Tous les articles par olympemaletras

Le métro sous la Seine: L’histoire de la ligne 4

À l’époque de sa constructionla ligne 4 est la première à traverser Paris du nord au sud. Au début du XXème siècle sous la direction de l’ingénieur Fulgence Bienvenüeil ose le défis de franchir la SeinePour la première foisun transport en commun doit réussir le défi de joindre la rive droite et la rive gauche.

Pour pouvoir faire cela deux options se distinguentla première consiste à arrêter la ligne avant la Seinece qui serait considéré comme un échecQuant à la secondeelle consiste à faire passer le métro au-dessus de l’eauPour celaon songe à construire des rails sur le Pont au Change et le Pont Saint-Michel mais il s’agirait alors de modifiervoire défigurerune partie importante du patrimoine de Paris.

L’option qui sera donc choisie et de construire sous la Seine, on utilise des tunnels à submerger, ont les installé sur l’eau, ont vider la cavité en dessous du tunnel, puis on inséré de l’air à très haute pression. Ainsil’eau et la boue ne s’infiltrer plusOn envoie donc des ouvriers qui creusent le sol en dessous et enfuit petit à petit le tunnel au fond de la terre.

Ensuiteles ingénieurs ont eu l’idée de congeler le sol pour le durcir et donc creuser sur les côtés sans risquer de faire tomber les habitationsPour celanous utilisons l’injection de saumurec’est-à-dire une solution aqueuse congelée à 24°. Il n’est plus nécessaire de remuer la bouetout ce que vous avez à faire est de briser la glacePar conséquentles travailleurs peuvent transporter l’énorme pièce métallique tubulaire sur le sol avec eux

La ligne 4, première ligne à relier la rive droite de la Seine à la rive gauche de la Seine par une ligne transversale sous le fleuve, qui a donné lieu à des projets spectaculaires de 1905 à 1907 au cœur de la capitale.

 

Archives France-Premier passage du métro sous la Seine:  https://francearchives.fr/commemo/recueil-2010/39495

A. Dumas, « Le métropolitain de Paris. Situation des nouvelles lignes projetées et état des travaux des lignes en cours d’exécution », dans Le Génie civil, 21 avril 1906, tome XLVIII, no 25, no 1245.

Jean TricoireLe métro de Paris : 1899-1911 : images de la construction, Paris Arles, Paris-Musées RATP Diff. Actes sud, , 215 p.

La Seine-Patrick Huet

Patrick Huetécrivain et fleuve trotteuril a longé entièrement à pied toute la SeineDans son livre : « La Seine à pied de la source à la mer », l’auteur nous dévoile des photos et nous décrit le chemin exact  passer si un jour nous souhaitons longer une partie ou la totalité de la SeineLe poème si contre est en acrostichece qui signifie que les premières lettres de chaque vers forment un mot quand elles sont lues verticalement.

« Lentement, goutte à goutte, une source se glisse

Au reflet ondoyant d’un feuillage qui plisse.

Sur le clair de ses eaux se promène un soupir

Et la course fragile d’un fleuve à venir.

Imprégnée du désir de toucher l’horizon,

Notre Seine dès lors traverse les vallons

Et atteint l’embouchure aux confins des saisons. »

Patrick Huet

auteur de Publication du livre : « La Seine à pied de la source à la mer »  aux éditions BoD (« Books on Demand »)

site personnel : https://www.patrickhuet.net/

 

Il pleut sur la Seine-Maurice Carême

Poème écrit par Maurice Carêmepoète et écrivain belge de langue française. Venant d’une série de 25 poèmes mis en musique dans un cd-livre et chanté par Domitille, ces poèmes regroupent l’imaginaire et les émotions de l’enfance.

« Depuis des semaines,

Il pleut sur la Seine.

Assis sur un banc,

Je chante pourtant

La faridondaine.

Pourquoi m’en ferais-je ?

Qu’il pleuve ou qu’il neige,

J’écoute mon cœur.

Comme moi, il aime

Chanter dans la pluie

De vieilles rengaines

Où il pleut ainsi

Depuis des semaines;

Où il pleut aussi

Au bord de la Seine. »

Il pleut sur la Seine-Maurice Carême

Interprété par Domitille.

Ecoute: https://www.youtube.com/watch?v=LkFxRlAwK4E

 

Front de Seine-Jacques Charpentreau

 Jacques Charpentreau est un poète français, nouvelliste, romancier et écrivain en prose. L’auteur met en lumière la Seine dans un poème condamnant la «réification» du fleuve.

« La Seine a mal au front

Ah! Ce n’est pas de veine

Il lui vient des bétons

De Javel à Grenelle

C’est comme une éruption

Une fièvre malsaine

C’est bête le béton

ça entête la Seine

Car ses démangeaisons

Lui donne la migraine

Bêtise du béton

Malaise de la Seine

Dans son lit de son long 

Elle cache sa peine

Sa honte des bétons

Soyer bon avec elle

La Seine a mal au front. »

Front de Seine-Jacques Charpentreau  » Paris des enfants « 

 

 

 

Congés payés-Jean L’Anselm-1952

Jean l’Anselme, est un poète assez atypique, comme on le dit parfois des auteurs qui déconcertent, celui-ci n’entrent pas dans les catégories normalisées. Ainsi, l’auteur fait référence à la seine à la fin de ce poème de façon original.

« Moi dit la cathédrale je voudrais être coureur à pied pour

pouvoir lâcher mes béquilles

Moi dit le pont je voudrais être suspendu pour pouvoir sauter

A la corde

Moi dit l’imagination je voudrais être riche pour pouvoir

emmener l’Anselme en vacances

Moi dit le Seine je voudrais être mer pour avoir des enfants 

qui jouent dans le sable »

Jean L’Anselme (« Il fera beau demain » -Editions Caractère/ Imprimerie de Poème, 1952)

 

Le crapaud-Robert Desnos

Autodidacte et rêvant de poésie, Robert Desnos est introduit vers 1920 dans les milieux littéraires modernistes et rejoint en 1922 l’aventure surréaliste. Son œuvre comprend un certain nombre de recueils de poèmes publiés de 1923 à 1943 avec des  textes sur l’art, le cinéma ou la musique, regroupés dans des éditions posthumes.

« Sur le bord de la Marne,

Un crapaud il y a,

Qui pleure à chaudes larmes

Sous un acacia.

-Dis-moi pourquoi tu pleures

Mon joli crapaud ?

-C’est que j’ai le malheur

De n’être pas beau.

Sur les bords de la Seine

Un crapaud il y a,

Qui chante à perdre haleine

Dans son charabia

-Dis-moi pourquoi tu chantes

Mon vilain crapaud ?

-Je chante à voix plaisante.

Car je suis très beau,

Des bords de la marne aux bords de la Seine

Avec les sirènes. »

Le Crapaud-Robers Desnos




LA FÊTE DE PARIS-HEMINGWAY-1964

La Fête de Paris (A moveable feast) est un récit autobiographique d’Ernest Hemingway. écrit entre 1957 et 1960, l’auteur témoigne de sa première année d’écrivain  à Paris dans les années 1920, un jeune journaliste qui abandonne son travail et tente d’écrire pour gagner sa vie. Lui et sa charmante épouse Hadley Richardson en arrivant dans la capitale française

Les gens de la Seine

À la pointe de l’île de la Cité, au-dessous du Pont-Neuf, où se trouvait la statue d’Henry IV, l’île finissait en pointe comme l’étrave aiguisée d’un navire, et il y avait là un petit parc, au bord de l’eau […] et dans les trous et les remous qu’engendrait le mouvement de l’eau contre les rives, il y avait d’excellents coins pour la pêche. […]

Les endroits poissonneux changeaient selon le niveau du fleuve, et les pêcheurs utilisaient de longues cannes mises bout à bout […] Ils attrapaient toujours quelque chose et faisaient souvent de forts bonnes pêches de goujons. Ceux-ci se mangent frits, tout entiers, et je pouvais en dévorer des platées. Leur chair était tendre et douce, avec un parfum meilleur encore que celui de la sardine fraîche, et pas du tout huileuse, et nous les mangions avec les arêtes, sans rien en laisser.
L’un des meilleurs endroits, pour en manger, était un restaurant en plein air, construit au-dessus du fleuve, dans le Bas-Meudon. Nous y allions quand nous avions de quoi nous payer un petit voyage hors du quartier. On l’appelait « La Pêche miraculeuse » et l’on y buvait un délicieux vin blanc qui ressemblait à un muscadet. Le cadre était digne d’un conte de Maupassant, et l’on y avait une vue sur le fleuve, comme Sisley en a peint. 

People of the Seine

At the head of the Ile de la cité below the Pont Neuf where there was the statue of Henri Quatre, the island ended in a point like the sharp bow of a ship and there, huge and spreading, and in the currents and backwaters that the Seine made flowing past, there were excellent places to fish.

You went down a stairway to the park and watched the fishermen there and under the great bridge. The good spots to fish changed with the height of the river and the fishermen used long,  jointed, cane poles but fished with very fine leaders and light gear and quill floats and experty baited the piece of water that they fished. They alway caught some fish, and often they made excellent catches of the dace-like fish that were called goujons. They ware delicious fried whole and I could eat a plateful. They were plomp and sweaet-fleshed with a finer flavour than bones and all. And were not at all oily, and we ate them bones and all. One of the best places to eat them was at an open-air restaurant built out over the river at Bas Meudon where we would go when we had money for a trip away from our quarter. It was called La Pêche Miraculeuse and has a spendid white wine that was a sort of muscadet. It was a place out of a Maupassant story with the view over the river as Sisley had painted it.

Ernest HEMINGWAY, Paris est une fête, Traduit par Marc Saporta, Paris, Gallimard, 1964. Citation extraite du volume Folio, 1993, p. 58

 

La Seine (chanson)-Matthieu Chedid-2011

la Seine est une chanson dont les paroles et la musique sont écrite par Matthieu Chedid, interpréter aux prêts de Vanessa ParadisVenant du dessin animé en images de synthèse réalisé par Bibo Bergeron en 2011,  « un monstre à Parisdont Vanessa Paradisest la voix du personnage LucilleL’intrigue se déroule à Paris durant la crue de la Seine de 1910.

« Elle sort de son lit

Tellement sûre d’elle

La Seine, la Seine, la Seine

Tellement jolie, elle m’ensorcelle

La Seine, la Seine, la Seine

Extralucide, la lune est sûre

La Seine, la Seine, la Seine

Tu n’es pas saoul

Paris est sous

La Seine, la Seine, la Seine

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça, la Seine et moi

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça la Seine et moi

Extra Lucille* quand tu es sur

La scène, la scène, la scène

Extravagante quand l’ange est sur

La scène, la scène, la scène

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça, la Seine et moi

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça la Seine et moi

Sur le pont des arts

Mon cœur vacille

Entre deux eaux

L’air est si bon

Cet air si pur

Je le respire

Nos reflets perchés

Sur ce pont

[…] On s’aime comme ça, la Seine et moi (4 fois) »

Paroles et musique de Matthieu Chedid-2011.

Interprétation: Vanessa Paradis.

Ecoute:https://www.youtube.com/watch?v=vlPZLE2g0Kc

 

La Seine et la Tamise (Chanson)-Petula Clark-1961

 

La Tamise est l’un des plus longs chenaux fluviaux avec une longueur totale de 346 kilomètresson chenal est entièrement situé en Angleterre et se termine en mer du NordPoint commun avec la Seine qui se jette dans la mancheTous deux se rejoignent après avoir parcouru de nombreux kilomètreset confluent dans deux mers prochesAinsi Pierre Delanoëparolier français écrit c’est parole qui seront interprétée par Petula Clark en 1961.

« Elles ont toutes deux

La Seine et la Tamise

Les mêmes rives grises

Où l´on va pour rêver

Où l´on va s´embrasser

Elles ont toutes deux

La Seine et la Tamise

Vers le temps des cerises

Des bateaux de badauds

De badauds sur le dos

Elles ne sont pas trop pressées

D´aller mourir en mer

Elles parcourent émerveillées

La France et l´Angleterre

C´est bien vrai qu’elles ont

La Seine et la Tamise

Des grâces de marquises

Quand le vent de l´été

Les invite à danser

Et je mélange dans mon cœur

Le cours de ces rivières

Ici ou là, c´est le bonheur

C´est la même lumière

Car elles ont, c´est vrai,

La Seine et la Tamise

Les mêmes rives grises

Qui seront pour toujours

Mes amours, mes amours

Oui, mes amours (2X) »

paroles de Pierre Delanoë, musique de Petula Clark-1961.

interprétation : Petula Clark.

Ecoute: https://www.youtube.com/watch?v=3NBkxpu9Bog

 

Franchir la Seine : Une variété de ponts

Comme nous le savons, la Seine est un fleuve long de 774,76 kilomètres, et qui arrose Paris, Rouen et Le Havre. La Seine divise souvent les villes, c’est le cas de Paris et de Rouen. Afin de pouvoir franchir et habiter les deux rives, la construction du pont était incontournable.

Ainsi, on dénombre 257 ponts, de différentes sortes (routières, ferrées ou bien piétonnes). Certains sont en ruine ou bien infranchissables, mais d’autres sont inscrits ou classés aux Monuments historiques, ou encore répertoriés dans l’Inventaire général du patrimoine du ministère de la Culture.

Nous pouvons citer des ponts qui se trouvent dans le département de la Seine-Maritime, d’abord des ponts routiers, tel que le pont de Tancarville (Quillebeuf-sur-Seine/Tancarville), le pont de Normandie (Harfleur/LeHavre), le pont de Brotonne ( Arelaune-en-Seine/Rive-en-Seine) ou encore le pont Guillaume-le-Conquérant (Rouen/Rouen).

Pour les voies ferrées, de nombreux viaducs sont construits, pour en citer quelques-uns, il y a le viaduc d’Eauplet (Sotteville-Lés-Rouen/Bonsecour)ou le viaduc de Tourneville (Île aux bœufs/Tourneville-la-rivière).

Et pour terminer en ce qui concerne les ponts pour piéton, nous pouvons en citer de très célèbres, tels que la passerelle de l’Avre (Saint-Cloud/ Paris,16ème), œuvre de Gustave Eiffel ou bien, le Pont des Arts, communément surnommé « le Pont aux cadenas », connu pour représenter l’amour entre deux personnes. Les deux parties gravent sur le cadenas une date qui leur tient à cœur puis, la tradition est de jeter la clé dans le fleuve. Mais en 2015, la structure étant fragilisée par les tonnes de cadenas, la ville décide de remplacer les grillages par des panneaux en verre.

« Passent les jours et passent les semaines ni temps passé ni les amours reviennent sous le pont Mirabeau coule la Seine”- Guillaume Apollinaire.

H. FrèreLes Ponts de Rouen, leur histoire (1025-1868), Rouen, 1868

Henry-Louis DublyPonts de Paris à travers les siècles, Paris, Henri Veyrier, 1973  p. 143-147.

Bernard MarreyLes Ponts modernes. XVIII-XIXe siècles, Paris, Picard Éditeur, 1990 p. 109-112.

Les drôles de métiers de la Seine

A la fin du Moyen Âge, de nombreux documents parisiens mentionnent la Seine, dont les activités sont liées aux fleuves: transport fluvial ou grand commerce, utilisation des eaux fluviales (comme la teinture ou le tannage), la pêche et la meunerie. En conséquence, de nombreuses occupations ont lieu le long de la Seine, et les ouvriers sont surnommés «gens du bord de l’eau ».

Comme métier aujourd’hui étonnant, nous pouvons tout d’abord citer la loueuse de sangsues. Cette femme, pour la somme de 30 sous, installait des sangsues sur le corps, cela dans un but thérapeutique. Pour les pécher elle plongeait ses jambes dans la Seine pour que les annélides s’y accrochent.

Les salons de toilettage utilisent aussi l’eau de la Seine. Avant le XXème siècle, c’est au bord de l’eau que les chiens se faisaient toiletter, des hommes tondaient puis lavaient les chiens dans le fleuve.

Mais la Seine comptait aussi des métiers officiels, comme le sablier qui recueillait le sable du fleuve. Comme vous pouvez l’imaginer, pour exercer cette profession, vous devez avoir une autorisation de la ville. De plus, selon un arrêté de 1840, ils devaient se tenir à l’écart du pont: 50 mètres en amont, 30 mètres en aval, mais aussi à l’écart de la berge (12 mètres).

La Seine comptait aussi plusieurs ouvriers, il y avait les ravageurs, qui fouillaient les berges pour y trouver des petites pièces, objets semi-précieux dans les décombres. De même, il y avait les tafouilleux qui ramassaient tout ce qui pouvait dériver sur les flots : bûches, fruits, vêtements, chapeaux…tout ce qui dérivait le long de la Seine. Puis nous pouvons citer les carapatas. Ils allaient de bateaux en bateaux, nageant dans l’eau pour les rejoindre. Ils offraient alors leurs services : aider à franchir les écluses, tirer le bois, rouler des tonneaux, etc.

La Seine regorge de nombreux métiers insolites aujourd’hui disparus.

 

Histoires de Paris-Les travailleurs de la Seine: https://www.histoires-de-paris.fr/travailleurs-de-la-seine/

Erudit-La Seine du crime et les petits métiers parisiens: https://www.erudit.org/fr/revues/arbo/2018-n8-arbo04278/1055882ar/

Vivre Paris-Les métiers parisiens oubliés: https://vivreparis.fr/dictionnaires-des-metiers-parisiens-oublies/

 

SE NOYER dans la Seine: Suicide ou malchance

La Seine est un fleuve où de nombreuses tragédies se sont produites. . Ici, nous nous intéresserons au suicide de personne connue telle que des artistes, des écrivains ou même des hommes de loi qui se sont donné la mort en se jetant des bords de la Seine.

La liste commence au XIXème siècle, nous mentionnerons Antoine-Jean Gros, mort en 1835. Il était peintre néoclassique français et préromantique; comme écrivain nous pouvons citer Louis-Simon Auger, qui s’est suicidé en 1829. Il était journaliste, critique littéraire et dramaturge français. Plus récemment, Boris Fraenkel, homme politique s’est donné la mort en 2006.

Un exemple représentatif cependant, des noyés en littérature, est celui de la fille de Victor Hugo, Léopoldine. Elle s’est noyé dans la Seine avec son mari Charles Vacquerie en 1843. Le drame s’est passé lorsque leur canot chavira. Selon des témoignages de paysans, Charles plongea six fois pour récupérer Léopoldine, qui, sous l’eau, se cramponnait désespérément au canot renversé. Charles était un excellent nageur, mais Léopoldine s’accrochait comme le font les noyés, avec l’énergie du désespoir. Les efforts désespérés de Charles restèrent sans succès. Alors, voyant qu’il ne la ramènerait pas avec lui dans la vie, il plongea une dernière fois et se noya avec elle.

La liste n’est évidemment pas exhaustive et nous ne comptons pas en faire une. Beaucoup d’artistes, de gens de lettres ou de hauts fonctionnaires se sont suicidés dans la Seine. Mais les noyades ne sont pas toujours volontaires et d’autres phénomènes macabres font de la Seine un cimetière. 

 

  • Henri GourdinLéopoldine, l’enfant-muse de Victor Hugo, Presses de la Renaissance, 2007.
  • Pierre GeorgelLéopoldine Hugo, une jeune fille romantique, MVH, Paris, 1967.
  • Louis-Gabriel MichaudBiographie universelle ancienne et moderne : ou histoire par ordre alphabétique, de la vie privée et publique de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, t. 22, Paris, Charles Delagrave , 1870, p. 423-6.
  • Notice biographique de l’Académie française

La Seine, le XXI ème arrondissement de Paris ?

« La Seine, c’est le XXIe arrondissement », c’est ce que disent les Parisiens. Un lieu à part, certes niché au beau milieu de la ville, mais obéissant à ses propres règles.

À partir du XVIIIe siècle, le bateau en bois appelé péniche devient un lieu de travail et d’habitation des mariniers. Nous avons comme exemple le peintre Charles François Daubigny qui se fit construire Le Botin, une péniche dans laquelle il vécut et travailla tout en explorant la Seine au milieu du XIXème siècle. Par la suite, la population aisée et aristocratique de Paris acquit ce genre de bien et l’améliora en installant un groupe électrogène ou encore des réservoirs sur le toit pour avoir l’eau courante. Alors que de nombreuses zones rurales à cette époque n’étaient pas équipées en électricité, eau, égouts ou téléphone, les péniches jouissaient d’un confort et de la Révolution industrielle. 

En 1929, Georges Simenon fit le tour des canaux français à bord de sa péniche, puis l’installe sur les bords de la Seine parisienne pendant trois ans. Après la Deuxième Guerre mondiale, ce fut au tour des Américains restés à Paris, dont l’acteur Sterling Hayden, de s’établir sur les bords de la Seine.

En 1975, des pénichards parisiens résistant à leur expulsion, créent une association de défense de l’habitat fluvial. Ce n’est que vingt ans plus tard qu’ils obtinrent une certaine reconnaissance et un statut.

Dans les années 1980 et 1990, des personnalités du show-biz et des médias, ainsi que des cadres, des diplomates et bien d’autres se laissèrent séduire par l’habitat fluvial. Cette formule permettait de disposer d’une grande surface habitable au cœur de Paris pour un prix dérisoire.

Aujourd’hui, ce phénomène est en pleine expansion. Le marché de l’habitat flottant se développe alors très vite après les années 1970, pour son aspect marginal et son accessibilité financière. Il permet de résider à « moindre coût » dans les grandes villes, très prisées et où le marché de l’immobilier est exorbitant.

Point judiciaire: selon la loi française, les habitats flottants sont assimilés à de petits bateaux. Ce qui signifie, qu’ils sont liés par les règlements du navire, et s’ils doivent se déplacer, ils doivent se conformer aux règlements de navigation. Pour le coup, il n’est plus nécessaire d’adopter les règles classiques d’habitat terrestre prévues dans la loi sur la construction et le logement .

L’habitat flottant en France : cadre juridique et perspectives – Léa Bréard: https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02095013/document

L’histoire de l’habitat flottant – Habitat Fluvial: http://www.habitat-fluvial.net/lhistoire-de-lhabitat-flottant.html

L’histoire de la « Péniche »- Habitat Fluvial: http://www.habitat-fluvial.net/lhistoire-de-la-peniche.html

 

La passe à poissons d’Andrésy: une rivière sur la seine

Creusée à travers l’île Nancy, la passe à poissons d’Andrésy est une rivière artificielle créée au droit du barrage d’Andrésy en 2011. Unique en Île-de-France, cet ouvrage de 180 mètres de long et 10 mètres de large est conçu de manière à recréer des conditions de franchissement proches de celles d’un cours d’eau naturel. Cette alternative artificielle a été réalisée par VNF (voie navigable de France).

Le principe d’une passe à poissons est simple : il s’agit d’attirer les poissons à l’aval du barrage et de les inciter à passer par une voie d’eau artificielle qui contourne ce barrage. Pour qu’une passe puisse être considérée comme efficace, le poisson doit en trouver l’entrée, la franchir sans retard ni blessure préjudiciables à sa migration vers l’amont. Cependant, toutes les espèces migratrices n’ont pas les mêmes capacités physiques. Par conséquent, la conception de la passe à poissons doit tenir compte des exigences biologiques de chaque poisson. En particulier, la vitesse actuelle à l’intérieur du dispositif doit être compatible avec la capacité de nage du poisson. Par conséquent, le saumon préfère les courants forts, tandis que les anguilles préfèrent les eaux calmes. D’autres paramètres environnementaux, tels que le débit, la teneur en oxygène dissous et la température, sont également essentiels pour attirer les poissons.

Les spécialistes recensent actuellement près de 32 espèces de poissons dont 18 courantes dans la Seine. La passe à poissons d’Andrésy, située sur l’île Nancy, contribue au passage d’espèces encore peu présentes dans nos eaux, mais attention la pêche y est totalement interdite.

Le barrage d’Andrésy-Site officiel:https://www.andresy.com/le-barrage-dandresy

La passe à poissons d’Andrésy-Un ouvrage original de rivière artificielle-Direction interrégionale du bassin de la Seine: https://www.andresy.com/sites/default/files/media/2019-10/Plaquette_passe-poisson%20Andr%C3%A9sy_2011.pdf

Un nouveau souffle pour les noyés de la seine

Au XVIIIème siècle, les Parisiens aiment se baigner dans la Seine mais les noyades ne se font pas rares. Pendant longtemps, les médecins ont cru que les décès par noyade étaient causés par la consommation excessive d’eau et ils ne savaient pas distinguer les différentes formes d’asphyxies.

Au XVIIIe siècle, la première mesure prise contre un noyé était de lui faire cracher l’eau avalée. La victime était pendue par les pieds puis roulée dans un tonneau. Si l’eau ne l’avait tuée, le traitement s’en occupait. Ce n’est qu’en 1740 qu’une interdiction a été émise qui interdisait aux gens de soulever les noyés par leurs pieds et de les rouler dans des barils.

Les techniques de premier secours ne sont pas d’un stade avancé. L’apparition du processus de la “fumigation de tabac par le fondement”, ce qui signifie l’injection de fumée dans les intestins par l’anus, invention de l’échevin Philippe-Nicolas Pia. Cette méthode s’est propagée dans de nombreuses villes d’Europe et surtout celle comportant un fleuve à partir de 1760. Ainsi, les boîtes fumigatoires sont mises en place le long de la seine ou de d’autre fleuves, permettant de sauver de nombreux noyés.

L’APPAREIL FUMIGATOIRE DE L’ÉCHEVIN DE PARIS PHILIPPE-NICOLAS PIA, le 27/06/2018 publié dans lN°279 de Subaqua : http://le 27/06/2018 publié dans le N°279 de Subaqua 
Quand on réanimait les noyés de la Seine en soufflant dans leur derrière-Zigzag: https://www.pariszigzag.fr/secret/histoire-insolite-paris/quand-on-reanimait-les-noyes-de-la-seine-en-soufflant-dans-leur-derriere