Tous les articles par Sabrina Mommolin

Exposition temporaire Utopies fluviales – Prologue, de l’association Dans le Sens de Barge

Du 25 octobre au 15 novembre 2018,  La Maréchalerie, centre d’art contemporain de l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles (ENSA-V) accueille l’exposition temporaire Utopies fluviales – Prologue,  initiée par l’association Dans le Sens de Barge.

Présentation du projet sur le site  BARGE :

 

Séminaires proposé par La Maréchalerie, centre d’art contemporain de l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles (ENSA-V)

La Maréchalerie, centre d’art contemporain de l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles (ENSA-V), organise à l’automne prochain deux après-midi de rencontres dont le propos est de rendre compte du travail conduit par le collectif Dans le Sens de Barge, au prisme de ses expériences transverses sur le territoire de la Seine et à travers la connaissance de spécialistes : artistes, architectes, paysagistes, et représentants d’institutions.

Conçus avec Véronique Follet et Christophe Cuzin, co-fondateurs du collectif, ces rencontres entrent dans le cadre du cycle de débats intitulé Manèges / Territoire et itinérance proposé par La Maréchalerie, qui souhaite donner la parole à des collectifs sur les questions de recherche par la pratique, de fluvialité et d’utopies modernistes.

– La création et la mobilité (titre à provisoire) programmé le jeudi 25 octobre de 14:30 à 18:00 à l’auditorium de l’ENSA-V

– Le contexte de la Seine et l’éphémère. (titre provisoire) programmé le jeudi 15 novembre de 14:30 à 18:00 à l’auditorium de l’ENSA-V.

Les rêveries du promeneur solitaire, Jean-Jacques ROUSSEAU, 1782

Jean-Jacques ROUSSEAU, Les rêveries du promeneur solitaire, [1782], Paris, GF, 1964, p. 167.

« Neuvième promenade »

« Quand par hasard j’en rencontre quelqu’un qui a échappé aux instructions communes, ou qui ne connaissant pas ma figure ne me montre aucune aversion, l’honnête salutation de ce seul-là me dédommage du maintien rébarbatif des autres. Je les oublie pour ne m’occuper que de lui, et je m’imagine qu’il a une de ces âmes comme la mienne où la haine ne saurait pénétrer. J’eus encore ce plaisir l’année dernière en passant l’eau pour m’aller promener à l’île aux Cygnes. Un pauvre vieil invalide dans un bateau attendait compagnie pour traverser. Je me présentai et je dis au batelier de partir. L’eau était forte et la traversée fut longue. Je n’osais presque pas adresser la parole à l’invalide de peur d’être rudoyé et rebuté comme à l’ordinaire, mais son air honnête me rassura. Nous causâmes. Il me parut homme de sens et de mœurs. Je fus surpris et charmé de son ton ouvert et affable, je n’étais pas accoutumé à tant de faveur ; ma surprise cessa quand j’appris qu’il arrivait tout nouvellement de province. Je compris qu’on ne lui avait pas encore montré ma figure et donné ses instructions. Je profitai de cet incognito pour converser quelques moments avec un homme et je sentis à la douceur que j’y trouvais combien la rareté des plaisirs les plus communs est capable d’en augmenter le prix. En sortant du bateau, il préparait ses deux pauvres liards. Je payai le passage et le priai de les resserrer en tremblant de le cabrer. Cela n’arriva point ; au contraire il parut sensible à mon attention et surtout à celle que j’eus encore, comme il était plus vieux que moi, de lui aider à sortir du bateau. Qui croirait que je fus assez enfant pour en pleurer d’aise ? »

L’histoire des villes de la Seine coloniale à travers un parcours d’écriture : les papiers de Pierre-Philippe Urbain Thomas

Justification de l’étude

Boulevard naturel entre Paris et la Manche, la vallée  de la Seine est porteuse d’une histoire sociale et culturelle dont les caractéristiques fortes sont la précocité de l’industrialisation et du développement urbain, le rôle de l’influence des activités maritimes et portuaires dans l’activité économique et, à partir du XVIe siècle notamment, la forte ouverture sociétale aux espaces coloniaux. Vallée détentrice d’une personnalité historique singulière donc, c’est cette singularité  que reflètent parfaitement les parcours de vie et d’écriture de l’intellectuel Pierre-Philippe Urbain Thomas, lesquels qui est au cœur de ce projet de recherche et de publication.

Rien ne prédisposait ce fonctionnaire de la marine né au Havre né le 10 septembre 1776 à être le médiateur de cette histoire séquanienne. Fils d’un capitaine de navire, ce simple commis de la marine quitta en effet sa ville natale en 1798 et s’éloigna durant près de 30 ans des rives de la Seine. L’expédition d’Égypte de 1798 à 1802, Brest, à son retour en 1802, Flessingue de 1806 à 1809, puis Rochefort de 1809 à 1815, Thomas a la vie gyrovague de nombre de fonctionnaires de la marine jusqu’à 40 ans.

Le destin bascule, « se séquanise » en quelque sorte avec la chute de Napoléon en 1815, quand, saisissant une opportunité politique, Thomas est nommé ordonnateur à l’île Bourbon de novembre 1817 à 1824. C’est là, avec l’intérêt naturel porté par celui qui est devenu le n°2 de l’administration aux moyens d’améliorer la colonie, avec la fréquentation des cercles de sociabilité bourbonnais, avec surtout la mission reçue d’écrire un mémoire de synthèse pour donner un état de la colonie à son successeur, qu’il entre dans un parcours d’écriture marqué par une forte capacité à épouser les préoccupations culturelles dominantes des intellectuels nés ou habitant la vallée de la Seine. Prenant des notes déposées à la Bibliothèque municipale du Havre (sous le titre « Mémoires sur l’administration coloniale (…) île Bourbon, 1817 à 1824 »), il publie deux œuvres importantes pour la connaissance de l’histoire et pour la résolution du problème de la fin de l’esclavage à Bourbon : Essai de statistique de l’île Bourbon (Paris,1828)  ; Essai sur l’Affranchissement des Noirs dans les colonies (Le Havre, 1833).

De retour au Havre, s’il s’éloigne de nouveau de la Normandie pour Paris, il continue sa carrière d’écrivant. Le succès de son Essai lui ayant les portes de la Société des méthodes d’enseignement, de la Société libre de statistique de France et de la Société Française de statistique universelle, Thomas s’intéresse alors à l’économie politique, contribuant de façon importante à la réflexion sociale qui agite les cercles de réflexion haut-normands. Sa contribution est d’autant plus importante qu’il revient à Rouen en 1834. Il écrit alors des textes sur le progrès industriel qu’il présente à la Société libre d’Émulation dont il devient président (1835).

Problématiques coloniales, description de l’industrialisation et de ses conséquences, il restait à Thomas, pour présenter véritablement un destin d’intellectuel séquanien, à écrire, sur les  villes portuaires et sur l’ouverture maritime. L’occasion lui est donnée à partir de 1836 avec son arrivée à Honfleur où il occupe de surcroît la fonction de bibliothécaire de la ville, entre 1842 et 1847, puis d’archiviste secrétaire archiviste de la chambre de commerce.

Durant la moitié de sa vie, à côté d’une brillante carrière dans l’administration maritime, Thomas a donc écrit autour des trois préoccupations principales qui intéressent l’évolution des sociétés séquaniennes. Ce sont donc les trois axes du travail d’exploitation de ces riches papiers  dont la liste figure en annexe que proposent trois historiens spécialistes de l’histoire de la Normandie séquanienne.

Organisation du travail

Hervé Chabannes, archiviste paléographe, docteur en histoire, prendra en charge le travail de transcription et d’appareillage critique du manuscrit inédit relatant cette histoire déposé à la Bibliothèque municipale du Havre (Souvenirs d’un Vieillard).

Eric Wauters, professeur d’histoire moderne, spécialiste de la presse normande et de la Normandie, s’intéressera aux écrits produits de Thomas durant les années passées au sein de la Société Libre d’Emulation puis comme Bibliothécaire à Honfleur.

Eric Saunier, maître de conférences en histoire moderne, également spécialiste de l’histoire de la Normandie et de l’esclavage et qui a déjà mis en valeur une partie des manuscrits coloniaux de Thomas, en lien avec le colloque sur les Legs coloniaux programmé dans le RIN Normonde que dirige le professeur Jean-François Klein, prendra en charge le travail sur les textes bourbonnais de Thomas.

Réalisation souhaitée

L’objectif principal du volet historique est un projet de publication de deux ouvrages ou mieux d’un ouvrage en deux parties sur Thomas et ses écrits. Sur le modèle des études de Vincent Milliot sur les papiers Lenoir et plus anciennement de Daniel Roche, sur le vitrier Ménétra, on pourrait en effet concevoir un ouvrage divisé en deux parties, la première, pris en charge par Eric Wauters et Eric Saunier synthétisant de façon thématique  le parcours d’écriture de Thomas, la seconde comportant la transcription critique d’Hervé Chabannes des Souvenirs d’un Vieillard.

Valorisation possible

L’exposition réalisée par l’historienne Marlène Tolède auprès d’Eric Saunier  (université de la Réunion, CRESOI) pourrait faire l’objet d’une démarche de valorisation des manuscrits Thomas dans l’une des bibliothèques de la ville du Havre.

Présentation d’Éric SAUNIER.

Références et localisations des écrits de Pierre-Philippe Urbain THOMAS

  • Écrits bourbonnais

 1824 : Mémoires sur l’administration coloniale de l’Île Bourbon (MS 320)

1827 : Le passage du Tropique, Le Havre, A. Thouret, 34

1828 : Essai de statistique de l’île de la Bourbon, Paris, Bachelier, 286 et 391 p.

1829 : De l’affranchissement des Noirs dans les colonies intertropicales, Le Havre, Lemâle, 55 p.

[1830-1845 : Souvenirs coloniaux, 6e chapitre des Souvenirs d’un vieillard]

[1852 : Suppléments aux Souvenirs coloniaux]

1854 : « Souvenirs d’un vieillard » (MS 351)

Textes sur l’économie sociale et le progrès industriel

1830-1831 : « Cours d’économie politique destiné aux gens du monde et aux jeunes gens », 314 p.

1834 : « Du commerce maritime de la place de Rouen », Revue de Rouen, 2e semestre, p. 57-62.

1835/1836 : Mémoires présentés lors des travaux de la Société Libre d’Emulation de Seine-Inférieure

1835 : « Mémoire sur la balance du commerce »

« Mémoires sur la fabrication des toiles à voiles en France depuis le XVIIe siècle »

« Statistique générale des produits de l’industrie nationale, en ce qui concerne le département de la Seine-maritime »

« Mémoires sur la fabrication des toiles à voiles en  France depuis le XVIIe siècle et notamment sur les toiles à voiles en coton dites tissus nautiques de la fabrique de Mrs. Ad. Le Long-Neveu et La Rochebarré

« Mémoire sur la nécessité d’ériger un musée  industriel et commercial »

Bibl. mun. LH

1842 : « Anecdotes du siècle dernier », Honfleur, 1842, 193 f. (Ms 352).

1850 : « Honfleur en 1900. Histoire prophétique écrite par un voyant », 126 p. (Ms 383).

1854 : « Additions à l’histoire d’Honfleur, en vue d’une seconde édition » (Ms 382).

  1. d « Histoire de la ville de Honfleur, additions manuscrites » (Ms 381).
  • Histoires portuaires et de Honfleur

1828 : Mémoires pour servir à l’histoire de la ville et du port de Rochefort, Paris.

1833 : « Dieppe », Revue de Rouen, 2e semestre, 1833, p. 172-183.

1836 : Du Havre à Honfleur, promenade maritime, Le Havre, Morlent, 68 p.

1840/1841 : Histoire de la ville de Honfleur, Honfleur, Dupray, 432 p.

  • Autre

 1799 : Lettres sur Alexandrie.

1854 : « Souvenirs d’un vieillard » (MS 351).

 

Sources secondaires

-ALEXANDRE Arnaud, La Seine et Paris, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 2000

-AUBERT Jean, La Vie des bords de Seine. Éditions Horvath, Le Coteau (Loire), 1986

-BACKOUCHE Isabelle, La trace du fleuve. La Seine et Paris (1750-1850), Paris, Éditions de l’EHESS, 2016

BARONI Silvia, « Au seuil de l’enfer : la Seine dans la Comédie humaine, « «La Seine littéraire au XIXe siècle», Arborescences, (U. deToronto), n°8 (décembre 2018)

-BEAUDOIN François, Paris-sur-Seine, ville fluviale. Éditions de la Martinière, 1993.

BOURGUIGNAT, Jules René, La Seine, le bassin parisien aux âges antéhistoriques, Paris, Imprimerie nationale, 1883

DEROUARD Jean-Pierre, La noyade en Seine au XVIIIe siècle dans les 27 paroisses riveraines de la Seine-maritime, [article], Annales de Normandie, 37-4, 1987

DESJEUX, Catherine, DESJEUX, Bernard, Seine de vies, Paris, Grandvaux, 2015

-DEYTS Simone, Les Bois sculptés des sources de la Seine, CNRS, 2012

-DZIUB N. (dir), Les voyageurs du Rhin, Reims, éditions et presses universitaires de Reims, 2016

-GALLAND Franck, Loïc FAUCHON, Alain BAUER, L’eau, Géopolitique, enjeux, stratégie, CNRS, 2008

GALLANT Janine, « La Seine de Mérimée et ses ressorts dramatiques », «La Seine littéraire au XIXe siècle», Arborescences, (U. deToronto), n°8 (décembre 2018)

-GARRIC Henri, Portraits de villes : Marches et cartes: la représentation urbaine dans les discours contemporains, Champion, 2007

GAUTHIER Nicolas, « La Seine et les petits métiers parisiens », «La Seine littéraire au XIXe siècle», Arborescences, (U. deToronto), n°8 (décembre 2018)

-ION Pop, Seine et Danube 3 : Le surréalisme roumain, Edition Paris / Méditerranée, 2004

KHEYAR STIBLER Lola, « ‘Hydrargyre’ de Maurice de Fleury ou l’imagination de la matière », «La Seine littéraire au XIXe siècle», Arborescences, (U. deToronto), n°8 (décembre 2018)

LACORDAIRE Simon, Les Inconnus de la Seine, Paris et les métiers de l’eau du XIIe au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1985

LACOUR-VEYRANNE Charlotte, Les colères de la Seine, Éd. Paris-Musées, 1994

-LESPINASSE François, La Seine vue par les peintres, Lausanne, Édita SA, 1993

MAILLET Edmond et NOUAILHAC-PIOCH, La crue extraordinaire de la Seine en janvier 1910, [article], Annales de Géographie, 104, 1910

-MELZI d’ERIL Francesca (dir.), La poétique du fleuve, Milano, Cisalpino,  2004.

-MIQUEL Pierre, Histoire des canaux, fleuves et rivières de France, Paris, N°1, 1994.

-MULON Marianne, Noms de Lieux d’Ile-de-France, Éditions Bonneton, 1997

NARAYANA Valérie, « Géocritique du fleuve dans les mémoires de la Commune de Louise Michel », «La Seine littéraire au XIXe siècle», Arborescences, (U. deToronto), n°8 (décembre 2018)

PÉNET Martin, La chanson de la Seine, [article], Sociétés & Représentations, 17, 2004

-RECHT Roland, Le Rhin, Vingt siècles d’art au cœur de l’Europe, Gallimard, 2001

ROLDAN, Sébastien, Nicolas Gauthier (dir.), «La Seine littéraire au XIXe siècle», Arborescences, (U. deToronto), n°8 (décembre 2018)

-ROLDAN, Sébastien, «Noyer Paris dans la Seine chez Alphonse Daudet (1868-1883)», Le Petit Chose : Bulletin de l’Association des amis d’Alphonse Daudet, 4e série, n°106 (Daudet, écrivain parisien, 2017), p. 65-82

-ROLDAN Sébastien,  «Seine» , dans Colette Becker et Pierre-Jean Dufief (dir.) Dictionnaire des naturalismes. Paris : Champion, 2017.

-ROLDAN Sébastien, «Quelques notes sur la Seine chez Zola», dans Aurélie Barjonet et Jean-Sébastien Macke (dir.) Lire Zola au XXIe siècle. Paris : Classiques Garnier, 2018, p.349-364.

ROLDAN Sébastien, « Où est la Seine dans les Tableaux parisiens de Baudelaire ? », «La Seine littéraire au XIXe siècle», Arborescences, (U. deToronto), n°8 (décembre 2018)

VATINE Peter, « Au bord de la Seine avec les Goncourt », « Où est la Seine dans les Tableaux parisiens de Baudelaire ? », «La Seine littéraire au XIXe siècle», Arborescences, (U. deToronto), n°8 (décembre 2018)

 

Sources primaires

APOLLINAIRE Guillaume, Alcools, Paris : Mercure de France, 1913

APOLLINAIRE Guillaume, Le Flâneur des deux rives, Paris : Editions de la Sirène, 1918, p. 20

APOLLINAIRE Guillaume, Il y a [1915], Œuvres poétiques, Paris : Gallimard, 1965, p. 352

ARAGON Louis, Aurélien, Paris : Gallimard, 1944

ARAGON Louis, La Seine, Paris, 1915

BACHELARD Gaston, Poétique de la rêverie, Paris : PUF, 1960

BAUDE Alice, Les Eaux mauvaises (collectif), Le Havre : Editions de l’ESADHaR, 2019

BEAUCLAIR Henri, VICAIRE Gabriel, Les Déliquescences, poèmes décadents d’Adoré Floupette avec sa vie par Marius Tapora, Lion Vanné, 1885, p. 53

BEAUVOIR Simone. de, La Force de l’âge, Paris : Gallimard, 1960, p. 210.

BERNARDIN DE SAINT-PIERRE Henri, L’Arcadie [1781], Œuvres complètes, tome I, Paris : Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2014

BERNARDIN DE SAINT-PIERRE Henri, Voyage de Normandie, 1775, Rouen : Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015, p. 49

BOILEAU Nicolas, Epître VI [1676], Œuvres poétiques, Paris : Imprimerie générale, 1872, p. 37

BRETON André, Poisson soluble [1924], Paris : Gallimard, coll. Poésie, 1996

BROCHER Victorine, Souvenirs d’une morte vivante, Lausanne : Libertalia, 2017

BUSSI Michel, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Rouen : Editions PTC, 2006, p. 113

BUSSI Michel, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Rouen : Editions PTC, 2006, p. 116

BYRON Lord, Âge de bronze, Œuvres complètes de Lord Byron, traduction de Louis Barré, Paris : Ed. Bry Ainé, 1856, p. 109

CARCO Francis, « Climat de rêve », Poèmes en prose, Paris : Albin Michel, 1958, [1948].

CELINE Louis-Ferdinand, D’un château l’autre, Paris : Gallimard, 1957. Citation extraite de Romans, III, Paris : Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1990, p. 59

CELINE Louis-Ferdinand, D’un château l’autre, Paris : Gallimard, 1957. Citation extraite de Romans, III, Paris : Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1990, p. 59

CELINE Louis-Ferdinand, Normance (Féerie pour une autre fois II), Paris : Gallimard, 1952.

CENDRARS Blaise, Paris, Port-de-Mer, Bourlinguer, Paris : Denoël, 1948. Citation extraite du volume Folio, p. 380.

CENDRARS Blaise, Moravagine, Paris : Grasset, 1926.

CESAR Jules, La guerre des Gaules, traduction par L.-A. Constans en 1926

CHANTAVOINE Henri, La petite Seine, XIXème siècle

CHENIER André, Œuvres complètes, 1819 / Élégie, IX

CHIRBES Rafael, Paris-Austerlitz, Paris : Grasset, 2017

CLARIS DE FLORIAN Jean-Pierre, La Carpe et les Carpillons, Fables de Florian, Louis Fauche-Borel, 1793, Volume 9 (p. 37-38).

CLAUDEL Paul, Le fleuve, Pages de prose, Paris : Gallimard, 1944

COCTEAU Jean, La Difficulté d’être [1947], ??

CORNEILLE Pierre, Poésies diverses, Texte établi par Charles Marty-Laveaux, 1862, 10 (p. 242-243).

COPPEE François, Œuvres complètes, Librairie L. Hébert, 1892, Poésies, tome II p.67

COUCHOUD Paul-Louis, FAURE André, PONCIN Albert, LOZANO Rafael, Au fil de l’eau suivi de HAIKAIS, Milles et une nuits, 2004, p. 20

DAENINCKX Didier, Meurtres Pour Mémoire (1984), Paris : Folio Policier, 2016, p.33

DAENINCKX Didier, Meurtres Pour Mémoire (1984), Paris : Folio Policier, 2016, p. 14

JUMIÈGES Guillaume. de, Histoire des Normands, 2004, p. 22 

DELABROY-ALLARD Pauline, Ça raconte Sarah, Paris : Les Éditions de Minuit, 2018

DEL AMO Jean-Baptiste, Une éducation libertine, Paris : Gallimard, 2008

DELARUE-MARDRUS Lucie, La Figure de proue, Eugène Fasquelle, 1908, p.135

GONCOURT Edmond et Jules. de, Renée Mauperin, Flammarion, 1990, p.3-4

DE GUAITA Stanislas, Rosa Mystica, Alphonse Lemerre, éditeur, 1885 (p. 247-249).

RONSARD Pierre. de, Œuvres Complètes vol. I, La bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1993, p. 1143

DE SAINT-GERMAIN-DES-PRÉS Abbon, Le siège de Paris par les Normands 885-892, Paleo 2010, Livre I, p. 50

DESBORDES-VALMORES Marceline, Elégies, Marie et romances, François Louis, 1819, p. 25

DE TOURS Grégoire, Histoire des Francs Livres I-VI, Alphonse Picard, 1996, p.139 & p. 215

DU CAMP Maxime, La Seine à Paris, « Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie dans la seconde moitié du XIXe siècle », Hachette, 1879, p. 283-346

DUMAS Alexandre, Pauline, [1838], La Bibliothèque électronique du Québec, Collection Littérature québécoise, Volume 1363: version 1.0, Édition de référence Michel Lévy Frères, 1863, p. 20-21

DURAS Marguerite, L’Eté 80, Paris : Les éditions de Minuit, 1980, p. 83

DUTEURTRE Benoît, Gaieté parisienne, Gallimard, 1998

FARGUE Léon-Paul, Le Piéton de Paris, Paris : Gallimard, 1939

FERRE Léo, Poète… VOS PAPIERS !, Points, 2013, p. 23

FLAUBERT Gustave, Correspondance, Édition électronique de la correspondance de Flaubert, Centre Flaubert de l’université Rouen Normandie, www.flaubert.univ-rouen.fr, 2017

LA FONTAINE Jean. de, L’Enfant et le Maître d’école, Fables, Livre I[1668], Folio, 1986, p. 56

G. BRUNO, Le Tour de la France par deux enfants, Belin, 1904 (p. 283-285).

GONCOURT,  Jules et Edmond. de, Manette Salomon (1869), Paris : Gallimard (Folio), 1995, p. 182

GILLEQUIN Jean, Sur le bord de la Seine, La Chanson française du XVe au XXe siècle, La Renaissance du livre, 1910 (p. 126).

MAUPASSANT Guy. de, Clair de lune (recueil), Paris : E. Monnier, 1884

MAUPASSANT Guy. de, Le Horla, Paris, 1887

MAUPASSANT Guy. de, La maison Tellier, recueil de nouvelles homonyme, 1881, A tous les vents (col), 192e réédition, p. 82 à 94 et p. 213

HEINE Heinrich, La Loreleï, 1824

D’HERVILLY ERNEST, Une jeune femme à la mer, Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveaux, Alphonse Lemerre [Slatkine Reprints], 1876, III. 1876 (p. 196).

HUGO Victor, Lettre XXXIII, Le Rhin, lettres à un ami, Paris : Ollendorf, 1842

HUGO Victor, Les feuilles d’automnes [1831], Anthologie de la poésie française du XIXe siècle, Paris : Poésie-Gallimard, 1984

HUGO Victor, Les misérables [1862], V, Livre 4, Folio.

HUGO Victor, Lettre à Adèle Foucher, 10 septembre 1837, Correspondance. France et Belgique, Alpes et Pyrénées : Voyages et excursions, Oeuvres complètes : En voyage vol. II, Paris : Ollendorff, 1910

HUGO Victor, Lettre à Adèle Foucher, 13 août 1837, Correspondance. France et Belgique, Alpes et Pyrénées : Voyages et excursions, Œuvres complètes : En voyage vol. II, Paris : Ollendorff, 1910, p. 38

HUGO Victor, En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens, L’Année terrible, Michel Lévy, frères, 1872 (p. 64)

JAMES Henry, Esquisses parisiennes [1875], Paris : La Différence, 1988, p. 231

JOHANNIN Simon et Capucine, Nino dans la nuit, Allia, 2019, p.220-221

KERANGAL Maylis. de, Réparer les vivants, Paris : Les Verticales, 2014, p. 145, 150

LAFARGE Guy, MONOD Flavien, La Seine, 1948

LECLERC Yvan, Flaubert, une fenêtre sur la seine, Eau, reflets, fluidités chez Flaubert et Maupassant, Bulletin Flaubert/Maupassant, n°29, 2014

LEMARQUE Francis, À Paris, 1946.

MAALOUF Amin, Un fauteuil sur la Seine : quatre siècles d’histoire de France, Grasset, 2016, p.336

MAC-NAB (Maurice Mac-Nab), Chansons du Chat noir, Henri Heugel, s.d. (p. 99-108).

MAKINE Andreï, Le testament français, Gallimard 2007, p. 28

MALOT Hector, Sans famille [1878], Paris : Hachette, Le Livre de poche, p. ?

MAUPASSANT Guy. de, Bel-Ami [1885], Romans, Bibliothèque de la Pléiade, Paris : Gallimard, 1987, p. 356

MAUPASSANT Guy. de, Voyage de Paris à Rouen [1883], Chroniques. Anthologie, Paris : Le Livre de Poche, 2008 (« La Pochothèque »)

MAUPASSANT Guy. de, Voyage de Paris à Rouen [1883], Chroniques. Anthologie, Paris : Le Livre de Poche, 2008 (« La Pochothèque ») (2)

MAUPASSANT Guy. de, Clair de lune (recueil), Paris : E. Monnier, 1884.

MAUPASSANT Guy. de, La maison Tellier, recueil de nouvelles homonyme, Paris, 1881.

MAUPASSANT Guy. de, La femme de Paul, La Maison Tellier [1881], Paris : Gallimard (Folio), 1990, p. 209

MAUPASSANT Guy. de, Sur l’eau [1876], La Maison Tellier, [1888], citation extraite du volume Folio, 1990, p. 114

MAUPASSANT Guy. de, Le Horla, Paris, 1887

MARCELLIN Ammien, Histoires, Tome I, Trad. E. Galletier, Les Belles Lettres, 2002, Livre XV, Chap.11, p.140

MERCIER Louis-Sébastien, Tableau de Paris [1772], Paris : Le  Mercure de France, 1994, p. 35

MILLER Henry, « Lettre à Emil, 1er avril 1930 », Lettres à Emil [1944, 1995 pour la traduction française], Paris, Christian Bourgeois, 1999, p. 76 (collection « 10/18 »)

MIRBEAU Octave, Dans le ciel, Les Éditions du Boucher, Société Octave Mirbeau, 2003, p. 108

MIRBEAU Octave, La Vache tachetée [1890], Paris : Flammarion, 1921, p. 59

MODIANO Patrick, Dora Bruder, Paris, Folio, 1999, p. 51

MODIANO Patrick, Fleurs de ruine, Paris : Gallimard, 1991

MUSCHLER Reinhold Conrad, L’inconnue, 1934

NABOKOV Vladimir, L’inconnue de la Seine, Berlin, 1934

NODIER Charles, La Seine et ses bords [1836], Paris : Les Editions de Paris, 1992

NODIER Charles, La Seine et ses bords [1836], Paris : Les Editions de Paris, 1992, p. 142

PARMENTIER Antoine Auguste, Dissertation sur la nature des eaux de la Seine, Paris, 1787

PREVERT Jacques, Chanson de la Seine, Spectacle, Paris : Gallimard, 1972

PREVERT Jacques, La Seine a rencontré Paris, Choses et autres, Paris : Gallimard, 1972

PROUST Marcel, À la recherche du temps perdu, La Prisonnière [1923], Paris : Flammarion, 1984, p. 272 (« GF »)

PY Olivier, Les Parisiens, Paris : Actes Sud, 2016

QUENEAU Raymond, Les Ziaux, [1943], Poésie-Gallimard, 1992

QUIGNARD Pascal, La barque silencieuse, Paris : Seuil, 2009

QUIGNARD Pascal, La leçon de musique, Paris : Hachette, 1987

 QUIGNARD Pascal, L’Estuaire, Une enfance havraise, Rouen : L’Echo des vagues, 2013

QUIGNARD Pascal, Sur l’idée d’une communauté de solitaires, Paris : ARLEA, 2015

RABELAIS François, Gargantua [1534], Paris : Seuil, 1973, p. 114, p.118

RAYNAUD Ernest, À l’ombre de mes dieux, Librairie Garnier frères, 1924 (p. 18).

ROLIN Jean, Terminal Frigo, Paris : POL, 2005. Citation extraite du volume Folio, p. 206

RONSARD Pierre. de, Œuvres complètes de P. de Ronsard (Nouvelle édition, publiée sur les textes les plus anciens avec les variantes et des notes), Gallica, BNF, 1857-1867, p. 50

ROUBAUD Jacques, Je suis un crabe ponctuel, Anthologie personnelle, Paris : Gallimard, 2016, p. 95

ROUSSEAU Jean-Jacques, Les rêveries du promeneur solitaire [1782], Paris : GF, 1964, p. 167

PERSE Saint-John, La ville, Éloges (Images à Crusoé) [1911], Paris : Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1982

SAND George, Indiana [1832], Paris : Michel-Lévy Frères Éditeurs, 1861, p. 209-210

SAND George, Lettres d’un voyageur [1837], Paris : Michel Lévy Frères Éditeurs, 1869, p. 41-42

SIMENON Georges, Maigret et le clochard, Paris : Presses de la cité, 1963

SUPERVIELLE Jules, L’inconnue de la Seine, 1929

VERLAINE Paul, Nocturne parisien, Poèmes Saturniens, 1866

VERLAINE Paul, L’Aube à l’envers (1884), Jadis et Naguère, Léon Vanier, 1891 (p. 112).

VILAR Jean-François, Nous cheminons entourés de fantômes aux fronts troués, Paris : Seuil, (coll. Fictions et Cie)1993

WALTER Céline, L’inconnue de la Seine, Paris : Tituli, 2016

ZOLA Émile, Thérèse Raquin, Paris : l’Artiste, 1867

ZOLA Émile, Le Ventre de Paris, Les Rougon-Macquart, Charpentier et Cie, 187

ZOLA Émile, AUX CHAMPS, Le Capitaine Burle, G. Charpentier, 1883 (p. 218-230).