Tous les articles par Sonia Anton

La Seine au fil des arts : cycle de conférences de l’Université populaire d’Antony, avril-mai 2019

21 mars 2019 Conférence: Une ville et son fleuve, Paris et Seine au Moyen-Age
Boris Bove, Maître de Conférences en histoire médiévale à l’université Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis
28 mars 2019 Conférence: Les boucles de la Seine
Charles Le Coeur, Professeur émérite (Géographie physique, humaine, économique et régionale) Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
04 avril 2019 Conférence: Paris entre les «bras humides» de la Seine
André Guyaux, Professeur de littérature française à l’Université Paris-Sorbonne
11 avril 2019 Conférence: Les artistes de la Seine, de W. M. Turner aux Impressionnistes
Catherine Burger, conférencière des Musées nationaux, Présidente de l’Office du Tourisme de Bougival
18 avril 2019 Conférence: Les gens de la Seine au XVIIIème siècle
Isabelle Backouche, Directrice d’études à l’EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales), Chaire urbaine
09 mai 2019 Conférence: Entre utilité et monumentalité, une histoire architecturale des ponts de Paris
Guy Lambert, Maître de conférences en histoire de l’architecture, École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville (UMR AUSser 3329)
16 mai 2019 Conférence: La Seine en chansons

Site de l’UP d’Antony

Gens de la Seine : Parcours sonore

A quoi ressemblait la Seine au 18ème siècle ? Avec ses rives de sable, ses ports animés et ses ponts chargés de maisons, elle était au cœur de la vie des Parisiens. On allait y faire ses achats, prendre le bac, entendre les bonimenteurs ; on y lavait le linge, on y nettoyait les tripes, on y travaillait. Et puis on se baignait dans son eau, on la buvait, on s’y noyait pas mal aussi parce qu’à l’époque très peu de gens savaient nager !

Disponible gratuitement, en français et en anglais, Gens de la Seine est un parcours sonore de 19 récits, riches de tous les bruits, les rires, les disputes et les histoires des riverains d’autrefois. Il s’inscrit dans la collection de récits sonores Gens de Paris qui vise à faire découvrir l’histoire de la capitale à partir du vécu de ses habitants. Il a reçu le soutien de la Mairie de Paris, du CNRS, de l’EHESS, du CVT et de l’Alliance Athéna et de Roger-Viollet / Paris en Images.

Découvrez la vidéo de présentation / Journal du CNRS

Gaston BACHELARD, Poétique de la rêverie

Il est des mots où le féminin imprègne toutes les syllabes. De tels mots sont des mots à rêverie. Ils appartiennent au langage d’anima. […]

Je passais aux noms de choses où j’étais sûr de bien rêver. J’aimais savoir qu’en français les noms des fleuves sont généralement au féminin. C’est si naturel ! L’Aube et la Seine, la Moselle et la Loire sont mes seuls rivières. Le Rhône et le Rhin sont, pour moi, des monstres linguistiques. Ils charrient l’eau des glaciers. Ne faut-il pas des nomes féminins pour respecter la féminité de l’eau véritable ?

Ce n’est là qu’un premier exemple de mes rêveries de mots.

Gaston BACHELARD, Poétique de la rêverie, Paris, PUF, 1960, p. 26.

Marguerite Duras, L’Eté 80, 1980

Dans L’été 80 de Marguerite Duras, une petite fille contemple, depuis la plage de Trouville, trois pieux noirs à marée basse, trois arbres respectivement orientés vers la mer, le fleuve et le Havre. La marée monte, et, peu à peu, la Seine et la mer se mêlent dans l’embouchure du fleuve.

« La jeune fille et l’enfant ont traversé les sables découverts et ils ont allés dans la baie, du côté des pieux noirs, vers le chenal. […] Déjà la lumière s’allongeait vers la surface de la mer, elle était plus dorée, plus lente. […] Les voici, trois arbres hauts comme des mâts, à quelques mètres les uns des autres, au bord du fleuve. […] Leurs têtes sont sculptées de cannelures verticales coupées d’entailles régulières et profondes, cela pour que les cordages adhèrent mieux au bois. […] ils sont tournés vers trois directions différentes, celle de la haute mer, celle du fleuve, celle du Havre. […] Puis la mer petit à petit s’est ancrée de vert. La longue file des pétroliers d’Antifer est devenue plus épaisse, plus sombre. C’était le soir qui venait. Et ce léger brouillement de la lumière, ces souffles qui passaient, ces montées de brume, cet air mouillé tout à coup, c’était la marée. Et les eaux de la Seine ont commencé à être envahies par celles de la mer » (p. 83)

DURAS Marguerite, L’Été 80, Paris, ©Les Editions de Minuit, 1980, p. 83

« La pente de la rêverie », Victor HUGO, 1831

Victor HUGO, « La pente de la rêverie »

[…]

« L’autre jour, il venait de pleuvoir, car l’été,
Cette année, est de bise et de pluie attristé,
Et le beau mois de mai dont le rayon nous leurre,
Prend le masque d’avril qui sourit et qui pleure.
J’avais levé le store aux gothiques couleurs.
Je regardais au loin les arbres et les fleurs.
Le soleil se jouait sur la pelouse verte
Dans les gouttes de pluie, et ma fenêtre ouverte
Apportait du jardin à mon esprit heureux
Un bruit d’enfants joueurs et d’oiseaux amoureux.

Paris, les grands ormeaux, maison, dôme, chaumière,
Tout flottait à mes yeux dans la riche lumière
De cet astre de mai dont le rayon charmant
Au bout de tout brin d’herbe allume un diamant !
Je me laissais aller à ces trois harmonies,
Printemps, matin, enfance, en ma retraite unies ;
La Seine, ainsi que moi, laissait son flot vermeil
Suivre nonchalamment sa pente, et le soleil
Faisait évaporer à la fois sur les grèves
L’eau du fleuve en brouillards et ma pensée en rêves !

Alors, dans mon esprit, je vis autour de moi
Mes amis, non confus, mais tels que je les voi
Quand ils viennent le soir, troupe grave et fidèle,
Vous avec vos pinceaux dont la pointe étincelle,
Vous, laissant échapper vos vers au vol ardent,
Et nous tous écoutant en cercle, ou regardant.
Ils étaient bien là tous, je voyais leurs visages,
Tous, même les absents qui font de longs voyages.
Puis tous ceux qui sont morts vinrent après ceux-ci,
Avec l’air qu’ils avaient quand ils vivaient aussi.
Quand j’eus, quelques instants, des yeux de ma pensée,
Contemplé leur famille à mon foyer pressée,
Je vis trembler leurs traits confus, et par degrés
Pâlir en s’effaçant leurs fronts décolorés,
Et tous, comme un ruisseau qui dans un lac s’écoule,
Se perdre autour de moi dans une immense foule. »

[…]

Les feuilles d’automnes [1831], Anthologie de la poésie française du XIXe siècle, Poésie-Gallimard, 1984, p. 223

« Les chiens d’Asnières », Raymond QUENEAU, 1943

Dans son recueil Les Ziaux, Raymond QUENEAU consacre un poème au cimetière des animaux d’Asnières. Et c’est vers Le Havre, où finit le fleuve, qui représente aussi le lieu de l’origine (la poète y est né), que chemine la rêverie mélancolique sur la Seine.

On enterre les chiens on enterre les chats

on enterre les chevaux on enterre les hommes

on enterre l’espoir on enterre la vie

on enterre l’amour — les amours

on enterre les amours — l’amour

on enterre en silence le silence

on enterre en paix — la paix

la paix — la paix la plus profonde

sous une couche de petits graviers multicolores

de coquilles Saint-Jacques et de fleurs multicolores

il y a une tombe pour tout

à condition d’attendre

il fait nuit il fait jour

à condition d’attendre

la Seine descend vers la mer

l’île immobile ne descend pas

la Seine remontera vers sa source

à condition d’attendre

et l’île naviguera vers le Havre de Grâce

à condition d’attendre

on enterre les chiens on enterre les chats

deux espèces qui ne s’aiment pas

Raymond QUENEAU, Les Ziaux, Paris, Gallimard, 1948. Citation extraite de L’instant fatal, précédé de Les Ziaux, Paris, Gallimard, « Poésie / Gallimard », 1992, p. 53.

WaterShare, WS des 12 et 13 décembre 2018

Workshop Watershare

« Water Share »  explore les mobilités plurielles, sous la direction de Stéphane TROIS-CARRES (ESaDHAR).

Le premier WS s’est déroulé les 12 et 13 décembre 2018 dans des trains reliant Paris au Havre.

Argument : « Water Share » questionne la mobilité sur et le long de la Seine / le geste de création en condition de mobilité / l’expérience de l’espace du train, dans un croisement entre les pratiques de création.

Contexte : Dans le cadre de réflexions sur les projets futurs du territoire, l’équipe de l’ESADHaR a proposé ces dernières années un certain nombre de projets artistiques permettant de produire des récits et d’en faire l’expérience ou d’en réaliser les images. Cet enseignement s’est réalisé sous la forme de plusieurs ateliers, tous concernés par le rôle du Havre dans l’axe Seine et sur le territoire de la Manche, intégrant sa frontière avec l’Angleterre.

Adossé à GéoSeine, le programme « Water Share» se poursuit autour de l’axe Seine entre Paris et Le Havre. Il est question plus particulièrement d’expérimenter l’espace mobile, à travers des dispositifs de création exploitant plusieurs formes de mobilités associées à la Seine. L’artiste jessica Label nous accompagnera durant ce périple pendulaire sur l’axe de la Seine avec Carte et GPS, accompagnant vos travaux et vos propositions.

Au cours des allers et retour entre le Havre et Paris, les étudiants doivent imaginer des oeuvres mobiles avec le déplacement et le paysage et ses propriétés spécifiques, croisement, circulations , passagers et cheminement. certains travaux pourront ensuite documenter une base de données Google Earth.

Léon-Paul FARGUE, Le piéton de Paris, 1932

Poète piéton, Léon-Paul Fargue (1876-1947) se promène dans le Paris de l’entre-deux guerres. Il nous raconte sa ville, ses quartiers, ses lieux favoris dont les quais de la capitale qui ont inspiré de nombreux artistes et guidé ses « talons ».

Chef-d’œuvre poétique de Paris, les quais ont enchanté la plupart des poètes, touristes, photographes et flâneurs du monde. C’est un pays unique, tout en longueur, sorte de ruban courbe, de presqu’île imaginaire qui semble être sortie de l’imagination d’un être ravissant. Je connais tellement, pour l’avoir faite cent fois, la promenade qui berce le marcheur du quai du Pont-du-Jour au quai des carrières à Charenton, ou celle qui, tout jeune, me poussait du quai d’Ivry au quai d’Issy-les-Moulineaux, que j’ai l’impression d’avoir un sérieux tour du monde sous mes talons. Ces seuls noms : Orsay, Mégisserie, Voltaire, Malaquais, Gesvres, aux Fleurs, Conti, Grands-Augustins, Horloge, Orfèvres, Béthune et place Mazas me suffisent comme Histoire et Géographie.

[…]

Et cependant, rien n’est plus de Paris qu’un quai de Seine, rien n’est plus à sa place, dans son décor. Léon Daudet, dans son Paris Vécu, consacre plus de cinquante pages aux seuls quais, à ses bouquinistes et à ses librairies d’occasion.

Léon-Paul FARGUE, Le piéton de Paris, Paris, Gallimard, 1932.

(r) Gallimard / L’imaginaire, 2007, p. 72.

Blaise CENDRARS, Moravagine, 1926

Blaise CENDRARS, Moravagine, Paris, Grasset, 1926

Sur l’Amazone :

« Tout devenait monstrueux dans cette solitude aquatique, dans cette profondeur sylvestre, la chaloupe, nos ustensiles, nos gestes, nos mets, ce fleuve sans courant que nous remontions et qui allait s’élargissant, ces arbres barbus, ces taillis élastiques ces fourrés secrets, ces frondaisons séculaires, les lianes, toutes ces herbes sans nom, cette sève débordante, ce soleil prisonnier comme une nymphe et qui tissait, tissait son cocon, cette buée de chaleur que nous remorquions, ces nuages en formation, ces vapeurs molles, cette route ondoyante, cet océan de feuilles, de coton, d’étoupe, de lichens, de mousses, ce grouillement d’étoiles, ce ciel de velours, cette lune qui coulait comme un sirop, nos avirons feutrés, les remous, le silence

Nous étions entourés de fougères arborescentes, de fleurs velues, de parfum charnus, d’humus glauque.

Écoulement. Devenir. Compénétration. Tumescence. Boursouflure d’un bourgeon, éclosion d’une feuille, écorce poisseuse, fruit baveux, racine qui suce, graine qui distille. germination. Champignonnage. Phosphorescence. Pourriture. Vie. »

Extrait de l’édition coll. « Livre de poche », 1956, p. 162.

Patrick MODIANO, Fleurs de ruine, 1991

Patrick MODIANO, Fleurs de ruine, Paris, Gallimard, 1991.

« Dès que j’avais abordé la rive droite, l’air me semblait plus léger. »

Cité dans Françoise BESSE, Paris vu et vécu par les écrivains, Parigramme, 2016 / « Le pont des Arts constituait pour Modiano enfant la frontière entre deux univers. A la rive gauche, où habitait sa famille, restaient associés les souvenirs d’une enfance mal-aimée et d’un frère mort très jeune. » (p. 121)

« 

Georges SIMENON, Maigret et le clochard, 2016

Georges SIMENON, Maigret et le clochard, Presses de la cité, 1963.

 

« Il avait aimé, le matin, l’atmosphère des quais qui lui rappelait tant de souvenirs et, en particulier, tant de promenades avec Mme Maigret, quand il leur arrivait de longer la Seine d’un bout de Paris à l’autre »

Cité dans Françoise BESSE, Paris vu et vécu par les écrivains, Parigramme, 2016.

L.-F. CELINE, Féerie pour une autre fois II, 1952



Le spectacle de la Seine depuis Montmartre, pendant les bombardements de 1944. La Seine qui bouillonne sous l’effet des bombes.

« on voit bien les coteaux d’Enghien !… et la trouée vers Mantes, Meulan, l’argent, les voltes de la Seine… maintenant par l’effet des bombes le Seine bouillonne !… jugez l’effet »

CELINE, Louis Ferdinand, Féerie pour une autre fois II, 1952, Folio(c) Gallimard, p. 25

Workshop « Fluidités »

Le Moulin d’Andé, espace culturel et artistique

Workshop « Fluidités » / ULHN et ESADHar

2-4 octobre au Moulin d’Andé (27)

Le WS « Fluidités » est programmé avec les étudiants du Master de Création littéraire de l’Université Le Havre Normandie. Supervisés par trois écrivains, les étudiants produiront des écrits autour du motif des « fluidités », dans toute la polysémie du terme.

S’adjoindront à ce groupe 5 étudiants en Design de l’ESADHaR, pendant les 3 jours du WS, dans un dialogue et une mise en articulation entre les différentes pratiques artistiques.

Le WS sera dirigé par l’écrivain Dalibor FRIOUX :

Les eaux mauvaises

« L’eau est bonne, fraîche, vitale, transparente, légère ? L’eau, c’est la vie, telle est sa légende. Miracle sans pareil dans l’univers. Et les eaux mauvaises, lourdes, opaques, noires, croupies, gelées, vieilles, en fuite ? Même Mars n’en voudrait pas. L’eau qui nous noie, qui véhicule le poison, qui nous érode, nous ravine et nous laisse mourir au sec. Faites-nous voir comment cette aqueuse nous trahit dans la goutte, le raz-de-marée, l’inondation, la flaque, le fleuve, la vapeur, la glace, la soif. Comme Aldo Leopold nous invitait à « penser comme une montagne », pensez comme les eaux mauvaises. »

Objectifs: écriture d’une nouvelle ou d’un conte.

Modalités: écriture d’un texte unitaire

 

Le workshop se déroulera dans l’espace culturel et artistique du Moulin d’Andé, en bordure de Seine

http://www.moulinande.com/