Tous les articles par Vincent Donsimoni

« T’en souviens-tu la Seine ? », Anne Sylvestre, 1964

T’en souviens-tu la Seine ? est un titre d’Anne Sylvestre parus dans l’album homonyme en 1964.  C’est une chanson qui dévoile son amour pour une Seine salvatrice et nostalgique.


SYLVESTRE Anne, « T’en souviens-tu la Seine ? », 1964
vidéo tirée de l’émission “Viens de paraître”, 1965

Tous droits réservés ©

Lien vers la vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=7az9xNTqHCc

« La Seine » Guy Lafarge, Flavien Monod, 1948

« La Seine est aventureuse
De Châtillon à Méry,
Et son humeur voyageuse
Flâne à travers le pays
Elle se fait langoureuse
De Juvisy à Choisy
Pour aborder, l’âme heureuse,
L’amoureux qu’elle a choisi !

 Elle roucoule, coule, coule
Dès qu’elle entre dans Paris !
Elle s’enroule, roule, roule
Autour de ses quais fleuris !
Elle chante, chante, chante, chante,
Chant’ le jour et la nuit,
Car la Seine est une amante
Et son amant c’est Paris !

 Elle traîne d’île en île,
Caressant le Vieux Paris,
Elle ouvre ses bras dociles
Au sourire du roi Henri…
Indifférente aux édiles
De la mairie de Paris,
Elle court vers les idylles
Des amants des Tuileries !

 Elle roucoule, coule, coule
Du Pont-Neuf jusqu’à Passy
Elle est soûle, soûle, soûle
Au souvenir de Bercy !
Elle chante, chante, chante, chante,
Chant’ le jour et la nuit…
Si sa marche est zigzagante
C’est qu’elle est grise à Paris !

 Mais la Seine est paresseuse,
En passant près de Neuilly,
Ah ! Comme elle est malheureuse
De quitter son bel ami !
Dans une étreinte amoureuse
Elle enlace encore Paris,
Pour lui laisser, généreuse,
Une boucle à Saint-Denis !

 Elle roucoule, coule, coule
Sa complainte dans la nuit…
Elle roule, roule, roule
Vers la mer où tout finit…
Elle chante, chante, chante, chante,
Chant’ l’amour de Paris !
Car la Seine est une amante,
Et Paris dort dans son lit ! »

 

LAFARGE Guy, MONOD Flavien, « La Seine », 1948
Tous droits réservés ©

Plusieurs artistes ont pu interpréter cette chanson, comme Jacqueline François en 1948.


FRANÇOIS Jacqueline, « La Seine » Paroles de MONOD Flavien et LAFARGE Guy, musique de LAFARGE Guy, 1948, Tous droits réservés ©
Lien vers la vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=qzKDEFNiTUQ

« À Paris » Francis Lemarque, 1946

 

Extrait de la chanson “À Paris” écrite, composée par Francis Lemarque en 1946, interprétée par ce dernier en 1949 mais c’est principalement l’interprétation d’Yves Montand qui en fera un grand standard de la chanson française. Si le texte chante l’ amour pour Paris, il n’en oublie pas la Seine dans plusieurs passages ;

[…]

« Y a la Seine
A n’importe quelle heure
Elle a ses visiteurs
Qui la regardent dans les yeux
Ce sont ses amoureux
A la Seine

Et y a ceux
Ceux qui ont fait leur nid
Près du lit de la Seine
Et qui se lavent à midi
Tous les jours de la semaine
Dans la Seine

Et les autres
Ceux qui en ont assez
Parce qu’ils en ont vu de trop
Et qui veulent oublier
Alors y se jettent à l’eau
Mais la Seine

Elle préfère
Voir les jolis bateaux
Se promener sur elle
Et au fil de son eau
Jouer aux caravelles
Sur la Seine »

[…]

LEMARQUE Francis, “À Paris” ©, 1946.

 


Yves Montand, “À Paris“, 1948. Tous droits réservés ©
Lien vers la vidéo :
https://www.youtube.com/watch?v=XNVt3e6vHHM

 

 

“La chanson de la Seine”, Martin Pénet

Sociétés & Représentations
image prise sur le site Cairn.info
Tous droits réservés ©

 

Martin PÉNET, “La chanson de la Seine”,  Sociétés & Représentations, 2004, 17, p. 51-66.

Dans cet article, l’auteur Martin Pénet observe le développement d’un genre particulier : l’imaginaire parisien, qui se développe à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Dans une première analyse, le journaliste et historien spécialisé dans la chanson d’expression française compose sur quelques cent vingt-trois chansons et poèmes qui sont inspirés de la Seine et composés à Paris depuis 1860 à nos jours. Ces derniers sont analysés et structurés en différentes catégories : on repère les structures et thématiques récurrentes ou les particularités de certaines œuvres.

« […] le motif de la Seine est présent de façon régulière sur l’ensemble de la période et permet d’opposer les notions de circulation et d’immobilité, de fuite du temps et de durée, de décrire les paysages et les pensées qui se reflètent dans les ondoiements du fleuve, les fonctions qu’il assume, les habitants et les passants qui le hantent, les itinéraires que ces derniers privilégient. »

 

Lien vers l’article : https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2004-1-page-51.htm

 

« Chanson de la Seine », Jacques Prévert, 1945

Jacques Prévert décrit le fleuve dans sa “Chanson de la Seine”, qui apparaît dans le court métrage “AUBERVILLIERS” réalisé en 1945 et distribué en complément de programme de “LA BATAILLE DU RAIL” de René Clément.
Le poème s’inscrit dans cette tradition de représenter dans la poésie la Seine comme une figure féminine courtisée par les parisiens et les touristes.

Chanson de la Seine.

« La Seine a de la chance
Elle n’a pas de souci
Elle se la coule douce
Le jour comme la nuit
Et elle sort de sa source
Tout doucement, sans bruit,
Et sans se faire de mousse
Sans sortir de son lit
Elle s’en va vers la mer
En passant par Paris

La Seine a de la chance
Elle n’a pas de soucis
Et quand elle se promène
Tout le long de ses quais
Avec sa belle robe verte
Et ses lumières dorées
Notre-Dame jalouse
Immobile et sévère
Du haut de toutes ses pierres
La regarde de travers
Mais la Seine s’en balance
Elle n’a pas de soucis
Elle se la coule douce
Le jour comme la nuit
Et s’en va vers le Havre
Et s’en va vers la mer
En passant comme un rêve
Au milieu des mystères
Des misères de Paris. »

 

PRÉVERT Jacques, « Chanson de la Seine » ( poème mis en chanson en 1945 dans le court métrage “AUBERVILLIERS”), Spectacles (recueil), Gallimard, 1951. Tous droits réservés ©

 

 

 

Guy de Maupassant, « Mademoiselle Cocotte » [1883], Clair de lune et autres nouvelles

GUY DE MAUPASSANT, clair de lune
E. Monnier, Paris, 1884
Tous droits réservés ©

 

La Normandie a souvent servi de décor aux récits de Guy de Maupassant. La fascination de l’écrivain pour l’eau, incarnée par exemple par son goût du canotage, est très palpable dans les descriptions, noires ou lumineuses, qu’il consacre à la Seine.

Les villes bordant le fleuve sont si très nombreuses dans l’œuvre, qu’il est possible de dessiner un fil rouge reliant Paris au Havre en naviguant d’un récit à un autre.

La nouvelle « Mademoiselle Cocotte » (1883) narre la noyade de la chienne Cocotte. Le cocher François est très attaché à Cocotte, même si elle devient embarrassante pour ses maîtres lorsqu’elle met au monde une multitude de chiots envahissant la propriété parisienne. À l’occasion d’un séjour dans la maison que ses maîtres possèdent à Biessard, dans la commune de Canteleu, François, en se baignant dans la Seine, découvre la charogne de sa chienne assassinée.

C’était une charogne énorme, gonflée, pelée, qui s’en venait, les pattes en l’air en suivant le courant.

François s’en approcha en faisant des brasses ; et, continuant ses plaisanteries :

– Cristi ! elle n’est pas fraîche. Quelle prise ! mon vieux. Elle n’est pas maigre non plus.

Et il tournait autour, se maintenant à distance de l’énorme bête en putréfaction.

Puis, soudain, il se tut et il la regarda avec une attention singulière ; puis il s’approcha encore comme pour la toucher, cette fois. Il examinait fixement le collier, puis il avança le bras, saisit le cou, fit pivoter la charogne, l’attira tout près de lui, et lut sur le cuivre verdi qui restait adhérent au cuir décoloré : “Mademoiselle Cocotte, au cocher François.”

La chienne morte avait retrouvé son maître à soixante lieues de leur maison !

Il poussa un cri épouvantable et il se mit à nager de toute sa force vers la berge, en continuant à hurler ; et, dès qu’il eut atteint la terre, il se sauva éperdu, tout nu, par la campagne. Il était fou !

MAUPASSANT, Guy de « Mademoiselle Cocotte » [1883], Clair de lune et autres nouvelles, Citation extraite du volume Folio, 1998, p. 96

Guy de Maupassant, Le Horla

Première de couverture pour Le Horla
de la collection Flammarion en 1942
Image du site https://booknode.com/le_horla_01277/covers
Tous droits réservés ©

 

Dans cette courte nouvelle, Guy de Maupassant fait référence à la Seine principalement au début et à la fin de son œuvre. On peut assister à une transformation dans la perception de la rivière, qui est d’abord un paysage apprécié par le protagoniste, pour se révéler être celle qui apportera le terrifiant Horla.

«J’aime ma maison où j’ai grandi. De mes fenêtres, je vois la Seine qui coule, le long de mon jardin, derrière la route, presque chez moi, la grande et large Seine qui va de Rouen au Havre, couverte de bateaux qui passent.»

[…]

«Vers onze heures, un long convoi de navires, traînés par un remorqueur, gros comme une mouche, et qui râlait de peine en vomissant une fumée épaisse, défila devant ma grille. Après deux goélettes anglaises, dont le pavillon rouge ondoyait sur le ciel, venait un superbe trois mâts brésilien, tout blanc, admirablement propre et luisant. Je le saluai, je ne sais pourquoi, tant ce navire me fit plaisir à voir.»

[…]

«Ah ! Ah ! Je me rappelle, je me rappelle le beau trois-mâts brésilien qui passa sous mes fenêtres en remontant la Seine, le 8 mai dernier ! Je le trouvais si joli, si blanc, si gai ! L’Être était dessus, venant de là-bas, où sa race est née ! Et il m’a vu ! Il a vu ma demeure blanche aussi ; et il a sauté du navire sur la rive. Oh ! Mon Dieu ! À présent, je sais, je devine. Le règne de l’homme est fini.»

 

GUY DE MAUPASSANT, Le Horla, Paris,1887.

Guy de Maupassant, La Maison Tellier

 

Auguste Renoir, Bain à la Grenouillère, 1869    La Bibliothèque électronique du Québec
Collection À tous les vents
Volume 192 : version 1.01.                                    Tous droits réservés ©

 

 

Plusieurs passages évoquent la Seine dans la nouvelle de Guy de Maupassant “La maison Tellier”. En voici quelques extraits :

« J’avais loué, l’été dernier, une petite maison de campagne au bord de la Seine, à plusieurs lieues de Paris, et j’allais y coucher tous les soirs. Je fis, au bout de quelques jours, la connaissance d’un de mes voisins, un homme de trente à quarante ans, qui était bien le type le plus curieux que j’eusse jamais vu. C’était un vieux canotier, mais un canotier enragé, toujours près de l’eau, toujours sur l’eau, toujours dans l’eau. Il devait être né dans un canot, et il mourra bien certainement dans le canotage final. Un soir que nous nous promenions au bord de la Seine, je lui demandai de me raconter quelques anecdotes de sa vie nautique. Voilà immédiatement mon bonhomme qui s’anime, se transfigure, devient éloquent, presque poète. Il avait dans le cœur une grande passion, une passion dévorante, irrésistible : la rivière.

– Ah ! me dit-il, combien j’ai de souvenirs sur cette rivière que vous voyez couler là près de nous ! Vous autres, habitants des rues, vous ne savez pas ce qu’est la rivière. Mais écoutez un pêcheur prononcer ce mot. Pour lui, c’est la chose mystérieuse, profonde, inconnue, le pays des mirages et des fantasmagories, où l’on voit, la nuit, des choses qui ne sont pas, où l’on entend des bruits que l’on ne connaît point, où l’on tremble sans savoir pourquoi, comme en traversant un cimetière : et c’est en effet le plus sinistre des cimetières, celui où l’on n’a point de tombeau. La terre est bornée pour le pêcheur, et dans l’ombre, quand il n’y a pas de lune, la rivière est illimitée. Un marin n’éprouve point la même chose pour la mer. Elle est souvent dure et méchante, c’est vrai, mais elle crie, elle hurle, elle est loyale, la grande mer ; tandis que la rivière est silencieuse et perfide. Elle ne gronde pas, elle coule toujours sans bruit, et ce mouvement éternel de l’eau qui coule est plus effrayant pour moi que les hautes vagues de l’Océan. »

[…]

« Des rêveurs prétendent que la mer cache dans son sein d’immenses pays bleuâtres, où les noyés roulent parmi les grands poissons, au milieu d’étranges forêts et dans des grottes de cristal. La rivière n’a que des profondeurs noires où l’on pourrit dans la vase. Elle est belle pourtant quand elle brille au soleil levant et qu’elle clapote doucement entre ses berges couvertes de roseaux qui murmurent. »

[…]

« Enfin, on avait traversé la Seine une seconde fois, et, sur le pont, ç’avait été un ravissement. La rivière éclatait de lumière ; une buée s’en élevait, pompée par le soleil, et l’on éprouvait une quiétude douce, un rafraîchissement bienfaisant à respirer enfin un air plus pur qui n’avait point balayé la fumée noire des usines ou les miasmes des dépotoirs. »

Dans un passage intitulé “Sur l’eau”, une reprise d’une courte nouvelle de 1876 nommée “En canot”, Maupassant utilise l’expérience effrayante d’un pécheur qui raconte l’une de ses mésaventures sur la Seine, entre la paranoïa et l’épouvante :

«Pendant quelque temps, je demeurai tranquille, mais bientôt les légers mouvements de la barque m’inquiétèrent. Il me sembla qu’elle faisait des embardées gigantesques, touchant tour à tour les deux berges du fleuve ; puis je crus qu’un être ou qu’une force invisible l’attirait doucement au fond de l’eau et la soulevait ensuite pour la laisser retomber. J’étais ballotté comme au milieu d’une tempête ; j’entendis des bruits autour de moi ; je me dressai d’un bond : l’eau brillait, tout était calme.»

[…]

«Cependant, la rivière s’était peu à peu couverte d’un brouillard blanc très épais qui rampait sur l’eau fort bas, de sorte que, en me dressant debout, je ne voyais plus le fleuve, ni mes pieds, ni mon bateau, mais j’apercevais seulement les pointes des roseaux, puis, plus loin, la plaine toute pâle de la lumière de la lune, avec de grandes taches noires qui montaient dans le ciel, formées par des groupes de peupliers d’Italie. J’étais comme enseveli jusqu’à la ceinture dans une nappe de coton d’une blancheur singulière, et il me venait des imaginations fantastiques. Je me figurais qu’on essayait de monter dans ma barque que je ne pouvais plus distinguer, et que la rivière, cachée par ce brouillard opaque, devait être pleine d’être étranges qui nageaient autour de moi. J’éprouvais un malaise horrible, j’avais les tempes serrées, mon cœur battait à m’étouffer ; et, perdant la tête, je pensai à me sauver à la nage ; puis aussitôt cette idée me fit frissonner d’épouvante. Je me vis, perdu, allant à l’aventure dans cette brume épaisse, me débattant au milieu des herbes et des roseaux que je ne pourrais éviter, râlant de peur, ne voyant pas la berge, ne retrouvant plus mon bateau, et il me semblait que je me sentirais tiré par les pieds tout au fond de cette eau noire.»

[…]

«alors, peu à peu, l’ancre céda. Elle montait, mais doucement, doucement, et chargée d’un poids considérable. Enfin nous aperçûmes une masse noire, et nous la tirâmes à mon bord :
C’était le cadavre d’une vieille femme qui avait une grosse pierre au cou.»

 

 

 

GUY DE MAUPASSANT, La maison Tellier, recueil de nouvelles homonyme, 1881, A tous les vents (col), 192e réédition, p. 82 à 94 et p. 213.

La crue extraordinaire de la Seine en janvier 1910

Annales de Géographie, t. 19, n°104, 1910. Tous droits réservés ©

 

Edmond MAILLET et F. NOUAILHAC-PIOCH, “La crue extraordinaire de la Seine en janvier 1910”, [article], Annales de Géographie, 1910, 104, p113-119.

« La Seine vient d’avoir à Paris une crue absolument exceptionnelle, on peut dire une crue séculaire. Le niveau maximum atteint au pont de la Tournelle, le vendredi 28 janvier 1910, de midi à minuit, 8m42, est le plus élevé depuis celui de 1658 (8m81). »

Cet article permet de saisir toute l’ampleur de la crue de 1910, en la replaçant dans des mesures statistiques précises. Des comparaisons sont effectuées avec d’autres crues des principaux affluents et sous-affluents de la Seine (comme la Marne, l’Oise,l’Aisne etc.). Cet article est rédigé par le service hydrométrique du bassin de la Seine le 7 mars 1910.

Lien vers l’article :
https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1910_num_19_104_7888

Voici quelques clichés  de Paris au moment de la catastrophe naturelle, suivis d’une carte des zones inondées à Paris en Janvier 1910.

Rue du Haut Pavé, dans le 5e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Rue Saint-André des Arts, dans le 6e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Quai Debilly, dans le 7e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

La fontaine de Mars, rue Saint-Dominique, dans le 7e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Avenue Montaigne, dans le 8e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Rue de Bercy, dans le 12e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Quai de la gare, dans le 12e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Carte des zones inondées à Paris en 1910.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

“La Noyade en Seine au XVIIIe siècle”

Annales de Normandie, 37ᵉ année, n°4, 1987. Faits de société. Inventaires et corpus. Tous droits réservés ©

 

Jean-Pierre DEROUARD, “La noyade en Seine au XVIIIe siècle dans les 27 paroisses riveraines de la Seine-maritime”, [article], Annales de Normandie, 1987, 37-4, p. 297-313. ©

« Trop souvent, la presse régionale se fait l’écho de « macabres découvertes en Seine ». Depuis deux siècle, y a-t-il quelque chose de vraiment changer dans l’angoisse que peut provoquer la disparition d’un proche par noyade ? »

La noyade est la première cause de décès accidentel dans les registres des paroisses riveraines et semble susciter une profonde peur chez ceux qu’elle touche : c’est une mort décrite avec violence, ou on s’inquiète pour le salut dans l’au-delà du noyer. Dans cet article, Jean-Pierre Derouard nous informe sur la noyade en bord de Seine au XVIIIe siècle, en s’appuyant de descriptions et documents d’époque pour analyser le processus,des possibles explications de l’incident jusqu’à la perception de la noyade par les contemporains, en détaillant au passage la forme et les difficultés de la procédure qui devait être effectuée pour la victime.

Lien vers l’article :
https://www.persee.fr/doc/annor_0003-4134_1987_num_37_4_1767