Archives de catégorie : Actualités

Sont mentionnés ici les événements associés à la Seine : expositions, projets artistiques, etc.

Le métro sous la Seine: L’histoire de la ligne 4

À l’époque de sa constructionla ligne 4 est la première à traverser Paris du nord au sud. Au début du XXème siècle sous la direction de l’ingénieur Fulgence Bienvenüeil ose le défis de franchir la SeinePour la première foisun transport en commun doit réussir le défi de joindre la rive droite et la rive gauche.

Pour pouvoir faire cela deux options se distinguentla première consiste à arrêter la ligne avant la Seinece qui serait considéré comme un échecQuant à la secondeelle consiste à faire passer le métro au-dessus de l’eauPour celaon songe à construire des rails sur le Pont au Change et le Pont Saint-Michel mais il s’agirait alors de modifiervoire défigurerune partie importante du patrimoine de Paris.

L’option qui sera donc choisie et de construire sous la Seine, on utilise des tunnels à submerger, ont les installé sur l’eau, ont vider la cavité en dessous du tunnel, puis on inséré de l’air à très haute pression. Ainsil’eau et la boue ne s’infiltrer plusOn envoie donc des ouvriers qui creusent le sol en dessous et enfuit petit à petit le tunnel au fond de la terre.

Ensuiteles ingénieurs ont eu l’idée de congeler le sol pour le durcir et donc creuser sur les côtés sans risquer de faire tomber les habitationsPour celanous utilisons l’injection de saumurec’est-à-dire une solution aqueuse congelée à 24°. Il n’est plus nécessaire de remuer la bouetout ce que vous avez à faire est de briser la glacePar conséquentles travailleurs peuvent transporter l’énorme pièce métallique tubulaire sur le sol avec eux

La ligne 4, première ligne à relier la rive droite de la Seine à la rive gauche de la Seine par une ligne transversale sous le fleuve, qui a donné lieu à des projets spectaculaires de 1905 à 1907 au cœur de la capitale.

 

Archives France-Premier passage du métro sous la Seine:  https://francearchives.fr/commemo/recueil-2010/39495

A. Dumas, « Le métropolitain de Paris. Situation des nouvelles lignes projetées et état des travaux des lignes en cours d’exécution », dans Le Génie civil, 21 avril 1906, tome XLVIII, no 25, no 1245.

Jean TricoireLe métro de Paris : 1899-1911 : images de la construction, Paris Arles, Paris-Musées RATP Diff. Actes sud, , 215 p.

Franchir la Seine : Une variété de ponts

Comme nous le savons, la Seine est un fleuve long de 774,76 kilomètres, et qui arrose Paris, Rouen et Le Havre. La Seine divise souvent les villes, c’est le cas de Paris et de Rouen. Afin de pouvoir franchir et habiter les deux rives, la construction du pont était incontournable.

Ainsi, on dénombre 257 ponts, de différentes sortes (routières, ferrées ou bien piétonnes). Certains sont en ruine ou bien infranchissables, mais d’autres sont inscrits ou classés aux Monuments historiques, ou encore répertoriés dans l’Inventaire général du patrimoine du ministère de la Culture.

Nous pouvons citer des ponts qui se trouvent dans le département de la Seine-Maritime, d’abord des ponts routiers, tel que le pont de Tancarville (Quillebeuf-sur-Seine/Tancarville), le pont de Normandie (Harfleur/LeHavre), le pont de Brotonne ( Arelaune-en-Seine/Rive-en-Seine) ou encore le pont Guillaume-le-Conquérant (Rouen/Rouen).

Pour les voies ferrées, de nombreux viaducs sont construits, pour en citer quelques-uns, il y a le viaduc d’Eauplet (Sotteville-Lés-Rouen/Bonsecour)ou le viaduc de Tourneville (Île aux bœufs/Tourneville-la-rivière).

Et pour terminer en ce qui concerne les ponts pour piéton, nous pouvons en citer de très célèbres, tels que la passerelle de l’Avre (Saint-Cloud/ Paris,16ème), œuvre de Gustave Eiffel ou bien, le Pont des Arts, communément surnommé « le Pont aux cadenas », connu pour représenter l’amour entre deux personnes. Les deux parties gravent sur le cadenas une date qui leur tient à cœur puis, la tradition est de jeter la clé dans le fleuve. Mais en 2015, la structure étant fragilisée par les tonnes de cadenas, la ville décide de remplacer les grillages par des panneaux en verre.

« Passent les jours et passent les semaines ni temps passé ni les amours reviennent sous le pont Mirabeau coule la Seine”- Guillaume Apollinaire.

H. FrèreLes Ponts de Rouen, leur histoire (1025-1868), Rouen, 1868

Henry-Louis DublyPonts de Paris à travers les siècles, Paris, Henri Veyrier, 1973  p. 143-147.

Bernard MarreyLes Ponts modernes. XVIII-XIXe siècles, Paris, Picard Éditeur, 1990 p. 109-112.

Les drôles de métiers de la Seine

A la fin du Moyen Âge, de nombreux documents parisiens mentionnent la Seine, dont les activités sont liées aux fleuves: transport fluvial ou grand commerce, utilisation des eaux fluviales (comme la teinture ou le tannage), la pêche et la meunerie. En conséquence, de nombreuses occupations ont lieu le long de la Seine, et les ouvriers sont surnommés «gens du bord de l’eau ».

Comme métier aujourd’hui étonnant, nous pouvons tout d’abord citer la loueuse de sangsues. Cette femme, pour la somme de 30 sous, installait des sangsues sur le corps, cela dans un but thérapeutique. Pour les pécher elle plongeait ses jambes dans la Seine pour que les annélides s’y accrochent.

Les salons de toilettage utilisent aussi l’eau de la Seine. Avant le XXème siècle, c’est au bord de l’eau que les chiens se faisaient toiletter, des hommes tondaient puis lavaient les chiens dans le fleuve.

Mais la Seine comptait aussi des métiers officiels, comme le sablier qui recueillait le sable du fleuve. Comme vous pouvez l’imaginer, pour exercer cette profession, vous devez avoir une autorisation de la ville. De plus, selon un arrêté de 1840, ils devaient se tenir à l’écart du pont: 50 mètres en amont, 30 mètres en aval, mais aussi à l’écart de la berge (12 mètres).

La Seine comptait aussi plusieurs ouvriers, il y avait les ravageurs, qui fouillaient les berges pour y trouver des petites pièces, objets semi-précieux dans les décombres. De même, il y avait les tafouilleux qui ramassaient tout ce qui pouvait dériver sur les flots : bûches, fruits, vêtements, chapeaux…tout ce qui dérivait le long de la Seine. Puis nous pouvons citer les carapatas. Ils allaient de bateaux en bateaux, nageant dans l’eau pour les rejoindre. Ils offraient alors leurs services : aider à franchir les écluses, tirer le bois, rouler des tonneaux, etc.

La Seine regorge de nombreux métiers insolites aujourd’hui disparus.

 

Histoires de Paris-Les travailleurs de la Seine: https://www.histoires-de-paris.fr/travailleurs-de-la-seine/

Erudit-La Seine du crime et les petits métiers parisiens: https://www.erudit.org/fr/revues/arbo/2018-n8-arbo04278/1055882ar/

Vivre Paris-Les métiers parisiens oubliés: https://vivreparis.fr/dictionnaires-des-metiers-parisiens-oublies/

 

SE NOYER dans la Seine: Suicide ou malchance

La Seine est un fleuve où de nombreuses tragédies se sont produites. . Ici, nous nous intéresserons au suicide de personne connue telle que des artistes, des écrivains ou même des hommes de loi qui se sont donné la mort en se jetant des bords de la Seine.

La liste commence au XIXème siècle, nous mentionnerons Antoine-Jean Gros, mort en 1835. Il était peintre néoclassique français et préromantique; comme écrivain nous pouvons citer Louis-Simon Auger, qui s’est suicidé en 1829. Il était journaliste, critique littéraire et dramaturge français. Plus récemment, Boris Fraenkel, homme politique s’est donné la mort en 2006.

Un exemple représentatif cependant, des noyés en littérature, est celui de la fille de Victor Hugo, Léopoldine. Elle s’est noyé dans la Seine avec son mari Charles Vacquerie en 1843. Le drame s’est passé lorsque leur canot chavira. Selon des témoignages de paysans, Charles plongea six fois pour récupérer Léopoldine, qui, sous l’eau, se cramponnait désespérément au canot renversé. Charles était un excellent nageur, mais Léopoldine s’accrochait comme le font les noyés, avec l’énergie du désespoir. Les efforts désespérés de Charles restèrent sans succès. Alors, voyant qu’il ne la ramènerait pas avec lui dans la vie, il plongea une dernière fois et se noya avec elle.

La liste n’est évidemment pas exhaustive et nous ne comptons pas en faire une. Beaucoup d’artistes, de gens de lettres ou de hauts fonctionnaires se sont suicidés dans la Seine. Mais les noyades ne sont pas toujours volontaires et d’autres phénomènes macabres font de la Seine un cimetière. 

 

  • Henri GourdinLéopoldine, l’enfant-muse de Victor Hugo, Presses de la Renaissance, 2007.
  • Pierre GeorgelLéopoldine Hugo, une jeune fille romantique, MVH, Paris, 1967.
  • Louis-Gabriel MichaudBiographie universelle ancienne et moderne : ou histoire par ordre alphabétique, de la vie privée et publique de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, t. 22, Paris, Charles Delagrave , 1870, p. 423-6.
  • Notice biographique de l’Académie française

La Seine, le XXI ème arrondissement de Paris ?

« La Seine, c’est le XXIe arrondissement », c’est ce que disent les Parisiens. Un lieu à part, certes niché au beau milieu de la ville, mais obéissant à ses propres règles.

À partir du XVIIIe siècle, le bateau en bois appelé péniche devient un lieu de travail et d’habitation des mariniers. Nous avons comme exemple le peintre Charles François Daubigny qui se fit construire Le Botin, une péniche dans laquelle il vécut et travailla tout en explorant la Seine au milieu du XIXème siècle. Par la suite, la population aisée et aristocratique de Paris acquit ce genre de bien et l’améliora en installant un groupe électrogène ou encore des réservoirs sur le toit pour avoir l’eau courante. Alors que de nombreuses zones rurales à cette époque n’étaient pas équipées en électricité, eau, égouts ou téléphone, les péniches jouissaient d’un confort et de la Révolution industrielle. 

En 1929, Georges Simenon fit le tour des canaux français à bord de sa péniche, puis l’installe sur les bords de la Seine parisienne pendant trois ans. Après la Deuxième Guerre mondiale, ce fut au tour des Américains restés à Paris, dont l’acteur Sterling Hayden, de s’établir sur les bords de la Seine.

En 1975, des pénichards parisiens résistant à leur expulsion, créent une association de défense de l’habitat fluvial. Ce n’est que vingt ans plus tard qu’ils obtinrent une certaine reconnaissance et un statut.

Dans les années 1980 et 1990, des personnalités du show-biz et des médias, ainsi que des cadres, des diplomates et bien d’autres se laissèrent séduire par l’habitat fluvial. Cette formule permettait de disposer d’une grande surface habitable au cœur de Paris pour un prix dérisoire.

Aujourd’hui, ce phénomène est en pleine expansion. Le marché de l’habitat flottant se développe alors très vite après les années 1970, pour son aspect marginal et son accessibilité financière. Il permet de résider à « moindre coût » dans les grandes villes, très prisées et où le marché de l’immobilier est exorbitant.

Point judiciaire: selon la loi française, les habitats flottants sont assimilés à de petits bateaux. Ce qui signifie, qu’ils sont liés par les règlements du navire, et s’ils doivent se déplacer, ils doivent se conformer aux règlements de navigation. Pour le coup, il n’est plus nécessaire d’adopter les règles classiques d’habitat terrestre prévues dans la loi sur la construction et le logement .

L’habitat flottant en France : cadre juridique et perspectives – Léa Bréard: https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02095013/document

L’histoire de l’habitat flottant – Habitat Fluvial: http://www.habitat-fluvial.net/lhistoire-de-lhabitat-flottant.html

L’histoire de la « Péniche »- Habitat Fluvial: http://www.habitat-fluvial.net/lhistoire-de-la-peniche.html

 

La passe à poissons d’Andrésy: une rivière sur la seine

Creusée à travers l’île Nancy, la passe à poissons d’Andrésy est une rivière artificielle créée au droit du barrage d’Andrésy en 2011. Unique en Île-de-France, cet ouvrage de 180 mètres de long et 10 mètres de large est conçu de manière à recréer des conditions de franchissement proches de celles d’un cours d’eau naturel. Cette alternative artificielle a été réalisée par VNF (voie navigable de France).

Le principe d’une passe à poissons est simple : il s’agit d’attirer les poissons à l’aval du barrage et de les inciter à passer par une voie d’eau artificielle qui contourne ce barrage. Pour qu’une passe puisse être considérée comme efficace, le poisson doit en trouver l’entrée, la franchir sans retard ni blessure préjudiciables à sa migration vers l’amont. Cependant, toutes les espèces migratrices n’ont pas les mêmes capacités physiques. Par conséquent, la conception de la passe à poissons doit tenir compte des exigences biologiques de chaque poisson. En particulier, la vitesse actuelle à l’intérieur du dispositif doit être compatible avec la capacité de nage du poisson. Par conséquent, le saumon préfère les courants forts, tandis que les anguilles préfèrent les eaux calmes. D’autres paramètres environnementaux, tels que le débit, la teneur en oxygène dissous et la température, sont également essentiels pour attirer les poissons.

Les spécialistes recensent actuellement près de 32 espèces de poissons dont 18 courantes dans la Seine. La passe à poissons d’Andrésy, située sur l’île Nancy, contribue au passage d’espèces encore peu présentes dans nos eaux, mais attention la pêche y est totalement interdite.

Le barrage d’Andrésy-Site officiel:https://www.andresy.com/le-barrage-dandresy

La passe à poissons d’Andrésy-Un ouvrage original de rivière artificielle-Direction interrégionale du bassin de la Seine: https://www.andresy.com/sites/default/files/media/2019-10/Plaquette_passe-poisson%20Andr%C3%A9sy_2011.pdf

Un nouveau souffle pour les noyés de la seine

Au XVIIIème siècle, les Parisiens aiment se baigner dans la Seine mais les noyades ne se font pas rares. Pendant longtemps, les médecins ont cru que les décès par noyade étaient causés par la consommation excessive d’eau et ils ne savaient pas distinguer les différentes formes d’asphyxies.

Au XVIIIe siècle, la première mesure prise contre un noyé était de lui faire cracher l’eau avalée. La victime était pendue par les pieds puis roulée dans un tonneau. Si l’eau ne l’avait tuée, le traitement s’en occupait. Ce n’est qu’en 1740 qu’une interdiction a été émise qui interdisait aux gens de soulever les noyés par leurs pieds et de les rouler dans des barils.

Les techniques de premier secours ne sont pas d’un stade avancé. L’apparition du processus de la “fumigation de tabac par le fondement”, ce qui signifie l’injection de fumée dans les intestins par l’anus, invention de l’échevin Philippe-Nicolas Pia. Cette méthode s’est propagée dans de nombreuses villes d’Europe et surtout celle comportant un fleuve à partir de 1760. Ainsi, les boîtes fumigatoires sont mises en place le long de la seine ou de d’autre fleuves, permettant de sauver de nombreux noyés.

L’APPAREIL FUMIGATOIRE DE L’ÉCHEVIN DE PARIS PHILIPPE-NICOLAS PIA, le 27/06/2018 publié dans lN°279 de Subaqua : http://le 27/06/2018 publié dans le N°279 de Subaqua 
Quand on réanimait les noyés de la Seine en soufflant dans leur derrière-Zigzag: https://www.pariszigzag.fr/secret/histoire-insolite-paris/quand-on-reanimait-les-noyes-de-la-seine-en-soufflant-dans-leur-derriere 

 

REPORT : La Seine interlope – Colloque international – 04 et 05 novembre 2020 – Université le Havre Normandie

Université Le Havre Normandie – Laboratoire GRIC (Groupe de Recherche Identités et Cultures)

 

« La Seine interlope »

04 et 05 novembre 2020

PROGRAMME : 

Programme seine interlope novembre web

Le colloque « La Seine interlope » initialement prévu les 25 et 26 mars 2020 est reporté au 04 et 05 novembre 2020.

Le colloque « La Seine interlope » sera la seconde manifestation scientifique du programme de recherche GéoSeine (RIN), qui a pour objectif d’explorer les représentations littéraires de la Seine entre Paris et Le Havre.

Le premier colloque des 19 et 20 juin 2019 (« La Seine, un fleuve entre arts et littérature ») avait permis d’initier une réflexion générale sur les corpus et les problématiques structurantes.

« La Seine interlope » mettra l’accent sur la « face cachée de la Seine », sur « l’arrière-scène », prendra le contre-pied d’un certain nombre d’images élogieuses et topiques, générées ou véhiculées entre autres par l’imaginaire romantique, symboliste et moderniste. Ces images rendent compte de formes de sociabilités associant la Seine aux loisirs, a minima à la promenade, sur l’eau, sur berge ou sur les quais. Nous nous intéresserons à d’autres motifs associés à la Seine, plus anciens pour certains, moins connus voire davantage tenus secrets pour d’autres, en tout cas assez très éloignés de l’imagerie qui prévaut aujourd’hui à destination des touristes, depuis les représentations impressionnistes de canotiers jusqu’aux photographies de bateaux-mouches illuminés, en passant par les paysages en noir et blanc de Robert Doisneau.

Car le fleuve a charrié et charrie encore son lot de misère et de miséreux. Il peut se teindre de rouge quand il charrie des morts. Le colloque explorera aussi les recoins de la Seine, les activités, commerciales ou sexuelles, qui ne se montrent pas, les sociabilités secrètes ou discrètes, et les espaces qui les abritent ; les moments historiques refoulés de l’hagiographie séquanienne.

« La Seine interlope » fera dialoguer les disciplines, notamment la sociologie et l’histoire.

 

Rentrée du réseau paysage de la vallée de la seine 2019

La rentrée du réseau Paysage de la Vallée de la Seine se déroulera le 13 septembre 2019 au Conservatoire à Rayonnement Départemental de la GPS&O à Mantes-la-Jolie.

L’événement annuel permettra de découvrir les conclusions des travaux menés pendant l’année écoulée et annoncera les événements à ne pas manquer l’année prochaine. Il est organisé par l’école nationale supérieure de Paysage de Versailles, avec le soutien de l’agence d’urbanisme de la région du Havre et de l’Estuaire de la Seine.

La journée introduira la phase finale du contrat de plan interrégional Etat-Régions Vallée de la Seine. 2019-2020 sera une année de capitalisation à laquelle il est important d’associer le maximum d’acteurs des territoires séquaniens. Objectifs :

  • sensibiliser sur l’importance et la richesse des paysages de la vallée de la Seine
  • consolider un réseau d’acteurs investis et motivés pour poursuivre cette démarche d’échanges et d’interconnaissance. 

 

L’événement est ouvert à tous. Vous habitez, gérez ou aménagez les territoires de la vallée de la Seine et vous vous demandez à quoi vont ressembler ses paysages en 2030 ?

Venez échanger avec les professionnels du paysage le 13 septembre prochain à Mantes-la-Jolie et définir les actions à mener d’ici 2030.

 

Informations pratiques
Lieu : Conservatoire à Rayonnement Départemental de la GPS&O
Adresse : 12 boulevard Calmette – 78 200 Mante-la-Jolie
Contact : j.billey[a]ecole-paysage.fr
Réservez vos places dès maintenant. Cliquez ici pour accéder au formulaire d’inscription en ligne

 

 

Lien de l’évènement : 

https://www.vdseine.fr/actualites/rentree-du-reseau-paysage-de-la-vallee-de-la-seine-2019.html

Escales en Seine, le tourisme fluvial et maritime dans la vallée de la seine

Pour la 4ème édition des rencontres de la coopération des agences d’urbanisme de la Vallée de la Seine, le  04 juillet 2019 retrouvez « Escales » en Seine : le tourisme fluvial et maritime dans la Vallée de la Seine

 

Une journée d’études et d’échanges entre les différents acteurs de la Vallée de la Seine. Retrouvez le programme ici : https://www.eventbrite.fr/e/billets-escales-en-seine-4e-edition-des-rencontres-de-la-cooperation-des-agences-durbanisme-de-la-vallee-de-59571259240

jeu. 4 juillet 2019
09:30 – 16:30 
Préfecture de Paris et d’Île-de-France
5 rue Leblanc75015 PARIS

La Seine au fil des arts : cycle de conférences de l’Université populaire d’Antony, avril-mai 2019

21 mars 2019 Conférence: Une ville et son fleuve, Paris et Seine au Moyen-Age
Boris Bove, Maître de Conférences en histoire médiévale à l’université Paris 8 – Vincennes – Saint-Denis
28 mars 2019 Conférence: Les boucles de la Seine
Charles Le Coeur, Professeur émérite (Géographie physique, humaine, économique et régionale) Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
04 avril 2019 Conférence: Paris entre les «bras humides» de la Seine
André Guyaux, Professeur de littérature française à l’Université Paris-Sorbonne
11 avril 2019 Conférence: Les artistes de la Seine, de W. M. Turner aux Impressionnistes
Catherine Burger, conférencière des Musées nationaux, Présidente de l’Office du Tourisme de Bougival
18 avril 2019 Conférence: Les gens de la Seine au XVIIIème siècle
Isabelle Backouche, Directrice d’études à l’EHESS (École des Hautes Études en Sciences Sociales), Chaire urbaine
09 mai 2019 Conférence: Entre utilité et monumentalité, une histoire architecturale des ponts de Paris
Guy Lambert, Maître de conférences en histoire de l’architecture, École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville (UMR AUSser 3329)
16 mai 2019 Conférence: La Seine en chansons

Site de l’UP d’Antony

Gens de la Seine : Parcours sonore

A quoi ressemblait la Seine au 18ème siècle ? Avec ses rives de sable, ses ports animés et ses ponts chargés de maisons, elle était au cœur de la vie des Parisiens. On allait y faire ses achats, prendre le bac, entendre les bonimenteurs ; on y lavait le linge, on y nettoyait les tripes, on y travaillait. Et puis on se baignait dans son eau, on la buvait, on s’y noyait pas mal aussi parce qu’à l’époque très peu de gens savaient nager !

Disponible gratuitement, en français et en anglais, Gens de la Seine est un parcours sonore de 19 récits, riches de tous les bruits, les rires, les disputes et les histoires des riverains d’autrefois. Il s’inscrit dans la collection de récits sonores Gens de Paris qui vise à faire découvrir l’histoire de la capitale à partir du vécu de ses habitants. Il a reçu le soutien de la Mairie de Paris, du CNRS, de l’EHESS, du CVT et de l’Alliance Athéna et de Roger-Viollet / Paris en Images.

Découvrez la vidéo de présentation / Journal du CNRS

« La chanson de la Seine », Martin Pénet

Sociétés & Représentations
image prise sur le site Cairn.info
Tous droits réservés ©

 

Martin PÉNET, « La chanson de la Seine »,  Sociétés & Représentations, 2004, 17, p. 51-66.

Dans cet article, l’auteur Martin Pénet observe le développement d’un genre particulier : l’imaginaire parisien, qui se développe à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Dans une première analyse, le journaliste et historien spécialisé dans la chanson d’expression française compose sur quelques cent vingt-trois chansons et poèmes qui sont inspirés de la Seine et composés à Paris depuis 1860 à nos jours. Ces derniers sont analysés et structurés en différentes catégories : on repère les structures et thématiques récurrentes ou les particularités de certaines œuvres.

« […] le motif de la Seine est présent de façon régulière sur l’ensemble de la période et permet d’opposer les notions de circulation et d’immobilité, de fuite du temps et de durée, de décrire les paysages et les pensées qui se reflètent dans les ondoiements du fleuve, les fonctions qu’il assume, les habitants et les passants qui le hantent, les itinéraires que ces derniers privilégient. »

 

Lien vers l’article : https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2004-1-page-51.htm

 

La crue extraordinaire de la Seine en janvier 1910

Annales de Géographie, t. 19, n°104, 1910. Tous droits réservés ©

 

Edmond MAILLET et F. NOUAILHAC-PIOCH, « La crue extraordinaire de la Seine en janvier 1910 », [article], Annales de Géographie, 1910, 104, p113-119.

« La Seine vient d’avoir à Paris une crue absolument exceptionnelle, on peut dire une crue séculaire. Le niveau maximum atteint au pont de la Tournelle, le vendredi 28 janvier 1910, de midi à minuit, 8m42, est le plus élevé depuis celui de 1658 (8m81). »

Cet article permet de saisir toute l’ampleur de la crue de 1910, en la replaçant dans des mesures statistiques précises. Des comparaisons sont effectuées avec d’autres crues des principaux affluents et sous-affluents de la Seine (comme la Marne, l’Oise,l’Aisne etc.). Cet article est rédigé par le service hydrométrique du bassin de la Seine le 7 mars 1910.

Lien vers l’article :
https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1910_num_19_104_7888

Voici quelques clichés  de Paris au moment de la catastrophe naturelle, suivis d’une carte des zones inondées à Paris en Janvier 1910.

Rue du Haut Pavé, dans le 5e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Rue Saint-André des Arts, dans le 6e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Quai Debilly, dans le 7e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

La fontaine de Mars, rue Saint-Dominique, dans le 7e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Avenue Montaigne, dans le 8e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Rue de Bercy, dans le 12e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Quai de la gare, dans le 12e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Carte des zones inondées à Paris en 1910.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

« La Noyade en Seine au XVIIIe siècle »

Annales de Normandie, 37ᵉ année, n°4, 1987. Faits de société. Inventaires et corpus. Tous droits réservés ©

 

Jean-Pierre DEROUARD, « La noyade en Seine au XVIIIe siècle dans les 27 paroisses riveraines de la Seine-maritime », [article], Annales de Normandie, 1987, 37-4, p. 297-313. ©

« Trop souvent, la presse régionale se fait l’écho de « macabres découvertes en Seine ». Depuis deux siècle, y a-t-il quelque chose de vraiment changer dans l’angoisse que peut provoquer la disparition d’un proche par noyade ? »

La noyade est la première cause de décès accidentel dans les registres des paroisses riveraines et semble susciter une profonde peur chez ceux qu’elle touche : c’est une mort décrite avec violence, ou on s’inquiète pour le salut dans l’au-delà du noyer. Dans cet article, Jean-Pierre Derouard nous informe sur la noyade en bord de Seine au XVIIIe siècle, en s’appuyant de descriptions et documents d’époque pour analyser le processus,des possibles explications de l’incident jusqu’à la perception de la noyade par les contemporains, en détaillant au passage la forme et les difficultés de la procédure qui devait être effectuée pour la victime.

Lien vers l’article :
https://www.persee.fr/doc/annor_0003-4134_1987_num_37_4_1767