Tous les articles par Digonnet E.

Souvenirs d’une morte vivante, Victorine Brocher, 1909

 

C’est en 1909 qu’est publié pour la première fois Souvenirs d’une morte vivante, un des seuls témoignages direct d’une femme du peuple entièrement impliquée dans la Commune de Paris. Fille de militants, elle a participé comme ambulancière à toutes les victoires et les défaites des fédérés, partageant tous leurs espoirs et toutes leurs souffrances. La Seine, dans ce décor d’un Paris insurrectionnel, est toujours présente en toile de fond, et souvent comparée par l’auteure aux rives de sa Loire natale qui, elle, coule loin de la violence subit au quotidien par les insurgés.

“La Seine, ce tombeau des désespérés, ne rends pas toujours ceux qu’elle engloutit dans son sein.”

BROCHER Victorine, Souvenirs d’une morte vivante, Libertalia, 2017, p. 81

Les Annales, Flodoar De Reims, Xe

Texte écrit entre 919 et 966, Les Annales de Flodoard de Reims sont un témoignage sur tous les événements de son temps et une source importante d’information sur le Xème siècle après la chute de l’Empire carolingien.  Notant principalement les affaires politiques et militaires majeurs, il rend aussi compte, parfois, des miracles et phénomènes spirituels de son temps.  La Seine, dans cet épisode historique d’une bataille terrible entre les Normands et les Français, est montrée comme une voie de transport et un repère géographique et tactique, rôles fondamentaux des fleuves à cette époque. 

“Ayant assemblé une assez forte troupe en Bourgogne, il se rendit au camp des Normands, sur la Seine, et là se donna un combat à pied entre les Français et les Normands. Mais ceux qui étaient avec le roi, c’est-à-dire la plus grande partie de l’armée, voyant que les Normands ne tentaient pas de forcer le camp, ni de monter sur leurs chevaux, repoussèrent dans leur camp ceux de ces hommes qui étaient sortis pour combattre, en tuèrent beaucoup, et cessèrent le pillage pour placer leur camp à deux ou trois milles de celui des Normands. Hugues, fils de Robert, mit aussi le sien vis-à-vis, sur ce côté-ci de la Seine. Les Français retardaient de jour en jour une attaque plus vive du camp, en attendant des vaisseaux qui devaient venir de Paris; alors, et à ce qu’on rapporte, avec leur consentement, les Normands sortirent secrètement du camp, se retirèrent, passèrent par un bois qui devait protéger leur route, et les nôtres revinrent chez eux. Dans le commencement des jeûnes du carême, Héribert ayant conféré avec Gislebert, et ensuite avec Hugues, appela de Bourgogne le roi, qui partit en hâte et vint à Cambrai au-devant des Lorrains et de Gislebert. Ceux-ci quittèrent l’assemblée qui se tenait alors, vinrent près du roi sur la Meuse, et se donnèrent à lui, ainsi qu’Othon. Les Normands de Rouen rompirent le traité qu’ils avaient fait, et ravagèrent la ville de Beauvais et celle d’Amiens; cette dernière brûla par l’imprudence des fuyards, et celle d’Arras fut consumée aussi par un incendie subit. Les Normands vinrent ravager jusqu’à Noyon, et mirent le feu aux faubourgs; les habitants de la cité sortirent avec ceux des faubourgs, repoussèrent les Normands, en mirent à mort autant qu’ils purent, et délivrèrent une partie des faubourgs. Les bourgeois de Beauvais dévastèrent le pays des Normands en-delà de la Seine. Après cela, les Parisiens eux-mêmes, et avec eux plusieurs fidèles de Hugues, fils de Robert, et les habitants de quelques châteaux, ravagèrent la partie du Rouennais qui est possédée par les Normands d’en deçà de la Seine; ils brûlèrent les bourgs, emmenèrent les troupeaux, et tuèrent beaucoup de Normands.”

GUIZOT François, Collection des Mémoires relatifs à l’histoire de France, Dépot Central de la Librairie, 1835, 

“Collectaque ex Burgundia militum manu non pauca, venit usque ad castra Nortmannorum super Sequanam; ibique ab his qui ex Francia perrexerant pedestri pugna certatum ad castra. Videntes vero, quod illi qui erant cum rege, pars scilicet exercitus maxima, neque castra invadere neque equis desilire temptarent, compulsis in castra Nortmannis qui fuerant ad repugnandum egressi, quibusdam quoque prostratis, a castrorum pervasione discedunt, castraque duobus vel tribus milibus a Nortmannorum castris metantur in girum, Hugone Rotberti filio econtra supra Sequanam hac ex parte castra metato. Ubi propinquiorem castrorum obsidionem procrastinantibus Francis et de die in diem differentibus, naves a Parisio venturas expectando, eruptione clam facta, quorumdam nostrorum veluti fertur assensu, Nortmanni sua castra linquentes, et saltum quendam iter suum tutandi gratia petentes, evadunt; nostrorum vero quique regrediuntur ad sua. Jejuniis itaque coeptis quadragesimalibus, Heribertus, cum Gisleberto indeque cum Hugone locutus, regem accersiit ex Burgundia; qui festinanter adveniens, Camaracum Lothariensibus atque Gisleberto proficiscitur obviam. Quique hoc placitum omittentes, super Mosam ad eum veniunt, suique Gislebertus et Otto efficiuntur.  Nortmanni de Rodomo foedus quod olim pepigerant irrumpentes, pagum Belvacensem atque Ambianensem depopulantur. Ambianis civitas male proviso confugientium igne succensa est; sic et Atrabatis subito exorto conflagravit incendio. Nortmanni usque ad Noviomagum praedatum veniunt, et suburbana succendunt. Castelliani cum suburbanis egredientes, Nortmannos repellunt, sternunt quos poterant, partem suburbii liberant. Bajocenses interim terram Nortmannorum ultra Sequanam depraedantur. Quo comperto Parisiaci, et ipsi quoque cum quibusdam fidelibus Hugonis filii Rotberti, et quorundam castellorum oppidanis, partem quandam pagi Rotomagensis, qui possidebatur a Nortmannis cis Sequanam, depopulati sunt, villis succensis, pecoribus abductis, nonnullis etiam Nortmannorum interfectis.”

DE REIMS Flodoard, Les Annales, Alphonse Picard, 1905, p. 28

Poète… VOS PAPIERS !, Léo Ferré, 1957

Léo Ferré est de ces noms qui résonnent familièrement aux oreilles des francophones, aussi familièrement que sa voix qui continue de résonner plus de 25 ans après sa disparition. Ferré était une force de la nature et un poète de la dureté humaine, un anarchiste jusqu’à dans son art, et cette métaphore qu’il nous offre dans son recueil au nom d’injonction : Poète… VOS PAPIERS, publié en 1957, en conclusion de« La muse en carte » n’en est que le reflet : un fleuve qui dévalant la France de la capitale à la mer dans un chant puissant finit par s’échouer dans la réalité.

“[…]

Je suis le fleuve doux le mors aux dents sans brides
Qui s’en vas vers Le Havre en couleur de chansons
Je me prends pour la Seine et me retrouve humide
Au creux d’un lit crasseux parmi des rêves de cons”

FERRE Léo, Poète… VOS PAPIERS !, Points, 2013, p. 23

Au Fil de l’Eau, Paul-Louis Couchoud, 1905

Au fil de l’eau est souvent considéré comme le premier recueil de haïkus français. Cette brochure de 72 poèmes, publiée à l’époque à 30 exemplaires, est l’oeuvre de trois étudiants héritiers du japonisme du 19ème siècle : Paul-Louis Couchoud, André Faure, Albert Poncin. Initié par le premier à cette sensibilité poétique propre aux Japonais, les trois amis se lancent dans une croisière fluviale sur les canaux de France, parcourant le Centre, mais partant de Paris. Le premier haïku, lui qui ouvre le recueil, évoque la Seine sans la citer et transmet à son lecteur tout le glissement du bateau qui les emmène dans un voyage dont ils reviendront les poches pleines de poésie.

Le convoi glisse déjà.
Adieu Notre-Dame !…
Oh !… la gare de Lyon.

COUCHOUD Paul-Louis, FAURE André, PONCIN Albert et LOZANO Rafael, Au fil de l’eau suivi de HAIKAIS, Milles et une nuits, 2004, p. 20

Gesta Normannorum Ducum, Guillaume de Jumièges, 1060

La Gesta Normannorum ducum, “Exploits des Ducs Normands”, est l’oeuvre du moine Guillaume de Jumièges, retraçant l’histoire de la Normandie et des Normands depuis les invasions vikings. Cette oeuvre à été continuée sur ordre de Guillaume le Conquérant  par Orderic Vital et Robert de Torigni et s’inscrit à la suite du De moribus et actis primorum Normanniae ducum de Dudon de Saint-Quentin. Dans cet ouvrage essentiel aux historiens de la Normandie sont illustrées les utilisations de la Seine comme vecteur de déplacement, de délimitation de territoire, mais aussi d’un point de vue militaire tout en évoquant des instants de vie sur ses rives.

“Tout couverts du sang de ces libations et poussés par un vent favorable, ces hommes donc abordent à un port du Vermandois, l’an 851 de l’Incarnation du Seigneur. S’élançant alors hors de leurs navires, ils livrent aussitôt tout le comté aux feux de Vulcain. Dans leur fureur brutale ils incendient en outre le monastère de Saint-Quentin et commettent sur le peuple chrétien d’horribles cruautés. L’êvéque de Noyon, Emmon, et ses diacres périssent sous leurs glaives et le petit peuple, privé de son pasteur, est massacré. De là allant attaquer les rives de la Seine, Les Danois s’arrêtent avec leur flotte devant Jumièges et commencent à l’assiéger. Ce lieu est à bon droit appelé Gemeticus ; car ils y gémissent sur leurs péchés, ceux qui n’auront point à gémir dans les flammes vengeresses. Quelques-uns pensent qu’il a été appelé ainsi Gemmeticus à raison du mot gemme, pierre précieuse, et parce que la beauté de son site et l’abondance de ses productions le font resplendir comme resplendit  une pierre précieuse sur un anneau. […]”

De Jumièges Guillaume, Histoire des Normands, trad. F. Guizot, Paleo, 2004, Livre I, Chap. 6, p. 22

“Après cela, fendant les eaux du fleuve de la Seine, ces hommes se rendent à Rouen, détruisent cette ville par le  feu, et font  un horrible carnage du peuple chrétien. Pénétrant ensuite plus avant  dans l’intérieur de la France, ils envahissent avec une férocité de Normands presque tout le pays de Neustrie, qui s’étend en ligne transversale depuis la ville d’Orléans jusqu’à Lutèce, cité des Parisiens. […]”

Op. cit. Livre I, Chap. 7, p. 23

“Les choses ainsi terminées, Les Danois et leur duc Rollon livrèrent leurs voiles au vent, et abandonnant le fleuve de l’Escaut pour naviguer à travers la mer, l’an 876 de l’Incarnation du Seigneur, ils entrèrent dans les eaux de la Seine, poussés par un vent favorable, arrivèrent à Jumièges, et déposèrent le corps de la sainte vierge Ameltrude, qu’ils avaient transporté de Bretagne, sur l’autel de la chapelle de saint-Waastn situé au-delà du fleuve. Cette chapelle a porté jusqu’à présent le nom de cette vierge. […] Après cela, les Daces empressés dirigèrent promptement vers les remparts de la ville leurs navires chargés de nombreux chevaliers, et abordèrent à la porte qui touche à l’église de Saint-Martin. Considérant, dans la sagacité de leur esprit, que la citadelle de la ville était bien défendue par terre et par mer, et pouvait être aisément approvisionnée avec les épargnes, ils résolurent d’un commun accord d’en faire la capitale de tout leur comté.

Rollon doc s’étant emparé de Rouen méditait en son cœur artificieux la ruine de la ville de Paris, et s’en occupait avec les siens, semblable à un loup dévorant, et ayant soif dans sa fureur païenne, du sang des Chrétiens. Détachant alors leurs navires, et sillonnant les flots de la Seine, ils vinrent s’arrêter auprès de Hasdans, que l’on appelle aussi Arques. Renaud, duc de toute la France, ayant appris l’arrivée inopinée des Païens, se porta au-devant d’eux sur le fleuve de l’Eure…[…]”

Op. cit. Livre II, Chap. 9, p. 52

“Renaud ne pouvant supporter la honte de sa fuite, rassembla de nouveau une plus grande armée et alla tout à coup attaquer Rollon. Mais celui-ci marchant à sa rencontre fit périr quelques-uns de ses hommes par le glaive, et les autres ayant pris honteusement la fuite, il les poursuivit ; Renaud lui-même tomba mort, percé d’un trait par un pêcheur de la Seine qui s’était donné à Rollon. Alors Rollon levant les ancres, fit force de rames vers Paris, mit le siège autour de cette ville, et y fit conduire le butin enlevé de tous côtés. […]”

Op. cit. Livre II, Chap 12, p. 57

“De là ayant rassemblé de nouveau une multitude de jeunes gens d’élite, et emportant de très grands présents qu’il reçut du roi, il retourna en France, et détachant aussitôt les comtes de son armée, il les envoya par eau, les uns sur le fleuve de le Seine, d’autres sur celui de la Loire, d’autres sur celui de la Gironde, pour qu’ils eussent à dévaster les provinces intermédiaires. Lui-même se rendit ensuite à Paris, recommença le siège de cette ville, et se mit à dévaster le territoire de ses ennemies. […]”

Op. cit. Livre II, Chap. 13, p. 60

” On raconte encore dans le people au sujet de ce duc beaucoup d’autres choses digne d’être rapportées, mais je me bornerai au fait suivant. Après avoir chassé dans la forêt qui s’élève sur les bords de la Seine tout près de Rouen, le duc, entouré de la foule de ses serviteurs, mangeait et était assis au-dessus du lac que  nous appelons en langage familier la mare, lorsqu’il suspendit à un chêne des bracelets d’or. Ces bracelets demeurèrent trois ans à la même place et intacts, tant on avait une grande frayeur du duc ; et comme ce fait mémorable e passe auprès de la mare, aujourd’hui encore  cette forêt elle-même est appelée la Mare de Rollon. […]”

Op. Cit. Livre II, Chap. 20, p. 70

“Nous savons que Hugues-le-Grand a été longtemps d’intelligence avec les Normands, et c’est pourquoi il convient que tu cherches à le séduire par tes présents. Concède-lui donc le duché de Normandie, depuis la Seine jusqu’à la mer, en te réservant la ville de Rouen, afin que, privée de son assistance, cette race perfide soit enfin forcée à sortir du pays. […]”

Op. cit. Livre IV, Chap. 5, p. 99

“Il fit à celui-ci toutes sortes de promesses pour n’être pas livré en trahison à son ennemi ; et enfin le chevalier cédant aux larmes du Roi le conduisit en secret et le cacha dans une certaine île de la Seine. […]”

Op. cit. Livre IV, Chap 7, p. 105

” […] Ensuite, au jour fixé, les drapeaux furent dressés dans les airs, les voiles livrées au soufflé favorable des vents, et les navires ayant rapidement traversé la mer, vinrent aborder auprès de l’embouchure de la Seine. Ayant appris leur arrivée, le duc, transporté de joie, alla aussitôt à leur rencontre, et tandis qu’il marchait devant eux, leur navires remontaient à force de rames le fleuve de la Seine; ils arrivèrent promptement au fossé de Givold, et après qu’ils eurent jetés les ancres, on tint conseil sur la destruction de la France. […]”

Op. cit. Livre IV, Chap. 16, p. 118

Histoires, Ammien Marcellin, IVe

Après une carrière dans l’armée romaine, Ammien Marcellin, bilingue et lettré se consacre à l’histoire et à sa transmission dès la deuxième moitié du IVème siècle. Seuls 17 des 31 livres de ses Histoires nous sont parvenus, ceux contenant les événements contemporains à l’auteur, ne comptant pas pour plus d’un demi-siècle. Par son passé militaire, il a essentiellement développé les différentes guerres menées en Orient et en Occident, le tout mêlé à des portraits, des considérations éthiques et de nombreuses digressions. Il aimait aussi à décrire les peuples et les géographies étrangères, ce qui nous permet de lire cette description de la Gaule par les fleuves qui la délimitent.

“Au temps jadis où ces régions demeuraient dans l’obscurité, comme des régions barbares, elles furent divisées en trois parties, croit-on, entre les Celtes et les Gaulois, les Aquitains et les Belges, qui diffèrent de langue, de coutumes et de lois. Les Gaulois, qui sont des Celtes, sont séparés des Aquitains par la Garonne, fleuve né des hauteurs des Pyrénées, et qui, après avoir traversé nombre de ville, se perd dans l’Océan. La même nation est séparée des Belges par la Marne et la Seine, fleuves de semblable importance. Coulant à travers la Lyonnaise, après avoir enfermé dans son île la place des Parisiens, qui a pour nom Lutèce, elles unissent leurs eaux et, poursuivant leur course tout droit, elles se jettent dans la mer près du camp de Constance.”

“Temporibus priscis cum laterent hae partes ut barbarae, tripertitae fuisse creduntur in Celtas eosdemque Gallos diuisae et Aquitanos et Belgas, lingua institutis legibusque discrepantes. Et Gallos quidem, qui Celtae sunt, ab Aquitanis Garumna disterminat flumen, a Pyrenaeis oriens collibus postque oppida multa transcursa in oceano delitescens. A Belgis uero eandem gentem Matrona discindit et Sequana, amnes magnitudinis geminae: qui fluentes per Lugdunensem post circumclausum ambitu insulari Parisiorum castellum, Lutetiam nomine, consociatim meantesque protinus prope Castra Constantia funduntur in mare.”

MARCELLIN Ammien, Histoires, Tome I., Trad. E. Galletier, Les Belles Lettres, 2002, Livre XV, Chap. 11, p. 140

Historia Francorum, Grégoire de Tours, VIe

L’Histoire des Francs (Historia Francorum), à l’origine nommée Decem libri historiarum, est un ouvrage retraçant une histoire du monde et de l’église depuis la Genèse jusqu’à l’an 591. Mais son auteur, Grégoire de Tours, évêque et historien du VIème siècle concentre une grande part de son œuvre à son époque et sa région : la gaule mérovingienne. Si succèdent les envahisseurs et les rois des luttes intestines et les alliances, les trêves et les massacres, dépeignant au fil des pages une image noire de cette période.

“En apprenant cela, Chilpéric envoie des ambassadeurs à son frère Gontran. S’étant alliés, ils concluent également un traité en  vertu duquel aucun d’eux ne laissera périr son frère. Mai lorsque Sigebert fut arrivé en amenant ces peuples et tandis que Chilpéric était stationné de l’autre coté avec son armée, Sigebert, ne trouvant pas où traverser le fleuve de la Seine pour marcher contre son frère, envoie à son frère Gontran un message pour lui dire :  « Si tu ne me permets pas de traverser ce fleuve en passant par ton territoire, je fondrai sur toi avec toute mon armée. » Effrayé par cela, Gontran conclut un traité avec lui et lui permit de passer. Alors Chilpéric, sentant qu’en réalité Gontran l’avait abandonné pour s’allier à Sigebert décampa et partit pour Havelu, village du pays chartrain.”

Traduction de Robert Latouche dans  Grégoire de Tours, Histoire des Francs en un volume, Les Belles Lettres  1996, Livre IV, p. 237

“La huitième année du roi Childebert, la veille des calendes de février (31 janvier), un dimanche alors que dans la ville de Tours la cloche avait été mise en branle pour les matines et que la population se levait pour se rassembler à l’église sous un ciel nuageux et pluvieux, un grand globe de feu tombé du ciel parcourut dans l’air un grand espace en donnant une telle lumière qu’on distinguait tout comme à midi. Il rentra à nouveau dans le nuage et la nuit succéda. Les cours des eaux débordèrent d’une manière insolite ; c’est ainsi que la Seine et la Marne provoquèrent une telle inondation autour de Paris que souvent des naufrages se produisirent entre la cité et la basilique de Saint-Laurent.”

Op. cit.  Livre VI, p. 41

Les deux extraits en Latin de DE TOURS Grégoire, Histoire des Francs Livres I-VI, Alphonse Picard, Livre IV p.139 & p. 215

“Quod audiens Chilpericus, ad fratrem suum Gunthchramnum legatos mittit. Qui coniuncti pariter foedus ineunt, ut nullus fratrem suum perire sineret. Sed cum Sigibertus gentes illas adducens venisset, et Chilpericus de alia parte cum suo exercitu resederet, nec haberet rex Sigibertus super fratrem suum iturus, ubi Sequanam fluvium transmearet, fratem suum Guntchramnum mandatum mittit, dicens : « Nisi me permiseris per tuam sortem hune fluvium transire, cum omni || exercitu meo super te pergam. » Quod ille timens, foedus cum eo iniit eumque transire permisit. Denique sentiens Chilpericus, quod scilicet Guntchramnus, relicto eo, ad Sigibertum transisset, castra movit, et usque Avallocium Carnotinensem vicum abiit.”

“Anno octavo Childeberti regis pridie kal. Febroarias, cum die dominico apud urbem Toronicam ad matutinus signum commotum fuisset, et populus surgens ad eclesiam conveniret, caelo nubilo, cum pluvial globus magnus igneus de caelo dilapsus, in spatia multa cucurrit in aera, qui tantam lucem dedit, ut tamquam media die omnia cernerentur || Quo iterum in nube suscepto, nox successit. Aquae vero extra solito invaluerunt ; nam tantum inundatione Sygona Matronaque circa Parisius invaluerunt, ut inter civitatem et basilicam sancti Laurenti naufragia saepe contingerent.”

Le Siège de Paris par les Normands, Abbon de Saint-Germain-Des-Prés, IXe

Abbon de Saint- Germain-des-Prés était un moine quand il a vue l’arrivée des Normands, et le siège qu’ils livrèrent dans l’espoir de faire tomber la cathédrale. Le Siège de Paris par les Normands est donc l’œuvre d’un témoin direct, et de fait la plus précise que l’on ait eue sur les incursions vikings du neuvième siècle. Il y relate de nombreux événements, dont la crue de la Seine de 886, et les considérations qu’avaient certains seigneurs pour ce fleuve, aussi nécessaire à la vie du territoire qu’elle est une voie d’invasion aisée.

“Ô douleur! voilà tout-à-coup que pendant le silence de la nuit le milieu du ponts s’écroule, entraîné par la colère des ondes furieuses, qui s’enflent et débordent. La Seine, en effet, avait étendu de tous côtés les limites de son humide empire, et couvrait les vastes plaines des débris du pont, qui, du côté du midi, ne portait que sur un point où le fleuve s’abîme dans un gouffre ; il n’en fut pas de même de la citadelle qui, bâtie sur une terre appartenant au bienheureux saint Germain, resta debout sur ses fondements. L’un et l’autre tenaient au reste au côté droit de la cité de Paris. Aussitôt que le jour se lève, les cruels Danois se lèvent aussi, montent sur leurs vaisseaux, les remplissent d’armes et de boucliers, passent la Seine, cernent la malheureuse tour, et l’assaillent à plusieurs reprises de grêles de traits. La ville tremble, les clairons sonnent, les larmes inondent les murs, la terre gémit, et l’onde lui répond par des mugissements; les pierres et les dards se croisent dans l’air qu’ils obscurcissent.”

Abbon de Saint-Germain-des-Prés, Le siège de Paris par les Normands 885-892, Paleo 2010, Livre I, p. 50

“Cependant Sigefroi, ce roi dont on a déjà parlé, accepte soixante livres de l’argent le plus pur, consent à ce prix à se retirer loin de nous, veut que tous les Normands l’accompagnent, et brûle du désir de comparer la douceur des eaux de la tranquille Seine à l’amertume des flots de la mer, et de montrer aux siens comment la bouche de l’Océan engloutit la queue blanchissante du fleuve, et comment celui-ci frappe de ses nageoires la tête du dieu des mers.”

Op. cit. Livre II, p. 63

En bateau-mouche, François Coppée, 1892

François Coppée fût toujours un poète entre deux mondes, cherchant à révéler dans un style naturel l’émotion derrière les choses. La simplicité de sa plume ne l’empêcha ni d’être salué par les parnassiens que d’être inlassablement moqué par Verlaine ou Rimbaud, notamment dans l’Album Zutique, qui lui reprochait entre autres l’expression d’un confort bourgeois. Dans le Cahier Rouge, recueil de 1892, le lecteur découvre la pièce “En Bateau-Mouche”, qui dans un dizain nous emmène goûter à l’atmosphère d’une promenade dominicale sur la Seine comme sur ses rives.

“Je pris le bateau-mouche au bas du Pont-Royal ;
Et sur un banc devant le public trivial ;
– Ô naïve impudeur ! ô candide indécence ! –
Je vis un ouvrier avec sa connaissance,
Qui se tenaient les mains, malgré les curieux,
Et qui se regardaient longuement dans les yeux.
Ils restèrent ainsi tout le long de la Seine,
Sans faire attention au petit rire obscène
Des gens qui se poussaient du coude, l’air moqueur
– Et je les enviais dans le fond de mon cœur.”

COPPEE François, Œuvres complètes, Librairie L. Hébert, 1892, Poésies, tome II p.67

Les Déliquescences D’Adoré Floupette, Henri Beauclair, 1885

Henri Beauclair, caché aux côtés de son acolyte de plume derrière le pseudonyme d’Adoré Floupette, publia en 1885 un recueil satirique nommé Les Déliquescences. Ici y sont tournés en dérision le symbolisme et le décadentisme, courants majeurs de ce siècle. Ainsi Sergio Cigada, grand critique et essayiste, qualifiera Les Déliquescences de “Brillante parodie du maniérisme décadent-symboliste.” dans Études sur le symbolisme.  Un poème parmi les autres se détache car y est mis en scène, sur ce ton parodique propre au recueil, la légende des énervés de Jumièges dérivant posément sur la Seine.

“L’Horizon s’emplit
De lueurs flambantes,
Aux lignes tombantes
Comme un Ciel de Lit.

L’Horizon s’envole,
Rose, Orange et Vert,
Comme un cœur ouvert
Qu’un relent désole.

Autour du bateau
Un remous clapote ;
La brise tapote
Son petit manteau,

Et, lente, très lente
En sa pâmoison
La frêle prison
Va sur l’eau dolente.

Ô Doux énervés,
Que je vous envie
Le soupçon de vie
Que vous conservez !

Pas de clameur vaine,
Pas un mouvement !
Un susurrement
Qui bruit à peine !

Vous avez le flou
Des choses fanées,
Âmes très vannées,
Allant Dieu sait où !

Comme sur la grève,
Le vent des remords,
Passe, en vos yeux morts,
Une fleur de rêve !

Et, toujours hanté
D’un ancien Corrège,
Je dis : Quand aurai-je
Votre Exquisité ?”

BEAUCLAIR Henri & VICAIRE Gabriel, Les Déliquescences : poèmes décadents d’Adoré Floupette avec sa vie par Marius Tapora, Lion Vanné, 1885, p. 53

Le Testament Français, Andreï Makine, 1995

Entre réminiscences d’une vie entière, questionnement de l’identité, et retour à la source d’une vocation, Le Testament Français est un voyage intense entre la Russie natale et la France d’accueil de son auteur, Andreï Makine. L’oeuvre se verra même récompensée du Goncourt 1995, année de sa parution au Mercure de France.  Dans cet extrait deux enfants se perdent en attention, avant de voir apparaître telle une rêverie les souvenirs que leur grand-mère leur conte. Le souvenir en question est celui de la crue de la Seine de 1910, où Paris  fut inondé au point de cacher l’épaule du zouave du pont de l’Alma, et que les députés se rendirent à l’assemblée en barque.

« Cependant, elle semblait ne pas même remarquer notre présence tendue. Ses mains restaient toujours immobiles sur ses genoux, son regard fondait dans la transparence du ciel. Un reflet de sourire éclairait ses lèvres…
Peu à peu nous nous abandonnâmes à ce silence. Penchés par-dessus la rampe, nous écarquillions les yeux en essayant de voir le plus de ciel possible. Le balcon tanguait légèrement, se dérobant sous nos pieds, se mettant à planer. L’horizon se rapprocha comme si nous nous élancions à travers le souffle de la nuit.
C’est au-dessus de sa ligne que nous discernâmes ce miroitement pâle – on eut dit des paillettes de petites vagues sur la surface d’une rivière. Incrédules, nous scrutâmes l’obscurité qui déferlait sur notre balcon volant. Oui, une étendue d’eau sombre scintillait au fond des steppes, montait, répandant la fraîcheur âpre des grandes pluies. Sa nappe semblait s’éclaircir progressivement – d’une lumière mate, hivernale.
Nous voyions maintenant sortir de cette marée fantastique les conglomérats noirs des immeubles, les flèches des cathédrales, les poteaux des réverbères – une ville ! Géant, harmonieuse malgré les eaux qui inondaient ses avenues, une ville fantôme émergeait sous notre regard.
Soudain, nous nus rendîmes compte que quelqu’un nous parlait depuis déjà un moment. Notre grand-mère nous parlait !
-Je devais avoir à l’époque presque le même âge que vous. C’était en hiver 1910, La Seine s’était transformée en une vraie mer. Les Parisiens naviguaient en barque. Les rues ressemblaient à des rivières, les places – des grands lacs. Et ce qui m’étonnait le plus, c’était le silence…
Sur notre balcon, nous entendions ce silence sommeillant de Paris inondé. Quelques clapotis de vagues au passage d’une barque, une voix assourdie au bout d’une avenue noyée.
La France de notre grand-mère, telle une Atlantide brumeuse, sortait des flots. »

MAKINE Andreï, Le testament français, Gallimard 2007, p. 28

D’une fenêtre sur la Seine, Lucie Delarue-Mardrus, 1908

 

     Fille d’Honfleur, Lucie Delarue-Mardrus est restée toute sa vie profondément attachée à sa région natale malgré de très nombreux voyages et une vie avant tout parisienne. Dans son recueil La Figure de Proue, publié en 1908 et nourrit de ses voyages en orient, elle évoque dans une courte partie le retour en France. D’une fenêtre sur la seine c’est un triptyque inégal, où le fil de l’eau et la vision de la Seine renvoient douloureusement celle surnommée Princesse Amande à ses souvenirs de voyages pleins de vie, de couleurs et de différences, et font éclatés le tiraillement entre l’ici et l’ailleurs. Cette Seine est encore celle du souvenir mais seulement car son spectacle habituel ravive l’envie du renouveau.

I

Je pense seule à ma fenêtre de Paris,
Devant le Louvre noir dans le temps glauque et gris,
Devant la Seine entre ses quais de pierre dure,
Ses ponts, ses deux ou trois peupliers sans verdure.

Je pense au cher pays d’Afrique tout doré
Qui, dans un pli profond de ma mémoire, brille ;
À ce Paris qui fut et demeure ma ville ;
À des pays encore inconnus où j’irai ;
À ma tendresse au fond de moi comme un sourire,
À des choses aussi que l’on ne peut pas dire
Et qui brûlent mes yeux de domination.

[…]

III

Le cri des bateaux sur la Seine
M’entre en plein cœur comme un poignard.
Mais je suis seule. Nul n’est là pour mon regard,
Pour mon âme et ce qui la mène.

Mon cœur s’est éteint dans le gris,
Mon cœur où flamboyait l’Afrique…
Repose dans mes mains, mon cœur mélancolique,
Voici ce que t’a fait Paris.

[…]

DELARUE-MARDRUS Lucie, La Figure de proue, E. Fasquelle, 1908, p.135

La Franciade, Pierre de Ronsard, 1572

 

     La Franciade devait être le Magnus opus du grand auteur du XVIème. Mais le soudain décès de son commanditaire, Henri II, poussa son auteur, Pierre de Ronsard a cessé son œuvre, puis, de disgrâce, l’écriture. Dans cet extrait du quatrième et dernier livre, Ronsard évoque un épisode de la vie de Clovis II : celui de la tentative de renversement, orchestrée par ses fils, ancrée dans l’imaginaire collectif,  notamment grâce au tableau des Énervés de Jumièges d’Évariste-Vital Luminais. Les fils, remis par leur mère à la Seine comme à la providence après la brûlure de leurs nerfs, dérivèrent jusqu’à l’Abbaye de Jumièges où ils furent reconnus et accueillis par son fondateur Saint-Philibert. De cet épisode légendaire Ronsard tire une leçon pour les enfants, ne pas aller à l’encontre de ses géniteurs, où la Seine est le lieu de l’abandon, d’une épreuve mais aussi de la preuve d’une miséricorde divine.

     “Outre la mer bien loin de sa patrie
Tiendra des juifs l’heureuse seigneurie,
Et son ost brave et luy brave à la main
Boiront sept ans les ondes du Jourdain :
Puis retourné pour quelque trouble en France,
De ses enfants punira l’arrogance,
Qui par flateurs par jeunes gens deceus
Vers celle ingrats qui les avoit conceus
De tout honneur degraderont leur mere,
Et donneront la bataille à leur père.
     Leur mere adonc, ah ! mere sans merci,
Fera bouillir leurs jambes, et ainsi
Tous mehaignez les doit jetter en Seine.
Sans guide iront où le fleuve les meine
A l’abandon des vagues et des vens :
Grave supplice ! à fin que les enfans
Par tel exemple apprennent à ne faire
Chose qui soit à leurs parens contraire.”

Pierre de Ronsard, Œuvres Complètes vol. I, La bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1993, p. 1143 (v1417-1434)

À la Seine, Marceline Desbordes-Valmore, 1813

     Dans ce court poème issu de Romances, originellement publié en 1819, Marceline Desbordes-Valmore s’adresse sans égard au fleuve normand fleuri de mythologie. Les accents profondément romantiques de la marraine maudite de la modernité, cette plainte face à l’eau sont aujourd’hui un pont entre Lamartine et Apollinaire. Cette Seine est celle de Paris autant qu’elle est celle de Rouen ou du Havre : une étendue d’eau en perpétuel mouvement symbolisant l’image d’un temps fatalement inarrêtable que l’on supplie pour qu’il emporte nos souffrances et non notre félicité.

“Rive enchantée,
Berceau de mes amours ;
Onde argentée,
Image des beaux jours ;
Que ton cours est limpide !
Que ta fuite est rapide !
Ah ! pour mon cœur,
C’est l’adieu du bonheur.

Déjà ma lyre
Gémit dans les roseaux,
Et mon délire
A fait frémir tes eaux.
La naïade plaintive
Se penche sur la rive
Pour m’écouter,
Me plaindre, et m’arrêter.

Cette eau si belle
T’abandonne en courant ;
Moi, plus fidèle,
Je m’éloigne en pleurant.
Demain celui que j’aime
M’appellera lui-même !…
Vœux superflus !
Je ne l’entendrai plus.

Ah ! dans ta course,
Emporte mes tourments !
Mais, à ta source,
Retiens tous mes serments !
Si l’objet que j’adore
Vient m’y chercher encore,
Dis-lui qu’Amour
T’a promis mon retour.”

Marceline Desbordes-Valmore, Elégies, Marie et romances, François Louis, 1819, p. 25