Tous les articles par Julia Pinquié

Les colères de la Seine, Charlotte LACOUR-VEYRANNE, 1994

Dans ce livre, l’auteure relate les colères de la Seine dans l’histoire, mettant en exergue le caractère sauvage et indomptable du fleuve.

La Seine a toujours occupé une place prépondérante dans la vie parisienne. Domaine des « Nautes » la puissante corporation des bateliers, la Seine fut d’abord une protection naturelle, une réserve d’eau et de nourriture, un moyen de communication et une source donc de revenus. Toutefois elle n’a pas constamment  offert le visage serein que nous lui connaissons aujourd’hui.

[…]

Capricieuse, ses sautes d’humeurs se faisaient alors moins sentir quand elle se perdait en marécages et en méandres divers, absorbant les eaux excédentaires des grandes crues. Cependant dès l’an 585, une chronique de Grégoire de Tours relate une inondation catastrophique.

[…]

Ruines des ponts, ruines des berges, la Seine en colère fracasse tout sur son passage. 
»

LACOUR-VEYRANNE, Charlotte, les colères de la Seine, Ed. Paris-Musées, 1994

Tous droits réservés ©

La Seine. I. Le bassin parisien aux âges antéhistoriques, par Jules René BOURGUIGNAT, 1883

La Seine, à cette époque, alimentée par des pluies presque continuelles, devait couler à plein bord, non pas à plein bord dans le lit qu’on lui connaît, mais dans ce lit préhistorique dont elle a laissé des traces jusque sur les hauteurs de Montreuil et de Canonville.”

BOURGUIGNAT, Jules René, La Seine, le bassin parisien aux âges antéhistoriques, Paris, Imprimerie nationale, 1883

Lettre XXXIII, Le Rhin, lettres à un ami, Victor HUGO,1842

Sur la Cataracte du Rhin, aussi appelée la chute du Rhin (Suisse).

Je suis descendu un peu plus bas, vers le gouffre. Le ciel était gris et voilé. La cascade fait un rugissement de tigre. Bruit effrayant, rapidité terrible. Poussière d’eau, tout à la fois fumée et pluie. A travers cette brume on voit la cataracte dans tout son développement. Cinq gros rochers la coupent en cinq nappes d’aspects divers et de grandeurs différentes. On croit voir les cinq piles rongées d’un pont de titan. L’hiver, les glaces font des arches bleues sur ces culées noires.

Le plus rapproché de ces rochers est d’une forme étrange ; il semble voir sortir de l’eau pleine de rage la tête hideuse et impassible d’une idole hindoue, à trompe d’éléphant. Des arbres et des broussailles qui s’entremêlent à son sommet lui font des cheveux hérissés et horribles. A l’endroit le plus épouvantable de la chute, un grand rocher disparait et reparait sous l’écume comme le crâne d’un géant englouti, battu depuis six mille ans de cette douche effroyable. Le guide continue son monologue. -la chute du Rhin est à une lieue de Schaffhouse. La masse du fleuve tout entière tombe là d’une hauteur de “septante pieds”
.”

HUGO, Victor, Lettre XXXIII, Le Rhin, lettres à un ami, Paris, Ollendorf, 1842

Le Rhin, Lettres à un ami, Victor HUGO, 1842

Lettre XIV, à Saint-Goar

“Vous savez, je vous l’ai dit souvent, j’aime les fleuves. Les fleuves charrient les idées aussi bien que les marchandises. Tout a son rôle magnifique dans la création. Les fleuves, comme d’immenses clairons, chantent à l’océan la beauté de la terre, la culture des champs, la splendeur des villes et la gloire des hommes.
     Et, je vous l’ai dit aussi, entre tous les fleuves, j’aime le Rhin. La première fois que j’ai vu le Rhin, c’était il y a un an, à Kehl, en passant le pont de bateaux. La nuit tombait, la voiture allait au pas. Je me souviens que j’éprouvai alors un certain respect en traversant le vieux fleuve…
     …Ce soir-là… je contemplai longtemps ce fier et noble fleuve, violent, mais sans fureur, sauvage, mais majestueux. ïl était enflé et magnifique au moment où je le traversais. Il essuyait aux bateaux du pont sa crinière fauve, sa barbe limoneuse, comme dit Boileau. Ses deux rives se perdaient dans le crépuscule. Son bruit était un rugissement puissant et paisible. Je lui trouvais quelque chose de la grande mer.
     Oui, mon ami, c’est un noble fleuve, féodal, républicain, impérial, digne d’être à la fois français et allemand. Il y a toute l’histoire de l’Europe considérée sous ses deux grands aspects, dans ce fleuve des guerriers et des penseurs, dans cette vague superbe qui fait bondir la France, dans ce murmure profond qui fait rêver l’Allemagne.”

HUGO, Victor, Le Rhin, Lettres à un ami,  Paris, Ollendorf,1842,

Page de la BNF à ce sujet : ici

“Nocturne parisien”, Paul VERLAINE, 1866

Dans la première partie de “Nocturne parisien”, Verlaine se réfère à plusieurs fleuves, avant de revenir à la Seine :

Roule, roule ton flot indolent, morne Seine. —
Sur tes ponts qu’environne une vapeur malsaine
Bien des corps ont passé, morts, horribles, pourris,
Dont les âmes avaient pour meurtrier Paris.
Mais tu n’en traînes pas, en tes ondes glacées,
Autant que ton aspect m’inspire de pensées !

[…]

— Toi, Seine, tu n’as rien. Deux quais, et voilà tout,
Deux quais crasseux, semés de l’un à l’autre bout
D’affreux bouquins moisis et d’une foule insigne
Qui fait dans l’eau des ronds et qui pêche à la ligne.

[…]

— Et tu coules toujours, Seine, et, tout en rampant,
Tu traînes dans Paris ton cours de vieux serpent,
De vieux serpent boueux, emportant vers tes havres
Tes cargaisons de bois, de houille et de cadavres !”

VERLAINE, Paul, “Nocturne parisien”, Poèmes Saturniens, 1866

Le Rhin dans “La Loreleï”, Heinrich HEINE, 1824

Je ne sais dire d’où me vient
La tristesse que je ressens
Un conte des siècles anciens
hante mon esprit et mes sens

L’air frais et sombre est le ciel,
Le Rhin coule paisiblement
Les sommets sont couleur de miel
Aux rayons du soleil couchant.

Là-haut assisse est la plus belle
Des jeunes filles, une merveille .
Sa parure d’or étincelle,
Sa chevelure qu’elle peigne

Avec un peigne d’or, est pareille
Au blond peigne d’or du soleil,
Et l’étrange chant qu’elle chante
Est une mélodie puissante.

Le batelier sur son esquif
Est saisi de vives douleurs,
Il ne regarde pas le récif,
Il a les yeux vers les hauteurs.

Et la vague engloutit bientôt
La batelier et son bateau
C’est ce qu’a fait au soir couchant


“La Lorelei, avec son chant”, 
HEINE, Heinrich, “La Loreleï”, 1824
Traduction de YVELDIR, Mishakal.
i