave

Qui sourit a chaque fois pour faire plaisir mesdames

Faudrait pas que messieurs se sentent dragués par moi

[Refrain]

Quand j’étais personne, pleins de p’tits taffs d’automne

J’rêvais d’idoles, je me voyais déjà en haut

Quand j’avais personne, qu’une soif qui déborde

J’rêvais des tonnes, j’me voyais déjà en haut et c’était beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début

[Couplet 2]

Je découvrais Paris, comme les couples étrangers

Tu viens d’où il fait gris, où on laisse tout trop laid

Des monuments crari, m’emporter comme jamais

J’avais qu’une envie, m’installer sur ce pavé

À chanter toute ma vie, pas les chansons des autres

J’en avait dans le ventre, pas du saumon Lenôtre

J’attendais patiemment, de monter sur le trône

Qu’on reprenne mes chansons, comme je reprend « vie en rose »

[Refrain]

Quand j’étais personne, pleins de p’tits taffs d’automne

J’rêvais d’idoles, je me voyais déjà en haut

Quand j’avais personne, qu’une soif qui déborde

J’rêvais des tonnes, j’me voyais déjà en haut et c’était beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début

[Couplet 3]

J’devais quitter mes Nike, les laisser sous l’bateau

T’étais pas assez classe, pour l’image de ce show

Je n’avais qu’une hâte, de montrer ce que je vaux

Montrer combien je fake, que gentleman à l’eau

Le soir je m’improvisais, la vedette du bateau

En maquillant mes souhaits au parfum du ghetto

Tous les soirs je trinquais, rêvais fou de mon égo

En attendant j’réglais mes grands rêves au chapeau

[Refrain]

Quand j’étais personne, pleins de p’tits taffs d’automne

J’rêvais d’idoles, je me voyais déjà en haut

Quand j’avais personne, qu’une soif qui déborde

J’rêvais des tonnes, j’me voyais déjà en haut et c’était beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début

[Outro]

Quand j’étais gars trop moche, chantant sur bateaux-mouches

Avec un rien dans les poches, j’faisais moins la fine bouche

J’prenais toutes les avances, de sourires pas très cash

Fallait bien que je mange pour apaiser ma soif

https://genius.com/Eddy-de-pretto-bateaux-mouches-lyrics

Miquel Barceló, Hervé Guibert, Entretien [1990], Yvon Lambert, 2012

Miquel Braceló, ami d’Hervé Guibert et peintre, a retranscrit dans cet ouvrage cinq entretiens avec son ami, entre Palma de Majorque, Paris et Ségou au Mali entre 1990 et 1991. Ils évoquent leur rapport aux lieux et à la peinture. Dans cet entretien de 1990 à Paris, Hervé Guibert revient sur son séjour au Portugal, lorsqu’il rencontre la jeune fille en noir. Elle était arrivée en cherchant une chambre pour dormir. Il raconte à Miquel Braceló qu’il allait sur le fleuve portugais (à définir, potentiellement Douro) avec la jeune fille en noir pour la peindre. 

 

Comment as-tu fait la cour à la jeune fille en noir ?

Ça a duré une éternité avant qu’il se passe quelque chose. Nous passions ensemble des journées très paisibles, j’avais loué un petit bateau, et on partait sur le fleuve avec du papier. Je travaillais dans des salines avec de la boue, des dépôts végétaux. Comment peut-on travailler en plein air d’après le vrai ? Quels rapports peut-il y avoir entre le regard et la peinture d’après nature ? Ni le cinéma ni la photographie ne peuvent s’approcher de ce rapport entre le regard et la main. Au Portugal, j’avais ce regard absolu de mer, de ciel et de terre. Avec les grandes marées la mer est très impressionnante : sur des kilomètres les gens cherchent des crabes, dans une odeur très forte de vase et de goémons. Géologiquement, les rochers sont coupés, à pic avec des strates, ce sont des choses que j’ai beaucoup appliquées dans les peintures que j’ai faites cet été-là, en 83 au Portugal. Elles ont un aspect organique, avec les mouvements de mer et de rochers, et elles ont aussi quelque chose de cartographique. 

MIQUEL BARCELÓ, HERVÉ GUIBERT, ENTRETIEN [1990], YVON LAMBERT, 2012, p. 46

Jean Cocteau, Paris [1921], Grasset, 2013

Les textes de Jean Cocteau qui composent Paris  proviennent tous de sources différentes et ont été recueillis par Grasset pour le présent volume. Le plus ancien des textes « Le Théâtre nouveau » est extrait d’une Introduction à la vie de Paris publiée en 1921. Les textes issus de cette Introduction étaient adressés à des étrangers cultivés. Il s’agit avant tout de petits guides en prose. La Seine définit, dans cet extrait, par analogie, le boulevard, caractéristique de la capitale. 

Paris a deux fleuves. L’autre est le boulevard. Ce fleuve coule dans un grand désordre, il arrive même qu’il stagne ou remonte vers sa source. Le théâtre dit « théâtre du Boulevard » et qui, maintenant, ne peut plus se localiser sur le boulevard même, se trouve en mauvaise posture. 

Tant de marches à reculons, de stérilité, d’eau croupie, de paludisme, découragent les navigateurs. De temps en temps, un succès de boulevard remue la boue, réveille les crocodiles.  […]

*

À Paris, sur la rive gauche et la rive droite du fleuve Boulevard, deux hommes creusent des citernes d’eau potable. L’un est Jacques Copeau, l’autre son aîné. 

JEAN COCTEAU, PARIS [1921], GRASSET, 2013, p. 45/51

 

 

Hommage à la rivière Rouge, par le poète Sébastien Gaillard, 2021

« Avec son poème La rivière Rouge, le poète Sébastien Gaillard compose un hommage à cet immense cours d’eau qui traverse le paysage urbain de Winnipeg. Dans une performance éclair mise en images, l’auteur nous entraîne dans une oeuvre rythmée et sentie. » © Radio-Canada, Denis Chamberland.

https://ici.radio-canada.ca/atelier-culturel/accueil-nouveautes/document/nouvelles/article/1748523/sebastien-gaillard-poesie-performance-eclair-denis-chamberland-winnipeg

 

BARGE

À bord du voilier le Marie-Fernand, cotre-pilote du Havre de 1894, quatre étudiants et trois artistes ont exploré la Seine en situation de navigation le 12 octobre 2019. La traversée du fleuve a commencé à Honfleur et s’est finie dans le port du Havre. 

© Kévin Drif 

« Le manifeste est un document détaillant le chargement d’un bateau. Dans ce mot, il y a l’affirmation pratique de l’existence d’une cargaison ou de passagers. Qu’il soit fluvial ou maritime, le bateau doit avoir son manifeste. Marie-Fernand est un bateau qui a un manifeste artistique, on peut imaginer son capitaine, à une douane quelconque, répondre à la requête inquisitrice du douanier : ‘Chargement : artistes et écrivains…’.

Dans le cadre de son programme de recherche triennal sur la Seine, l’équipe Géoseine va explorer la zone intermédiaire entre la mer et le fleuve. Cette zone mélange les eaux, rend l’eau à la mer, zone technique où la navigation est délicate, qui concentre les risques comme les détroits, marées, trafic industriels et commerciaux, nature et loisir. Soudain la discipline longitudinale du fleuve s’efface dans l’étendue marine, et la mer se concentre en un point focal… Cet espace complexe de la Seine s’étend du Havre à Honfleur. Les étudiants du projet Géoseine vont avoir une journée de navigation pour explorer l’embouchure de la Seine, arpenter de nouvelles dimensions fluviales et certainement réfléchir aux limites, zones de transition, définitions dans le continu poétique du fleuve toujours vivant, complexe et multi dimensionnel. »

Stéphane Trois-Carrés, artiste, enseignant à l’ESADHaR.

© François Guillotte

Patrick Modiano, Dora Bruder, 1997

Récit biographique et autobiographique, Patrick Modiano dans Dora Bruder écrit en 1997,  tente de restituer l’histoire d’une jeune fille juive à Paris, disparue en 1941. La Seine est principalement un cadre spatial dans l’œuvre mais dans l’extrait ci-dessous, elle se fait l’écho géographique de celle de Hugo dans Les Misérables (1862) :

 

J’ai relu les livres cinquième et sixième des Misérables. Victor Hugo y décrit la traversée nocturne de Paris que font Cosette et Jean Valjean, traqués par Javert, depuis le quartier de la barrière Saint-Jacques jusqu’au Petit Picpus. On peut suivre sur un plan une partie de leur itinéraire. Ils approchent de la Seine. Cosette commence à se fatiguer. Jean Valjean la porte dans ses bras. Ils longent le Jardin des Plantes par les rues basses, ils arrivent sur le quai. Ils traversent le pont d’Austerlitz. À peine Jean Valjean a-t-il mis le pied sur la rive droite qu’il croit que des ombres s’engagent sur le pont. La seule manière de leur échapper – pense-t-il – c’est de suivre la petite rue du Chemin-Vert-Saint-Antoine.
Et soudain, on éprouve une sensation de vertige, comme si Cosette et Jean Valjean, pour échapper à Javert et à ses policiers, basculaient dans le vide : jusque-là, ils traversaient les vraies rues du Paris réel, et brusquement ils sont projetés dans le quartier d’un Paris imaginaire que Victor Hugo nomme le Petit Picpus. Cette sensation d’étrangeté est la même que celle qui vous prend lorsque vous marchez en rêve dans un quartier inconnu. Au réveil, vous réalisez peu à peu que les rues de ce quartier étaient décalquées sur celles qui vous sont familières le jour. 

Patrick Modiano, Dora Bruder, Folio, 1999, p. 51

 

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, 2006 (2)

Dans son roman policier Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Michel Bussi imagine que les romans de Maurice Leblanc dissimuleraient un code secret, donnant accès à un trésor caché en Normandie. Le professeur Roland Bergton, assisté de Paloma, mène l’enquête et parcourt les lieux des boucles de la Seine chers à Arsène Lupin.

La jeune Paloma est impressionnée par le spectacle industriel de Port-Jerôme, et plus encore par l’existence des oléoducs qui relient la Seine à la mer. Les deux personnages naviguent sur une pilotine.

Plus que les jolies façades du front de Seine du petit village de Quillebeuf, le regard de Paloma, et son odorat, furent attirés par l’autre rive. Elle reste sans voix devant l’incroyable complexe pétrolier de Port-Jérôme… Une véritable forêt de cheminées d’usines… Une incroyable jungle industrielle.

-Un souterrain que Leblanc n’avait pas imaginé, ironisa Bergton.

-Lequel ?

-Un souterrain qui part d’Etretat, court sous le pays de Caux, pour aboutir ici, face à la Seine.

-Lequel ! insista Paloma intriguée.

-Les oléoducs ! les oléoducs qui relient le terminal pétrolier d’Antifer, en front de mer, aux raffineries du bord de Seine… Le plus important complexe en France !

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Rouen, Editions PTC, 2006, p. 113

Pascal QUIGNARD, « L’Estuaire », Une enfance havraise, 2013

Pascal QUIGNARD, dans un texte appelé « l’Estuaire » (2013) où il raconte son enfance havraise, évoque la traversée de la Seine à bord d’un bac avant la construction du pont de Tancarville.

Quand on arrive aux enfers la rive des vivants est toujours trop étroite. C’est un ponton de bois. C’est un quai. J’ai quatre ans. On prend le bac pour traverser la Seine déjà mêlée de mer. J’aimais beaucoup monter sur ce bac en bois qui franchissait beaucoup plus lentement l’estuaire. Tout est pâques en ce monde, passage, barque à nocher, bac de rive à rive. Étrange lac crevé que les reflux et les marées meuvent, que les barques et les voilent sillonnent. Ostie. Il est une porte que l’âge ouvre davantage sur l’océan infini parce que la mort, insensiblement, prend le même visage. J’avais quatre ans, j’avais cinq ans, j’aimais être sur le pont de bois du bac avec les vaches, avec les Juvaquatre, les Quatre-chevaux, les chevaux de trait, les poules qui cognaient de la tête dans leur panier d’osier, les porcs qui hurlaient. J’évoque un temps qui se passait avant que le pont de Tancarville fût édifié sur la baie entre Saint-Nicolas-de-la-Taille et le Marais-Vernier. C’était en 1952, en 1953.

Pascal QUIGNARD, « L’Estuaire », Une enfance havraise, Rouen, L’Echo des vagues, 2013.

Maylis de KERANGAL, Réparer les vivants, 2014

Dans Réparer les vivants (2014) de Maylis de Kerangal, Marianne et Sean apprennent la mort cérébrale de leur jeune fils Simon. À l’hôpital, on leur a demandé s’ils acceptaient de donner ses organes. Les parents, éperdus, quittent Le Havre et roulent jusqu’à l’estuaire, comme « happés », « aimantés » par le fleuve, dont ils rejoignent la berge, passé Gonfreville.

« Ils roulent sur la route au bas des falaises, longent ce coteau grevé de cavernes où traînent vagabonds isolés et bandes de gosses – shit et bombes de peinture -, passent les baraques taies au bas de la pente, la raffinerie de Gonfreville-l’Orcher, enfin obliquent vers le fleuve, comme si happés par l’échancrure soudaine de l’espace, et maintenant c’est l’estuaire.

Ils roulent encore deux ou trois kilomètres, puis sont à bout de bitume alors coupent le moteur : c’est vide autour d’eux, désaffecté, un espace de zone industrielle et près du pacage, et l’on comprend mal pourquoi ils s’arrêtent là sous un ciel parcheminé de fumées denses, rapides, tire-bouchonnées au-dessus des cheminées de la raffinerie puis dilatés en traînées mornes, distillant alors poussière et monoxyde de carbone, un ciel d’apocalypse. […]

Ils arrivent enfin en vue du fleuve, largeur de ciel dingue, ils sont surpris, ont le souffle court, les pieds trempés, mais avancent vers la berge, approchent tout près du bord comme si aimantés, ne freinent que lorsque le pré commence à verser lentement dans l’eau »

Maylis de KERANGAL, Réparer les vivants, Paris, Les Verticales, 2014, p. 145, 150.

Jean ROLIN, Terminal Frigo, 2005

Terminal Frigo (2005) narre les pérégrinations d’un personnage dans de grandes villes portuaires. Dans le port du Havre, il croise la route de Riton qui, quelque part entre le Pont de Normandie et le grand canal du Havre, a construit et défend son gabion dans les marais, qu’il considère comme son territoire.

A quatre-vingt-cinq ans, Riton n’est pas d’humeur à se laisser bercer par la propagande au sujet des « déménagements de biotopes » et autres oxymorons, dans laquelle il voit plutôt l’instrument d’un complot unissant écologistes et technocrates contre les seuls usagers légitimes du marais. Cette légitimité, lui-même a payé de sa personne pour l’asseoir : outre ses anciens faits d’armes pour la « défense du marais », il n’a pas mis moins de cinq ans, avec l’aide d’un de ses fils, pour creuser la mare de son gabion, et frayer le chemin, fait de planches et de plaques métalliques, qui permet d’y accéder à pied plus ou moins sec. Le gabion est situé à un kilomètre ou deux après le pont de Normandie, sur la côté gauche de la route de l’Estuaire, quelque part entre celle-ci et le cul-de-sac dans lequel se termine le grand canal du Havre. De là où Riton a garé sa voiture, au pied d’aubépines dont on sent qu’elle est sur le point de refleurir, on aperçoit dans le fond du paysage les superstructures d’une cimenterie, dominant de vastes étendues de roseaux flétris. Serpentant sur plusieurs centaines de mètres parmi ces roseaux, le chemin du gabion, en équilibre instable au-dessus des eaux, est souillé de loin en loin par des crottes de renard ou de ragondins. Dans la végétation s’active d’autre part une importante population de mésanges à moustaches.

Jean ROLIN, Terminal Frigo, Paris, POL, 2005. Citation extraite du volume Folio, p. 206.

Jean-Baptiste Del Amo, Une éducation libertine, 2009

Gaspard, personnage principal du roman Une Éducation libertine, quitte sa ville natale quimpéroise après le décès de son père pour monter à la conquête de Paris. Il rencontre la Seine après avoir déambulé dans les rues de la capitale, et c’est un véritable tableau que Jean-Baptiste Del Amo peint sous les yeux « ébahis » de son personnage et de ses lecteurs :

Puis la Seine fut là, son odeur de vase, la monstruosité de son agitation portuaire. Gaspard s’arrêta, ébahi. Le flot noir exhalait une frénésie qui s’étendait, une pieuvre lançant ses tentacules à l’assaut de la ville. Fiacres et carrosses se talonnaient sur les rives. Les cochers, véritables harpies, fouettaient et hurlaient à plein gosier. La populace se massait là, grouillait comme d’une termitière, avançait par vagues sur les berges. À quai, les bateaux dégorgeaient de marchandises dans des caisses de bois que des marins musculeux et braillards soulevaient à bout de bras. […] Au bord de l’eau, les lingères, fichus vissés sur leurs crânes furibonds, plongeaient jusqu’aux coudes draps et haillons, savonnaient, frottaient, essoraient. Elles répandaient une mousse à la couleur indéfinissable qui descendait pesamment le Fleuve. […] Plus loin, on ouvrait les guinguettes, les auberges se vidaient de leurs hôtes à demi reposés et parfaitement fauchés. Montant et descendant les rives, les porteurs d’eau feintaient la cadence infernale, se jetaient à l’eau, emplissaient les seaux, s’arrachaient des flots, couraient en sens inverse. Les passeurs plantaient leurs barques entre les bateaux. Ils embarquaient la foule des travailleurs de l’autre rive, s’engueulaient, frappaient l’eau à grands coups de pagaie, filaient au travers du Fleuve, évitaient l’inévitable : la collision, l’accident, le naufrage. Il n’était pas rare qu’un homme tombât à l’eau, fût entraîné par le courant ou les profondeurs du Fleuve. On usait alors de perches en bois. Mais la longueur et le poids de l’instrument rendaient le maniement périlleux, et il arrivait qu’à défaut de sauver le miséreux, la perche le transperçât ou l’assommât, achevant ainsi d’en faire un noyé.

Jean-Baptiste Del Amo, Une éducation libertine, Gallimard, 2009, p. 37

Alice BAUDE, Les Eaux mauvaises (collectif), 2019

Les Eaux mauvaises est un recueil de textes composés par de jeunes écrivains à l’occasion d’un séminaire d’écriture au Moulin d’Andé, pendant l’automne 2018. Il s’agissait d’explorer le thème des « fluidités », et d’écrire sur la Seine depuis les rives du fleuve. Alice Baude a immergé ses feuilles dans la Seine. Son texte rend compte d’un fleuve « noir » et d’eaux menacées.

J’ai coulé mon eau d’aquarelle dans le marasme âcre de la Seine après Paris. Ce n’est qu’un peu de pus de plus. Je glisse mes mots ces écailles sous la bruine sur ma feuille l’encre s’efface. J’écris sous l’eau, l’encre perle, l’encre coagule. Il y a rouge il y a vert il y a gris il y a tache. Un cygne plisse la surface.

Par ce brouillard bruineux je t’écris la poiscaille mordue par l’acide.

La goulée petite goulée d’eau de la langue à la glotte je la bois elle claque l’eau saine. Je guette ce qu’elle me dit. Et elle me dit les cagouilles les bétonnades les pisses en continu dans son vivier le passage malin dans les turbines les refroidissements électriques et les synapses nucléaires. Elle me dit la calfeutre dans du plastique la calfeutre dans des berges, des étreintes à l’empoumonade et des dégueulis à même la molécule.

Tu parles d’une vase. […]

Elles ont dû en brasser les eaux, des bouillons de miasmes, des vapeurs méphitiques aux souvenances métropoles. Elles ont dû en brasser, colporter sarcler emmener pétrir, des semelles et des boîtes, des bacs et des plastiques. Les eaux souillées, les eaux mordues à l’acier, pourries à l’intime. 

Alice BAUDE, Les Eaux mauvaises (collectif), Le Havre, Editions de l’ESADHaR, 2019.

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, 2006

Dans son roman policier Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Michel Bussi imagine que les romans de Maurice Leblanc dissimuleraient un code secret, donnant accès à un trésor caché en Normandie. Le professeur Roland Bergton, assisté de Paloma, mène l’enquête et parcourt les lieux des boucles de la Seine chers à Arsène Lupin.

La clé de l’énigme se trouve peut-être dans les hauteurs de Caudebec-en-Caux, plus précisément dans la chapelle La Barre-y-va…

Victor Hugo, Maurice Leblanc, Michel Bussi: trois écrivains convoqués autour d’un même lieu.

« -La clé de l’énigme, c’est le fameux phénomène de la Barre-y-va. On l’appelle aujourd’hui plus souvent le mascaret. C’est la marée qui remontait la Seine, jusqu’à Rouen jadis. Jusqu’aux années 1960, lors des grandes marées, le mascaret, ou la Barre-y-va si vous préférez, était un véritable petit raz-de-marée, particulièrement dangereux, inondant les rives, renversant les bateliers imprudents, mouillant les badauds…

-Je me souviens. C’est ainsi que Léopoldine, la fille de Victor Hugo, trouva la mort en face de leur propriété de Villequier.

-Et c’est pour elle qu’il composera son émouvant poème, qui raconte sa marche aveugle sur les rives de la Seine, « demain dès l’aube… ». Mais tous les bateliers craignaient la Barre-y-va. C’est également le nom d’un hameau juste en aval de Caudebec-en-Caux, en face du pilotage de la Seine, où est érigée la fameuse et adorable petite chapelle dont je vous ai parlé tout à l’heure… Et avant elle, sur le même site au-dessus de la Seine, les bateliers priaient la vierge dans une étrange chapelle bleue, qui existe encore…

-Encore des mystères ? »

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Rouen, Editions PTC, 2006, p. 116

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984) (2)

La Seine figure de façon récurrente dans les romans policiers et romans noirs, comme scène de crime ou décor du récit.

L’auteur contemporain Didier Daeninckx, dans Meurtres pour mémoire (1984), revient sur le massacre perpétré à l’encontre de manifestants algériens en octobre 1961, dont les corps furent jetés dans la Seine. Ces événements rappellent que, dans son histoire, la Seine à charrié des hommes et des femmes assassinés pour des raisons politiques, pendant la Saint-Barthélemy ou la Commune. On peut parler alors d’une « Seine sanglante ».

Dans cet extrait, les manifestants se sont regroupés au pont de Neuilly.

Il était près de huit heures. Sur les quais situés en contrebas du pont de Neuilly, deux immenses colonnes formées par les habitants des bidonvilles de Nanterre, Argenteuil, Bezons, Courbevoie, se mirent en mouvement. Des responsables du FLN les encadraient et canalisaient les groupes qui ne cessaient de se joindre à eux. Ils étaient au moins six mille ; les quatre voies du pont ne semblaient pas assez larges pour assurer l’écoulement du cortège. Ils dépassèrent la pointe de l’île de Puteaux, sous leurs pieds, et pénétrèrent dans Neuilly.

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984), Paris, Folio Policier, 2016, p. 33

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984)

La Seine figure de façon récurrente dans les romans policiers et romans noirs, comme scène de crime ou décor du récit.

L’auteur contemporain Didier Daeninckx, dans Meurtres pour mémoire (1984), revient sur le massacre perpétré à l’encontre de manifestants algériens en octobre 1961, dont les corps furent jetés dans la Seine. Ces événements rappellent que, dans son histoire, la Seine à charrié des hommes et des femmes assassinés pour des raisons politiques, pendant la Saint-Barthélemy ou la Commune. On peut parler alors d’une « Seine sanglante ».

Dans cet extrait, le personnage se trouve à Aubervilliers et se dirige vers Saint-Denis, en longeant le Saint-Denis, dans un espace où l’ébullition industrielle a cédé la place à une atmosphère d’abandon.

Il lui fallait traverser le canal Saint-Denis et longer les cabanes de bois et de tôle qui avaient envahi les berges. Le pont faisait une bosse, et par temps clair, on voyait le Sacré-Cœur en entier, derrière l’énorme cheminée en brique rouge de Saint-Gobain. Il ralentissait et s’amusait à bouger la tête pour placer la Basilique sur les collines de soufre entreposées dans l’enceinte de l’usine. En contrebas, sur le quai, une grue extrayait des profondeurs d’une péniche des blocs de métal qu’un Fenwick emmenait aussitôt vers les hangars de Prosilor.

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984), Paris, Folio Policier, 2016, p. 14