Archives de catégorie : Billets

Guillaume APOLLINAIRE, Le Flâneur des deux rives, 1918

Dans Le Flâneur des deux rives (1918), qui narre la promenade rêveuse du poète à Paris, figure cette mention nostalgique des berges à Auteuil, autrefois habitées de bouges et de guinguettes. Apollinaire rappelle combien il a aimé chanter la Seine et évoque le Pont Mirabeau.

Mais descendons vers la Seine. C’est un fleuve adorable. On ne se lasse point de le regarder. Je l’ai chantée bien souvent en ses aspects diurnes et nocturnes. Après le pont Mirabeau la promenade n’attire que les poètes, les gens du quartier et les ouvriers endimanchés.

Peu de Parisiens connaissent le nouveau quai d’Auteuil. En 1909 il n’existait pas encore. Les berges aux bouges crapuleux qu’aimait Jean Lorrain ont disparu. « Grand Neptune », « Petit Neptune », guinguettes du bord de l’eau, qu’êtes-vous devenus ? Le quai s’est élevé à la hauteur du premier étage. Les rez-de-chaussée sont enterrés et l’on entre maintenant par les fenêtres.

Guillaume APOLLINAIRE, Le Flâneur des deux rives, Paris, Editions de la Sirène, 1918, p. 20.

Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Voyage en Normandie, [1775]

Pendant l’hiver 1775, Bernardin de Saint-Pierre accomplit un voyage en Normandie, qui va le conduire de Paris à Trappes, en longeant les boucles de la Seine. Il observe les paysages, le spectacle de la nature, les habitants et parsème son journal de notations.

Le vendredi 3 janvier, il traverse Pont-de-L’Arche en bateau et navigue jusqu’à Port Saint-Ouen. La traversée le projette alors dans le souvenir de son enfance normande, au Havre et à Dieppe, à travers le dessin de la côte crayeuse.

«  Forêt du Pont-de-l’Arche. Belles violettes de toutes parts. Hêtres avec leurs vieilles feuilles inférieures. Extrémités : boutons allongés prêts d’éclore.

Réflexion : Joie à la vue des meubles de mon enfance. Forme de berceau. Les mêmes que celui où j’avais été élevé. Pochon de cuivre jaune où l’on fait bouillir le lait. Paniers. Rien n’avait changé, que les gens que j’avais connus, vieillis, affaiblis. Les meubles avaient resté. Meubles de la nature de changent point : soleil, lune, mer mangeant les côtes.

Arrivé au Port-Saint-Ouen. Vue d’une jolie fille, jambe fine, faite comme une des grâces des Célestins. […] A gauche, jolies îles de la rivière où l’on pouvait communiquer avec des ponts à la chinoise. Grotte charmante qu’on pourrait faire dans la montagne marneuse, mêlée de cailloux, coupée à pic et blanche, qui s’étend jusqu’au Havre, Dieppe »

BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Voyage de Normandie, 1775, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015, p. 49.

Nicolas Boileau, « épître VI »

En 1667, le poète classique Nicolas BOILEAU (1636-1711) passa une partie de l’été à la campagne, dans le village d’Haute-Isle. Il y reçut une lettre d’un ami, M. de Lamoignon, qui se plaignait de son absence et l’engageait à revenir à Paris.

Boileau lui répond par une épître, « La campagne et la ville » dans laquelle il décrit les plaisirs de la vie champêtre en bord de Seine et le village enchanteur où il séjourne.

Oui, Lamoignon, je fuis les chagrins de la ville,

Et contre eux la campagne est mon unique asile.

Du lieu qui m’y retient veux-tu voir le tableau ?

C’est un petit village ou plutôt un hameau,

Bâti sur le penchant d’un long rang de collines,

D’où l’œil s’égare au loin dans les plaines voisines.

La Seine, au pied des monts que son flot vient laver,

Voit du sein de ses eaux vingt îles s’élever,

Qui, partageant son cours en diverses manières,

D’une rivière seule y forment vingt rivières.

Tous ses bords sont couverts de saules non plantés,

Et de noyers souvent du passant insultés.

Le village au-dessus forme un amphithéâtre :

[…]

C’est là, cher Lamoignon, que mon esprit tranquille

Met à profit les jours que la Parque me file.

Ici, dans un vallon bornant tous mes désirs,

J’achète à peu de frais de solides plaisirs.

Tantôt, un livre en main, errant dans les prairies,

J’occupe ma raison d’utiles rêveries :

Tantôt, cherchant la fin d’un vers que je construi,

Je trouve au coin d’un bois le mot qui m’avoit fui ;

Quelquefois, aux appas d’un hameçon perfide,

J’amorce en badinant le poisson trop avide ;

Ou d’un plomb qui suit l’œil, et part avec l’éclair,

Je vais faire la guerre aux habitans de l’air.

[…]

Nicolas BOILEAU, « Epître VI » [1676], Œuvres poétiques, Paris, Imprimerie générale, 1872, p. 37.

La Seine à Paris, Maxime Du Camp, 1879

Dans La Seine à Paris (1879) de Maxime Du Camp, la Seine a joué un rôle important dans l’évolution historique de Paris. Tout échange, dépôt de marchandises se faisaient par la Seine d’où son importance, notamment en temps de guerre :

 

« C’était le fleuve nourricier par excellence, et jusque sur les marchés publics il déposait le blé, le vin, le bois et les fruits. Quand son cours était interrompu, il n’apportait plus que la famine, la contagion et la mort. »

[…]

« La Seine a connu toutes nos discordes civiles et, si je puis dire, elle y a pris part. Les Normands l’ont envahie sur leurs barques d’osier recouvertes de peau[3] ; elle a reçu le corps de Louis de Bois-Bourdon, l’amant d’Isabeau de Bavière : « Laissez passer la justice du roi ! » elle s’est refermée sur les cadavres des Armagnacs, lors du grand massacre de 1418 que commandait Capeluche ; à la Saint-Barthélémi, pendant que Charles IX (…) »

 

Maxime Du Camp, La Seine à Paris, « Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie dans la seconde moitié du XIXe siècle », Hachette, 1879, p. 283-346.

Le Ventre de Paris, Émile Zola, 1873

Résultat de recherche d'images pour "le ventre de paris"

Tous droits réservés.®

Dans Le Ventre de Paris d’Émile Zola, Florent le personnage principal, arrêté par erreur à la suite d’un coup d’État, déporté au bagne en Guyane dont il s’échappe. Une longue route l’attend pour arriver jusqu’à Paris où se déroule l’histoire, près des Halles centrales de Paris, non loin de la Seine :  

« Paris, pareil à un plan de ciel étoilé tombé sur un coin de la terre noire, lui apparut sévère et comme fâché de son retour. Alors, il eut une faiblesse, il descendit la côte, les jambes cassées. En traversant le pont de Neuilly, il s’appuyait au parapet, il se penchait sur la Seine roulant des flots d’encre, entre les masses épaissies des rives ; un fanal rouge, sur l’eau, le suivait d’un œil saignant. Maintenant, il lui fallait monter, atteindre Paris, tout en haut. L’avenue lui paraissait démesurée. »

[…]

« – C’est une rue nouvelle, la rue du Pont-Neuf, qui part de la Seine et qui arrive jusqu’ici, à la rue Montmartre et à la rue Montorgueil… S’il avait fait jour, vous seriez tout de suite reconnu. »

 

Émile Zola, Le Ventre de Paris. « Les Rougon-Macquart ». Éd: Charpentier et Cie, 1873.

Les inconnues de la seine, Frédérique molay, 2018

Résultat de recherche d'images pour "frédérique molay les inconnues de la seine"Tous droits réservés.®

Dans Les inconnues de La Seine (2018) de Frédérique Molay, le commissaire Nico Sirsky, chef de la brigade criminelle de Paris et ses hommes doivent faire face à un tueur en série. Ils découvrent le corps d’une jeune femme, jetée dans le fleuve, la Seine : 

« Nico emprunta la rive gauche jusqu’à l’entrée du port industriel, puis descendit vers le fleuve et les cimenteries. »

[…]

« Un plus loin sur la berge, un agent montait la garde auprès d’une bâche de protection qui recouvrait la victime. »

[…] 

 » – Puisque la Seine entre dans Paris depuis les 12e et 13e arrondissements, pour en sortir par les 15e et 16e, cela signifie que le corps a pu être balancé en proche banlieue, plus à l’est, avant de venir s’empêtrer dans cette péniche, précisa le lieutenant d’Almeida. »

Frédérique Molay , Les inconnues de la Seine : une enquête de Nico Sirsky. Thomas & Mercer, 2018, p. 353. 

Un fauteuil sur la Seine, Amin maalouf, 2016

Résultat de recherche d'images pour "amin maalouf un fauteuil sur la seine"Tous droits réservés.®

Sur les bords de la Seine, Amin Maalouf, l’auteur du roman Un fauteuil sur la Seine, nous raconte et nous fait redécouvrir l’histoire de la France et notamment la vie de 18 personnages qui se sont succédé au 29e fauteuil de l’Académie française depuis 1634. Il nous raconte l’histoire de divers rois, cardinaux, mais aussi d’auteurs comme Hugo en nous faisant parcourir la Seine :

[…]

« Huit jours après avoir prononcé cette harangue, l’académicien se noyait dans la Seine. Il avait quarante ans. »

[…]

« L’accident qui lui coûta la vie eut lieu près de Paris, à Charenton, le samedi 29 mai 1635. Bardin s’est comporté ce jour-là de manière impulsive, et passablement irréfléchie. Mais avec générosité, et même, pourrait-on dire, avec héroïsme. C’est ainsi, en tout cas, qu’il fut jugé à son époque, comme en témoigne un ouvrage de ce temps-là, d’auteur anonyme, intitulé De la prudence ou des bonnes règles de la vie : « Si l’on veut parler des hommes qui ont employés leurs vies pour ceux qu’ils aiment en d’autres occasions que les combats, je n’en vois point de plus bel exemple que celui du sieur Bardin, un des savants hommes de notre siècle. Étant précepteur du marquis d’Humières en sa jeunesse, il avait tant de soin de la conservation de sa personne qu’il ne l’abandonnait en aucun lieu. Comme il pris envie un jour au marquis de s’aller baigner dans la rivière de Seine près de Charenton, Bardin fut de la partie, mais le marquis s’aventura tellement qu’il se trouva en un endroit fort dangereux. »

Amin Maalouf, Un fauteuil sur la Seine : quatre siècles d’histoire de France, Grasset, 2016, p.336. 

La Seine, Louis Aragon, 1915

Dans le poème La Seine publié en 1915, l’auteur Louis Aragon décrit le paysage qui borde la Seine, un paysage industriel… 

LA SEINE

La Seine…Les pontons s’en vont vers la colline
Qui borne l’horizon d’un profit bleuissant.
Le fleuve tourne au pied du coteau frémissant
De l’Avril qui renait au sein de l’aubépine

Dans le rouge reflet du soleil qui descend,
Monte, noire, fumeuse et vivante, l’usine.
La fumée et le ciel se teintent de sanguine ;
Une maison se dresse et sourit au passant.
Comme de ce vallon monte la vie, et comme
L’oeuvre de la nature et le travail de l’homme
S’unissent, dans un ton de rouille vespéral !

On devine, parmi la paix et le silence,
La chanson des oiseaux qui sortira du val
Pour apporter l’amour à l’humaine souffrance.

Louis Aragon, La Seine, 1915. 

Claude Monet, La Seine au Petit Gennevilliers. Tous droits réservés. ®

Charles demailly, Jules et Edmond de Goncourt

Les frères De Goncourt nous raconte l’histoire de Charles Demailly, rédacteur au journal « Le Scandale », homme de lettres et « triste héros », qui s’oppose aux idées de ses amis du cercle littéraire où il évolue. Au sein d’une société d’idées et d’art, il nous emmène dans l’intimité d’un cercle de lettrés et nous présente une véritable « visite » de Paris, dans les théâtres, les bals et les cafés, avec des scènes qui se situent auprès du fleuve et qui incarnent une multitude de sentiments. Une fois embarqué avec sa compagne, la description détaille le paysage alentour :

 

Ils passaient, ils glissaient de longues heures ainsi entre les arbres, dont l’ombre au loin, se serrant contre la rive, ouvrait à leur regard et à leur promenade une grande avenue lumineuse où jouait le ciel bleu. Autour d’eux, les moires de l’eau, répétées au fond du fleuve, traînaient dans le courant un réseau tremblant de lumière, dont les mailles de soleil emprisonnaient l’onde, les herbes et les poissons. À cette heure, la Seine rayonnait éblouissante ; soleil clignotant, le regard perdu dans l’incendie rayé par le sillon de la barque, ne percevaient plus que des éclairs çà et là, les ricochets de feu le long des troncs de saules et des estacades, la ligne de feu qui lignait le bord d’une nacelle, la raie de feu d’un jonc droit dans l’eau.

 

Edmond DE GONCOURT, Les hommes de lettres, E.Dentu, 1860.

(Deuxième édition/ Edmond DE GONCOURT, Charles Demailly, A.Lacroix : Verboeckoven et Cie, 1868)

 

Gens de la Seine : Parcours sonore

A quoi ressemblait la Seine au 18ème siècle ? Avec ses rives de sable, ses ports animés et ses ponts chargés de maisons, elle était au cœur de la vie des Parisiens. On allait y faire ses achats, prendre le bac, entendre les bonimenteurs ; on y lavait le linge, on y nettoyait les tripes, on y travaillait. Et puis on se baignait dans son eau, on la buvait, on s’y noyait pas mal aussi parce qu’à l’époque très peu de gens savaient nager !

Disponible gratuitement, en français et en anglais, Gens de la Seine est un parcours sonore de 19 récits, riches de tous les bruits, les rires, les disputes et les histoires des riverains d’autrefois. Il s’inscrit dans la collection de récits sonores Gens de Paris qui vise à faire découvrir l’histoire de la capitale à partir du vécu de ses habitants. Il a reçu le soutien de la Mairie de Paris, du CNRS, de l’EHESS, du CVT et de l’Alliance Athéna et de Roger-Viollet / Paris en Images.

Découvrez la vidéo de présentation / Journal du CNRS

Gaston BACHELARD, Poétique de la rêverie

Il est des mots où le féminin imprègne toutes les syllabes. De tels mots sont des mots à rêverie. Ils appartiennent au langage d’anima. […]

Je passais aux noms de choses où j’étais sûr de bien rêver. J’aimais savoir qu’en français les noms des fleuves sont généralement au féminin. C’est si naturel ! L’Aube et la Seine, la Moselle et la Loire sont mes seuls rivières. Le Rhône et le Rhin sont, pour moi, des monstres linguistiques. Ils charrient l’eau des glaciers. Ne faut-il pas des nomes féminins pour respecter la féminité de l’eau véritable ?

Ce n’est là qu’un premier exemple de mes rêveries de mots.

Gaston BACHELARD, Poétique de la rêverie, Paris, PUF, 1960, p. 26.

« La chanson de la Seine », Martin Pénet

Sociétés & Représentations
image prise sur le site Cairn.info
Tous droits réservés ©

 

Martin PÉNET, « La chanson de la Seine »,  Sociétés & Représentations, 2004, 17, p. 51-66.

Dans cet article, l’auteur Martin Pénet observe le développement d’un genre particulier : l’imaginaire parisien, qui se développe à partir de la seconde moitié du XIXe siècle. Dans une première analyse, le journaliste et historien spécialisé dans la chanson d’expression française compose sur quelques cent vingt-trois chansons et poèmes qui sont inspirés de la Seine et composés à Paris depuis 1860 à nos jours. Ces derniers sont analysés et structurés en différentes catégories : on repère les structures et thématiques récurrentes ou les particularités de certaines œuvres.

« […] le motif de la Seine est présent de façon régulière sur l’ensemble de la période et permet d’opposer les notions de circulation et d’immobilité, de fuite du temps et de durée, de décrire les paysages et les pensées qui se reflètent dans les ondoiements du fleuve, les fonctions qu’il assume, les habitants et les passants qui le hantent, les itinéraires que ces derniers privilégient. »

 

Lien vers l’article : https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2004-1-page-51.htm

 

La crue extraordinaire de la Seine en janvier 1910

Annales de Géographie, t. 19, n°104, 1910. Tous droits réservés ©

 

Edmond MAILLET et F. NOUAILHAC-PIOCH, « La crue extraordinaire de la Seine en janvier 1910 », [article], Annales de Géographie, 1910, 104, p113-119.

« La Seine vient d’avoir à Paris une crue absolument exceptionnelle, on peut dire une crue séculaire. Le niveau maximum atteint au pont de la Tournelle, le vendredi 28 janvier 1910, de midi à minuit, 8m42, est le plus élevé depuis celui de 1658 (8m81). »

Cet article permet de saisir toute l’ampleur de la crue de 1910, en la replaçant dans des mesures statistiques précises. Des comparaisons sont effectuées avec d’autres crues des principaux affluents et sous-affluents de la Seine (comme la Marne, l’Oise,l’Aisne etc.). Cet article est rédigé par le service hydrométrique du bassin de la Seine le 7 mars 1910.

Lien vers l’article :
https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1910_num_19_104_7888

Voici quelques clichés  de Paris au moment de la catastrophe naturelle, suivis d’une carte des zones inondées à Paris en Janvier 1910.

Rue du Haut Pavé, dans le 5e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Rue Saint-André des Arts, dans le 6e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Quai Debilly, dans le 7e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

La fontaine de Mars, rue Saint-Dominique, dans le 7e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Avenue Montaigne, dans le 8e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Rue de Bercy, dans le 12e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Quai de la gare, dans le 12e arrondissement.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

Carte des zones inondées à Paris en 1910.
http://paris1900.lartnouveau.com/
tous droits réservés

 

« La Noyade en Seine au XVIIIe siècle »

Annales de Normandie, 37ᵉ année, n°4, 1987. Faits de société. Inventaires et corpus. Tous droits réservés ©

 

Jean-Pierre DEROUARD, « La noyade en Seine au XVIIIe siècle dans les 27 paroisses riveraines de la Seine-maritime », [article], Annales de Normandie, 1987, 37-4, p. 297-313. ©

« Trop souvent, la presse régionale se fait l’écho de « macabres découvertes en Seine ». Depuis deux siècle, y a-t-il quelque chose de vraiment changer dans l’angoisse que peut provoquer la disparition d’un proche par noyade ? »

La noyade est la première cause de décès accidentel dans les registres des paroisses riveraines et semble susciter une profonde peur chez ceux qu’elle touche : c’est une mort décrite avec violence, ou on s’inquiète pour le salut dans l’au-delà du noyer. Dans cet article, Jean-Pierre Derouard nous informe sur la noyade en bord de Seine au XVIIIe siècle, en s’appuyant de descriptions et documents d’époque pour analyser le processus,des possibles explications de l’incident jusqu’à la perception de la noyade par les contemporains, en détaillant au passage la forme et les difficultés de la procédure qui devait être effectuée pour la victime.

Lien vers l’article :
https://www.persee.fr/doc/annor_0003-4134_1987_num_37_4_1767